Archives du mot-clé chômage

Et REBSAMEN acheva de compléter son CV politique

Ainsi va la vie. François REBSAMEN (PS) est réélu maire de Dijon et président de la communauté urbaine du Grand Dijon. Il quitte donc le Gouvernement où il occupait le poste pourri de ministre du Chômage (pardon du Travail). Il n’aura rien fait. Il n’avait pas d’ambitions. Il retourne finir sa carrière politique bien au calme.

Rebs était déjà ancien sénateur, ancien conseiller général… Le voilà ancien ministre. Cumulé à ses indemnités de maire d’une ville de plus de 100 000 habitants (151 000) et de président de communauté urbaine, je pense que l’homme connaîtra une retraite mensuelle à cinq chiffres. D’ici à ce qu’on lui rajoute ensuite une commission théodule : le Conseil constitutionnel ?

Ministre oui, mais à l’Intérieur

Rebs voulait l’Intérieur et il aurait certainement été bon. C’est en plus un ministère qui réussit quand on vise le premier ministrat voire la présidence. Il faut dire qu’il s’y connaît avec Dijon qu’il a bien quadrillé de caméras de « vidéo-protection » (c’est le terme de gauche et quand on est à droite, on parle de « vidéosurveillance »). Mais HOLLANDE avait choisi VALLS en 2012.

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Puis VALLS pas fou n’allait pas mettre une personne comme Rebs pour lui succéder au cas où qu’il se montre bon. Pire imaginons qu’il ait été en première ligne au moment des attentats de janvier, on en faisait un président en 2017. Non, il fallait s’en débarrasser alors on l’a mis au ministère dont on ne peut rien tirer et où on ne peut rien faire : le Travail…

Le Travail plutôt que le Sénat à droite

Jean-Pierre BEL, président du Sénat de 2011 à 2014 l’avait dit dès le départ : il ne ferait qu’un mandat. Donc il lui fallait un successeur qui soit de gauche si le Sénat restait à gauche. Mais comme il est passé à droite, Rebs a préféré éviter de se ramasser face au candidat de la droite et partir quêter un ministère. Il ne restait alors que le Travail pour calmer ses ardeurs.

Le ministère impossible

Dépendant de la santé économique de la France, nos socialistes détestés ont malgré tout compris que le keynésianisme n’avait jamais fonctionné et qu’il ne servait à rien de créer de « faux » emplois publics. Donc on ne fait rien et on se retrouve tous les 26 ou 27 du mois pour annoncer la hausse. J’exagère bien sûr. Entre cela, on visite des entreprises et Pôle emploi.

Qui pour lui succéder au Travail ?

Forcément quelqu’un qu’on déteste pour qu’il s’y casse la gueule. Donc un aubryste sinon un frondeur. Alain VIDALIES semble bien parti. Mais comme la rumeur veut que Anne HIDALGO ait accepté l’organisation des JO à Paris en échange de l’entrée de son mari au Gouvernement, je pense fort à l’aubryste Jean-Marc GERMAIN.


Loi du non-cumul oblige, Rebs est obligé de démissionner. Enfin, cela ne semble pas trop difficile pour lui. Ce que je trouve dommage est la résignation (ou la lucidité) dont a fait preuve Rebs jusqu’au bout : je ne peux rien faire, je ne fais rien. Son successeur fera-t-il autrement ?

Éditorial : en vacances, on ne devrait avoir que des bonnes nouvelles

Tous les lundis, je propose un éditorial dans lequel je commente trois faits d’actualité de la semaine écoulée. Bien sûr, il serait possible d’en commenter plus car nous ne pouvons pas oublier le décès de Robin WILLIAMS ou feindre d’ignorer l’avancée du virus Ébola. Voici l’éditorial de la semaine du 11 au 17 août 2014.

On va commencer par du positif : le record de médailles pour les athlètes français (23) en compétition européenne. Et d’apprécier que ces athlètes, dont certains parlent à peine le français, chantent TOUS la Marseillaise sur les podiums, ce qui n’est pas le cas dans tous les sports. Du beau spectacle malgré quelques polémiques notamment dues au comportement indigne de Mahiedine MEKHISSI ou à certaines disqualifications limites. On peut aussi apprécier le troisième place de l’équipe de France féminine de rugby, même si on espérait mieux.

