Archives du mot-clé Anne-Marie GÉRARD

Les vacances de Monsieur MEHLHORN

Au terme d’une très dure année de labeur, marquée par de brillantes réussites comme l’admirable gestion du projet des écoles Buisson, notre cher maire adoré s’autorise dix jours de vacances bien méritées. Nous souhaitons à notre génial Leader de bien se reposer, et de nous revenir en forme pour les échéances électorales à venir.

Nous constatons surtout que dans son éternelle sagesse, il a mandé sa deuxième adjointe pour essayer de substituer à lui, en lieu et place de son incompétente première adjointe qui accorde des permis de construire en zone inondable, qui nous coûtent 190 000 €, et salissent la magnifique œuvre de gestion de notre héros local.

Enfin, aux calomniateurs de tous poils qui relèveraient que ce ne sont que les huitièmes et neuvièmes semaines de congés annuels de notre maire, indemnisés sans décôte, nous répondrons que notre maire travaille beaucoup au Département et à l’intercommunalité. Tellement qu’il ne manquera pas de retarder son départ pour assister au Conseil territorial de ce samedi 21 décembre 2019 à 9 heures 00. Ou pas ?




Archives : quand Éric MEHLHORN et Anne-Marie GÉRARD soutenaient Laurence SPICHER-BERNIER contre Bernard MÉRIGOT

Un exemple supplémentaire de l’hypocrisie d’Éric MEHLHORN.

Rien d’étonnant venant de ce lâche qui s’abstiendra sur le vote des augmentations d’impôts en 2010, permettant qu’elles passent, tout en les dénonçant par la suite ! Le même homme qui n’osera jamais faire dissidence du groupe de la majorité municipale…

En octobre 2009, MEHLHORN et GÉRARD prenaient le parti de Laurence SPICHER-BERNIER contre celui de Bernard MÉRIGOT.

Ce texte est d’autant plus savoureux que MEHLHORN a ensuite bâti sa campagne sur l’idée qu’il était l’héritier de Jean MARSAUDON, alors qu’il affirme ici le contraire.

Mais bon, il faudrait ici parler du trouble rôle de Geneviève MARSAUDON, qui s’est auto-érigée en gardienne du temple MARSAUDON, alors qu’elle n’était qu’une des trois (quatre) femmes que les Saviniens lui ont connu à partir de 1983.

Et il faut aussi se souvenir de Daniel GUETTO, élu adjoint du fait de la mise à l’écart de MÉRIGOT, qui trouvait alors que SPICHER était géniale parce qu’elle avait su voir en lui le talent que ce *** de MARSAUDON n’avait jamais su voir depuis 1989.

En 2011, MEHLHORN, GÉRARD et GUETTO rejoindront pourtant l’infâme MÉRIGOT pour former le groupe du Bon sens pour Savigny à l’occasion des sénatoriales, sur lequel on trouvait aussi un certain Daniel JAUGEAS…

Tout cela pour écrire que MEHLHORN n’a jamais été très franc, ni très constant dans ses revendications. Mais bon, je le dénonçais déjà en 2014, car il suffisait alors de regarder l’action du monsieur depuis 1995. Dommage qu’il faudra un mandat de six ans aux Saviniens pour s’en rendre compte par eux-mêmes…




Vers l’ultime semaine de vacances d’Éric MEHLHORN ?

C’est ce vendredi 16 août qu’Alexis TEILLET prend le relais d’Anne-Marie GÉRARD à la suppléance du maire de Savigny.

Pour la cinquième et dernière semaine de vacances estivales d’Éric MEHLHORN.

Qui n’est ni la première semaine de vacances de l’année de l’édile.

Ni sa dernière, s’il fait comme les autres années, et reprend encore une pause.

Même si je le vois mal s’arrêter encore une semaine, à trois mois des élections.


Les Saviniens doivent bien savoir que nous avons eu un maire, indemnisé jusqu’au maximum possible, soit 8 272,05 € brut, à son paroxysme de quatre mandats gratifiants, qui a pris chaque année entre cinq et huit semaines de congés !

Le pauvre chéri avait certainement beaucoup besoin de se reposer, tellement il travaille…



Quand le maire de Signes (Var) est décédé, pendant les vacances de notre maire, MEHLHORN s’est identifié à cet homme sur les réseaux sociaux.

Au point de faire mettre les drapeaux en berne le vendredi 09 août 2019 !

Ce qu’il n’avait pas jugé bon de faire quand le conseiller municipal Laurent LIEPCHITZ est brutalement décédé en cours de mandat.

Je ne saurais cependant pas vous dire si c’est parce que Laurent LIEPCHITZ n’était que conseiller municipal, si c’était parce qu’il était dans l’opposition, voire pire parce qu’il était communiste ?

À moins que de décéder lorsque le corps nous lâche, soit moins digne, et nécessite moins le respect, que de mourir du fait d’un homicide possiblement involontaire ?


Alors bien sûr, MEHLHORN s’est identifié parce qu’il est maire, et qu’il a perdu un collègue dans l’exercice de ses fonctions.

Aussi parce qu’il y a des dépôts sauvages à Savigny, comme celui qui a duré près d’un mois l’année dernière sur le Boulevard, devant le Leader Price, et qui a été nettoyé, ô quel hasard, la veille du forum des associations 2018.

