Archives du mot-clé argent-roi

Courage et responsabilité : Éric MEHLHORN et le salon de la gastronomie

Éric MEHLHORN est-il un irresponsable dangereux et/ou un homme inconscient des dangers ? C’est la question que je pose puisque le maire de Savigny a autorisé l’ouverture du salon de la gastronomie samedi matin pour ensuite le fermer trois heures plus tard à 12 h 43, réalisant que la Préfecture de Police avait pris un arrêté à 03 h 14 et que l’état d’urgence, annoncé vers 00 h 10 mais décrété à 01 h 35, avait commencé à minuit ce jour.

Après les attentats de la nuit de vendredi à samedi, j’ai pris sur moi d’appeler la mairie pour savoir s’ils étaient ouverts et si le salon des vins et de la gastronomie était maintenu. J’ai appelé à 10 h 34 et l’hôtesse d’accueil m’a répondu que le salon était ouvert le samedi et le dimanche tout en fermant le samedi soir à 20 h car l’événement festif du soir était annulé. Et puis, je lis le compte Facebook de notre première adjointe et les raisons invoquées par la Ville à 12 h 44.


Panique, il faut évacuer (lisez les commentaires) – bravo la communication

À 12 h 43, Nadège ACHTERGAËLE, première adjointe de Savigny fait savoir par Facebook, qu’à la suite de la CALPE qui annule tous ses événements culturels et sportifs, le salon de la gastronomie est en cours d’évacuation. À 12 h 44, la Ville l’annonce à son tour en invoquant elle aussi la situation d’état d’urgence. Rappelons qu’il s’agit d’un décret présidentiel annoncé vers 00 h 10 et signé à 01 h 35. Savigny a donc mis 12 heures à percuter l’information…

AA-gastronomie

SSO-1244


La CALPE avait anticipée

Bonne élève, notre agglomération a pris les devants dès 00 h 44 ! Mais annuler un salon des jeux de société est sûrement moins dommageable que d’annuler un salon de la gastronomie. Car tous les marchands présents vont avoir perdu deux journées de travail. Donc pour leur permettre de faire de l’argent, et au mépris de toute sécurité, Éric MEHLHORN va tolérer 2 heures 45 de ventes de foie gras et de bonnes bouteilles… L’argent plus important que la vie ?

  CALPE-eu


On dirait bien que MEHLHORN était déconnecté

À 03 h 14, la Préfecture de Police annonçait déjà que le salon ne pourrait avoir lieu puisque le salon des vins et de la gastronomie est un événement public. À 03 h 23, c’est le Préfet de l’Essonne qui relayait l’information que le Gouvernement confirmait. Alors un pas en avant, un pas en arrière, Savigny a essayé de contenter tout le monde et au final, s’est encore humiliée en ne respectant pas le principe de précaution le plus basique en période d’attentat…

Interdiction-manif-0314 Pref91 


Je ne suis donc pas certain qu’il soit très malin d’organiser une cérémonie publique en extérieur mais je pense que je m’y rendrai en curieux. Voyons comment la foule a eu peur et paniqué ce dimanche 14 novembre place de la république à Paris. Moi-même, j’ai sursauté lorsque hier soir vers 20 h 40, de jeunes cons de Morangis ont fait explosé un pétard derrière chez moi. Heureusement ont-ils vite crié leur méfait car tous les voisins étaient à leur fenêtre.

Rass-Rep-161115

Pour un Carême en conscience sans souffrance

Les chrétiens de 2015 ont une tendance certaine à vouloir faire du Carême l’équivalent d’un « Ramadan chrétien« . C’est à dire une période de 40 jours au cours de laquelle ils se privent pour réaliser l’importance de la place de Dieu de leur vie. Mais si pour l’islam, le mois de ramadan est un mois pour Dieu, pour les chrétiens, c’est toute l’année qui Lui est consacrée. D’où l’importance de ne pas être hypocrite dans sa démarche de Carême.

Je ne suis donc pas tout à fait d’accord avec la vision simpliste mais compréhensible du Carême que nous proposons à nos catéchumènes. Non, cette période n’est pas qu’un temps de combat (qui est permanent) au cours duquel le croyant doit renforcer son partage, son pardon, sa pénitence et sa prière (ce que j’appelle les 4P). C’est plutôt le temps de la prise de conscience des mystères divins que nous sommes invités à placer au centre de notre vie.

Une démarche de l’Église avant d’être une démarche personnelle

Puisque le chrétien n’est pas hypocrite et ne va pas concentrer sa pratique sur 40 jours plutôt que sur l’année entière, alors il va d’abord vivre l’adaptation de son Église qui modifie sa liturgie (règles du culte). Par un choix de textes précis et significatifs, par la pratique de rituels spécifiques et par la récurrence de célébrations dédiées, le croyant est invité à suivre un autre rythme de vie qui le préparent à prendre conscience de l’Amour de Dieu.

