Archives du mot-clé Anne HIDALGO

Le jour où je suis devenu islamophobe…

Je voudrais d’abord préciser le terme d’islamophobie que j’emploie ici non pas pour dire que j’ai de la haine envers l’islam et les musulmans ; mais bien une plus forte méfiance envers cette religion par rapport au contenu de son livre sacré et de sa tradition, voire que j’ai peur de certains croyants musulmans (du moins personnes se revendiquant de l’islam) qui se servent de leur religion pour justifier l’injustifiable.

Contrairement sinon à ce que le titre de cet article pourrait laisser croire, mon « islamophobie » n’est pas apparue soudainement, mais elle est une construction dans le temps, dont le déclencheur a quand même été l’attentat du Bataclan. Elle est surtout une réaction à la kouachisation des esprits (néologisme du nom des terroristes de Charlie), qui est en marche, et qui prend de plus en plus d’ampleur…


Avant 2012, et les crimes de Mohamed MERAH, l’islamophobie était pour moi le fait d’une extrême-droite identitaire qui visait davantage l’immigration arabo-musulmane. C’était tant l’occupation des chantiers de mosquée que les mecs qui allaient balancer des lardons sur les salles de prière à trois heures du matin.

Puis il y a eu MERAH, et j’ai commis l’erreur de relativiser ses meurtres. C’est quand même chaud pour quelqu’un qui se dit chrétien de faire passer des fonctions ou des identités avant la personne humaine. Bref, les militaires mourraient parce qu’ils faisaient la guerre (en Afghanistan et en Libye) et les juifs parce que c’était une vengeance pour l’occupation de la Palestine (c’est fou combien la pensée gauchiste peut nous polluer).

Et puis il y a eu Charlie-Hebdo en janvier 2015, et là encore j’ai relativisé, parce que c’était le retour de bâtons de mecs qui avaient provoqué toute leur vie. (Et peut-être à la limite qu’au fond de moi, je me sentais aussi vengé pour toutes les injures faites aux chrétiens ?) Ce n’est pas parce que tu ne crois pas en Dieu que tu es obligé d’en dégoûter les autres, et de dessiner presque toutes les semaines que 100 % des prêtres sont pédophiles…  Et je pense d’ailleurs que c’est parce que je n’aime pas ce journal que je ne me suis pas reconnu en Charlie, pour moi davantage défenseur de la liberté de blasphémer que de la liberté d’expression. (Alors que paradoxalement, aujourd’hui et certainement aussi par cet article, je suis plus Charlie que beaucoup d’autres).

Et puis enfin le Bataclan, déclic en tant que (presque) tout le monde était visé (lire l’article du Parisien), donc qu’il n ‘ y avait plus d’excuse possible à trouver ; mais surtout annonce d’une guerre de civilisation qui disait enfin son nom. Alors qu’aujourd’hui, enfin, on se tolère à peu près tous, et qu’on cherche juste à élargir nos aires d’influence, voilà des types qui admettent vouloir venir nous tuer chez nous pour nous conquérir ! Et nous, on attend bravement, en espérant qu’ils renoncent en chemin…

Et c’est là que j’ai ouvert les yeux par rapport aux comportements que je voyais depuis trois ans, mais que je refusais de regarder. Sur tous ces gens qui refusaient de condamner le terrorisme, non pas parce qu’ils n’auraient pas à s’en désolidariser ou parce que le dossier serait trop compliqué, mais parce qu’ils l’approuvent en fait, voire le justifient. Et j’ai notamment compris que les gamins de 6, 8 ou 10 ans de Grigny, ou des Prés-saint-Martin dans ma ville qui défendaient les terroristes, ne le faisaient pas pour répéter les paroles des parents ou des grands, mais parce qu’ils en sont convaincus eux-mêmes que leur cause est juste, car ils seraient oppressés, notamment par les juifs dont je doute pourtant qu’ils en aient croisés beaucoup… J’ai mis aussi le temps à réaliser que l’islam tel que pratiqué par les musulmans n’était pas l’islam que j’ai appris à l’école, à l’université, aux conférences et aux formations assurées par des intellectuels musulmans.

Et à côté de cela, tous les connards de gauchistes bienpensants, les Médiapart et les Clémentine AUTAIN, qui les premiers s’étaient affichés Charlie, progressivement, vont te rappeler qu’il y a la Palestine ; ils vont te dire que la liberté, c’est pas que de s’habiller en string (mais ils ne te diront pas que ce n’est pas que de s’habiller en burqa) ; que si on arrêtait de faire la guerre, on arrêterait d’avoir des attentats… Ils vont t’expliquer le Coran, et te dire qu’on est sur de mauvaises traductions avec des versets qu’on étudie jamais. Ils vont te citer des spécialistes autoproclamées de l’islam qui n’ont jamais mis les pieds dans une mosquée. Et ils ne vont jamais te dire que l’argent de NEYMAR, c’est la contrepartie du blanchiment de l’argent qui finance le terrorisme.

