Archives du mot-clé bétonnage

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : à huit jours des élections, MEHLHORN devient anti-bétonnage !!!

Rappelez-vous de ce tract d’il y a trois mois. La vérité alors rétablie par Éric MEHLHORN était qu’on ne pouvait pas « se résumer » à payer l’amende SRU pour ne pas que les constructions soient réalisées depuis Évry sans que le maire n’ait son mot à dire.


Regardez maintenant ce que dit MEHLHORN, à huit jours du scrutin…

Lequel prétend aujourd’hui assumer cette amende et donc accepter d’être dépossédé de ses pouvoirs de maire, au profit du préfet, en matière d’urbanisme.

Opportunisme quand tu nous tiens ! Notre maire ne sait clairement plus où il habite, et son bilan de 1700 nouveaux logements autorisés parle déjà pour lui… On pourrait encore rappeler que c’est à son initiative que le Conseil municipal, à l’unanimité, a délégué le droit de préemption à l’EPFIF…




Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : halte à la désinformation d’Éric MEHLHORN sur le bétonnage !

Vous admirerez la rhétorique des spin doctors d’Éric MEHLHORN qui parviendraient presque à vous convaincre que c’est défendre Savigny que de bétonner.

Aux termes d’une magnifique inversion accusatoire, les méchants ne sont plus ceux qui démolissent notre cadre de vie, mais les salauds de candidats qui voudraient proposer des solutions alternatives à la bétonnisation de la commune.


Alors comme toujours, MEHLHORN n’est pas responsable, car c’est ici la faute des vilains socialo-écolo-macronistes.

On oublie sciemment que l’Assemblée a eu une majorité UMP entre 2002 et 2012 et qu’elle n’est jamais revenue sur la loi SRU.

On évite également de rappeler que le Grand-Paris est une idée de Nicolas SARKOZY… Et que c’est MEHLHORN qui a voulu que nous rejoignons la Métropole du Grand-Paris.

Et puis évidemment, ne pas dire que la droite parlementaire dans l’opposition (RÉDA ?) ne fait rien contre l’obligation d’un quota de 25 %, et que dans la même logique de MEHLHORN qui nous défend en bétonnant, il est fort probable que ce soit la droite elle-même qui pousse à passer à 30 %, à l’instar de Valérie PÉCRESSE dans le Schéma directeur régional ! 


Puis on en arrive à la terreur et au chantage : vous allez payer une amende (dont on omet de parler du montant), et c’est Évry qui va décider (et on ne s’oppose pas au préfet, parce que c’est la loi et l’ordre, sauf sur Linky).

En omettant déjà de dire que c’est MEHLHORN qui a transféré volontairement son droit de préemption à l’EPFIF, à l’unanimité du Conseil municipal en juin 2019.

Et puis que l’amende, on la paye déjà (mais aussi qu’on peut la flécher).

Enfin, c’est le foutage de gueule intégral. Comme si c’était le préfet qui décidait du style architectural des nouvelles constructions…


Je ne vais pas refaire ici ma réunion pendant laquelle nous avons échangé pendant 1 heure 30 sur les alternatives au bétonnage, et notamment toutes les exonérations que MEHLHORN n’a jamais sollicitées.

Maintenant, vous avez le choix entre quelqu’un, et en réalité trois candidats, qui vous prennent pour des cons et qui vous expliquent qu’il faut de toute façon bétonner, mais que c’est pour votre bien ; et puis moi, qui vous présente des solutions alternatives pour a minima essayer de ne pas bétonner, tout en assumant sa politique.

MEHLHORN veut vous faire croire que nous allons dans une situation dans laquelle le maire n’aura plus son mot à dire. Mais regardez bien ce qui se passe actuellement : MEHLHORN n’a déjà plus son mot à dire. Donc finalement, quelle différence ?




Anecdote : la recherche des sources au Parisien Essonne (Nolwenn COSSON)

Il est environ 14 heures 30 ce mercredi 08 janvier 2020 lorsque je reçois un appel de Nolwenn COSSON, journaliste au Parisien Essonne.

Elle veut m’interroger sur mon programme écolo, par rapport à la réunion publique qu’organise DEFRÉMONT.