Mais surtout à mon avis, et là je me lance dans la grande psychologie de comptoir, et psychanalyse de bazar (ou l’inverse), parce qu’il a pris conscience des violences croissantes qu’il subissait au quotidien.

Et pas seulement celles de votre serviteur, mais désormais celles de son électorat qui croyait avoir élu le fils spirituel de MARSAUDON, et qui a élu le nouveau BOCKELANDT, et celles du reste de la population qui le méprise.

Or, MEHLHORN est incapable de comprendre que ces violences ont été engendrées, voire sont des réponses à ses propres violences, qu’il a initiées, car MEHLHORN est un violent.

Peut-être que VAGNEUX ne serait pas comme cela si MEHLHORN appliquait la Loi et lui communiquait les documents administratifs qu’il demande ? Et aussi si MEHLHORN ne l’avait pas fait condamner pour une chose qu’il savait vraie ?

Peut-être que son électorat ne serait pas comme cela si MEHLHORN ne leur imposait pas, sans concertation, un immeuble de 13 à 17 mètres à côté ou en face de leur pavillon, alors qu’il s’était présenté comme l’anti-bétonneur dans son programme ?

Peut-être que les Saviniens ne seraient pas comme cela si MEHLHORN n’avait pas fait expulser par la Police la députée de la Nation Éva SAS de son Conseil municipal, parce qu’elle s’opposait politiquement à la fermeture de la crèche familiale et de la Savinière ?

C’est MEHLHORN le dangereux violent, et les Saviniens ne font que l’imiter, comme les racistes imiteraient TRUMP aux États-Unis par rapport à ses discours de haine !

Éva SAS expulsée du Conseil municipal de Savigny le 17 juin 2015 – © Rémi POIRIER pour l’Essonnien


Alors, le maire de Signes est un mauvais exemple de comparaison,

non seulement parce que je doute que cet homme était un violent,

mais aussi et surtout parce qu’il n’avait pas pris un jour de vacances en trente ans de mandat, selon son premier adjoint.

Alors certes, Signes n’est qu’une petite commune de 2 800 habitants.

Mais MEHLHORN a encore du travail pour ressembler à son nouveau modèle.




Vos questions : est-ce que Éric MEHLHORN va se représenter aux élections municipales 2020 de Savigny-sur-Orge?

Question reçue le mercredi 17 juillet 2019 par courriel

Bonjour Monsieur Vagneux,

Le maire a dit à une de mes amies qu’il ne se représentait pas.

Est-ce que c’est vrai ?

Martine C.


Savigny, le 17 juillet 2019

Bonjour Madame,

À cette date, Éric MEHLHORN n’a toujours pas annoncé s’il se représentait.

Je m’étonne d’ailleurs qu’il n’ait toujours pas publié de bilan de son mandat municipal, alors qu’il n’a que jusqu’au 1er septembre pour le faire avec les moyens municipaux ; et donc que cette publication n’interviendra désormais qu’à un mauvais moment, soit pendant les vacances d’été, soit au milieu des préparatifs de la rentrée…

Toutefois, je ne comprendrais pas que notre maire se donne encore tant de mal, si c’est finalement pour renoncer et ne pas y aller.

Dans cette hypothèse, que ferait le parti LR, et qui soutiendrait-il ? Mystère.


MEHLHORN n’a que 53 ans ! J’affirme que s’il veut éviter de devoir retourner travailler (exercer un métier pour gagner sa vie au mérite), alors il doit essayer d’être réélu encore un mandat pour tenir jusqu’à la retraite (la retraite des élus est à 57 ans pour ce qu’ils ont cotisé) ; aimant à vous rappeler qu’il aura accumulé en 2020 presque 1 million d’euros d’indemnités depuis 2001 !


Des amis communs m’ont confié qu’il leur raconte en privé qu’il craint de perdre l’élection.

Je m’amuse aussi de savoir que ses adjoints GÉRARD, EUGÈNE et GUETTO, interrogent régulièrement des présidents d’association ou d’anciens élus, pour sonder leur popularité, comme s’ils n’étaient pas capables de se rendre compte par eux-mêmes de l’ambiance.


Bref, je pense que MEHLHORN bluffe, lorsqu’il raconte qu’il n’y va pas ; pour jauger des réactions, et adapter sa campagne en fonction.

Mais il ne peut pas faire autre chose qu’y aller, ne serait-ce qu’en vue de sa future campagne départementale en 2021 ; et personnellement, je reste donc très méfiant, car je pense qu’il finira quand même à 15-16 % dans cette élection municipale, grâce à tous ses « clients ».


Il a fait trop de conneries en début de mandat, et il ne s’est repris que trop tard. Avec la décrépitude de LR, il lui manquera juste le mou qui lui permettra de faire la différence.

Incontestablement, il va viser la deuxième place, car LaREM semble parti pour faire un très haut score autour de 34 % au premier tour. MEHLHORN va ensuite se présenter ensuite comme un barrage à MACRON. Mais je ne suis pas certain que son plan puisse bien fonctionner… À voir…

Bien à vous.

Olivier Vagneux