Archives du mot-clé catéchisme

Scandalisé qu’on n’accepte plus de nouvelles inscriptions au catéchisme, faute d’animateurs

Je suis vraiment très en colère d’apprendre que l’Église catholique à Savigny-sur-Orge (Essonne) n’accepte plus de nouvelles inscriptions d’enfants au catéchisme (hormis en CE1), faute d’animateurs en catéchèse.

Je veux d’abord écrire que je trouve scandaleuse cette manière de faire, de se résigner, d’abandonner, en premier lieu parce qu’on parle de catéchèse des enfants !


Certes, le Christ a dit en Matthieu 19,14 : « Laissez les enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le royaume des Cieux est à ceux qui leur ressemblent.« 

Cette phrase, sorti de son contexte, ne veut rien dire ou ne se comprend pas. Elle sert même à des prêtres qui se croient incarnation du Christ à justifier leur pédophilie…

Mais elle dit surtout quelque chose de l’importance pour l’Église, qui a retenu cette phrase de Jésus dans le canon des Écritures, de ne pas écarter les enfants de la foi parce qu’ils sont capables d’en vivre l’expérience ; et que le respect de leur liberté n’est pas forcément de leur permettre de choisir plus tard, si l’on pense que le christianisme est une bonne religion.

De plus, il y a surtout que le catéchisme, au cœur de notre foi, quelque soit notre âge, est un des premiers liens, voire le premier lien, des enfants avec Jésus.

C’est aussi un lieu de rencontre entre l’Église et le monde, qui permet l’adaptation et la transformation de la première au deuxième ou par ce deuxième.


Alors quand j’entends que les groupes sont complets… Grrr…

Est-ce à croire qu’il y a des quotas de chrétiens à sauver ?

Est-ce qu’on a dépassé le nombre en 2018/2019 ?

Nous sommes pourtant loin des 150 enfants par niveaux en 1970 !

Est-ce qu’on croule sous le fric des dons de chrétiens trop nombreux ?

Comment espérer de futurs chrétiens si l’on se prive de catéchisme, et que l’on refuse des enfants ?

Et la seule réponse que j’obtiendrais à cette question est de me faire reprocher que mon problème est ma propre foi, parce que je ne fais pas assez confiance à l’Esprit saint…


J’ai l’impression que ce choix de limiter les inscriptions, qui peut-être ne concernera qu’un seul enfant mais quand bien même, ne choque personne, que tout le monde s’en fout…

Je n’ai entendu qu’une unique annonce appelant des animateurs, donc je ne trouve pas que l’on cherche beaucoup. Rien dans l’agenda paroissial ou le journal de secteur.

On dira qu’on ne veut pas appeler n’importe qui, notamment pour ne pas refuser les vieux qui ne se proposent d’ailleurs plus.

Mais comme on n’appelle déjà presque personne en particulier, par peur qu’ils refusent ou parce qu’on présume qu’ils refuseront…

Et puis que font nos prêtres et nos diacres ? Ils n’ont même pas un groupe à eux ! Et qu’on ne me ressorte pas l’argument de la pédophilie.

Je ne sais d’ailleurs même pas si l’équipe animatrice en a parlé lors de sa dernière réunion ; j’espère en tout cas qu’elle s’est saisie du problème !


Au pire du pire, tu rajoutes les gamins dans des groupes pré-existants.

Au mieux, tu fais des vrais appels personnalisés, et tu vas chercher les gens.

Mais tu ne refuses personne ! Qui es-tu d’ailleurs pour distribuer ces refus ?

Alors je ne dis pas qu’il faut faire comme dans certaines paroisses où l’on cadenasse les portes et où l’on explique aux gens qu’ils sortiront quand on aura trouvé les animateurs nécessaires.

Mais où va-t-on si on se décourage, si on renonce, si on commence à refuser les enfants parce qu’il n’y a plus assez d’animateurs ? Autant partir tout de suite…


Pour ceux qui ne le savent pas, je me suis moi-même proposé plusieurs fois, depuis un an que j’ai quitté le catéchuménat, pour animer un groupe de caté (école primaire) ou d’aumônerie (collège-lycée), sinon même pour dépanner occasionnellement, sans prendre aucune responsabilité, en appui d’autres personnes.

Mais on a toujours décliné mes propositions, sans réellement de justifications convaincantes :

  • une fois, parce que je provoquais un complexe d’infériorité auprès des autres animateurs parce que je continue de me former ;
  • une autre fois parce que mes engagements politiques n’étaient pas assez fraternels… (cliquez sur la réponse qui m’a été faite pour l’agrandir)

Or, je pense plutôt que c’est ma foi qui est le vrai problème, parce que je réfléchis, parce que je pose des questions, parce que j’exprime des contradictions, y compris contre le pape et l’Église institutionnelle, et qu’on a peur qu’à ma suite, les gens commencent à réfléchir, et qu’ils arrêtent de croire selon leurs découvertes… Comme si par exemple, notre foi devait accepter des choses fausses, comme on en a tant développées au Moyen-Âge !


Je suis en colère de voir mon Église ainsi s’abîmer.

Je ne suis pas d’accord avec ces choix, que je trouve sincèrement inadmissibles !

Je sais que tout le monde se fout de mon avis, mais cela me soulage de l’exprimer par l’écriture.

Et si jamais, parmi mes lecteurs, cela donnait des idées ?



Publicités