Cela me fait toujours sourire un candidat contre le bétonnage, alors qu’il a approuvé le Plan local d’urbanisme et sa modification, entre autres pour se conformer à une loi écolo dite loi DUFLOT imposant 25 % de logements sociaux dans chaque commune, ce qui signifie plus 4000 logements à Savigny qui en compte 17 000. Il ne dit pas qu’il ne les fera pas, mais qu’il concertera pour les faire…

Surtout que le logement social, je me rappelle de comment nous avions été interpellés à Chateaubriand quand on faisait la pétition contre la fermeture de Carrefour contact, et puis récemment comment certains ont fait comprendre à Jean-Marc qu’il n’était pas le bienvenue à Grand-Vaux… Je trouve très schizophrénique de construire des endroits desquels on te dégagera…


J’en reviens à mes affaires. Je signifie donc à la journaliste que j’ai décidé de ne pas répondre au Parisien, ni aux autres sollicitations des médias. Je m’en expliquerai dans un autre article.

Et donc elle me demande, de façon très professionnelle, si elle efface mon numéro de téléphone, et si elle ne m’appelle plus jamais.

Et je lui réponds qu’on va faire cela.


Mais elle ne résiste pas à m’interroger quand même sur la raison pour laquelle je l’aurais interpellé sur Twitter, quand j’ai simplement écrit, en citant son nom, qu’elle avait mis des choses fausses dans son dernier article sur les travaux de l’école Ferdinand-Buisson.

Et on discute, et elle finit par me cracher qu’elle a trouvé ses infos dans le magazine municipal de Savigny.

Et la conversation devient encore plus surnaturel lorsqu’elle argumente que oui, mais c’est ce qui a été dit à la population, sous-entendu que c’est alors forcément vrai !

Mais depuis quand les politiques disent-ils la vérité, et pas ce qui les arrange ?

Donc elle relaie bien la parole de la municipalité, à son corps défendant.


Moi, à l’école de journalisme, j’ai appris la théorie des trois sources.

Mais c’est vrai que je ne suis pas journaliste professionnel, encarté et reconnu par la profession, donc je ne suis pas légitime à dire qu’un journaliste écrit des choses fausses.

Pour le reste, je reconnais qu’elle n’a de toute façon pas le temps de faire plus, et d’aller rechercher dans les documents de marché public.

Je finis justement avec une dernière anecdote : Hassan MANSOUR qui me dit que je ne fais pas de journalisme parce que je n’ai pas la carte de presse.

Et moi qui lui réponds en lui demandant s’il ne mange pas de pain quand il va à la boulangerie mais que c’est un apprenti qui est au fournil !



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : comment Olivier VAGNEUX vient de perdre les voix du quartier de la Mairie

Je prends un malin plaisir à me montrer puant. C’est un ami, et probablement électeur, de Jean-Marc DEFRÉMONT (mais j’aurais pris la même liberté avec n’importe qui d’autre) qui m’écrit gentiment, à la tête d’un collectif de riverains, qu’il ne veut pas qu’on bétonne son quartier (Mairie) et qu’il souhaiterait qu’on construise un parc autour de la mairie.

Et non content de lui dire que son projet de parc ne m’intéresse pas (plus exactement qu’il n’est pas faisable en l’état pour des questions de droit), je me permets surtout de lui renvoyer dans la gueule qu’il aurait pu être un petit peu plus solidaire du reste de Savigny, et par exemple participer à l’enquête publique sur le projet de modification du Plan local d’urbanisme, ou signer ma pétition contre le bétonnage de TOUT Savigny. Mais qu’il ne l’a pas fait…

Je ne me suis pas engagé en politique pour du clientélisme électoral. Les gens qui ne pensent qu’à leur gueule, parce qu’ils n’ont pas compris que nous étions tous interdépendants, et encore plus quand ils sont de gauche et qu’ils passent leur temps à te faire la morale, type « ils veulent du logement social pour Savigny, mais pas à côté de chez eux… » ; ils n’ont qu’à aller voter pour Jean-Marc DEFRÉMONT. Moi, je me passe de leurs voix !

Et si je perds car il me manque ces quelques suffrages, je m’en fous, parce que je suis à l’abri aux Gâtines, et que surtout je suis le seul qui fera vraiment quelque chose contre le bétonnage. Jean-Marc et Bernard sont mignons, mais ils cèderont à la première remarque du préfet.


Moi, je refuse le bétonnage de TOUT Savigny,

et donc du quartier Mairie aussi !

Mais je ne m’engagerai pas contre le bétonnage

du quartier Mairie spécialement !