Et puis tous ces cons de Français qui se réunissent après chaque attentat pour chanter Imagine de John LENNON, avec des bougies, en portant des tee-shirts « Je suis… », dont les messages d’amour sont entrecoupées du mantra  « Vous n’aurez pas ma haine » en alternance avec « Pas d’amalgame ». HIDALGO qui éteint la Tour eiffel, les montages journalistiques d’une famille musulmane endeuillée (les premières victimes du terrorisme), et d’une femme voilée qui pleure et vient consoler les parents de victimes en te disant que l’islam, c’est pas le terrorisme. Comme toute religion, l’islam, c’est aussi le terrorisme. Et ouais, il y a eu des connards de terroristes chrétiens type BREIVIK qui ont tué 77 personnes. Mais c’était une fois depuis 1995 ! C’est pas les chrétiens qui posent problème aujourd’hui en France. Mais si vous voulez, on peut rentrer dans le débat de la viande halal, du voile, des actes médicaux sur les femmes, des lieux publics privatisés, des associations cultuelles…


Deux ans ont passé, et c’est la kouachisation des esprits qui aujourd’hui est la plus insupportable. Ces mecs ont gagné : Charlie-Hebdo ferme quand même beaucoup plus sa gueule ! Les Français continuent d’ailleurs d’avoir plus peur de l’extrême-droite et/ou du Front national que du terrorisme islamiste ! Ils ont bien appris leur cours d’Histoire de 5e : l’islam qui a sauvé le Moyen-Âge de l’obscurité, et qui l’a sorti des ténèbres avec la médecine, les sciences, la transmission des savoirs antiques… Ils s’interdisent de raisonner autrement, surtout d’avoir peur de la religion (ils ne savent plus ce que c’est puisqu’ils ne croient plus) et puis ils refusent d’avouer que la laïcité est morte.

Et justement l’islamophobie reste un délit ; même si personne ne sait ce que ça veut dire. On comprend finalement qu’on n’a pas le droit d’avoir peur de l’islam parce que sinon on va aller en prison. Nos prisons, qui sont peut-être les meilleurs foyers de radicalisation, parce qu’effectivement, la majorité des personnes détenues ne sont pas insensibles au discours de vengeance d’une France racisée, néo-coloniale, patriarcale, injuste… Et de la frustration de ne rien pouvoir dire, naît la haine et encore plus d’incompréhensions qui provoquent l’inverse de l’effet recherché…

Oui, aujourd’hui, je suis islamophobe parce que j’ai peur de me faire tuer lors d’un attentat islamiste, ou de connaître quelqu’un à qui cela pourrait arriver. Que je n’ai plus confiance en beaucoup de musulmans qui ne sont pas capables de m’affirmer leur rejet du terrorisme sans nuancer leur réponse. Que je trouve anormal que le développement de l’islam dans l’espace public, s’accompagne d’un rétrécissement institutionnel des autres religions et pratiques, alors qu’il y a suffisamment de place pour qu’on vive tous ensemble…  Que je regrette qu’on ne donne pas plus la parole à tous les « collabeurs » qui défendent un islam républicain, et que nous devons soutenir. Qu’on ait supprimé l’émission « Les enfants d’Abraham » sur C8 qui promouvait un vrai dialogue inter-religieux. Que je me sens trahi par l’État et les élites qui ne semblent pas prendre le problème au sérieux, en se disant que ça passera…



Grand Paris : le premier Conseil métropolitain aura lieu ce vendredi 22 janvier 2016

Le Conseil d’installation de la Métropole du Grand Paris (MGP) aura lieu ce vendredi 22 janvier 2016 à 9 h 00 dans l’hémicycle du CESE (Conseil économique, social et environnemental) à Paris (75016). Pour rappel, Éric MEHLHORN sera un des 209 conseillers métropolitains et représentera la Ville de Savigny-sur-Orge au sein de cet ensemble de 130 communes plus Paris pour plus de 7 millions d’habitants.

La MGP est composée de douze établissements publics territoriaux (EPT) ; Savigny étant membre du douzième (c’est comme le douzième district dans Hunger Games). Elle aura en charge la collecte et l’élimination des ordures ménagères, l’eau et l’assainissement, la GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) et la politique d’aménagement du territoire (le logement, le développement économique et l’urbanisme).

Mais elle ne commencera à agir véritablement qu’en 2017, après un transfert des personnels et des finances (nos impôts) des précédentes intercommunalités vers ce mastodonte auquel le maire de Savigny a choisi de nous rattacher sans nous demander notre avis. Alors je vous le demande, où la MGP pourra-t-elle développer ses investissements sur le territoire savinien alors que les dernières réserves foncières sont réservées à du logement social ?

