Archives du mot-clé CODRA

À Savigny-sur-Orge, ce n’est pas le maire qui délivre les autorisations de permis de construire ; ce sont les promoteurs immobiliers qui se les octroient !

Je n’avais pas lu à fond le dernier bulletin municipal (été 2018). Mais MEHLHORN vous prend réellement pour des cons ! Certes, il y a une annonce clientéliste à la suite des recours qu’il s’est pris dans la gueule en voulant notamment imposer un immeuble de 12,49 mètres de haut dans la rue des Giroflées. Mais il y a surtout une insulte terrible à notre intelligence, dont j’ai fait une nouvelle campagne d’affichage. Qu’en pensez-vous ?

Extrait d’un affichage réalisé le 20 août 2018


Non, quelques soient les transferts de compétence, et les raisons de droit qui sont invoquées par les voisins dans leur recours, le maire pouvait effectivement s’opposer à la construction d’un tel immeuble, ce que faisait notamment MARSAUDON, pour tous ceux qui le regrettent ! Il lui suffisait de refuser de signer le permis de construire, sinon de le rejeter pour des motifs tenant à la mauvaise insertion du projet dans le quartier.

Mais MEHLHORN, qui avoue enfin ce faisant que son premier PLU a été bâclé et irréfléchi (merci le cabinet CODRA), est un fragile, un soumis, une victime.

Il prostitue notre ville aux promoteurs immobiliers, puis s’étonne qu’elle soit violée, tout en accusant les promoteurs de l’avoir mise sur le trottoir et d’avoir eu des rapports sexuels avec !

Non seulement, c’est un menteur, mais en plus c’est un lâche qui rejette la faute sur les autres. Tant qu’à faire, il m’étonne qu’il n’ait pas encore accusé Nadège ACHTERGAËLE…

Qui a écrit le Plan local d’urbanisme ? C’est sa municipalité qui refuse encore d’en communiquer tous les documents et qui n’a pas tenu compte des prescriptions du commissaire enquêteur.

Que dit le règlement du PLU pour la zone UG ? 13 mètres 00 maximum au faîtage, et 10 mètres MINIMUM au faîtage ! C’est à dire que vous ne pouviez légalement pas faire moins !

Extrait du règlement du PLU de Savigny

Ah mais oui, mais il ne voulait que des immeubles de 10 mètres ! Ben, il l’écrivait dans le PLU au lieu de le dire aux promoteurs, une fois qu’ils se ramenaient avec leur projet clé en main. C’est du droit, c’est pour cela qu’on fait un règlement !

Et notez bien le comportement totalitaire de MEHLHORN sur ce sujet : si un Savinien comme moi vais faire une autre remarque sur un autre sujet de son projet de révision du PLU, il me dira que c’est que je ne veux pas que la hauteur des immeubles en zone UG soit ramenée à 10 mètres !

Comme si mon accord avec ce point (et j’aurais été plus sévère que lui), qui devrait quand même permettre qu’il y ait un étage au niveau des combles, m’obligeait à accepter toutes les autres merdes qu’il va nous imposer avec, comme 70 % de logements sociaux dans toutes les OAP…


Donc la bonne nouvelle, c’est que désormais, les immeubles construits en zone UG (toutes les rues derrières les grandes artères de Savigny dont le côté dont les jardins donnent sur l’artère ont vocation à accueillir des immeubles, tout en gardant des pavillons en face) ne pourront pas dépasser 10 mètres de haut. Enfin, quand le PLU sera révisé, ce qui reste la possibilité d’accorder encore quelques permis de construire supérieurs à 10 mètres dans les deux prochaines années.


Et donc nous avons notre génial édile qui nous explique doctement que ce n’est absolument pas le PLU qui autorisait des constructions à 13 mètres au faîtage en zone UG, mais qu’en fait, c’était la Ville qui disait aux promoteurs qu’elle ne voulait pas que cela dépasse 10 mètres, et puis que les promoteurs proposaient 12,49 mètres, et que c’est pas vraiment le maire qui signait l’arrêté autorisant le permis de construire. On va regarder l’exemple Giroflées.


