Archives du mot-clé Aurélie TROUBAT

Ces Saviniens et Nord-Essonniens candidats aux élections européennes 2019

Rapidement vu dans les listes de candidats aux élections européennes 2019 qui en France se tiendra le dimanche 26 mai, sous réserve que je n’ai oublié personne, possiblement non remarqué, notamment dans lesdites « petites listes ».

À noter la présence de deux Wissoussiens (7700 habitants) et d’une paraysienne (7400 habitants)

Toutefois, a priori aucune de ces personnes n’est située en position éligible au vu des derniers sondages…


Audrey GUIBERT, (ex-)Savinienne, secrétaire départemental du RN, 32e de la liste du Rassemblement national,

Éva SAS, ex-Savinienne, ancienne députée élue sur la 7e circonscription, 76e de la liste Europe écologie les Verts,

Aurélie TROUBAT, Viry-Chatillon, maire-adjointe de Viry, collaboratrice du groupe LR/Les Centristes/UDI au GOSB, 40e de la liste LR,

Gabriel AMARD, ex-Castelvirois, ancien maire de Viry, gendre de Jean-Luc MÉLENCHON, 8e de la liste Insoumise

Stéphanie JANKIEWICZ, Paray-Vieille-Poste, fille de l’ancien maire et première colistière de Pascal PICARD, 58e de la liste LR,

Françoise BERNALÈS, Athis-Mons, présidente départementale de l’association du Comité du Souvenir du général DE GAULLE, 30e de la liste Debout-la-France (Nicolas DUPONT-AIGNAN),

Jean-Luc TOULY, Wissous, ancien conseiller régional EELV, 19e de la liste Les Patriotes de Florian PHILIPPOT,

Richard TRINQUIER, Wissous, maire, suppléant d’Éric MEHLHORN au Conseil départemental de l’Essonne, 77e de la liste Debout-la-France (Nicolas DUPONT-AIGNAN).



Un covoiturage payant ; le plan com tout pété du député Robin RÉDA

Encore un coup du hasard ! Y a un journaliste du Parisien, Nicolas GOINARD, qui venait juste pour un reportage sur la grève en gare de Juvisy, et qui tombe sur le député, qui s’apprête à partir sur Paris, en covoiturant trois personnes. Le titre est tout trouvé : « grève SNCF : des voyageurs partagent la voiture de Monsieur le député« . Mais c’est bizarre, parce qu’à aucun moment, l’article ne précise que RÉDA ne covoiture pas gratuitement…


J’aime bien le début de l’article : « il n’a que quelques minutes de retard. » La première fois qu’on le lit, on se dit « waouh » parce que malgré la grève, RÉDA a presque respecté son horaire de trajet. Et puis, on comprend juste qu’il est en retard au départ. Sûrement une conséquence de la grève qui multiplie les bouchons dans Juvisy et autour de la gare, dont à ma connaissance, le député n’habite vraiment pas loin, donc en fait, c’est juste lui qui est parti à la bourre.

Ensuite, c’est le mythe BlablaCar qui s’effondre. Ce sont pas des gens qui se sont dits : on veut aller de Juvisy à Paris, et on va prendre le premier covoitureur venu. Des gens désinformés qui n’auraient même pas reconnu qui se cache derrière la photo de l' »habitué » Robin R, 26 ans, (combien de courses pour obtenir ce grade ?). Non, c’est surtout des potes de RÉDA (ou du moins des gens qui le connaissent) qui étaient manifestement dans la confidence, et qui ont réservé.


L’un d’eux explique : « Robin est un ami de mon fils. C’est lui qui m’a dit qu’il proposait des places pour aller à Paris. »

Donc en fait, BlablaCar, c’est juste pour faire genre, parce qu’il les avait déjà ses covoiturés sans passer par l’application. C’est quand même dommage que Robin ne propose pas un bilan papier de ses premiers mois de mandat, plutôt que des places de covoiturage… Mais peut-être découvrirait-on qu’il ne bosse pas autant que ce qu’il communique ?


L’élu raconte : « Je vais normalement à l’Assemblée en RER. En ce jour de grève, j’ai pris ma voiture et j’en profite pour transporter des personnes qui en ont besoin. »

Charitable Robin ! Et en plus, il est comme nous, il prend le RER (et il fait aussi une photo de sa carte Navigo à chaque fois que ça lui arrive pour la publier sur Facebook ; à la différence que la mienne est toute abîmée parce que je m’en sers, et que la sienne est très bien conservée ; mais c’est cela, les gens soigneux !)


Sur le siège arrière, la collaboratrice parlementaire d’un député MoDem qui vit à Viry-Chatillon (Essonne) et qui elle aussi se rend à l’Assemblée nationale. « Il n’est pas du même bord politique que mon employeur, mais c’est mon député » sourit-elle.