Donc Savigny dans la MGP ressemblera à Savigny dans la CALPE. Nous donnerons nos impôts pour faire des investissements qui se matérialiseront au Nord d’Orly et dont nous ne pourrons pas profiter pleinement par la distance… Puis-je me tromper !

Et REBSAMEN acheva de compléter son CV politique

Ainsi va la vie. François REBSAMEN (PS) est réélu maire de Dijon et président de la communauté urbaine du Grand Dijon. Il quitte donc le Gouvernement où il occupait le poste pourri de ministre du Chômage (pardon du Travail). Il n’aura rien fait. Il n’avait pas d’ambitions. Il retourne finir sa carrière politique bien au calme.

Rebs était déjà ancien sénateur, ancien conseiller général… Le voilà ancien ministre. Cumulé à ses indemnités de maire d’une ville de plus de 100 000 habitants (151 000) et de président de communauté urbaine, je pense que l’homme connaîtra une retraite mensuelle à cinq chiffres. D’ici à ce qu’on lui rajoute ensuite une commission théodule : le Conseil constitutionnel ?

Ministre oui, mais à l’Intérieur

Rebs voulait l’Intérieur et il aurait certainement été bon. C’est en plus un ministère qui réussit quand on vise le premier ministrat voire la présidence. Il faut dire qu’il s’y connaît avec Dijon qu’il a bien quadrillé de caméras de « vidéo-protection » (c’est le terme de gauche et quand on est à droite, on parle de « vidéosurveillance »). Mais HOLLANDE avait choisi VALLS en 2012.

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Puis VALLS pas fou n’allait pas mettre une personne comme Rebs pour lui succéder au cas où qu’il se montre bon. Pire imaginons qu’il ait été en première ligne au moment des attentats de janvier, on en faisait un président en 2017. Non, il fallait s’en débarrasser alors on l’a mis au ministère dont on ne peut rien tirer et où on ne peut rien faire : le Travail…

Le Travail plutôt que le Sénat à droite

Jean-Pierre BEL, président du Sénat de 2011 à 2014 l’avait dit dès le départ : il ne ferait qu’un mandat. Donc il lui fallait un successeur qui soit de gauche si le Sénat restait à gauche. Mais comme il est passé à droite, Rebs a préféré éviter de se ramasser face au candidat de la droite et partir quêter un ministère. Il ne restait alors que le Travail pour calmer ses ardeurs.

Le ministère impossible

Dépendant de la santé économique de la France, nos socialistes détestés ont malgré tout compris que le keynésianisme n’avait jamais fonctionné et qu’il ne servait à rien de créer de « faux » emplois publics. Donc on ne fait rien et on se retrouve tous les 26 ou 27 du mois pour annoncer la hausse. J’exagère bien sûr. Entre cela, on visite des entreprises et Pôle emploi.

Qui pour lui succéder au Travail ?

Forcément quelqu’un qu’on déteste pour qu’il s’y casse la gueule. Donc un aubryste sinon un frondeur. Alain VIDALIES semble bien parti. Mais comme la rumeur veut que Anne HIDALGO ait accepté l’organisation des JO à Paris en échange de l’entrée de son mari au Gouvernement, je pense fort à l’aubryste Jean-Marc GERMAIN.


Loi du non-cumul oblige, Rebs est obligé de démissionner. Enfin, cela ne semble pas trop difficile pour lui. Ce que je trouve dommage est la résignation (ou la lucidité) dont a fait preuve Rebs jusqu’au bout : je ne peux rien faire, je ne fais rien. Son successeur fera-t-il autrement ?

L’égo d’HIDALGO

Je pensais impossible d’avoir un ego plus surdimensionné que le mien, qui ais déjà du mal à passer sous l’Arc de triomphe sans baisser la tête. Preuve que non avec Madame HIDALGO qui a fait déposer le 25 août 2014, jour-anniversaire des 70 ans de la Libération de Paris, un bouquet devant les plaques des combattants tombés pour la France.

DSC_0053

rue du Laos, XVè

Sur chaque bouquet, qu’elle n’a sûrement pas pu poser en personne, on retrouve l’inscription « La Maire de Paris ».

Il y a des élus que la fonction transcende et qui agissent, en conscience de n’être que des serviteurs plus petits que la cause qu’ils servent. D’autres sont passés avant eux et d’autres passeront avec eux.

La bonne nouvelle pour les Parisiens est que ce doit être Mme HIDALGO qui paie cela sur ses deniers puisque ce n’est pas la Ville de Paris qui commémore mais bien une personne, certes morale, mais aussi physique à cause du « la ». Car une fonction est toujours au masculin.