Archives du mot-clé Alexis TEILLET

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : la liste Une ambition durable à Savigny a une moyenne d’âge de 53,2 ans

Mais pourquoi donc tous ces candidats vous cachent-ils l’âge de leurs colistiers ?

Or, contre toute attente, la liste LR, avec 53,2 ans en moyenne, n’est pas si âgée.

En tout cas moins que celle de DEFRÉMONT (56,5 ans en moyenne).

Mais 9 ans de plus que la mienne, et 12 ans de plus que celle de IZARD.

C’est vrai qu’il y a 8 personnes de plus de 70 ans, pour un total de 11 retraités.

Et qu’il n’y a pas beaucoup de jeunes.

Or, vu qu’on a surtout vu les vieux pendant la campagne, on sait vers qui tendra la politique…

Et les jeunes de l’équipe de 2020 s’écraseront tout comme ceux de l’équipe de 2014…


L’honnêteté m’oblige à vous dire que je ne suis pas certain de l’âge de Armand BENSIMON qui n’existe pas dans la liste électorale, donc dans laquelle je pense qu’il est inscrit sous son nom religieux de David Moshe si c’est bien le père.


1- Éric MEHLHORN : 54 ans

2 – Anne-Marie GÉRARD : 71 ans

3 – Daniel GUETTO : 70 ans

4 – Catherine CHEVALIER : 57 ans

5 – Pascal LEGRAND : 59 ans

6 – Emmanuelle DA CUNHA : 33 ans

7 – Alexis TEILLET : 29 ans

8 – Joëlle EUGÈNE : 63 ans

9 – Mathieu FLOWER : 41 ans

10 – Dominique LABORIALLE : 62 ans

11 – Jérôme DUEZ : 56 ans

12 – Agnès DUPUIS : 51 ans

13 – Daniel JAUGEAS : 75 ans

14 – Sandrine VIEZZI : 53 ans

15 – Fabien PROUST : 44 ans

16 – Angélique DE OLIVEIRA PINTO : 36 ans

17 – Nicolas FROGER : 41 ans

18 – Danielle HUGUET : 78 ans

19 – Samuel BAROUKH : 42 ans

20 – Sylvie LAIGNEAU : 59 ans

21 – Jean-Charles HENRY : 60 ans

22 – Marcelle LECOURT : 62 ans

23 – Georges DURAND : 66 ans

24 – Isabelle AUFFRET : 56 ans

25 – Stéphane TARAGON : 39 ans

26 – Marie-France BELLIARD : 73 ans

27 – Lambert ABATAN : 52 ans

28 – Roxane NÉE : 29 ans

29 – Augusto CLARA SILVERIO : 74 ans

30 – Réjane MALGUY : 73 ans

31 – Armand BENSIMON : 59 ans ?

32 – Véronique LABBÉ : 69 ans

33 – Luther SARAGA-MORAIS : 24 ans

34 – Aurélie GUEGUEN : 38 ans

35 – Jean-Marc ALOUMON : 34 ans

36 – Claude FERREIRA : 45 ans

37 – Romain PICON : 33 ans

38 – Nathalie CAILLEAU : 53 ans

39 – Abdelhak LARTIK : 53 ans

40 – Maryse BESACE :  70 ans

41 – Charles DARMON : 47 ans



Vers l’ultime semaine de vacances d’Éric MEHLHORN ?

C’est ce vendredi 16 août qu’Alexis TEILLET prend le relais d’Anne-Marie GÉRARD à la suppléance du maire de Savigny.

Pour la cinquième et dernière semaine de vacances estivales d’Éric MEHLHORN.

Qui n’est ni la première semaine de vacances de l’année de l’édile.

Ni sa dernière, s’il fait comme les autres années, et reprend encore une pause.

Même si je le vois mal s’arrêter encore une semaine, à trois mois des élections.


Les Saviniens doivent bien savoir que nous avons eu un maire, indemnisé jusqu’au maximum possible, soit 8 272,05 € brut, à son paroxysme de quatre mandats gratifiants, qui a pris chaque année entre cinq et huit semaines de congés !

Le pauvre chéri avait certainement beaucoup besoin de se reposer, tellement il travaille…



Quand le maire de Signes (Var) est décédé, pendant les vacances de notre maire, MEHLHORN s’est identifié à cet homme sur les réseaux sociaux.

Au point de faire mettre les drapeaux en berne le vendredi 09 août 2019 !

