Archives du mot-clé apparence

Vos questions : pourquoi Olivier VAGNEUX ne soigne-t-il pas plus son apparence et sa présentation, et pourquoi ne s’habille-t-il pas mieux ?

C’est une question qui m’est souvent posée oralement.

Et pourquoi je ne mets pas de cravate ?

Et pourquoi je laisse pousser mes cheveux ?

Et pourquoi je ne me peigne pas mieux ?

Et pourquoi je ne me rase pas tous les jours ?

Et pourquoi je mets des sandales ?

Et pourquoi je ne porte pas plus de costume ?

Avec en plus, parfois des sous-entendus et des connotations homosexuelles, dans les reproches qui me sont faits.

Et comment donc j’espère gagner une élection, en paraissant aussi négligé ? 

Le plus rassurant dans ces questions étant donc qu’on ne me reproche ni mon haleine, ni de sentir la transpiration, donc que soit les gens sont trop polis pour me l’avouer, soit que je ne souffre pas (ou pas trop) de ces problèmes, bien que ne mettant pas d’un cancérogène déodorant tous les jours.


Pour commencer, j’avoue que je suis complètement dépassé par ce genre de questions qui me paraissent être d’un autre siècle.

J’attends des électeurs qu’ils me jugent sur mes actes, sinon mes écrits, et pas sur ma manière de figurer et de m’habiller.

Et je suis prêt à me passer des voix de ceux pour qui c’est là le plus important !


Ensuite, j’assume de préférer m’habiller de manière décontractée, qui me semble davantage correspondre à la réalité du terrain.

Oui, contrairement à de nombreux autres politiques, je tracte moi-même, je colle tout seul, et je me mets donc à l’aise pour le faire, sans abîmer mes beaux habits et mes belles chaussures.

Pour autant, je ne crois pas qu’il faille s’habiller en pauvre, parce qu’on va voir des pauvres. François RUFFIN, avec son maillot de foot, était ridicule à l’Assemblée. Je pense qu’il faut s’habiller convenablement, et que je ne ressemble pas non plus à un clochard…


Enfin, le fait est que je ne suis ni mannequin ni aryen.

Et que si on veut jouer à ce jeu du plus beau candidat, je le perdrais forcément, face à des personnes plus grandes et plus viriles, qui portent mieux le costume et la cravate que moi.

Rien que la voix ; j’ai une voix et des intonations qui sont assez détestables, et heureusement que ce n’est pas celle que j’entends quand je lis à voix haute les phrases que j’écris.

Donc je ne vois pas pourquoi j’irai me déguiser, en quelqu’un qui n’est pas moi.

Pour qu’au final, les électeurs, qui veulent un beau gosse, préfèrent quand même un autre.

Mieux, en restant décontractée, je touche un autre public, qui a peut-être moins l’impression que je me prends au sérieux.


Je termine avec deux questions :

  • Est-ce que c’est la manière de s’habiller qui fait le politique ?
  • Est-ce que Monsieur MEHLHORN, qui présente mieux que moi, de loin tout du moins, est plus efficace ou plus compétent, parce qu’il porte bien le costume ?

Et pour quand même rassurer les vieux machins : si je suis élu maire, je dépenserai plusieurs milliers d’euros (de l’argent de mon indemnité) pour m’acheter l’habit de maire, avec le chapeau (très important !), peut-être pas l’épée quoique ce sera déjà assez ridicule ; que je porterai aux conseils, aux commémorations et pour les visites protocolaires uniquement !



Publicités

Désintox : Non, Sébastien BÉNÉTEAU, Savigny-sur-Orge a intégré la CALPE en 2013

« Le contexte en 2014, à l’arrivée de notre nouvelle majorité, c’est que Savigny-sur-Orge, contrairement à beaucoup d’autres villes, notamment toutes les autres villes périphériques, n’a pas intégré d’intercommunalité. » FAUX !

Sébastien BÉNÉTEAU, maire-adjoint aux Finances de Savigny, le 09 mai 2019

Source : extrait audio de 12 secondes : https://vocaroo.com/i/s0QsCKW5sroe

Et c’est moi que vous entendez dire juste après « La CALPE, c’était 2013″.


Je vais commettre deux articles sur ce sujet de l’intégration intercommunale de Savigny.

Ce premier, à l’appui de l’arrêté préfectoral du 20 décembre 2012, en bas d’article, vainement contesté par Laurence SPICHER-BERNIER, qui institue l’intégration forcée de Savigny à la communauté d’agglomération des Portes de l’Essonne (CALPE) ; juste pour dire que Sébastien a dit quelque chose de factuellement faux.

Mais j’en rédigerai aussi un deuxième parce que Sébastien (je me permets de l’appeler par son prénom parce qu’on se tutoie dans la vraie vie, qui n’est pas celle de Twitter dans laquelle on se vouvoie pour les apparences), a ensuite maladroitement tenté de se rattraper par un propos, qui est également à désintoxiquer.


Sans m’étendre plus, il a sous-entendu que l’intégration intercommunale de Savigny n’avait pas été très avancée avant 2015, du fait que SPICHER ait effectivement bloqué le maximum de transferts non obligatoires.

Pour autant, je veux quand même rappeler que plusieurs millions d’euros d’argent des Saviniens partaient à la CALPE,

composés pour une part de dotations jusque-là versées à la Commune et ensuite versées à l’intercommunalité (et il faut que j’épingle Sébastien sur ce sujet par rapport à la diminution des dotations de l’État pour Savigny quand il fait croire que tout est le fait de HOLLANDE, alors que l’intégration intercommunale a sa part ! Et que nous ne sommes pas passés de 12 millions à 6 millions du seul fait des vilains socialistes).

Et d’autre part, d’une partie du produit des différentes taxes locales, jusque-là perçues par Savigny, et alors transférées à la CALPE, à hauteur de taux, représentant pour leur part intercommunale :

– 2,91 % de la taxe d’habitation,

– 2,26 % en 2013, 4,52 % en 2014 et 6,79 % en 2015 de la taxe foncière sur les propriétés bâties,

– 1,61 % de la taxe foncière sur les propriétés non bâties.

DSC_0939

Rappelons également le transfert de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères !

Et cet argent des Saviniens était quand même utilisé, pour une grosse part, pour Savigny !

Je vais développer tout cela dans ce deuxième article, mais non Sébastien, on ne peut donc pas dire qu’il n’y avait pas d’intégration, ou une intégration très faible, avant ton élection ! Même si cela peut apparaître faible par rapport aux montants des transferts intervenus en 2015 et surtout en 2016 avec l’EPT.