Archives du mot-clé alcool

Notes de vision du documentaire « L’alcool, l’intoxication globale »

Je n’ai pas appris grand chose dans ce documentaire que j’ai trouvé assez long et finalement assez décevant. Voilà néanmoins quelques notes et réflexions à la vision de ce film.

  • Une partie de la définition de « drogue » pourrait être celle d’un produit qui améliore les performances du cerveau.
  • Discours assez lénifiant. Dans ce cas, tout est drogue et tout est addictif.
  • Explication complètement absente de l’histoire de l’alcool, utilisée comme un produit hygiénique, pour couper et purifier l’eau.
  • L’alcoolisme se développe le plus fortement en Afrique. Comme si le continent n’avait pas assez de problèmes. Et où trouvent-ils l’argent ?
  • Je ne buvais déjà pas de bières. Mais quand je vois les hôtesses Heineken en Afrique, traitées comme des prostituées, je boycotte la marque et j’invite quiconque à en faire autant.
  • La communication des géants de l’alcool, similaire à la communication des géants du tabac et de l’agro-alimentaire : ce n’est que la faute des gens s’ils boivent…
  • Il n’y a pas d’âge pour être alcoolique : même les adolescents peuvent l’être.
  • Je n’ai jamais entendu parler de ces 3 instincts du cerveau : d’excitation, de détente et d’imaginaire…
  • Je ne comprends pas la politique islandaise, et en quoi montrer aux gens qu’ils peuvent ressentir les mêmes émotions en faisant du sport qu’en buvant, va les faire renoncer à boire, d’autant que l’un est plus fatiguant que l’autre. D’autant qu’on remplace alors l’addiction à l’alcool par l’addiction au sport…

L_alcool_l_intoxication_globale-affiche



L’étonnante réponse de Julien MIALLET qui admet donc abuser de sa fonction !

J’aime passer pour plus con que je ne suis !

Aussi vais-je feindre de ne pas comprendre la subtile ironie du message du directeur de cabinet du maire de Savigny, pour tout mieux prendre au pied de la lettre.

Donc on a, au calme, MIALLET, à qui je reproche de faire régler (à quel titre ?) ses restaurants par le contribuable, qui me dit qu’il m’aurait bien invité, toujours aux frais du contribuable, si je ne mangeais pas autant ! Encore et toujours de ma faute !


Je ne sais pas qui est le pleutre de nous deux, mais déjà, moi, je n’ai pas besoin de m’excuser ou de me justifier d’aller lire tel ou tel article.

Et puis, il fallait bien un certain courage pour dénoncer un emploi fictif, à tout le moins une embauche de complaisance. Je rappelle que l’affaire Valérie RAGOT est toujours en cours, et que donc s’il y a bien présomption d’innocence, il y a aussi et encore présomption de culpabilité, ceci jusqu’à ce que j’ai épuisé tous les recours judiciaires possibles par rapport aux faits que je continue de dénoncer !


Maintenant que MIALLET ne déjeune pas avec les condamnés est une chose.

Il est juste paradoxal, outre le symbole qu’il « travaille », comme Madame qui est la directrice de cabinet du maire de Chilly, pour un parti (LR) dont le lointain inspirateur (Charles DE GAULLE) a quand même été condamné à mort, qu’il ait accroché dans son bureau un quadryptique pop art façon WARHOL de CHIRAC, condamné dans l’affaire des emplois fictifs du RPR à la mairie de Paris…

Peut-être revenir rapidement sur le mot « travail ». Pour 4000 euros net par mois, on attendrait quand même que MEHLHORN fasse un peu moins de conneries, donc cet argent n’est pas mérité, surtout que je ne vois pas ce qu’il peut foutre pendant 35 heures… Ils sont quand même trois au cabinet du maire ; que font-ils de leurs journées ?


Que MIALLET me voit me gaver est un autre fait.

De vous à moi, je pense que je coûte davantage par l’alcool (dont je n’ai pas besoin pour dire ou écrire des bêtises) et les boissons que je consomme, que par les quelques amuses-gueules proposés par la Commune.

