Archives du mot-clé boulangerie Barbey

Savigny-sur-Orge : Seqens (Action Logement) lance un appel d’offres de 6 millions € pour rénover la résidence Chateaubriand !

Bonne nouvelle pour les habitants de Chateaubriand : les 160 logements (plus celui du gardien) vont enfin être réhabilités par Seqens (ex-Sogemac) !

Cette réussite, c’est celle d’un homme, Joël LANGLET, président du groupement des locataires CLCV, qui depuis cinq ans, se bat pour obtenir cette mise aux normes.

Il a multiplié les courriers et les démarches. Il est allé rencontrer la majorité et toutes les oppositions. Il a reçu le soutien de la députée Éva SAS. Il a forcé l’EPT et Éric MEHLHORN à se saisir du problème. Combien de fois l’ai-je croisé qui allait voir le maire le samedi matin ?

Et c’est uniquement quand Joël a réussi à faire valoir qu’un arrêté de péril imminent devait être pris, que Seqens s’est résolu à programmer les travaux pour éviter que ses locataires puissent légalement cesser de payer leurs loyers, surtout que le bailleur aurait aussi eu à les reloger le temps des travaux !

Justement, le programme des travaux, qui doivent durer 13 mois, est explicite sur tout ce qui n’allait pas, et nous disent que Joël avait raison de faire tout ce qu’il a fait, et je peux vous assurer que cela n’a pas plu à tout le monde, et qu’il s’en est pris de partout.


Je rappelle enfin que c’est Joël qui a lancé la pétition pour demander le maintien d’un centre commercial de proximité, après la fermeture de Carrefour contact.

Celle-ci avait obtenu le soutien de plusieurs centaines de Saviniens, notamment de la boulangerie BARBEY qui l’avait affichée dans sa boutique.

Relevons au passage la mise en place par Bernard BLANCHAUD et d’autres associations (Nous Saviniens, Music Culture et Paradox et Citoyenneté Jeunesse) d’une navette pour accompagner les riverains faire leurs courses (à voir combien de temps cela dure ?)

Avec Jean-Marc DEFRÉMONT, nous avions alors essayé de l’aider (Joël) modestement. J’avais aimé travailler avec Jean-Marc à un moment où il faisait autre chose que compter les arbres.

Nostalgie en mai 2018. Avec d’autres résidents de Château, Joël avec le stylo au fond à gauche. Jean-Marc en bras de chemise bleue. Moi qui prends la photo de nos travaux.

Moi maire, je veux aider et appuyer les personnes comme Joël qui essayent de se bouger pour leurs résidences et pour leurs quartiers.

Être modestement un facilitateur de leur action, en mettant la puissance publique au service de la cause qu’ils défendent.


Je termine avec une pointe négative. Le bailleur avait promis que les habitants seraient consultés en décembre. Or, il a déjà lancé l’appel d’offres en novembre, donc c’est mort.

Et aussi, ce n’est pas cela qui règlera les problèmes d’insécurité dans la résidence. Et je n’aime pas du tout personnellement l’œuvre de la PSQ dans le quartier.

Et je pense que c’est notamment pour cette critique précise que je ne m’entends pas avec le commissaire FRANCHET et le major MINISINI, référent PSQ.



Droit de suite : la boulangerie Barbey facture 200 euros la galette municipale savinienne

Édit au 5 décembre 2017 : la Boulangerie Barbey nous fait savoir qu’elle ne fait pas de politique, qu’elle n’est pas à l’initiative de l’évènement et qu’elle se contente de répondre à une demande de la municipalité. Précisons encore une fois que nous nous limitons à poser des questions par rapport à des choix qui sont ceux de la municipalité !

On va encore me reprocher d’en vouloir à la boulangerie Barbey. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien la Commune de Savigny-sur-Orge qui est fautive dans l’affaire. Je trouve effectivement malhonnête qu’elle fasse chaque année une publicité (gratuite) à la boulangerie Barbey en laissant sous-entendre que la galette municipale est offerte par eux, alors qu’il n’en est rien car la boulangerie Barbey nous facture quand même 200 euros !