Alors, à qui appartient la signature en troisième page du document qui AUTORISE et qui aurait pu REFUSER le permis ? Au maire. Lequel en deuxième page n’émet aucune réserve, ou aucune prescription sur la hauteur de l’immeuble ! Ils sont vraiment forts les promoteurs pour le contraindre ainsi à signer, et à transmettre au représentant de l’État. Ce n’est pas un flingue qu’ils devaient avoir, c’est un bazooka pointé sur tous les gens que MEHLHORN aime !


En conclusion, on relèvera que MEHLHORN a entendu son électorat de la rue des Perdrix, de la rue Joyeuse, de la rue Chamberlin, de la rue du Mail et de la rue Vigier, et qu’il fait semblant de faire quelque chose. Quelque chose d’inefficace parce qu’à 10 mètres de haut, vous verrez toujours ce qui se passe dans le jardin du pavillon d’à côté, quand ce n’est pas carrément dans la salle de bains de la voisine d’en face, qui ne pourra plus ouvrir ses fenêtres quand elle y est.


En page 9 du magazine municipal de Savigny-sur-Orge, été 2018



Le commissaire enquêteur rend un avis favorable au projet de PLU de Savigny-sur-Orge

Les rapports du commissaire enquêteur Bernard ALEXANDRE sont disponibles ici :

À ma grande déception donc, le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable au projet de PLU de Savigny-sur-Orge. Mais rien n’est fini, car cela m’étonnerait bien que la Préfecture accepte que ne soit pas respecté la Loi en matière de construction de logement social. Or, pas plus que les délibérations de projet d’aménagement votées par la majorité municipale en 2014-2015, elles ne sont transcrites dans ce document projet…

83 participants pour une ville de 37 700 habitants, je pense que la communication a été ratée quelque part. Surtout qu’en fin de compte, le commissaire enquêteur ne traduit les remarques du public que par trois points : plus de zones UE pour des équipements, moins d’espaces verts à protéger et requalifier l’emprise de l’aqueduc de la Vanne…

Un point qui revient souvent est le manque de documents lisibles notamment de cartes… Je trouve effectivement que le projet en tant que tel est incomplet pour la 195e ville la plus peuplée de France. Mais comme l’a bien dit Anne-Claire LEROY, chargée d’élaborer le PLU, les Saviniens ont trop d’exigences (par rapport à ce qui se fait ailleurs) !

Il est à noter que les annonces légales publiées à l’initiative de la mairie de Savigny-sur-Orge faisaient valoir que la Préfecture serait destinataire d’une copie du rapport, et qu’on a manifestement dû oublier de le dire au commissaire enquêteur qui, en dernière page de ses rapports, indique la liste des destinataires dont ne fait pas partie la Préfecture…

De là, puisque les avis sont favorables, pourquoi MEHLHORN a-t-il encore pratiqué la rétention d’informations, sinon pour m’emmerder ? Heureusement qu’ils sont un peu plus intelligents à l’établissement public territorial T12 et qu’ils me l’ont transmis ce matin dès qu’ils les ont reçu… L’administration de Savigny est tellement inutile, que je pourrais bientôt me passer d’elle…

Si je suis élu en 2020, nous proposerons au cours du mandat une révision bilan de ce PLU afin de compléter les parties volontairement ignorées. Il y aura une vraie information au public et un réel travail citoyen intégrant en même temps des réflexions économiques et relatives aux déplacements et aux stationnements. Et nous le ferons sans le cabinet CODRA…

Rien n’est perdu, et nous avons encore une chance de faire modifier ce PLU. À commencer par l’attaque des délibérations relatives au transfert de la compétence « élaboration du PLU« , qui pourrait entacher d’illégalité tous les documents produits par l’EPT 12. Il faut aussi agir auprès du sous-Préfet pour qu’elle se serve du Logement pour bloquer le document…

« Le Savigny que NOUS voulons » – Qui est « nous » ? Qui sommes « nous » ?

