Archives du mot-clé Antoine CURATOLO

Vers la candidature de Jean ESTIVILL aux élections municipales de 2020 à Savigny-sur-Orge ?

Ainsi, c’est par son compte Facebook que j’apprends que Jean ESTIVILL est dans l’opposition à la municipalité de Savigny depuis 1989…

Entre nous, je ne sais pas ce qui est le plus risible.

Que notre cher Professeur prétende encore être dans l’opposition, alors que son dernier tract politique concernant Savigny remonte à avril 2015, lorsqu’il avait essayé de surfer sur la vague de contestation des Saviniens face aux coupes sombres imposées par le maire. Je ne parle pas ici de ses liaisons avec les francs-maçons.

Ou bien que notre grand historien local, et auteur d’ouvrages universalement reconnus tels que « Les blancs, il faut les manger crus » ou « Rue Barbès, Banlieue Sud », indique qu’il est dans l’opposition depuis 1989, alors qu’il était dans la majorité municipale de Laurence SPICHER entre 2010 et 2014, et qu’il apportait avec David FABRE et Lucienne GEORGES les voix nécessaires à permettre que SPICHER soit majoritaire.

Blague à part, j’aime beaucoup la photo qu’il publie qui fait bien ressortir son côté « idiot utile de MARSAUDON ». Déjà que ESTIVILL n’a jamais eu des convictions très solides, ayant été socialiste puis radical de gauche puis stalinien puis trotskyste, on dirait qu’il ne comprend toujours pas que MARSAUDON l’aimait bien parce qu’il divisait la gauche, et l’empêchait de gagner, face à une droite (et un centre) unis, sauf lorsque le Front national réussissait à présenter sa liste.


Bref, ESTIVILL nous explique que les macronistes et autres recalés de la Macronnie (il parle de FABRE et de BLANCHAUD) font de la démocratie participative parce qu’ils n’ont pas de programme. Mais que lui en a un.

J’en déduis donc que Jean ESTIVILL sera candidat aux municipales de 2020, puisqu’il a un programme !

À quoi lui servirait donc autrement son programme ? Ne m’obligez pas à être vulgaire.


Et comme souvent avec ESTIVILL, j’en prends pour mon grade.

Même si je ne comprends pas tout dans son propos, et que je m’étonne qu’un mec qui veut me foutre des coups de pieds au cul s’échappe aussi souvent devant moi.

Mais non, je n’ai pas de faux compte Facebook. Dans le genre, il y a les mecs qui te bloquent sur Twitter. Tu te mets en mode de navigation privée, et tu peux toujours lire leur prose…


Heureusement, ESTIVILL a deux amis pour venir à sa rescousse.

Avec d’un côté, Bernard BISCH, qui veut me boxer mais préconise en fait de m’isoler. Il faudrait déjà qu’il tienne droit sur ses jambes.

Il devait encore être torché qu’il ne se rappelle même pas de m’avoir envoyé une invitation sur Facebook. Certainement pour mieux assurer mon isolement.

Je me rappelle du spectacle qu’il nous avait offert aux vœux du maire en janvier 2015, le nez rouge, la couperose au visage. Nous allions partir avec Jean-Marie CORBIN, il était minuit passé. Et BISCH, en bon pilier de comptoir, qui finissait de vider le bar, qui vient me (nous) voir pour m’expliquer que le gaullisme est une chose sérieuse, et que tout le monde ne peut pas se revendiquer gaulliste comme lui.

À part cela, BISCH fait l’apologie de tentatives de meurtres sur Facebook, en trouvant qu’il faut avoir des couilles pour aller flinguer des musulmans. Dire que MARSAUDON avait cet homme dans son équipe…


Et puis DURAND, qui était tellement mauvais dans son travail, qu’il a fini en étant partagé avec une responsabilité au CHSCT. Je suis certainement un nuisible, mais je ne suis pas un parasite. Je n’occupe pas un logement social. Et je me rappelle de la dernière fois que j’ai vu DURAND, et qu’il a fait comme s’il ne m’avait pas vu, et qu’il a tracé dans une autre direction.


Trois papys, mais que de la gueule. Que feraient-ils sans Facebook ?

Comme j’espère que Jean ESTIVILL se présente, et qu’il soit mon idiot utile à moi, et qu’il prenne des voix à DEFRÉMONT et à FABRE, pour mieux me faire passer. Qu’il les empêche de faire 10 %, je dis depuis le début de cette campagne que l’extrême-division me profite, et que je pense pouvoir faire une FILLON, et sortir largement en tête au premier tour.


Je soutiens donc très démocratiquement, et de manière très intéressée, la candidature de Jean ESTIVILL, proposée par Savigny-Égalité et le Parti ouvrier indépendant.

