Archives du mot-clé censure.

Censuré sur le site du PS pour les départementales Essonne2015

Non content de mes commentaires, voilà que je suis censuré sur le site Essonne 2015 de la « Gauche rassemblée« . J’imagine que le passage qui a fâché le modérateur est celui où je cite un tweet de la candidate ARDAKANI datant du 25 mai 2014. Un message dans lequel l’actuelle candidate insulte le choix souverain du peuple Français.

CA-TW-250514

N’étant ni incestueux ni victime d’un syndrome œdipien, je ne m’insulterai pas à aller « niquer ma mère ». Donc où se situe Mlle ARDAKANI ? Parmi les gauchistes ou les Français ?

En même temps, c’est presque une fierté d’être méprisé par un parti qui se fait l’ennemi du Peuple français en remettant en cause le programme d’action du Conseil national de la résistance (écrit à l’union des ennemis politiques d’hier).

Au fait, qui est le webmestre qui fait ce très beau site ? J’espère que ce n’est pas Damien MARILLER, le rédacteur en chef d’EssonneInfo qui avait conçu le site de campagne de Pierre GUYARD pour les élections municipales de mars 2014 à Savigny-sur-Orge…

Capture d-e-cran 2015-02-18 a- 15.13.32

 

Publicités

Cinq publicités qui m’énervent passablement

En ce moment, cinq publicités de la télévision m’agacent. Outre qu’elles ne me touchent pas, elles me remontent contre les produits qu’elles vantent et m’inspirent cette critique. Pire, je me demande comment les autres peuvent ne pas penser comme moi et ne s’insurgent pas contre ces media, parfois interrompus par des programmes TV.

La publicité est souvent débile et ceci, depuis que la « réclame » est passé aux mains de boîtes de communication remplis de ces publicistes, qui ressemblent à la caricature qu’en font d’eux les Inconnus (cocaïnomanes et vénaux). Tout le problème vient du modèle de financement de la télévision, complètement nul en France, qui oblige les chaînes publiques à diffuser des pubs sur du « temps de cerveau disponible ».

1. Sexe I : pour vendre des boîtes de préservatifs

Prenez un œil et une bouche que vous posez sur des jambes des dames de FAIZANT (fines et longues). Et vous avez des personnages prêts à vous parler de préservatifs. Oui, mais ils vous vantent ce qu’ils appellent un dispositif médical… Alors si c’est une question de santé, donc une problématique sérieuse, pourquoi ne pas élever un peu le débat avec de vrais personnages voire, soyons fous, un vrai médecin (pas un sexologue de publicité) ? Je n’écris pas de dessiner un phallus mais d’être un peu plus responsable.

2. Pour faire acheter des montres de collection en France

Quel bonheur de savoir que je pourrais avoir la même montre que celle qui équipait les pilotes de la Luftwaffe lorsqu’ils bombardaient la France en 1940 !!! De qui se moque-t-on en injuriant ainsi la France ? Et pourquoi pas me vendre la montre de HITLER tant qu’on y est ? Qui est chargé de relire les scripts de publicités ? Pour autant, ne nous élevons pas contre tout ce qui a pu aller contre notre Nation, mais demandons un peu de respect et de délicatesse dans ces propos : qu’on nous propose des montres d’aviateurs !

3. Pour vous prévenir des accidents de la route

La dernière de la Sécurité routière : une petite fille, sur une route manifestement à 90 sinon à 70, demande à son papa s’il s’arrêtera avant l’accident et maman la rassure en disant que oui. Sauf qu’un connard ne respecte pas la priorité à droite et percute le véhicule. Au-delà d’un choc à 50, les risques de trépasser dans un choc d’accident de voiture grandissent. On ne va donc pas rouler à 50 partout pour se prémunir des incapacités des autres : c’est le contrat social. Donc mauvaise pub pour un mauvais message !

4. Sexe II : pour vous vendre des gels orgasmiques

Un(e) sexologue est à votre écoute pour parler de vos problèmes de couple et en conclut que vous ne baisez pas assez. (Un sexologue ne ruinerait-il pas son fond de commerce en prônant l’abstinence, ne serait-ce que passagère ?) Mais comme vous êtes vieillissant ou que vous n’avez pas eu de rapports de suite après la naissance de bébé, alors la mécanique est rouillée. C’est pourquoi, paf un nouveau dispositif médical, le gel orgasmique. À titre personnel, je trouve frustrant de marquer si violemment l’impuissance de l’homme.