En septembre 2012, François HOLLANDE affirmait au JT de TF1 que « la reprise est là« . Je l’attends toujours et déplore de voir que la croissance française est dorénavant et durablement nulle, selon l’INSEE. D’autant que la consommation intérieure diminue, que le chômage augmente et que les exportations stagnent. Je crains désormais que ce ne soit une dernière étape avant la récession, qui si elle ne sera pas catastrophique, sera douloureuse. Au moins, on risque alors de connaître une déflation, mais dont les premières victimes seront les producteurs français. C’est cela, la conséquence d’une fiscalité confiscatoire… Rappelons enfin pour l’anecdote que le camarade HOLLANDE dans son programme annonçait 2 % de croissance pour 2014 ! (et 2,25 % en 2015)

Enfin, comment ne pas parler de ce qui se passe en Irak ? Mais à en croire la presse irakienne (dans sa version traduite), tout va aller mieux grâce au nouveau Premier ministre Haïdar AL-ABADI qui remplace Nouri  AL-MALIKI. Pourtant, je ne crois pas que ce sont ces changements de politique intérieure qui rendront l’armée plus efficace contre les jihadistes ou qui protégeront plus les Yézidis et les chrétiens. Au moins, Saddam HUSSEIN maintenait un semblant de paix dans le pays. Maintenant, on arme aveuglement tous ceux qui peuvent s’opposer à l’État islamique en Irak et au Levant. Créons un futur bourbier afghan pour préserver nos armées de 2014 et repousser à plus tard des combats plus violents, plus meurtriers et moins contrôlables.

Bonnes vacances à ceux qui en ont encore. Bon courage à ceux qui reprennent.

Éditorial : il faut attendre deux Français sur le podium pour parler du Tour de France.

Chaque semaine, je décrypte l’actualité qui m’a marquée dans un court éditorial. Voici celui de la semaine écoulée du lundi 21 juillet au dimanche 27 juillet 2014.

Il ne servirait à rien de continuer à se faire peur en revenant sur les différents accidents de la circulation qui touchent notre pays et qui ont amené le président HOLLANDE à déclarer un deuil de la Nation qui commence ce lundi 28 juillet jusqu’au mercredi 30 juillet inclus. Reste que l’histoire d’un chauffeur qui ne sent pas venir l’hypoglycémie est inquiétante, même si l’homme de confession musulmane nie avoir pratiqué le jeûne du ramadan.

Les bonnes nouvelles qui nous mettent un peu de baume au cœur nous viennent du sport : en escrime, les Français sont champions du monde par équipe à l’épée (épreuve masculine). En cyclisme, plusieurs Français obtiennent de très bonnes places au Tour de France comme Jean-Christophe PÉRAUD (2ème), Thibualt PINOT (3ème) et Romain BARDET (6ème). Et une mention spéciale pour l’Essonnien Tony GALLOPIN qui termine 29ème. Merci à eux !

Les moins bonnes nouvelles nous viennent de l’importation du conflit israélo-palestinien sur nos terres. Le Gouvernement commence enfin à faire preuve de fermeté avec des peines immédiates allant jusqu’à six mois de prison ferme pour les manifestants casseurs ! Taper sur la Police vous coûte toujours moins que balancer votre chat contre un mur (Attention, ce comportement n’est pas à reproduire à la maison). Et personne ne dit rien contre le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) de Olivier BESANCENOT qui continue à appeler à la participation à des manifestations interdites. Preuve en est qu’il n’arrive plus à mobiliser ses électeurs qu’autour de la reconnaissance d’un état palestinien (comme le Front de gauche).

Enfin, tandis que le chômage augmentait de 0,3 % en juin 2014, l’Assemblée préfère perdre son temps, avant d’être bloqué par le passage à droite du Sénat en septembre, à voter une carte des régions. Elle ne durera pas tant la fronde des élus locaux est grande et elle ne permet surtout aucune économie. Mais là encore, le sentiment de changement fait toute la différence et endort les sots. À moins qu’elle ne focalise toute l’attention sur un sujet secondaire, permettant de ne pas traiter les réformes principales et urgentes. Bon été !

Retrouvez ici mon précédent éditorial de la semaine dernière.