Archives du mot-clé agglomérations

Le stalinien Michel LEPRÊTRE, président de l’EPT 12, ne veut plus répondre à mes questions

Chassez le naturel, il revient au galop. La « gouvernance partagée » au sein de la conférence des maires de l’Établissement public territorial n°12 est une belle idée. Mais elle ne peut fonctionner que sur des points de consensus, et elle se brise au premier accroc. J’ai voulu interroger Michel LEPRÊTRE, président de l’EPT 12, sur la rétrocession de compétences intercommunales à des communes. Celui-ci ne veut plus me parler…

« Je crois que vous avez fait un recours contre cela. C’est la Justice qui vous répondra. » Bon ben, la prochaine fois, je voterai directement pour la Justice puisque c’est elle qui répond aux questions des citoyens. Je pense qu’il est temps que Michel LEPRÊTRE arrête de se cacher derrière une non-préparation ou un rodage de ses services, et qu’il assume ses responsabilités sans instrumentaliser la Justice comme il le fait, expression malhonnête du stalinisme du PCF.

En réalité, ne nous le cachons pas, je pense que LEPRÊTRE n’a pas digéré d’une part mon tweet de la dernière fois, traduisant son humour sexiste de « vieux beauf » (et c’était avant l’affaire BAUPIN, je le précise). D’autre part, que je porte effectivement recours après avoir discuté avec lui, et qu’il m’ait « encouragé » à déposer un recours. Or, en réalité, il ne pensait pas que j’irai jusque-là. Mais mon recours est aussi le fait de non-réponses et d’abus de pouvoirs.

Alors certes, en ne répondant pas, surtout sur un sujet qu’il ne maîtriserait pas (enfin ça m’étonne pour des questions de PLU, vu que LEPRÊTRE est maire-adjoint à l’Urbanisme et à l’Aménagement à Vitry) ; il évite de me dire des bêtises et de raconter n’importe quoi. Mais je pense alors qu’il a des services compétents (et à priori au moins trois services Urbanisme des anciennes agglomérations) pour me donner des éléments de réponses.

L’état de grâce s’en est allé. Le dissensus fait son apparition, non pas du fait des élus mais de celui des citoyens. L’EPT 12 est définitivement un monstre administratif anti-démocratique, et je continuerai de me battre pour que cet EPT soit cassé en deux et qu’un EPT 13 (Sud) trouve sa place dans la MGP autour d’Orly. À partir de maintenant, nous allons donc encore plus contrôler l’action de l’EPT 12 qui, par exemple, ne tient pas à disposition de registre des arrêtés.

L’inorganisation 2015-2016 des rythmes scolaires à Savigny-sur-Orge

En image de une, la demande du fonds d’amorçage pour les rythmes scolaires à Savigny-sur-Orge. Elle est datée du 27 octobre alors que la rentrée a eu lieu le 2 septembre… Si donc la Ville manquait d’argent, prétexte des cadenassages du premier mercredi, pourquoi ne pas l’avoir demandé plus tôt ?

Monsieur MEHLHORN maire de Savigny-sur-Orge, nous invite dans le dernier bulletin municipal (été 2015) à garder le rythme. Il fait là une référence aux rythmes scolaires qu’il n’avait pas préparés pour la rentrée 2014-2015. Alors espérons qu’il soit un peu plus prêt cette année, ce dont je doute puis qu’il n’y a aucune nouveauté cette année…

Souvenez-vous de M. MEHLHORN accusant les vilains socialistes d’avoir précipité la réforme. Élu en mars, mais s’y prenant en août, le maire n’avait pas assez d’argent et d’animateurs pour assurer la bonne application de la réforme. Alors après avoir cadenassé les écoles, il promettait une année de transition (2014-2015) avant que les choses sérieuses ne commencent

Le grand mensonge mehlhornien

Certes, cette réforme coûte cher. M. MEHLHORN prétend qu’elle lui a coûté 500 000 €. Si j’avais été élu et appliqué mon programme en matière de rythmes et de TAP (travaux d’activités péri-scolaires), cela nous aurait coûté 700 000 € mais aurait été un peu plus intéressant pour les enfants. Sauf que M. MEHLHORN n’a pas demandé à temps les aides qu’il fallait…

50 € du fonds d’amorçage + 53 € de la CAF soit environ 650 000 € ; 150 000 € de trop ?

Assez vite, M. MEHLHORN a arrêté de se plaindre du coût de la réforme. Peut-être en effet lorsqu’il a fini, le 27 octobre 2014, par faire la demande du fonds d’amorçage lui rapportant 330 000 € supplémentaires (environ). Mais alors comment se fait-il qu’il reste 150 000 € d’excédent par rapport à ce que nous en dit MEHLHORN ? Pourquoi n’utiliserait-il pas tout ? A-t-il compris ?