Je sais pas pourquoi cette description m’a fait penser à Aurélie TROUBAT… Mais comme elle bosse déjà pour RÉDA, ce n’est pas possible. Donc là, c’est l’instant politique pour nous dire que RÉDA n’est pas macroniste, mais bien de droite. Mais entre nous, s’il faut être du MODEM, il sera du MODEM… Déjà que de plus en plus d’élus LR quittent le parti, comme Franck MARLIN, avec cette accusation à peine nuancée que RÉDA, toujours lemairiste, offre le parti à LaREM…

Lire notamment : http://www.leparisien.fr/essonne-91/franck-marlin-depute-de-l-essonne-claque-la-porte-des-republicains-12-03-2018-7604949.php

Et http://www.leparisien.fr/essonne-91/entre-consternation-et-etonnement-le-depart-de-franck-marlin-des-republicains-fait-reagir-13-03-2018-7606770.php


Et tout cela raconté par un journaliste qui passait par là… OKLM



Les candidats potentiels de LR aux législatives de 2017 sur la 7e circonscription de l’Essonne

Comme le parti des Républicains ne semble pas assez divisé avec l’organisation de sa primaire présidentielle, c’est un autre conflit latent qui lui donne à nouveau l’occasion de s’étriper dans la presse : les investitures aux législatives. SARKOZY veut que les choix soient faits avant l’été quand les autres veulent attendre la primaire pour limiter les soutiens de circonstance à l’ancien chef de l’État. 

Toutefois, sur les 577 circonscriptions, près de 400 possèdent un candidat naturel qui devrait monter au front quelque soit ses accointances avec les différents caciques en campagne présidentielle. Ce n’est pas le cas de la 7e circonscription de l’Essonne, et je vous propose un rapide tour d’horizon des différentes candidatures possibles, en fonction des soutiens affichés des personnes possiblement en concurrence.


Les deux challengers

  • Robin RÉDA (lemairiste)

Sa force : ses victoires

Sa faiblesse : son carriérisme qui insupporte

  • Laurent SAUERBACH (sarkozyste et juppéiste – en bons termes avec le vainqueur)

Sa force : sa connaissance du Parlement comme ancien assistant parlementaire

Sa faiblesse : sa trop faible notoriété (il n’est connu que dans son parti et à Viry)


Les autres candidats potentiels

  • Julie CREUSEVEAU (juppéiste)

Sa force : son soutien de la première heure et sa fidélité à Alain JUPPÉ

Sa faiblesse : elle est inconnue

  • Christine RODIER (sarkozyste)

Sa force : son expérience électorale

Sa faiblesse : ses premiers résultats sur Athis

  • Éric MEHLHORN (juppéiste) 

Sa force : être le maire de la plus grande commune

Sa faiblesse : il n’a pas la carrure et assume avec difficultés ses autres mandats


Les candidats qui rêveraient d’y aller

  • Nadège ACHTERGAËLE (filloniste)

Sa force : sa fraicheur

Sa faiblesse : le temps qui lui manque

  • Antoine GIUSEPPONE (sarkozyste)

Sa force : son expérience

Sa faiblesse : son âge

  • Pascal PICARD (sarkozyste)

Sa force : le secrétariat de circonscription de LR

Sa faiblesse : sa notoriété hors de Paray

  • Julien DUMAINE (souverainiste donc non représenté à LR)

Sa force : sa réflexion

Sa faiblesse : sa jeunesse


L’hypothèse UDI (en cas d’alliance électorale)

  • Jean-Marie VILAIN (UDI – Nouveau Centre)

Sa force : ses réussites sur Viry

Sa faiblesse : son parti

  • Julienne GEOFFROY (UDI – Nouveau Centre)

Sa force : sa jeunesse et sa maîtrise des finances

Sa faiblesse : son parti

  • Xavier-Roger DUGOIN (UDI – Parti radical)

Sa force : son expérience électorale

Sa faiblesse : son parti (et son nom)

J’ai hésité à rajouter dans ces noms Laurence SPICHER et David FABRE qui rêvent d’envie d’y aller, mais ne sont pas considérés dans leur parti comme des vrais UDI.


Mon analyse

RÉDA, selon le score de son champion, peut espérer bloquer une place par le fait de la proportionnelle (les soutiens à LE MAIRE ne sont pas si nombreux). SAUERBACH miserait plutôt sur une fidélité aux autres poids lourds du parti, et à profiter de leur victoire pour s’imposer. Je pense que l’UDI demandera une place de suppléant à LR et que Julienne GEOFFROY obtiendra le rôle de la « potiche centriste » qui présente bien sur les photos.

La logique de notre circonscription est de prendre un membre issu de Savigny/Viry et un autre de Athis/Juvisy/Paray. Mais cette disposition n’est pas toujours respectée. Dans le premier cas, j’imagine que RÉDA aurait l’investiture avec GEOFFROY en suppléante. Dans le cas contraire, comme je ne pense pas que RÉDA puisse s’appuyer pour la parité sur Aurélie TROUBAT ou Arielle MERRINA, il prendrait ACHTERGAËLE (pourtant LR) en remplaçante.


Il courait à un moment la rumeur que M. TRON, s’il était resté président départemental de LR, aurait bien parachuté Aurélie GROS car il réservait la circonscription à une femme. Mais Stéphane BEAUDET semble avoir accepté l’idée que cela puisse être un homme qui soit candidat. Et tant pis s’il faut payer une amende à LR pour avoir présenté trop d’hommes. Le parti DLR a bien payé une amende pour avoir présenté trop de femmes…