5. Pour faire du fric autour de la guerre de 1914

Enfin, les journaux de guerre de 1914-1918 réimprimés pour notre plus grand bonheur pour connaître ce que vivaient censles gens (d’après un commentaire qui doit être dit par Patrick POIVRE D’ARVOR). Nous prend-on pour des ignares qui n’avons pas franchi le cap de la 3ème ? Tous les journaux de guerre étaient censurés et à la solde du Gouvernement. Donc on connaîtra surtout la propagande de l’époque plus que les informations véridiques. Ou alors des actualités toutes relatives dans lesquelles on gagne toujours même quand le Front recule…

On pourrait passer des heures à commenter toutes ces publicités débiles tant dans leur fond que dans leur forme. Mais apparemment, elles trouvent leurs publics qui ne semblent pas s’offusquer d’être ainsi insultés. Vivent la servitude volontaire et l’endormissement des masses, c’est sur ces principes que se sont fondées les plus grandes dictatures. Plus il y aura de pubs et plus le temps du cerveau sera disponible pour d’autres pubs.

Réveillez-vous et réfléchissez, bonnes gens. 

De la liberté d’écrire un article

WordPress est une merveille dans la mesure où il peut planifier la publication d’articles. Ainsi, puisque je suis à La-Bastide-Saint-Georges dans le Tarn pour le mariage d’un ami, je ne peux pas être à Savigny pour écrire et publier ce message. Deux jours de coupure que je mets à profit pour publier des brouillons et ne pas écrire.

Lors de la campagne des élections municipales, je m’étais fixé l’objectif d’écrire ou de publier un article tous les jours sur le site de VSA (www.vivons-savigny-autrement.fr). Objectif auquel j’ai failli puisqu’il n’y en eût à peu près qu’un tous les deux jours. Malgré tout, cela m’a conditionné intellectuellement, pour mon plus grand bien.

Le journaliste, pisse-copie ?

Écrire est en effet une mécanique, une gymnastique intellectuelle. Le journaliste en école n’apprend pas à écrire, il ne fait que travailler des techniques d’écriture. Et s’il a été accepté, c’est qu’il savait déjà écrire. Le problème est ensuite de savoir quoi écrire, pour qui écrire et de ne pas trop en écrire. La leçon que je retiendrais de ma première année d’étude est la suivante : « Mieux vaut en écrire dix fois moins pour être lu par dix fois plus. »

Mon défaut : être trop long

Le lecteur français de 2014, considéré comme un débile moyen (sauf vous qui avez la clairvoyance de lire ce blog éclairé), ne peut lire que 1500 signes soit 25 lignes de texte informatique). Ainsi, mes articles ne sont clairement pas accessibles au quidam moyen et vous qui en êtes arrivé à ce niveau là du texte, si vous désirez continuer, ferez un effort intellectuel immense. D’où l’intérêt de travailler en rédaction pour qu’un grand méchant coupe impitoyablement dans vos écrits. D’ailleurs, je fais une pause pour rentrer en concertation avec moi-même… Voilà, je suis unanime (mais pas très drôle).

Ne pas se fixer d’objectifs

Fatalement, il est très difficile d’écrire tous les jours d’autant qu’on n’est pas dans un quotidien national et qu’aucun chèque ne m’attend à l’issue de ces pages. Vient alors la journée au cours de laquelle on n’a pas le temps d’écrire. Alors on se dit qu’on fera deux articles demain, et puis trois. Et puis qu’on se rattrapera aux vacances. Et on fait un « burn out » ou on meurt prématurément. Non, on s’en fiche et on écrit parce qu’on veut dire quelque chose. Et si on a rien à dire, on se tait, comme je ne le fais pas là mais je le ferai dans l’été pendant mes VACANCES.

Oui, je suis libre

Bref, tout cet article pour entretenir mes méninges et rappeler que l’écriture est une expression manifeste de la liberté (la valeur que la droite est censée défendre entre deux affaires à l’UMP). À l’heure d’Internet, plus personne ne peut me censurer et je ne serai jamais en manque de « papier ». De toute façon, ce qui compte aujourd’hui est le référencement. Alors mieux vaut faire pour son lecteur un très bon article tous les dix jours qu’un mauvais chaque jour.

Conseil aux apprenti-journalistes : Conduisez une campagne politique, cela vous coûtera moins d’argent qu’une année d’école de journalisme (4500 € pour ma pomme que le contribuable devrait me rembourser d’ici deux ans) et ce sera sûrement plus formateur.