Le problème n’est pas la somme de 200 euros. Il est d’ailleurs possible de penser que Barbey octroie un tarif préférentiel à la Ville, et qu’à cause de cela, il ne rentre pas dans ses frais par rapport à la quantité et à la qualité fournies. L’ennui est que toute la communication, qui est faite de cet événement par la municipalité, donne à penser que Barbey fait un effort, alors qu’au final, et même s’il y perd un peu, il se contente de vendre une grosse galette à la Ville.

Loin de moi l’idée de dénigrer la Boulangerie Barbey. Je n’en suis effectivement pas client parce que je n’ai pas les moyens, et qu’ils ont toujours une trop longue file d’attente. Mais il y a un moment où il faut arrêter de faire la promotion d’une seule boulangerie au détriment de toutes les autres. Je trouve que c’est à la limite d’un délit de favoritisme tant Barbey apparait dans le livre budgétaire de la commune, donc que c’est la boulangerie « fournisseur officiel »

J’apprécierais donc que la Ville arrête l’hypocrisie, et qu’elle n’ait pas honte de dire qu’elle dépense effectivement 200 euros chaque année pour acheter une galette de qualité à Barbey. Mais je trouverais bien aussi qu’on valorise à tour de rôle les autres boulangeries saviniennes, sinon qu’on ne précise pas le fournisseur de la galette, de manière à éviter de lui donner 200 euros et une publicité gratuite, ce qui de mon point de vue, commence à faire beaucoup…

Au-delà de ça, c’est toute la politique commerciale de Savigny-sur-Orge qui est à repenser, avec l’injustice que les commerces bien vus ont droit à une superbe mise en valeur, alors que les commerces éloignés, par exemple ceux du bout du Boulevard Aristide-Briand, n’ont même pas le droit à la visite du maire ! Et le fait d’avoir des locomotives dont nous sommes fiers, ne doit pas nous faire publier les derniers wagons du petit train commercial de Savigny-sur-Orge.



Y a-t-il favoritisme et/ou enrichissement dans la commande des repas des militaires en opération Vigipirate à Savigny-sur-Orge ?

Édit au 5 décembre 2017 : les commerçants saviniens mentionnés dans l’article nous font savoir qu’ils ne font pas de politique et se contentent de répondre à des demandes qui leur sont faites. Que le nombre de factures se chevauchant au niveau des dates est dû aux différentes sections de militaires se relayant. Précisons encore une fois que nous nous limitons à poser des questions par rapport à des choix qui sont ceux de la municipalité ou de l’État ! Et de juste nous demander pourquoi ces commerçants, plutôt que d’autres.

Nous renvoyons enfin à cet article, répondant à une partie des questions posées dans cet article : https://oliviervagneux.wordpress.com/2017/10/13/droit-de-suite-sur-le-cout-des-repas-des-militaires-sentinelle-deployes-a-savigny-sur-orge/


Autrement écrit, la Ville favorise-t-elle la boulangerie Barbey et le livreur de pizzas Speed Rabbit, qui fournissent la très grande majorité des repas aux militaires en opération Vigipirate à Savigny ? J’ai posé cette question au maire, et nous attendons de voir si nous obtiendrons des réponses. Mais d’ores et déjà, les factures doivent nous interpeller à cause de dates qui se chevauchent et de montants par période pour le moins étonnants !

Nous étudierons particulièrement les exemples troublants d’avril et de mai 2017. En additionnant les sommes, et en tenant compte du forfait ainsi remboursé par l’État de 5 € par repas et par personne, cela voudrait dire que nous servons entre 12 et 15 repas par jour aux militaires de Vigipirate déployés sur la commune. Ce qui, même si je comprends qu’ils mangent aussi plusieurs fois par jour, m’interroge davantage sur le nombre réel qu’ils sont…

Notons aussi que quand les autres communes passent par leurs prestataires de service, préposés à la restauration scolaire ou solidaire, Savigny évite SODEXO, pour la raison, que je présuppose, que le coût unitaire d’un repas Sodexo est supérieur au forfait pris en charge par l’État. Alors tant mieux (ou tant pis) car cela fait aussi travailler des commerçants locaux. Et bienheureux tous ceux qui peuvent bénéficier de ce soudain afflux de nouveaux clients !