Copie du courriel que j’ai envoyé ce jeudi 21 mai 2015 à 10 h 30 à propos de la réunion PLU (Plan local d’urbanisme) de Savigny-sur-Orge. J’ai quand même l’impression qu’on a donné 79 282,84 € à des gens (le cabinet CODRA) qui ne sont pas très compétents et comme nos élus n’ont aucune volonté politique pour les contrôler…

Destinataires : Éric MEHLHORN, Nadège ACHTERGAËLE, Stéphane DURAND, Julien MIALLET, Christine ROSSI, Anne-Claire LEROY, Frédéric DELAMAERE

Copie : Catherine BROWN, directrice d’études du PLU de  Savigny, mandatée par le cabinet CODRA : c.brown@codra.fr

Deux accusés de réception reçus à 11 h 05 et à 11 h 06.

Bonjour,

Ce mercredi 20 mai 2015, Catherine BROWN, responsable du domaine Urbanisme au sein de l’équipe « Urbanisme et environnement » du cabinet CODRA, a présenté un projet de zonage et de règlement, en vue de l’élaboration du PLU de Savigny-sur-Orge.

Plusieurs fois au cours de son exposé, cette dame a évoqué « le Savigny que nous voulons ». Sauf que je ne me rappelle pas qu’on m’ait jamais demandé mon avis sur le Savigny que je veux…

(En tout cas, il n’est manifestement pas celui des élus ayant reçu délégation de pouvoir qui semblent plus que tout rechercher les 40 000 habitants afin de pouvoir gonfler leurs indemnités.)

Je souhaiterais donc savoir, puisque le contrat établi avec le cabinet CODRA NOUS a coûté 79 282,84 € TTC (décision du maire n°1439, 21 novembre 2011), qui est le « nous », plusieurs fois cité hier, d’autant qu’aucune instance délibérante n’a visé le projet en l’état.

Serait-ce donc le cabinet CODRA, qui n’est qu’un prestataire de la commune, qui déciderait à la place des Saviniens de ce qui est bon pour notre ville ?

Ou les fonctionnaires des services techniques qui se passeraient de l’avis des élus ? Les opposants ayant avoué ne pas avoir été consultés.

Ou un groupe d’élus majoritaires qui se passe de l’avis de la population, oubliant que 77 % des Saviniens n’ont pas voté pour eux ?

Je trouve cette approximation de langage (‘nous ») d’autant plus légère que le seul document affiché hier n’était pas définitif… Donc qu’il est à redouter que vous avez éludé plusieurs questions sensibles, qui éclateront lorsque Mme ACHTERGAËLE se heurtera au dur principe de réalité, et qu’elle ne pourra plus se cacher derrière des « On ne peut pas savoir » ou « je ne sais pas à l’avance ».

Restant à votre disposition, mais estimant sincèrement que le travail du cabinet CODRA est plus que léger, à l’image de ce qu’il fut lors de la réalisation des orientations du PADD de la commune.

En attendant, je publierai sur mon site dès que j’en aurai le temps l’enregistrement audio et les photos prises hier, à destination de la population.

Bien cordialement.

Olivier Vagneux

Que peut-on attendre de la réunion PLU 2015 de Savigny-sur-Orge ?

Les Saviniens sont invités ce mercredi 20 mai 2015 à une réunion sur le Plan local d’urbanisme de la Ville de Savigny-sur-Orge. Éric MEHLHORN et son équipe prétendent qu’ils vont y présenter les enjeux, le zonage et le règlement. Il est temps qu’on nous parle d’un document de 2012 que la mairie a déjà enfreint à plusieurs reprises…

Cela m’étonnerait sincèrement d’y apprendre quoi que ce soit car les services techniques et Urbanisme de la Ville ont déjà du mal à répondre à mes questions. Et que Nadège ACHTERGAËLE, Adjointe, est particulièrement incompétente sur ces domaines, comme me l’ont déjà prouvé plusieurs de nos échanges où elle méconnait la Loi…

Qu’est-ce qu’un PLU (Plan local d’urbanisme) ?

Un document qui planifie l’occupation des sols, l’aménagement du territoire, la politique de l’habitat, ou encore la circulation. Il comporte aussi un PADD (Plan d’aménagement et du développement durable) qui exprime des projets en matière de développement économique et social, ou d’environnement pour les 10 à 20 ans.

Savigny dispose-t-elle déjà d’un PLU ?