La dernière fois que j’ai fait cela avec quelqu’un, c’était avec Antoine CURATOLO, et je me suis retrouvé bloqué sur Facebook…



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Antoine CURATOLO dévoile son affiche de campagne (mais se trompe dans les dates)

Sacré Antoine ! Mais c’est aussi cela qui fait toute sa force : il est nature, comme dans ses vidéos sur Youtube (vous comprendrez en 30 secondes), et il est sincèrement désintéressé.

(Et surtout il va travailler pour moi en empêchant MEHLHORN de faire ses 10 % en lui prenant  les voix des marsaudoniens historiques, et celles des agents de la Commune, et de leur famille ! Soit que des voix de gens qui n’auraient de toute façon jamais voté pour moi.)

Par contre, je ne vous cache pas que son affiche n’est ni fait ni à faire. J’espère pour lui qu’il ne l’a pas encore imprimée.


La première remarque qu’on m’a faite, c’est qu’il y a trop de rose, comme s’il était socialiste. Puis il a mis du bleu pour dire qu’il était de droite, et du vert pour l’écologie. Et en fait, toutes les couleurs pour dire qu’il rassemble tout le monde, à l’image de la France Benetton ou le Savigny Benetton (united colors) qu’il a placée dans son petit cœur. Comme c’est touchant !

Ensuite, c’est démago au possible. On dirait presque du Bernard BLANCHAUD, qui s’abîme dans son populisme, d’autant plus hypocrite que lui (Bernard) fait partie de cette élite savinienne qui fait tant de mal aux Saviniens.

En fait, il y a trop de messages dans l’affiche d’Antoine qui ne veulent rien dire, tout du moins très creux et dont les ficelles racoleuses sont un peu trop visibles.

« L’alternative, c’est vous… et nous. »

« À cœur ouvert »

« Pourquoi rester des électeurs incompris ? »

« Un Savinien qui vous veut du bien »

« Osez et reprenez le contrôle »


Pour le reste, sa photo n’est pas mal, même si puisque c’est un montage (vous avez naturellement reconnu que ce n’est pas Savigny derrière…), j’aurais préféré celle-ci, où tout en conservant son physique de Méditerranéen bon vivant, avec l’aspect bonhommique et rassurant du grand-père, et en même temps pas trop vieux, il est plus ancré et mieux assuré et il aurait alors peut-être un peu moins flotté dans le décor, mais il n’y a pas la cravate, et c’est clairement rédhibitoire pour les vieux qui fantasment la politique.

74158452_2790475977643074_7199344530833801216_n


Tout ce qui tape sur MEHLHORN est bon à prendre !

MEHLHORN, qui n’a toujours pas compris, en tant que maire sortant, que ses principaux réservoirs de voix étaient son parti et ses clients, parmi lesquels les agents. Et qui relaie la propagande d’auto-persuasion de BAROIN qu’ils vont se refaire aux municipales…

Or, son parti (LR) est mort, parce qu’il a fait 8 % aux européennes, et que les 8 % sont essentiellement des gens sensibles à l’éthique (et contre le mariage pour tous) qui ont voté pour le catho BELLAMY, et que les cathos, typiquement de la paroisse, ne sont pas avec MEHLHORN qu’ils jugent mauvais comme maire de droite. Ils étaient d’ailleurs globalement avec SPICHER, et aujourd’hui, j’ose écrire qu’ils sont davantage avec moi. En 2015, MEHLHORN a crû s’attaquer aux gauchistes, mais c’est en fait son électorat qu’il a sacrifié…

Et si maintenant, le maire perd ses derniers clients avec à la fois les agents, et en même temps, les associations sportives, plus tous ceux que le syndicaliste chrétien (Antoine était délégué syndical CFTC en mairie) a pu côtoyer dans sa mission d’agent, et qui l’aiment bien parce qu’il est sympa… Il na va guère plus rester à MEHLHORN que le base ball

Je soutiens donc démocratiquement, et intéressement, la candidature d’Antoine.


Je crains cependant qu’il aura des difficultés à constituer sa liste, et qu’il n’atteindra pas 5 % à l’issue du premier tour ; mon seul intérêt étant alors que ce score soit décompté à MEHLHORN, pour que celui-ci ne fasse pas 10 %, et donc ne puisse pas se maintenir au deuxième tour. Sinon, de par ce qu’il aura pu lui taper dessus.