Ce qu’il n’avait pas jugé bon de faire quand le conseiller municipal Laurent LIEPCHITZ est brutalement décédé en cours de mandat.

Je ne saurais cependant pas vous dire si c’est parce que Laurent LIEPCHITZ n’était que conseiller municipal, si c’était parce qu’il était dans l’opposition, voire pire parce qu’il était communiste ?

À moins que de décéder lorsque le corps nous lâche, soit moins digne, et nécessite moins le respect, que de mourir du fait d’un homicide possiblement involontaire ?


Alors bien sûr, MEHLHORN s’est identifié parce qu’il est maire, et qu’il a perdu un collègue dans l’exercice de ses fonctions.

Aussi parce qu’il y a des dépôts sauvages à Savigny, comme celui qui a duré près d’un mois l’année dernière sur le Boulevard, devant le Leader Price, et qui a été nettoyé, ô quel hasard, la veille du forum des associations 2018.

Mais surtout à mon avis, et là je me lance dans la grande psychologie de comptoir, et psychanalyse de bazar (ou l’inverse), parce qu’il a pris conscience des violences croissantes qu’il subissait au quotidien.

Et pas seulement celles de votre serviteur, mais désormais celles de son électorat qui croyait avoir élu le fils spirituel de MARSAUDON, et qui a élu le nouveau BOCKELANDT, et celles du reste de la population qui le méprise.

Or, MEHLHORN est incapable de comprendre que ces violences ont été engendrées, voire sont des réponses à ses propres violences, qu’il a initiées, car MEHLHORN est un violent.

Peut-être que VAGNEUX ne serait pas comme cela si MEHLHORN appliquait la Loi et lui communiquait les documents administratifs qu’il demande ? Et aussi si MEHLHORN ne l’avait pas fait condamner pour une chose qu’il savait vraie ?

Peut-être que son électorat ne serait pas comme cela si MEHLHORN ne leur imposait pas, sans concertation, un immeuble de 13 à 17 mètres à côté ou en face de leur pavillon, alors qu’il s’était présenté comme l’anti-bétonneur dans son programme ?

Peut-être que les Saviniens ne seraient pas comme cela si MEHLHORN n’avait pas fait expulser par la Police la députée de la Nation Éva SAS de son Conseil municipal, parce qu’elle s’opposait politiquement à la fermeture de la crèche familiale et de la Savinière ?

C’est MEHLHORN le dangereux violent, et les Saviniens ne font que l’imiter, comme les racistes imiteraient TRUMP aux États-Unis par rapport à ses discours de haine !

Éva SAS expulsée du Conseil municipal de Savigny le 17 juin 2015 – © Rémi POIRIER pour l’Essonnien


Alors, le maire de Signes est un mauvais exemple de comparaison,

non seulement parce que je doute que cet homme était un violent,

mais aussi et surtout parce qu’il n’avait pas pris un jour de vacances en trente ans de mandat, selon son premier adjoint.

Alors certes, Signes n’est qu’une petite commune de 2 800 habitants.

Mais MEHLHORN a encore du travail pour ressembler à son nouveau modèle.




Vos questions : Éric MEHLHORN a-t-il quitté LR (Les Républicains) ?

Une semaine après le départ de Valérie PÉCRESSE des Républicains (LR), vous êtes plusieurs à me demander si Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge, ainsi que plusieurs autres de ses adjoints, ont suivi Robin RÉDA en quittant leur parti.


À ce jour, je ne suis personnellement pas en mesure de vous répondre. Même si vous vous doutez bien que je commettrai un article dans l’heure où j’apprendrais un tel départ.

D’un côté, j’ai trois sources différentes qui convergent pour m’indiquer que « oui ».

De l’autre, j’ai Pascal PICARD, secrétaire départemental LR, et responsable du parti sur la 7e circonscription de l’Essonne, qui m’indique qu’il n’a aucun élu de la 7e qui quitte LR.

