Archives du mot-clé caméras-piétons

Caméras piétons à Savigny-sur-Orge : quand Éric MEHLHORN se vante d’enfreindre la Loi !

Toujours la grande cohérence d’Éric MEHLHORN, qui se vante dans les colonnes du Parisien d’enfreindre la Loi ; alors qu’à côté, il fait partie de ces hypocrites qui affirment que la Loi est toujours bonne, et qu’elle a toujours raison !

Donc quand c’est la loi SRU, il faut à tout prix la respecter, et rajouter 4000 logements dans Savigny au pas de charge !

Mais quand c’est la loi n°2016-731 du 03 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale, complétée par décret du 23 décembre 2016 ; laquelle dispose que l’utilisation de caméras-piétons par les polices municipales doivent faire l’objet d’une autorisation accordée par un arrêté du préfet de département, là on s’en fout…

Et effectivement, le préfet et la direction départementale de la sécurité publique s’en foutent aussi, eu égard à un petit courrier que je leur avais adressé, d’une mésaventure avec un policier municipal de Savigny, et qui n’a jamais obtenu de réponses… (cliquez pour agrandir)


Tout comme Robin RÉDA qui a voté la loi anti-casseurs en première lecture, et son très controversé deuxième article qui impose aux citoyens de justifier de se couvrir le visage en manifestation (et c’est là où on se rend compte que l’État français est une brêle parce que les casseurs sont tous fichés, mais qu’on ne les arrête jamais avant 18 heures le soir... – et je passe sur le fait qu’on fasse presque une loi anti-terroriste par an depuis 1986), Éric MEHLHORN est de cette fausse droite qui sacrifie les libertés publiques, au profit d’un sentiment de sécurité, qui ne se traduit même pas dans les chiffres !

D’autant plus que le dispositif des caméras piétons a davantage pour but de surveiller que les policiers ne font pas de conneries, que de calmer les gens qu’ils ont en face d’eux…

Aux dernières nouvelles rendues publiques, elles n’avaient servi qu’une seule fois. Il faut dire que la Police municipale est quand même plus occupée à verbaliser…

Mais quel mauvais signal envoyé que cette Police qui s’arme parce qu’elle est sur la défensive !


Donc si je suis élu, on arrêtera ces conneries, et un certain nombre de caméras (dont une part sera par contre redéployée à des endroits vraiment stratégiques), qui de toute façon ne fonctionnent pas pour les 2/3, à l’exception de celles qui diffusent les images en direct au commissariat et au centre de supervision urbain.

Notre fausse droite est tellement conne qu’elle fait en plus semblant d’ignorer qu’en droit, on ne peut pas se servir d’images de vidéo-protection issues de caméras non signalées… Sauf que les mecs qui se font arrêter, et identifier, ne le savent pas eux…


Si les vols avec violences, le trafic de drogues, contre lequel on ne fait rien, et le nombre de cambriolages explosent, cela reste à mon avis parce qu’il est essentiellement commis par des gens qui sont laissés pour compte du système économique et social.

Alors, oui, je préfère investir dans une police de proximité, et dans une politique économique qui, sans oublier personne, permette de réussir, de manière à réduire les inégalités, et une politique sociale qui rétablisse l’égalité des chances, et aide ceux qui n’y arrivent pas seuls.


Dans Le Parisien 93 du 1er février 2019 (et sur internet)



Publicités

Des doutes sur l’efficacité des caméras piétons à Savigny-sur-Orge

L’expérimentation des caméras piétons par les policiers municipaux s’est officiellement achevée ce dimanche 03 juin 2018. L’occasion pour moi d’exprimer mes doutes sur ce système, initié à Savigny-sur-Orge dans l’émotion, à la suite de l’agression de deux policiers municipaux surprenant (les seuls pas informés) un trafic de stupéfiants. Surtout du fait que ce dispositif n’ait jamais fait ses preuves dans le cadre d’une utilisation pro-active.

Je commencerai en me basant sur le témoignage du chef de la Police municipale, Richard BRUNETTO, dans Le Parisien du 27 mai 2018 :

« D’ailleurs, sur les douze mois d’expérimentation du système, nous n’avons pas eu à démarrer un enregistrement une seule fois. Nous avons constaté que le nombre de situations conflictuelles lors de nos interventions a considérablement diminué. Les gens sont beaucoup plus polis et courtois avec nous lorsqu’ils aperçoivent le voyant vert de veille de ces caméras. »

En premier lieu, le fait que la Police municipale n’ait pas eu à se servir du dispositif, ni même manifestement à menacer de s’en servir, pose une question : la Police municipale, dans le cadre de sa mission de service public, a-t-elle vraiment besoin d’un tel dispositif ?

Ensuite, la diminution du nombre de situation de conflits est-elle liée à une peur de la caméra, ou à d’autres raisons ? Dans quelle mesure un sentiment ressenti peut-il permettre de déduire un lien de cause à effet ; sinon de faire le bilan de l’utilisation du système ?

Il est quand même paradoxal que notre Police municipale ait tellement peur d’aller au contact des gens (et je comprends la colère des résidents du quartier Gare qui ont un budget contraventions allant jusqu’à 1500 euros par an parce que la Police municipale ne sert qu’à verbaliser et à garder Monsieur MEHLHORN qui n’a aucune proposition pour le stationnement résidentiel…) ; qu’elle en vienne à pratiquer une forme de terreur, pour éviter de s’avouer qu’elle est terrorisée.

Bien sûr, il est plus stimulant pour des agents de Police municipale de vouloir jouer les auxiliaires de la Police nationale. Mais je ne pense pas, dans le cadre de sa mission régalienne, que notre Police municipale ait réellement besoin de se cacher derrière un flingue, un gilet pare-balles, un chien et une caméra. Et qui peut croire qu’une personne réellement déterminée sera arrêtée par un des éléments pré-cités ? Nous sommes dans une dangereuse escalade.

Intéressons-nous donc à la remarque de Richard BRUNETTO sur le regain de politesse et de courtoisie des gens face à la caméra, dont j’ignore à quel degré d’interprétation il faut la prendre. Le chef de la Police sait-il que les gens sont hypocrites et évitent juste de la ramener pour ne pas risquer d’aggraver leur cas ? Ou croit-il vraiment que ces caméras font l’éducation des gens, et les transforment en profondeur ; ceux-ci se mettant à aimer la Police ?

Tout continue de me faire penser que la caméra piéton est un dispositif pour que les policiers municipaux se sentent en sécurité ; et je trouve dangereux que des personnes fassent leur métier la peur au ventre. L’Histoire nous montre que plus l’armement de la sécurité civile est important, et plus le régime politique est mal en point… Je préférerai sincèrement qu’on mette cet argent ailleurs, et plutôt qu’on le donne à la Police nationale dont c’est le rôle de nous protéger.

Plus le temps passe, et plus je pense à la suppression partielle ou totale de la Police municipale de Savigny. Tout le paradoxe de la situation est que l’insécurité ressentie prend le pas sur l’insécurité réelle, et que beaucoup de gens prêtent à la Police municipale des vertus qu’elle n’a pas. Dans mon expérience, la Police municipale n’a jamais rien fait pour moi (pour me rendre service), et je n’ai en fait pas l’impression qu’elle en ait beaucoup plus fait pour les autres…