Car malheureusement, les Saviniens vont bien lui dire, pour la blague, qu’ils vont voter pour lui, mais ils ne le feront pas dans l’isoloir. Parce qu’ils vont bloquer sur son expression orale et son parcours scolaire, comme les Français ont bloqué sur SARKOZY parce qu’il n’avait pas fait de grandes écoles. Alors on me répondra qu’ils ont pourtant élu MEHLHORN qui n’a qu’un BTS, oui mais c’était toujours moins pire que SPICHER qui était une femme. De la même manière que certains se disent rassurés parce que je ne serais en fait qu’une marionnette de Bernard MÉRIGOT, lequel soutenait pourtant GUYARD à la dernière municipale.

Nonobstant, il est désormais temps que je me mette à enquêter de savoir comment Antoine a pu être en même temps agent municipal et président de la SASU CURATOLO dont l’activité est le transport de voyageurs par taxis. Il n’y a pas de raison que je ne m’en prenne qu’à Céline ROUILLER-FORSANS qui doit patienter encore vingt petits jours avant d’être visée par une plainte pour dénonciation calomnieuse !




Observatoire politique des élections municipales 2020 à Savigny-sur-Orge – n°2 – novembre 2019

On commence enfin à y voir légèrement plus clair dans ces élections municipales.

Je maintiens qu’il y aura sept listes candidates à la fin.

Et je m’étonne toujours autant du retard occasionné par les nouveaux délais de pré-campagne, réduits de un an à six mois, qui font que seulement cinq listes se sont pour l’instant officiellement déclarées (IZARD, BLANCHAUD, VAGNEUX, FABRE et DEFRÉMONT) à moins de cinq mois des élections.



Les 11 listes potentielles (en italique, celles qui pourraient ne pas aboutir)

– IZARD (majorité présidentielle) – soutenu par LaREM

– BLANCHAUD (divers-droite) – soutenu par Nous citoyens et le CNIP

– VAGNEUX (divers-droite)

– FABRE (centre) – soutenu par l’UDI

– DEFRÉMONT (union de la gauche) – soutenu par EELV, le PS et le PCF

– MEHLHORN (union de la droite) – soutenu par LR

– GUIBERT (Rassemblement national)

– CURATOLO (divers droite)

– ESTIVILL (extrême-gauche) – soutenu par le POI

– MAHROUG (France Insoumise)

– … (musulmane communautaire)


Les 2 partis qui veulent participer mais qui ne savent pas encore avec qui

– Debout-la-France

– Le Mouvement Démocrate


Les négociations en cours

– DLF cherche à quitter LR, mais ne trouve personne d’autre (pourquoi n’iraient-ils pas avec CURATOLO ?)

– Le MoDem négocie de pouvoir rester avec LR.



Les sondages

Je n’ai toujours pas de connaissance de sondage officiel, même si un proche de MEHLHORN m’a soutenu qu’il y en avait un et que j’étais à 3 % pour me dire que j’étais minable.


La campagne

Les documents : 2 pour VAGNEUX, 1 pour FABRE, rien pour les autres

L’affichage : Disputés entre VAGNEUX et FABRE

Les sites internet et les réseaux sociaux : en construction pour la plupart des candidats

Les locaux de campagne : un seul pour FABRE ; BLANCHAUD y réfléchit


La dynamique de campagne

Au global, l’élan suscité par la candidature LaREM est retombé. VAGNEUX et FABRE en profitent, mais cela ne peut durer que tant qu’ils ne sont que tous les deux.

– IZARD est sur le terrain et régulièrement en porte-à-porte. Mais il a plus de mal que prévu, et les gens ne le connaissent pas.

– BLANCHAUD est assez présent dans le quartier du Boulevard du Bardy à Juvisy. Il est dynamique sur internet mais semble avoir des difficultés à composer sa liste.

– VAGNEUX se rend présent par ses journaux et son affichage. Mais beaucoup ne le connaissent pas, et on le voit trop souvent tout seul, ou très faiblement accompagné.

– FABRE fait plutôt un bon début de campagne, mais il est poursuivi par sa réputation. Le soutien de Laurence SPICHER-BERNIER ne semble rien changer.

– DEFRÉMONT commence, mais son équipe reste globalement la même qu’en 2014 et il ne perce pas au-delà de la gauche historique.


L’avancement des listes

À ce stade, seuls FABRE et VAGNEUX semblent en mesure de présenter 39 personnes. Leurs listes restent cependant ouvertes jusqu’au dernier moment.


Estimation des scores (je fais exprès de ne rien me mettre – les couleurs indiquent des dynamiques par rapport au mois écoulé)

IZARD (LaREM) : 20 % (↓)

– BLANCHAUD : 7 % (↑)

– VAGNEUX

– FABRE (UDI) : 9 % (↑)

– DEFRÉMONT (UG) : 13 % (↓)

– MEHLHORN : 11 % (↑)

Il reste 40 % à accorder dont les 15 % du RN.