Encore une fois, je ne comprends pas quel serait l’intérêt pour MEHLHORN de quitter LR, surtout si PÉCRESSE ne rejoint même pas MACRON. Déjà si cette première entrait au Gouvernement, je doute que RÉDA la suive, même à un sous-secrétariat d’État (ce poste n’existe même plus), mais alors MEHLHORN…

Par contre, et puisque RÉDA se plaignait que à peine 10 % des militants du département (chiffre également valable sur le reste de la France) avaient renouvelé leur carte de membre depuis la défaite de FILLON en 2017, je ne suis pas certain que ni MEHLHORN, ni ACHTERGAËLE, ni BÉNÉTEAU, ni TEILLET (que des pro-LE MAIRE, des pro-JUPPÉ ou des pro-PÉCRESSE) ne soient à jour de leurs cotisations… On ne pourrait alors pas parler de départ, de personnes qui ne sont de fait plus membres de leur parti…

Donc comme vous, j’attends d’en savoir plus, avec à nouveau, mon sentiment que même si MEHLHORN quittait LR, le parti lui donnerait quand même l’investiture par peur de devoir décompter un conseiller départemental.



Urbanisme : c’est bien Nadège ACHTERGAËLE qui est responsable de l’erreur à 190 000 € ; une faute qui peut lui coûter la succession de MEHLHORN ?

C’est donc bien Nadège qui a accordé le permis de construire irrégulier aux époux KELLALA, même si elle n’a fait que signer le document, en ayant trop fait confiance aux services dont elle a eu la malchance d’être référente… Je n’ai jamais compris ce qu’elle foutait à l’urbanisme, c’est sûrement un raisonnement à la con : elle est ingénieure donc on va la mettre à l’urba… Puis il n’y avait sûrement personne d’autre de capable…

À sa place, je me sentirais hyper-mal parce que 190 000 €, c’est quand même plus de deux fois ce qu’elle aura touché personnellement en indemnités sous ce mandat. Elle ne peut même pas dire qu’elle renonce à ses indemnités pour rembourser.

Mais les responsabilités sont clairement partagées, entre notamment les vendeurs, le notaire, le SIVOA, la Commune, aussi bien l’instructrice du permis C. LEGRAND, que les responsables d’alors du service Urbanisme, que le maire… Et puis quand même les époux KELLALA qui n’avaient qu’à se renseigner sur le PPRI en achetant un terrain si près de l’Orge. Il y a quand même eu de très grosses inondations moins de deux mois avant la signature du permis !!!

Extrait de l’attestation de vente du bien

Et puis, ce n’est pas parce que tu es adjointe à l’Urbanisme que tu connais toutes les règles, ce que Nadège pourrait avoir la modestie de reconnaître, plutôt que de s’auto-congratuler régulièrement de signer des parapheurs, ce que n’importe quel lettré est capable de faire… C’est con parce que cette erreur casse tout le mythe qu’elle avait créée autour de son travail, qui est d’ailleurs celui de son stylo, si l’on prend son propos au premier degré…

En bref, je pense que les responsabilités sont partagées, et je ne vois pas pourquoi la Commune serait la seule à payer… Mais bon, c’est vrai que c’est quand même le maire (plus exactement sa suppléante) qui a signé un document engageant la Commune. Et en même temps, la Commune n’est pas responsable du PPRI, mais elle aurait dû y veiller. C’est tristement une faillite collective… Qui nous contraint à rembourser une grosse partie du terrain aux propriétaires…


Nadège a rapidement été écartée des décisions, sitôt le début du mandat.

Sûrement MEHLHORN la craignait-il, du moins en avait-il pris ombrage, dans la mesure où un certain nombre de ses militants ne se privaient pas de lui cracher à la gueule qu’il était trop nul, et que heureusement qu’elle était là pour bosser à sa place.

Et c’est quand même parce que MARSAUDON avait compris que MEHLHORN était limité qu’il avait placé SPICHER à sa succession.

C’était donc déjà mal parti pour elle qu’elle succède à MEHLHORN à la fin du deuxième mandat (faut pas déconner non plus, si MEHLHORN s’arrête en 2020, il sera obligé d’aller retourner bosser s’il veut une retraite).

Mais je crains que ce ne soit là l’erreur fatale qui grille désormais complètement et définitivement Nadège.

Car fatalement qu’on lui renverra dans la gueule qu’elle nous a couté 190 000 euros…

Et je ne doute pas que Sébastien BÉNÉTEAU et Alexis TEILLET, qui lorgnent sur la succession, sauront lui rappeler au moment opportun…

Nous verrons si elle est là jeudi soir au Conseil qui doit acter le protocole d’accord, si MEHLHORN assume à sa place, si elle participe au vote, et si elle est globalement soutenue par la majorité… Je n’aimerais sincèrement pas être à sa place…

Tout ce que j’espère, c’est qu’on ne trouvera pas d’autres cadavres de ce genre dans les placards en arrivant aux affaires…