Archives du mot-clé clientélisme

Mais où ont donc bien pu passer les voix d’Alexis IZARD aux Prés-saint-Martin ?

Au premier tour des municipales 2020, il avait obtenu 43 % sur ce bureau contre une moyenne de 21 % sur la commune. Puis au second tour, il avait atteint 56 % contre une moyenne de 23 % sur la commune. Mais où sont donc passés ces électeurs pour que Alexis retombe à 19 %, ce qui correspond à peu près au score du parti dans le quartier, si l’on prend le résultat des européennes de 2019 comme source de comparaison ?

Alors déjà, on peut relever que dans un contexte de forte abstention, en tout cas plus qu’aux municipales, la gauche réussit à gagner 10 voix. Est-ce lié, selon ce qu’il m’a été témoigné par des musulmans, que Ludovic BRIEY soit récemment venu « faire la pute » à la sortie de la mosquée un jour de prière, pour reprendre l’expression de mon interlocuteur, laquelle aurait pu être de moi. Je n’en suis même pas certain, tant l’électorat des quartiers est mouvant.

Ils ont été avec FABRE et ils ont été déçus. Ils ont été avec IZARD et ils ont été déçus. Ils vont faire un petit tour de manège avec BRIEY, puis ils le lâcheront quand ils en auront marre et qu’ils seront déçus à leur tour. Mais j’ai toujours écrit qu’ils seront avec DEFRÉMONT quand la municipale sera annulée. La grande question étant de savoir s’ils ont déçus parce que les promesses ne sont pas tenues ou parce qu’on leur propose mieux ailleurs ? Là, je ne sais pas.

Enfin, je regarde les scores d’Alexis à Grand-Vaux. Là aussi, on est loin des 37 % de 2020 sur le bureau 14 avec un petit 16,42. C’est bizarre parce qu’on dirait que quand Alexis n’organise pas des distributions de masques et de colis alimentaires, les gens ne votent pas pour lui. En fait, peut-être aussi qu’ils ne se déplacent pas parce qu’il n’y a pas de système de navettes organisé par le candidat pour emmener les gens voter. Je ne sais pas. J’écris cela, je n’écris rien…

Bon ben, c’est malheureux, tous ces gens qui ne voient la politique que sous un angle clientéliste : je vote pour toi pour que tu fasses quelque chose pour moi. Moi, je ne veux pas rentrer dans ce jeu et c’est pour cela que je ne suis pas bon dans ces quartiers. Mais ils sont bien avancés maintenant avec le projet de rénovation bloqué par DEFRÉMONT. En fait, ils n’ont que les élus qu’ils méritent et finalement, je suis peut être le seul à les considérer vraiment…






 

Extrêmement dérangé par l’électoralisme religieux d’Éric MEHLHORN

L’article 2 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État dispose que : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. »

C’est d’ailleurs de cette phrase qu’est issu le principe de laïcité à la française à savoir une neutralité de l’État vis-à-vis des religions ! Qui n’interdit cependant en rien une expression religieuse des citoyens et des croyants dans l’espace public.

De la même manière, la Constitution ne reconnaît qu’une seule communauté sur le territoire français qui est la communauté nationale !


Que celui qui se décrit comme le maire de Savigny-sur-Orge sur Facebook soit invité par le consistoire de la synagogue de Savigny pour une fête religieuse, il n’y a là qu’une démarche politique de la communauté juive, qui est légitime, quoique questionnante.

Mais que le maire de Savigny-sur-Orge y réponde favorablement, pour aller célébrer une cérémonie religieuse, non sans conclure son propos par une formule communautaire qui ne s’adresse qu’aux seuls juifs, et que tout cela soit médiatisé, il y a là une faute de l’édile !

D’autant que la présente médiatisation m’apparaît essentiellement liée à des intérêts de clientélisme électoral. Ce qui est vraiment très sympa pour les gens qui ont invité MEHLHORN, et qui se retrouvent à servir de faire-valoir auprès d’un électorat juif savinien.


La laïcité n’est pas un rigorisme.