État des lieux

À ce stade, les candidats attendent d’abord de savoir ce que fait le RN, puis l’annonce d’entrée en campagne de MEHLHORN (logiquement fin novembre).

Même si certains annoncent des programmes en décembre, rien ne devrait réellement se passer avant janvier, du fait de la mauvaise période des fêtes.

Pour l’instant, et tant qu’il ne se passe rien, la dynamique du vide profite à FABRE et à VAGNEUX, mais cela ne devrait pas durer.




Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : vers une sortie de course de Bernard BLANCHAUD ?

Bernard avait promis que nous connaîtrions l’intégralité de sa liste citoyenne au plus tard à la fin du mois de juillet. De vous à moi, je ne pensais pas cela sincèrement possible.

Et puis coup de théâtre, j’apprends qu’il a rencontré Alexis IZARD, candidat investi par la République en marche, ce mardi 30, afin de permettre à ses colistiers qui le souhaitent de rejoindre la liste de la majorité présidentielle.

Depuis, Bernard est encore reparti en vacances, et il recommencera à la fin août à constituer une autre liste citoyenne ! Une nouvelle échéance, qui finira immanquablement repoussée, comme toutes les autres avant elle.


Je dois d’abord reconnaitre une certaine noblesse à l’acte de Bernard, de libérer ses colistiers, qui veulent passer dans le camp du bien et dans le camp des vainqueurs.

Au moins, Bernard va-t-il pouvoir se rendre compte de qui le suivait par opportunisme et carriérisme, et qui l’accompagnait par amitié et par sincérité. Et j’ai toujours écrit que Bernard était assez mal entouré, par des gens pas toujours bien intentionnés, et puisque vous voulez des noms Julien RIO-ROSSI, et les amis de Julien RIO-ROSSI, et tous les gens qui ont besoin de m’insulter sur le Facebook de Nous Saviniens (juste qu’ils commencent par faire des choses avant de me reprocher d’en faire, même si les miennes sont critiquables).

Pour autant, j’ai la faiblesse de penser que Bernard va maintenant se retrouver très seul ; essentiellement du fait que ses chances d’obtenir un score à deux chiffres sont très compromises, pris en étau qu’il est entre IZARD, FABRE, MEHLHORN et moi.

Je réaffirme même, que dans ces conditions, c’est la fin de vie politique de Bernard, car il n’aura désormais plus 38 colistiers pour composer sa liste. Et que je ne vois pas le « petit plus » qui ferait que les électeurs le suivraient lui, plutôt qu’un autre.


Ce que je trouve triste, avec ce qui se passe depuis un mois, est que je découvre un Bernard inconstant, qui change d’avis et de projet tous les jours, et qui semble éponger l’avis de la dernière personne qui lui parle. Ce qui ne fait que confirmer mes doutes sur sa capacité d’indépendance, nécessaire selon moi à la fonction de maire.

Et en même temps, on m’avait prévenu, notamment au collectif Sauvons l’enfance de Savigny par des gens qui le côtoyaient avant qu’il ne soit élu ; ce qui n’empêche pas que Bernard a de la volonté et de l’énergie à donner ; mais qu’il a besoin d’être cadré. Il peut être un général ou un lieutenant, mais ni un commandant ni un chef de guerre (je n’emploie pas ces termes dans le sens des grades qui leur donné par la terminologie du vocabulaire militaire français).


Aux dernières nouvelles, Bernard voulait maintenant une structure uniquement citoyenne, et excluait toute alliance ou tout ralliement, notamment avec FABRE, naturellement avec moi, et possiblement avec CURATOLO, s’il existe encore (le mec dont le seul programme est d’être maire ; il est gentil mais je n’en veux pas sur ma liste. Par contre, pourquoi ne pas lui laisser après la présidence d’une commission extra-municipale ?).

Pour ma part, la porte reste encore ouverte pour Bernard jusqu’au 1er septembre 2019, date à partir de laquelle commence les dépenses de campagne. Et je ne prendrai pas le risque de le prendre après pour m’éviter de devoir rattacher ses dépenses s’il en avait, et faire invalider mon élection en cas de loupé. Mais je pense que ce serait du gâchis que Bernard arrête, parce qu’il a des compétences et un attachement certain pour Savigny.

De mon côté avec ou sans Bernard, le programme suit son cours. Je continue le porte-à-porte. Je prépare le site de campagne (savigny2020.fr). Je prépare les affiches. Je prépare la lettre aux association pour le forum. Je prépare des cartes de visite. Et je prépare mon premier tract, qui sera un journal de campagne, pour une distribution le 15/20 septembre.