Pour la Ville, tout cela n’est qu’un simple jeu comptable qui, pour l’instant et de ce que j’ai pu en vérifier, ne lui a rien coûté car elle a récupéré l’intégralité des sommes déboursées. Cependant parce que les factures sont étrangement émises, alors il faut nous poser certaines questions…

Y compris la plus dérangeante qui ne pouvait germer que dans mon esprit dérangé :

Est-ce qu’il n’y aurait pas un système de fausses factures pour enrichir des entreprises complices, quitte à elles de reverser ensuite une partie de l’argent mal acquis à des personnes, qu’elles soient physiques ou morales (politiques) ? Il n’y a pas de petite surfacturation !

À bien y penser, j’imagine qu’il s’agit en fait d’un rééquilibrage a posteriori pour atteindre ce fameux forfait de remboursement de 5 € par jour et par personne. Un jour, tu dépenses 6 et l’autre 4, et tu modifies les factures pour dire 5 les deux jours. Mais je n’en suis pas sûr, et je n’accuse personne, d’autant que peut-être que Savigny commande aussi des repas pour des militaires en opération dans les villes voisines. À creuser en fonction de la réponse du maire !


Il convient déjà de s’interroger sur le choix de ces entreprises commerçantes.

Pourquoi Speed Rabbit ? Il n’est pas le seul livreur de pizzas de Savigny. Est-il le meilleur ? Tout dépend des goûts.

Pourquoi Barbey ? De l’avis de la file d’attente devant chez lui, il est le meilleur, mais il est aussi un des plus chers. N’y a-t-il pas d’autres boulangeries à Savigny, et notamment à proximité du lieu d’opération. Écrivons donc que choisir Barbey est involontairement blessant pour la plupart des autres boulangeries saviniennes…

J’ai donc interrogé le maire pour comprendre ce choix manifestement discrétionnaire de ces deux prestataires en particulier. Je n’ai rien trouvé qui oblige à passer un appel d’offres, mais est-ce une demande des militaires, ou une proposition spontanée de la municipalité ?


Mais il faut aussi essayer de comprendre les factures, et c’est là que j’ai plus de difficultés. Prenons deux exemples en avril et mai 2017 (cliquez pour agrandir le document).


Sur le mois d’avril 2017 (30 jours), les militaires ont eu 848 € de repas préparés par Barbey plus 496 € de repas préparés par Speed Rabbit pour la période du 17 avril au 30 avril.

Du 7 au 19 avril 2017 (13 jours), ils ont aussi pris 592 € de formule sandwichs soit une moyenne de 45 € par jour.

Puis, du 20 au 26 avril soit 7 jours, ils ont eu 696 € de formule sandwichs soit une moyenne de 99 € par jour !

Et du 17 au 21 avril (5 jours), ils ont en plus pour 120 € de formule sandwichs, alors que ces jours apparaissent déjà dans les autres factures, qui sont toutes établies le même jour soit le 30 avril 2017 !

En tout, cela coûte 2256 € soit une dépense moyenne de 75 € par jour, soit le remboursement d’un maximum de 15 repas.


Regardons maintenant le mois de mai 2017 (31 jours), avec quatre factures différentes, toutes établies le 31 mai 2017 :

Du 02 mai au 14 mai (13 jours), il y a 688 € de repas soit 52 € par jour en moyenne.

Du 19 mai au 31 mai (13 jours), il y a 520 € de repas soit 40 € par jour en moyenne.

Mais il y a en plus 416 € de repas pour la période du 04 au 28 mai, et 200 € de repas pour la période du 05 au 23 mai.

Mais comment peuvent-ils s’y retrouver dans leurs comptes, alors que ce sont des factures établies le même jour ? Pourquoi ne pouvaient-ils pas tout passer sur la même facture ?

En tout, cela coûte 1824 € soit 59 € par jour soit l’équivalent de 12 repas.


Remarquons enfin que les journées du 1er et 3 juin 2017 auront coûté 200 € de repas, soit 100 € la journée. Demandons nous, au vu du forfait de 5 € par jour et par personne combien de personnes ont été nourries ces deux jours ? Des invités ? Une patrouille renforcée ?


Je n’accuse personne mais je pose des questions. Je ne vais pas cacher que je n’ignore rien de la politisation de certaines des personnes évoqués dans l’article. Je demande simplement des explications, car les 5 € de forfait de l’État sont aussi de l’argent public, et qu’ils méritent tout autant d’éviter d’être gaspillés ! Inversement, nos soldats ne doivent pas non plus mal manger pour faire des économies, mais un prix élevé n’est pas forcément gage de qualité.