Elle s’apprécie au cas par cas, et elle est atteinte au cas présent.

Ne pas reconnaître les cultes, ne signifie pas ignorer qu’ils existent, ni ce qu’ils font.

De mon point de vue, les croyants ont raison d’inviter le maire (à distinguer de la personne du maire), par politesse ou par égard ; tout en devant s’attendre à ce qu’il ne vienne pas.

Il y a néanmoins une distinction à apporter à une invitation pour une célébration ou une manifestation religieuse, et une invitation à rencontrer des personnes, ou à participer à une activité sociale ou associative ouverte à tous (même si le premier cas peut s’inclure dans le second et qu’il faut donc faire la part des choses : la kermesse de l’association n’est pas la rupture du jeûne).


L’élu n’a pas à répondre favorablement à ce genre d’invitations spécifiques qui contreviennent à la neutralité de la République qu’il représente.

La personne du maire, quant à lui et si elle est invitée peut répondre à cette invitation, mais elle ne représente alors pas la Ville.

Inversement, l’élu peut rencontrer, voire rassembler, les représentants de culte de manière non-sélective. Pas par rapport aux cultes qu’ils représentent, mais à l’action sociale et associative qu’ils produisent, au nom de leur foi, dans la commune.


Moi, maire de Savigny-sur-Orge, je ne célébrerai aucune fête religieuse.

Et si vous continuez de me voir à la messe, à Noël et à Pâques, ce sera en tant que personne !

J’ai aussi pour projet de rassembler ensemble les différents cultes présents sur Savigny, au moins une fois par an, pour écouter ce qu’ils ont à dire à la République.

Mais là encore, non pas en tant que religieux ou que croyants, mais que personnes vivant en étant animés de certaines valeurs et agissant avec certains idéaux à Savigny.


Commentaire d’un lecteur par SMS : la formule « Shana Tova » (non traduite) ne peut s’adresser à tous.



Libre réponse à Éric MEHLHORN qui confisque la salle Mamadou-Loum à l’ASLS Musculation

Je voudrais ici répondre, de manière personnelle et factuelle, au maire de Savigny-sur-Orge qui tente sur Facebook, de justifier, par une désinformation des plus malhonnêtes, de sa décision de confisquer la salle communale Mamadou-Loum (située au COSOM) à l’Association pour le sport et les loisirs saviniens (ASLS) Musculation, à qui elle était prêtée jusque là depuis des dizaines d’années ! (31 ans)



Effectivement, depuis quelques jours, une partie des 440 adhérents de l’ASLS Musculation, interroge la municipalité quant à sa décision de reprendre la salle municipale, historiquement dévolue à la musculation, au 14 septembre 2018, pour en faire un club house pour le base ball (une association qui se sera bien goinfrée tout au long de ce mandat !). Mais quels connards que ces citoyens qui osent demander des comptes en dehors des périodes d’élection !!!


Notre très lâche maire se dédouane donc de ses responsabilités en portant la faute sur la vilaine association qui refuse de transmettre « des documents administratifs et financiers » qui seraient nécessaires à l’établissement d’une convention de prêt de salles. On relèvera au passage que MEHLHORN se dispense bien d’indiquer quels sont ces documents ! Il faudrait ensuite voir si ces documents ont aussi été demandés aux autres associations !

En effet, le maire a notamment requis les relevés de comptes bancaires de l’association, ce qu’il n’a pas le droit de faire, ainsi que me l’a confirmé le bureau de la sécurité et des formalités administratives du service des associations loi 1901 de la sous-préfecture de Palaiseau.


Par ailleurs, les seules obligations que la Ville est en droit d’exiger d’une association à qui elle prête des salles sont au nombre de trois :

– que cette association soit assurée,

– que cette association respecte le règlement intérieur des salles communales,

– que cette association respecte les obligations des associations loi 1901, c’est à dire qu’elle organise une assemblée générale annuelle et qu’elle fournisse un rapport d’activités, et un bilan d’exploitation financier.