Pas totalement. À ce jour, Savigny-sur-Orge dispose toujours de son Plan d’occupation des sols (POS) et d’un PADD mais le PLU en tant que tel n’a jamais été adopté par la Ville. La réunion du 20 mai va donc tenter de compléter ce qui existe déjà d’une manière assez brouillonne puisque rien n’a été préparé par les actuels élus pour arranger cela.

Un document raté sur Savigny

Laurence SPICHER-BERNIER, dans son incompétence légendaire, a fait appel en 2012 au cabinet CODRA qu’elle a très correctement rémunéré pour un travail plus que minable. Grand-Vaux n’a fait l’objet d’aucune mention particulière, ce qui aujourd’hui est un manque pour sa rénovation (sûrement en question à la réunion). Aucune coordination nouvelle n’était proposée…

Une confiscation par la municipalité pour masquer des abus

Si vous vous rendez sur le site de la mairie, les pages consacrées au PLU vont s’annoncer comme « Not found« . Car à partir d’avril 2014, Éric MEHLHORN a commencé un travail d’opacité de la communication du document pour masquer les irrégularités accomplies sous le précédent mandat, comme la construction du 2, rue de la Martinière, qui ne respecte pas le COS (Coefficient d’occupation des sols). Mais chut !!!

Une destruction en deux temps

Pour commencer, Éric MEHLHORN a fait modifier la dernière page intitulée « Vos remarques« . Nous pouvions alors adresser nos messages à « Monsieur le Maire » au lieu de précédemment « Madame ». Puis les pages centrales du document ont disparu du site, les mêmes qu’on m’avait empêché de photographier sur les panneaux du hall de la mairie en janvier 2013…

Quelles modifications redouter dans le zonage?

Il en existe trois principales : la destruction de la ZAC des Gâtines (déjà évoquée en commission municipale), la reconversion de zones afin de permettre plus de logement social (ce qui n’est pas stratégique économiquement en ce moment) et la requalification de zones inondables en zones constructibles, sur les bords de l’Orge et de l’Yvette.

À quand un PLU intercommunal ?

Lorsque Savigny aura un peu d’ambition, alors elle fusionnera son PLU dans un PLU intercommunal (enfin, plus maintenant car la CALPE va évoluer, pourtant ce serait quand même bon d’arriver sur un pied d’égalité avec les nouveaux copains…). Mais encore faudrait-il que nos élus aient un peu plus de volonté politique que jusque-là…

Une réunion inutile

Sauf annonces, MEHLHORN va faire du RÉDA et essayait de prouver qu’il est à l’écoute de sa population. Toutefois, pour qu’il y ait annonce, il faudrait encore que MEHLHORN en ait averti son Conseil municipal, ce qui n’est pas le cas à l’heure qu’il est. Donc pas la peine d’en attendre quoi que ce soit, avec MEHLHORN, il n’y aura sûrement jamais rien…

Note au collectif SEDS

Gâcher cette réunion publique serait donc totalement improductif car MEHLHORN pourrait prétendre qu’il a essayé d’apporter des informations et qu’on l’en a empêché.  Non, il faut le confondre dans ses manquements : par exemple pourquoi le PLU n’est pas public, et qu’on refuse de me l’envoyer, même sur sollicitation par mail de Christine ROSSI, Directrice des services techniques, au Cabinet du Maire…

Pour rappel, les étapes de création ou de révision du PLU

À toutes fins utiles pour nos incompétents notoires : Le Conseil municipal (CM) fixe les modalités de création ou de révision du PLU. Puis il en informe les partis. Puis le Préfet donne son accord et publie sa décision. Puis on concerte. Puis le CM débat des orientations (concertées) de la révision. Puis le CM arrête le projet de PLU. Puis il y a enquête publique. Puis délibération du CM. Puis le PLU est accessible au public…


Le vrai problème urbanistique de Savigny est qu’on construit et qu’on aménage en dépit du bon sens, en méprisant les codes de l’environnement, de l’architecture, de l’urbanisme, du patrimoine… Et quand on a terminé, on régularise ce qui n’est pas légal, au lieu d’avoir le courage de le réformer. Maintenant, c’est un peu tard pour s’en rendre compte.

PLU-2012-1 001PLU-2012-2 001PLU-2012-3 001 PLU-2012-4 001