Oh, mais c’est vrai qu’on aurait dépensé 29 250 euros de petits-fours pour la venue du ministre. J’attends toujours les factures qui font la preuve du contraire, quelque soit la véracité du document que j’ai publié.

Et en plus, MIALLET doit être jaloux, parce que malgré tout ce que je bouffe, non seulement je reste à 54-56 kg pour mon mètre 75, mais surtout je ne prends pas de ventre !


Bref, je pense que MIALLET, dont il faut remarquer qu’il n’a pour une fois pas tweeté sur ses heures de travail, aurait encore mieux fait de se taire, et de bosser un peu plus, à défaut de mériter ses 4000 euros net mensuels, pour faire qu’on vive mieux à Savigny.

Et personnellement, quand je vois les impôts qui ont augmenté, les services qui ont fermé et la ville qui se bétonne, je me dis que MIALLET n’est pas très compétent…

Voilà, encore un article diffamatoire à l’encontre du garçon, qui ne va qu’un peu plus pourrir sa réputation numérique, me permet de reparler des repas, et de son salaire ; et dont l’avocat SEBAN pourra se re-servir pour dire que je suis méchant avec les agents, dont j’ose demander que le salaire soit mérité, salaud de contribuable !




Libertés publiques à Savigny-sur-Orge : le rapporteur public soutient ma demande d’annulation de l’arrêté interdisant la consommation d’alcool en certains lieux de la commune

La fausse droite de MEHLHORN bientôt démasquée par la Justice administrative ?

Dans ses conclusions en vue de l’audience au Tribunal administratif de jeudi, le rapporteur public soutient ma demande d’annulation de l’arrêté par lequel le maire a interdit la consommation de boissons alcoolisées dans certains lieux publics de la commune, en tant que la mesure d’interdiction prononcée n’est ni nécessaire ni proportionnée aux buts recherchés !


À la base, c’était un arrêté pour lutter contre l’alcoolisme notoire de certains.

Mais plutôt que d’essayer de proposer une politique sociale pour leur venir en aide, les aider à arrêter, les réinsérer dans la société,

MEHLHORN et JAUGEAS n’ont rien trouvé de mieux que de décréter des zones ou des quartiers dans lesquels ces gens n’auraient plus le droit de consommer.

D’ailleurs, MARSAUDON avait déjà pris un arrêté de ce genre en 2000 qui n’était absolument pas respecté. La faillite de ce système était écrite d’avance !


Ce n’est pas une politique de droite !

La droite, ma droite, défend les libertés publiques !

Pour neutraliser quelques dizaines de personnes, elle se refuse de réduire les libertés de milliers d’autres !


Cet arrêté m’emmerdait personnellement donc pour deux raisons :

  • la première est qu’elle interdisait aux chrétiens d’offrir des verres de l’amitié avec alcool à la sortie de la messe des églises sainte-Thérèse et saint-Martin, sans autorisation du maire,
  • la seconde est donc la question de libertés publiques. J’ai le droit de me bourrer la gueule dans la limite où je suis responsable de mes actes à partir du moment où je serai ivre sur la voie publique. Comme je l’écris souvent pour moi, je n’ai pas besoin d’être saoul pour écrire des conneries sur ce blog !

De toute façon, qu’est-ce qu’on aurait fait après cet arrêté en constatant qu’il ne fonctionnait pas ? On en aurait pris un autre pour élargir les zones, et encore un autre…


Éric MEHLHORN, ce n’est vraiment que de la gueule !

Moi, quand je serai maire, on aura un service communal d’hygiène et de santé, et on s’en servira aussi bien pour faire fermer les mauvais kébabs que pour lutter contre l’alcoolisme.

Mais en parallèle, on aura une politique sociale, pour ne pas faire que de la répression, qui ne résout absolument rien. La preuve par les Capverdiens de la Place Davout et de la Grande rue !