À ce dernier propos, on s’étonnera que Mathieu FLOWER, maire-adjoint aux Sports mais qui n’y connaît rien et qui par exemple réduit la musculation à la seule haltérophilie ; qui était présent à l’Assemblée générale de l’association du 22 juin 2018 n’ait absolument rien dit, par exemple au moment des questions, de ces difficultés rencontrées par la mairie. Mais si Mathieu en avait ; du courage, entendons-nous bien, je ne vais pas parler de couilles, cela se saurait !


On relèvera au passage l’ironie du maire de Savigny qui connait tellement bien sa ville qu’il ignore tout des problèmes de sécurité de la salle, alors même qu’il écrit en parlant de la convention : « Elle est l’assurance pour les adhérents de pouvoir s’entrainer en toute sécurité »

Et on peut citer entre autres le toit qui fuit et qui rend le sol glissant, quand l’eau de pluie ne coule pas le long des murs directement vers les prises électriques, lesquelles sont protégées tant bien que mal, l’absence d’un téléphone fixe depuis que la ligne a été coupée, le manque d’un défibrillateur, les issues de secours qui ne sont pas aux normes, le système de désenfumage qui n’a pas été vérifié depuis des années, l’absence de matériel anti-dérapant dans les douches, le fait que la salle ne soit pas accessible aux personnes à mobilité réduite. Et j’oublie aussi d’écrire que la salle est restée presque deux ans sans chauffage ! Donc non, ce n’est pas la convention qui assure la sécurité des adhérents !


Il faut aussi s’interroger sur la chronologie invoquée par MEHLHORN. Sachant que la convention est signée en septembre, au moment du forum des associations (je n’ai d’ailleurs pas trouvée celle de 2017-2018 dans le recueil des actes administratifs !!!), ils s’y sont pris vachement tôt pour en arriver à devoir mettre en demeure le 03 février ! C’est limite un complot, comme s’ils avaient prévu de fermer la salle de longue date… Mais pourquoi donc ? (Lire plus bas)


Le maire termine son courrier sur la menace de saisir le préfet dont il méconnaît manifestement le rôle. Depuis quand la préfecture contrôle la gestion de la commune et celle des associations ? C’est que de la gueule venant de MEHLHORN parce que soit l’asso déconne, et il saisit le président du Tribunal de grande instance d’une demande de contrôle des comptes voire de dissolution, soit il y a des faits encore plus graves, et c’est le Procureur qu’il faut aller voir.

Donc MEHLHORN n’est que dans la communication grande gueule pour sa dizaine de bouffons qui commentent son Facebook, et qui, sans habiter Savigny, trouve qu’il a raison par principe., en relevant que même le député qui ne connaît rien de la situation vient aimer ce genre de commentaires…


Enfin, ce qui est amusant au travers de la dernière phrase de MEHLHORN, dont je me demande encore si c’est vraiment lui qui a écrit ce texte (ça manque d’erreurs d’orthographe), est que la municipalité semble s’attendre à récupérer le matériel de musculation avec la salle, alors que celui-ci appartient en propre à l’ASLS…



Pour conclure,

1. Il est toujours ironique de lire MEHLHORN piquer une crise et taper une grosse colère parce qu’une association manquerait de transparence, quand lui-même ne publie même plus les montants des subventions accordées aux associations pour masquer ses propres pratiques clientélistes ! C’est juste une crise d’autoritarisme…

(Ouais, MEHLHORN, je t’accuse de clientélisme, et il y aura du ménage à faire en 2020, des équilibres financiers à rétablir, et des responsabilités à rechercher !)


2. Puisque MEHLHORN est si soucieux que les associations bénéficiant de prêts de salles respectent la Loi (ce dont je ne doute pas que l’ASLS fait), j’annonce ici le dépôt d’un recours contre l’arrêté octroyant le prêt de salles municipales à l’association Agir pour Savigny, soutien notoire du maire, laquelle ne respecte ni ses statuts, ni les règles et les formalités de déclarations et de publications, et fait actuellement l’objet d’une demande de dissolution judiciaire. J’ai jusqu’au 28 août !


