Archives du mot-clé cimetière du Plateau

SCOOP ! Deux Saviniens garés sur l’aire de covoiturage du cimetière Champagne à Savigny-sur-Orge (Essonne)

Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire !

Notre rédaction a enfin trouvé deux Saviniens qui ont utilisé l’unique aire départementale de covoiturage à Savigny-sur-Orge, située devant le cimetière du Plateau.

Alors démarche écologique sincère, ou opportunité surprise pour sauver la planète ? Sur place, nous les avons rencontrés pour comprendre leurs motivations.


Savigny-sur-Orge, le mercredi 17 juillet 2019. Claire V. 19 ans et Olivier V., 27 ans, sont deux habitants du quartier des Gâtines. (Si, si, représente)

Ils roulent dans une C3 diesel de 2011, d’un adorable bleu ciel, qui est Crit’Air 2, et qui ne pourra plus rentrer dans la Zone à faible émission (ZFE) de la Métropole du Grand-Paris à partir du 1er janvier 2024. Big up au conseiller métropolitain savinien Sébastien BÉNÉTEAU qui a voté l’interdiction, bien que n’étant pas élu dans la zone concernée.

Mais ils s’en foutent, parce que la voiture affichant 110 000 km, ils en auront bien acheté une nouvelle d’ici là pour soutenir l’absolument pas polluante industrie de l’automobile. Rappelant au passage que la pollution automobile ne représente que 15 % des pollutions françaises, mais chut ! Et puis, en Tunisie, 200 000 km, ce sera toujours une première main !


Olivier V. commence : Nous nous rendions au cimetière pour nous recueillir car cela fait un an que notre grand-mère est décédée.

Claire V. poursuit : Quand nous sommes arrivés, les places étaient libres, et mon frère qui me fait la conduite accompagnée (premier soupir) m’a dit : « Gare-toi là, je vais faire un article pour me foutre de la gueule de MEHLHORN. (deuxième soupir) »

Olivier V. réagit, une pointe de xénophobie dans la voix : Pour une fois que ces places ne sont ni squattées par des Roumains, ou des camions qui ne peuvent pas se garer sur l’aire poids-lourds qu’il n’y a pas.

Claire V. très gênée : C’est surtout qu’en se garant à ce niveau-là, on évitait une manœuvre dans l’avenue Charles-Mossler, et on pouvait reprendre directement l’avenue Robert-Leuthreau.

Olivier V. reprend : Ces places sont plutôt une bonne idée. C’est la première fois que je m’en sers, et cela me ferait presque oublier que la majorité départementale de M. MEHLHORN a augmenté de 29 % la part départementale de la taxe foncière en 2016.

Claire V. poursuit : En même temps, nous n’allions pas nous garer dans le cimetière…

Olivier V. rebondit : Il faudrait alors que mon médecin traitant daigne me recevoir en consultation au moins une fois par an afin de me délivrer un certificat médical désormais nécessaire à obtenir l’autorisation d’entrer mon véhicule dans le cimetière, évidemment à renouveler tous les ans, au cas où je sois une personne âgée qui ait soudainement retrouvée ma jeunesse d’une année sur l’autre. Je dis donc Merci MEHLHORN !

Claire V. change de sujet : C’est dommage qu’il n’y ait pas d’autres places de covoiturage ailleurs dans Savigny, parce que franchement au cimetière, cela ne sert pas à grand chose…

Olivier V. ré-intervient : Déjà qu’il n’y a pas de stationnement résidentiel dans Savigny… Et puis on pourrait aussi élargir la durée des zones bleues, et mettre en place un système de stationnement en zone orange sur une demi-journée. Et est-ce qu’on parle des tarifs du parking Davout, et du gâchis de la gare routière, et des bus qui stationnent le moteur allumé…


Notre rédaction, comprenant un peu tard avoir lancé un candidat aux élections municipales, qu’elle ne pourrait plus faire taire, a arrêté là l’entrevue, malgré les propositions qu’il continuait d’égrainer encore plusieurs minutes après.

Mais une rumeur persistante veut qu’un autre candidat aux élections municipales, un certain Bernard B., ait encore plus de propositions, et qu’elles soient encore meilleures, et que même que quand nous les connaîtrons, mais pas trop tôt pour que les autres candidats ne puissent pas les copier, alors nous serons tous ébahis et impressionnés !





Chronique d’une violence symbolique administrative ordinaire en mairie de Savigny-sur-Orge

À Savigny-sur-Orge, la déclaration des décès ne se fait plus en mairie principale, mais dans un service détaché (Décès-cimetières) qui se trouve au cimetière du Plateau. Encore faut-il le savoir (ce n’est même pas sur le site internet de la Ville). Mais surtout que l’accueil d’une personne en deuil, qui se trompe en venant en mairie principale, soit humain, au moment de la renvoyer vers le cimetière. Car ce n’est pas réellement le cas.

Ce mardi 3 mai, j’ai donc joué le rôle de l’idiot (je le fais très bien ; on en viendrait presque à croire que c’est naturel) et je me suis rendu en mairie pour demander des renseignements. Or, on m’a mal indiqué, pour changer… Un fait exprès parce que je suis VAGNEUX ? Ou une nouvelle incompétence ? Toujours est-il que je me suis ensuite fendu d’un petit courriel pour dire ma façon de penser, augmentant au passage l’admiration et l’amour que me porte l’administration.