Et donc par exemple, on remettra les bains-douches à disposition des personnes sans domicile fixe pour qu’elles puissent y dormir ; et que l’alcool ne soit pas dans certains cas, un moyen de lutter contre le froid.

De la même manière, cela leur évitera de se faire extorquer par des personnes qui leur font payer cher l’endroit où ils les laissent dormir ! Parce que le logement insalubre, et les marchands de sommeil ne manquent pas à Savigny.


Je termine en vous disant que le jugement sera rendu le 18 juillet 2019, et en vous présentant le nouvel arrêté réglementant la vente de boissons alcoolisées interdite après 20 heures pour la seule épicerie de l’avenue Henri-Dunant.

MEHLHORN prend vraiment les personnes alcoolo-dépendantes pour des connes. Moi, je serai à leur place, j’achèterai mes packs à 19 heures 55, et je les consommerai pendant la soirée, sur deux à trois heures.

Et là, MEHLHORN, tu vas faire quoi ? Rien, parce que ce n’est que de la communication électoraliste, pour satisfaire quelques riverains. Et moi, je dis qu’on peut résoudre autrement ces problèmes, qu’il faut solutionner, mais pas de cette manière là !



Savez-vous que je pratique un usage nocif de substances psychoactives ?

C’est seulement après avoir répondu à ce questionnaire, trouvé au commissariat, que je me suis rendu compte qu’il ne s’adressait qu’aux adolescents.

Ce qui n’empêche pas que je voudrais vous en démontrer l’absurdité, malgré toutes les validations internationales qu’il a reçu.

Peut-être aussi que la consommation de cannabis et la consommation d’alcool sont deux choses assez différentes, du fait de la nature et des effets de ces drogues, et donc qu’on ne peut pas reprendre les mêmes questions dans un même un outil d’auto-évaluation des usages de l’une comme de l’autre…

En résumé, il s’agit de repérer si vous pratiquez un usage nocif de l’alcool, sachant que vous êtes bon, à partir de deux réponses positives.


1. Êtes-vous déjà monté dans un véhicule conduit par quelqu’un qui avait bu de l’alcool ?

OUI. Même si je ne pouvais pas conduire seul avant 18 ans, je suis déjà monté dans la voiture de mes parents qui, invités à des repas de famille, ont déjà bu l’alcool qu’on leur servait à table, sans pour autant qu’ils soient complètement pétés.


6. Vos amis ou votre famille vous ont-ils déjà dit que vous deviez réduire votre consommation de boissons alcoolisés ou d’autres drogues ?

OUI. Vous trouverez toujours dans votre vie une, et souvent des personnes, qui vous expliqueront que son corps est un temple de pureté parce qu’elle ne boit pas une goutte d’alcool. Laquelle personne ignore en fait posséder des levures dans son intestin qui transforment les glucides absorbés en alcool. À haute dose, et notamment dans les pays où l’on consomme beaucoup de glucides comme au Japon (à cause du riz), certains subissent un phénomène d’auto-brasserie, et se retrouvent bourrés sans avoir bu !


Et voilà, j’en suis à deux, donc je suis cuit : je fais un usage nocif de l’alcool !

Mais je pense que je suis loin d’être seul, n’est-ce pas ?


Pour les autres questions, je n’ai pas besoin de boire de l’alcool pour oublier des choses ou avoir des problèmes. Je m’en sors très bien sans, et cela m’arrive de plus en plus souvent.

Moi, je n’utilise pas d’alcool pour me désinhiber, mais c’est assez connu, notamment dans les écoles de journaliste que certains s’en servent, soit avant une grosse interview, soit au moment du coup de feu où il faut absolument envoyer à l’impression, soit pour fêter sa journée.

Et oui, il m’est déjà arrivé de boire seul, comme le Beaujolais nouveau.

Mais comme j’aime à dire, et aussi à me citer visiblement, je n’ai pas besoin d’alcool pour dire et écrire des bêtises. Je peux très bien le faire naturellement !



Le questionnaire original  :