Sauf que VALLS a haussé le ton

On va l’admettre, la réforme des rythmes scolaires est une idéologie de M. PEILLON qui ne fait que retirer du temps de travail des fondamentaux (lire, écrire, compter) à nos têtes blondes. Alors l’État aide un peu les communes, d’accord, mais elle ne va pas non plus leur financer la réforme ad vitam æternam. Aux villes de s’organiser après le lancement de la réforme.

Le fonds d’amorçage est reconduit pour les communes disposant d’un « PEDT de qualité »

C’est en tout cas ce qui a été voté dans le texte de la réforme territoriale (la « conditionnalité » des aides à la qualité). Or, à ce jour, Savigny ne possède pas de PEDT. Juste quelques idées posées par le service scolaire de la Ville qui ne vont pas chercher très loin. On peut sinon le conserver à condition d’avoir des activités périscolaires de qualité… La bonne blague à Savigny.

Rappel des différentes aides

Les différentes communes françaises pouvaient obtenir un minimum de 103 € par enfant pour l’année 2014-2015. 50 € de fonds d’amorçage et 53 € de la Caisse d’allocation familiale pour couvrir les frais d’organisations d’activités  culturelles, artistiques ou sportives. Les communes jugées plus « fragiles » pouvaient recevoir jusqu’à 40 € de plus.

Cela n’appauvrit pas les villes

En moyenne, la réforme des rythmes scolaires coûte 110 € par enfant à la Ville. Mais si celle-ci dispose de politiques culturelles, sportives, sociales, éducatives, à l’enfance et à la jeunesse, les coûts sont aspirés dans le fonctionnement des différents services sollicités. D’autant que les agglomérations (comme la CALPE pour Savigny) ont débloqué des fonds supplémentaires…


Espérons donc que M. MEHLHORN s’y prenne un peu plus tôt cette année pour réclamer les aides de l’État disponibles si nous devions perdre le fonds d’amorçage.

Je vais encore la ramener, mais j’écrivais déjà le 19 août 2014 dans ma lettre ouverte à Éric MEHLHORN qu’il devait le demander ce fonds, ce qu’il finit par faire le 27 octobre !!!

J’en profite pour rappeler que je proposais pendant la campagne des élections municipales un plan intercommunal éducatif territorial. Nous en sommes encore loin…


Les rythmes scolaires à Savigny-sur-Orge

Pour rappel des horaires à Savigny (sauf maternelle des Marguerites) :

  • les lundis, mardis, jeudis, vendredis : 8h30 – 11h45 et 14h – 16 h
  • Les mercredis : 8h30 – 11h30

Les parents continuent de pouvoir chercher leur(s) enfant(s) entre 16h et 16h30. Les services du mercredi sont reconduits : les centres de loisirs sont ouverts et les repas du midi sont assurés.

Les dérogations pour la maternelle des Marguerites est conservée : les horaires se font de 8 h 45 (au lieu de 8 h 30) à 12 h.

Oui, l’eau doit revenir en gestion publique

Une Savinienne me demande mon avis après avoir reçu ce tract et si je vais rejoindre cette association, et/ou signer cette lettre ouverte. Ceux qui n’ont pas la mémoire courte se rappelleront que j’ai défendu pendant la campagne des élections municipales la municipalisation de l’eau sur le territoire communal voire intercommunal.

Ma vision des services publics est claire : ils doivent être gérés par des entreprises d’État (si possible qui ne soit pas soumis à des actionnaires qui spéculeraient sur leurs activités). Les partenariats publics-privés ne fonctionnent pas et sont à exclure. Il faut municipaliser (en agglomération) sinon re-nationaliser nos services publics.

Pour moi, les services publics (SP) ne doivent pas être mis en concurrence (ce que je dénonçais dans mon article précédent sur La Poste) car cela ne sert à rien d’autre qu’à augmenter les coûts pour des services qui se dégradent. Et ce sont les impôts qui payent… Donc je refuse aussi le TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement) qui tuerait nos SP.