Du mystère de l’Amour à l’appel au témoignage

Je considère, en dépit de ce qu’en dit la théologie catholique, qu’il existe trois grands mystères divins. J’entends par « mystère » des faits, relevant de la croyance, qui dépassent notre entendement et que l’on ne peut exister scientifiquement, sans quoi ils ne seraient plus des mystères. Je parlerais donc ici 1) de Dieu 2) de l’Incarnation 3) de la Résurrection avec ce que chacun des mystères nous dit de l’Humanité.

1) le mystère divin : Dieu existe et il nous aime. Pourquoi autrement des gens voueraient-ils leur vie au service de leurs frères ? Le Carême nous invite à témoigner de l’Amour de Dieu (donc par analogie de son existence) et surtout à le mettre en pratique.

2) le mystère de l’Incarnation : Dieu s’est fait Homme et il est venu connaître notre vie. Celle de Jésus racontée dans l’Évangile n’a pas été facile  : il a connu les joies et les peines de tout homme. Mais il était dans l’action et nous invite à nous engager dans ce monde.

3) le mystère de la Résurrection : Jésus a dû mourir pour ressusciter et il nous promet la Vie après notre mort. Il nous invite à ne pas avoir peur de la fin et à lui faire confiance quant à qu’il viendra tous nous chercher. Mais le Royaume de Dieu se construit d’abord ici.

Du rejet de la souffrance

Quelle blessure a dû sentir Dieu lorsque les Hommes ont crucifié son fils ! Lui-même n’a pas pu le sauver sur la Croix et a certainement dû souffrir de voir son fils unique mourir sous ses yeux. De la manière qu’il souffre des malheurs de notre monde contre lesquels il ne peut rien. Pour cela, Dieu ne peut pas nous demander de souffrir encore plus dans notre vie et il nous invite à apaiser les souffrances des autres, comme Jésus a pu le faire de son vivant.

La Carême n’est donc pas un temps de jeûne et d’adoration. Ni un temps de djihad (effort sur soi) comme j’ai aussi pu l’entendre. Il est juste un moment dans l’année que l’Église valorise pour faire mémoire de l’action de Dieu dans nos vies. Un temps au cours duquel nous sommes invités à vivre en conscience notre mission de baptisé (qui reste la même qu’au long de l’année) : célébrer ensemble (prêtre), annoncer l’Amour et la Paix (prophète) et vivre et servir (roi).

Pour les États-Unis et la SNCF, un juif vaut 100 000 US dollars

Un titre provoquant pour une information non moins choquante lue sur France TV Info et vérifiée. Ira-t-on m’accuser d’antisémitisme voire de négationnisme pour cet article ? Toujours est-il que l’Humain ne se marchande plus, sauf pour certaines entreprises qui veulent faire du fric. Honte sur la SNCF et les États-Unis d’Amérique (EUA).

L’article dit que la SNCF va verser 60 millions USD aux victimes françaises de l’Holocauste, aujourd’hui de nationalité américaine, à raison de 100 000 USD par survivants.

Selon Serge KLARSFELD, internationalement reconnu pour son travail de recherches, 75 721 juifs ont été déportés en France entre mars 1942 et août 1944. 2566 ont survécu et ont été libérés en 1945.

Sur ce chiffre, combien ont ensuite pris la nationalité américaine ? Sur cette nouvelle donnée, combien sont encore vivants aujourd’hui ? À priori 600 puisque le contribuable français finançant la principale entreprise ferroviaire veut donner 60 millions USD.

Donc pour pouvoir faire du commerce à l’international, la SNCF qui ferait mieux de s’occuper de la France et de son marché intérieur, est prête à s’accorder avec les autorités américaines sur le fait qu’un juif vaut 100 000 USD.

Survivre à des atrocités barbares, que l’Allemagne nazie a porté à son extrême, est une nouvelle base pour un nouveau genre d’ignoble fond de commerce. Qu’en pense justement ceux qui en sont revenus, eu égard à tous ceux qui y sont restés ?

Maintenant, pour que ce paiement soit valide, il faut amender la loi du 16 juin 1948 quant aux indemnisations des victimes de spoliation du fait des législations antisémites durant l’Occupation en France. Donc refaire la Justice près de soixante ans après.

Mais ce ne serait pas la première fois qu’on bafouerait ces législations si sensibles. Notamment celle issue des conclusions des Procès de Nuremberg puisque il arrive encore qu’on arrête des Allemands en poste dans des camps de concentration, alors que la législation internationale du Tribunal a stipulé que seuls les responsables des camps devaient être condamnés et que les autres seraient amnistiés d’office (dans l’article V des conclusions des procès).

Dans ce cas, la Loi peut-être rétroactive mais pas pour supprimer la loi sur le mariage pour tous… Pourquoi certains thèmes juridiques sont-ils plus sensibles que d’autres ?

Je souhaite que l’Assemblée nationale française refuse cette indemnisation inique pour ceux qui sont morts. Je crache sur la SNCF qui est prête à tout pour faire de l’argent. Jusqu’à quand exploiterons-nous les heures les plus sombres de notre Histoire pour l’argent-roi ? Honte sur nous.