3. J’attends désormais avec impatience la plainte pour diffamation qui pourrait suivre cet article, et qui me permettra de faire offre de preuve, et de formaliser des accusations d’abus de confiance et de détournements des fonds de l’association, notamment à l’encontre de MM. Jean-Paul RUBINO, président du COS Tennis, et Armand STEIGER, directeur financier de la Ville de Savigny. J’imagine que ces manœuvres contre l’ASLS n’ont d’autre but que de chercher à cacher et à faire oublier certaines pratiques merdeuses… Avec la complicité d’Éric MEHLHORN qui ne peut pas, ne pas être informé, et qui est pourtant tenu à l’application de l’article 40 du code de procédure pénale.

Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs.




Un nouveau square à Savigny-sur-Orge : capitaine DANJOU

Édit au 1er avril 2018 : Un ancien légionnaire nous a contacté ce jour pour nous dire que ce square existerait depuis les mandats de Jean-MARSAUDON (1983-2008). Qu’il n’y aurait pas de repas les premiers samedis du mois, mais des rassemblements pour entonner entre eux les chants de la Légion les derniers samedis du mois. Il nous rappelle enfin que le vote est secret, et qu’il n’est donc pas possible de connaitre les opinions politiques des différentes personnes.

Connaissez-vous le square Capitaine DANJOU à Savigny-sur-Orge ? Celui-ci est situé à Grand-Vaux ! Personnellement, je le découvre, en plus de découvrir qu’il a été illégalement nommé puisqu’aucune délibération du Conseil municipal ne s’est prononcé pour sa dénomination. Précisons de surcroit qu’il s’agit de clientélisme électoral, en faveur des (anciens) légionnaires, donc d’un détournement de pouvoir par le maire !

Je n’ai rien de personnel contre les légionnaires, et encore moins contre le capitaine DANJOU. Mais je suis Français et républicain, et je ne tolère pas que les associations d’anciens combattants agissent en groupe de pression ; et que la municipalité, les favorise quelconquement avec un but dissimulé qui est le clientélisme électoral. Et MEHLHORN qui veut conforter un soutien des anciens combattants à sa personne ; eux qui soutenaient SPICHER en 2014.

Il faudrait parler un peu de ce rassemblement des anciens légionnaires, qui a lieu généralement le dernier samedi du mois, pour reprendre les chants de la Légion. On y retrouve parfois Daniel GUETTO, adjoint au monde combattant. Est-il lui-même un ancien légionnaire ? Pas à ma connaissance. Alors, il faudrait sérieusement arrêter la confusion des genres et l’instrumentalisation, voire la prostitution, de la chose militaire auprès des politiques.

C’est pourquoi j’annonce ici (et je me fous de ce que pensent les légionnaires qui de toute façon ne votent pas pour moi) que je vais déposer un recours en contentieux contre cette dénomination, en tant qu’elle est irrégulière ! Et tant mieux si le nom de DANJOU est ensuite confirmé par le Conseil municipal, mais on va le faire conformément à la Loi, parce que c’est une affaire de la commune, et pas une affaire du seul maire et à la rigueur de son adjoint.

Je termine sur le procès qu’on me fera sur le fait que les légionnaires ont versé leur sang pour la France, et que ce n’est pas mon cas à moi qui ait 26 ans. Moi, je suis Français par le sang et par le sol, et j’en ai les preuves sur cinq générations (je ne peux pas remonter plus haut). Mes ancêtres ont aussi donné leur sang, voire donné leur vie pour ce pays. Et moi, en 2018, je me bats, politiquement, pour conserver la France, et ses valeurs, pour laquelle ils ont combattu !

Et ces valeurs, ce ne sont pas le lobbying ni le clientélisme. C’est le respect des lois, et de la légalité républicaine. Et l’égalité fait que personne n’est au dessus ; pas même un élu ou une personne qui s’est battu au sens propre pour défendre le pays ! Et je trouve de plus en plus qu’on est en train de détruire la France du Conseil national de la résistance ; et on ne peut pas se réclamer d’une Histoire allant dans un sens, et faire le contraire !