J’ai donc écrit au maire pour qu’il sache ce qui se passe dans sa mairie, au Directeur général des services qui devrait théoriquement organiser les services de manière rationnelle, à la responsable du service des Affaires générales et de l’État civil, et à la jeune femme qui m’a mal renseigné. Ce qui m’énerve est que tous ces gens pourraient très bien travailler s’ils étaient bien encadrés et qu’ils profitent du laxisme et de ma condition d’opposant, pour ne rien faire…


Envoyé le mardi 3 mai 2016 à 16 h 00

Monsieur le maire,
Monsieur le Directeur général des services,
Madame le responsable du service d’État civil,
Mademoiselle,

Dernièrement, plusieurs Saviniens m’ont alerté quant à « l’inhumanité » de la machine bureaucratique savinienne lorsqu’ils viennent déclarer un décès. Ils m’ont demandé de dénoncer cette situation sur mon blog.

Sur le coup, je pensais qu’ils exagéraient. Pour eux, cela signifie au moment de la déclaration qu’ils sont mal reçus, qu’ils sont baladés et que les conditions de travail au service Décès ne leur semblent pas correctes (ni accueillantes ni respectueuses de la personne qui y travaille).

Je commencerai donc par vous suggérer svp d’actualiser les tarifs des concessions présents sur le site internet de la Ville (ils datent de 2013), et ensuite et surtout de préciser que les formalités d’état civil ne se font plus exclusivement qu’au service Décès-cimetières, dont vous pourriez préciser l’adresse, ce qui n’est pas très clair à la page suivante : http://www.savigny.org/spip.php?article1150

Tarif-201

Capture d’écran réalisée le 05 mai à 14 h 05 ; les tarifs sont ceux de 2013 et ont augmenté depuis.


Ce matin, 3 mai 2016, je me suis présenté en mairie principale au service des Affaires générales pour obtenir plus de renseignements sur le service Décès et j’en ai dressé trois constats :

1. On ne pouvait pas répondre à la personne qui était devant moi dans la file d’attente parce qu’il n’y avait personne au service qu’elle demandait, depuis vendredi !!!

Cette situation m’a interpelée, plutôt révolté, parce que cette personne pleurait, et que face à elle, il n’y avait pas d’empathie de la part de l’hôtesse d’accueil.

Vous êtes pourtant une administration publique. Vous êtes régi par le principe de continuité administrative. Il est intolérable que de telles réponses puissent être données aux administrés.

2. Au service d’état civil, on m’a dit qu’il fallait que je me rende au cimetière du Plateau pour déclarer un décès.

3. Véronique WOZNIAK n’était pas là. (Je ne sais pas s’il faut écrire « encore »)


Cet après-midi, je me présente au cimetière du Plateau et je tombe sur un écriteau m’indiquant que le service est fermé jusqu’au 16 mai.

DSCN4454

Le gardien m’indique que seule Véronique WOZNIAK est habilitée à signer l’acte de décès. (Disons les membres du service des Affaires générales qui ont obtenu délégation et le maire ; en tout cas pas lui)

De là, des questions auxquelles j’apprécierais svp une réponse formelle, que je publierai si je reçois :

Comment est-il possible qu’on m’ait envoyé ce matin vers le cimetière quand, pendant la période de congés de la seule personne officiant au service décès-cimetières, il faut en fait aller en mairie principale ???

Qui agit lorsque Mme WOZNIAK n’est pas là ? Pourquoi aucune note de service n’a-t-elle prévenu le service de l’État civil de ces congés ? La communication en interne ne doit pas se faire que lors des vols de cartes d’identités.

Est-ce que vous ne pensez pas qu’un deuil est une souffrance et une violence symbolique suffisante pour éviter à une personne endeuillée d’être soit mal reçue par l’accueil soit en plus baladée ? (En l’occurrence, trois fois dans mon histoire)
Déjà que le service d’État civil est incapable de relier les registres des décès et d’en archiver copie comme le veut la Loi, respectez svp l’ensemble des administrés saviniens.

Restant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Monsieur le maire, Monsieur le DGS, Madame le responsable du service d’État civil, Mademoiselle, l’expression de ma considération distinguée.

Olivier VAGNEUX


Remarquez que la pique de la dernière phrase tombe la veille du courrier du Procureur qui indique ouvrir une enquête pour ce fait  irrégulier. Le hasard ! À part cela, on dirait bien que VAGNEUX ne peut pas s’empêcher de dénoncer. J’imagine que pendant la guerre, il aurait collaboré avec l’Allemagne nazie. En plus, il instrumentalise ses contentieux personnels avec MEHLHORN en disant agir au service des habitants. Que dalle, c’est vraiment un sale type !


Pour terminer et pour ouvrir sur autre chose

DSCN4449Les Saviniens auront tôt fait de remarquer que les trois seules places de covoiturage à Savigny se situent devant le cimetière du Plateau. Je n’ai jamais vu une seule voiture dessus, mais il est vrai que le cimetière n’est pas le lieu que je fréquente le plus… Le plus fort est qu’il est quand même interdit de circuler dans la rue et donc de stationner sur ces places le jour du Souvenir des défunts, le 2 novembre.

DSCN4450

Mossler-Toussaint