Concernant l’eau de Savigny-sur-Orge, il faut en effet la municipaliser pour baisser le prix du mètre cube de près de 1/3 de son coût actuel. Rappelez-vous d’ailleurs le scandale, sous le mandat de Jean MARSAUDON, qui cède la gestion de l’eau à La Lyonnaise des Eaux en 2002 pour 20 ans. Or, moins de deux ans après, le prix du mètre cube augmente…

Je pense que la gestion de l’eau est une activité qui permet la corruption, vu les sommes que ce secteur brasse. Autre question : comment expliquer la différence de coût qui existe entre Morangis et Savigny ? Rappelez-vous d’ailleurs ce conseil de la CALPE de 2013 au cours duquel Pascal NOURY, Maire de Morangis, s’était opposé à une harmonisation des prix. Pourquoi ?

De fait, il existe des différences allant jusqu’à 2 € d’écart au mètre cube entre des villes de l’agglomération. Alors, OUI, il faut créer une régie intercommunale de l’eau mais peut-être pas celle des communistes castelvirois. Rappelons encore que la gestion de Gabriel AMARD, même si elle était mieux que la précédente, a aussi été interrogée.

Casser le contrat en 2016 ou en 2022 coûtera toujours aux Saviniens la somme de 1 million € environ selon l’estimation que j’avais demandé en 2013. Mais elle ne pourra être que bénéfique pour nos porte-feuilles. Je propose que nous organisions un débat public sur cette question, et que nous invitions Jean-Luc TOULY, conseiller régional vivant sur le canton pour nous en parler.

Une lettre ouverte au Maire de Savigny-sur-Orge n’obtiendra pas de réponse. Éric MEHLHORN se fout de cette problématique alors que plusieurs Saviniens lui ont écrit pour le solliciter en tant que Maire-adjoint au Cadre de vie ou en tant que Conseiller général. (En même temps, qu’a-t-il fait en 9 ans sinon percevoir plus de 2000 € par mois ?)

De toute façon, le « bon sens » pour cet homme est celui du vent. Telle une girouette, il tourne là où le vent l’emporte. Manifestement, il n’y a pas eu beaucoup de vent ces derniers mois sur la Ville ni ces dernières années sur le canton. Enfin, si cela peut aider le camarade à se réveiller un peu… (Mais votez pour lui en mars, et continuez à espérer qu’il s’active…)

Eua-CADLE-1 001

Eau-CADLE-2 001

 

Commentaire sur la future métropole dont dépendra Savigny

Voici un commentaire que j’ai posté sur le pureplayer (site d’informations) EssonneInfo. Il résume assez bien mes attentes du découpage des métropoles concernant ma ville de Savigny-sur-Orge. Il s’inscrit à la suite de l’article « Le projet d’agglos géantes en voie de modifications« .

Brave CALPE (Communauté d’agglomération les Portes de l’Essonne) qui s’imagine qu’en intégrant la métropole du Grand-Paris, nous (je suis Savinien) pourrions profiter des mannes du Grand-Orly, en structurant nos projets autour de l’organisation et des projets de ce territoire.

Sont-ils naïfs ? Si le Grand-Paris regroupe tous les départements de la Petite couronne, c’est uniquement pour enrichir Paris. Souvenons-nous des Hauts-de-Seine de Charles PASQUA dans les années 1980, 36ème territoire le plus riche du monde si le département faisait sécession. Donc je ne vois pas trop quels subsides resteront après fusion aux villes-dortoirs qui forment la CALPE.

Cela dit, les technocrates parisiano-bourgeois qui n’ont jamais franchi le périph’ (ancien mur d’enceinte qui protégeait la ville) sont toujours aussi incultes d’un point de vue économique. En bons élèves d’un formatage de gauche, ils rejettent le libéralisme et par là, la théorie économique des avantages comparatifs.

Ainsi, ils n’ont pas compris que la métropole du Grand-Paris pèsera dans la mondialisation si elle stimule une croissance, de manière homothétique, avec les autres métropoles de la province Île-de-France de la région Europe. Donc pour cela, il faut encore laisser les moyens d’exister et de peser par une spécialité à chaque métropole francilienne.

Celle du Nord-Essonne ne servant à rien en l’état, il serait bon, plutôt que de grossir inutilement la métropole du Grand-Paris de se tourner vers un autre territoire. Jusque-là, je suggérais que la CALPE (ou certaines des villes la composant) se tournent vers la CAVO (Communauté d’agglomération du Val d’Orge). Mais cela perd son sens si la CAVO fusionne avec l’Arpajonnais.

Réellement, le projet d’une métropole du Grand-Orly est intéressant pour la CALPE et pour Viry, si et seulement si, cette métropole est indépendante du Grand-Paris. Mais Paris devrait alors renoncer à manger sa couronne. Car l’agglomération du Grand-Orly au sein de la métropole du Grand-Paris est une utopie. Mais si cela rassure nos élites d’y croire, alors dormez braves gens. On décide pour vous.