Archives du mot-clé affiches

Brève de campagne : mais qui peut bien arracher mes affiches rue André-Aurillon à Savigny-sur-Orge ?

Depuis que M. THUILLIER a cessé d’arracher mes affiches un peu partout sur le Plateau, ce sont désormais mes affiches de la rue André-Aurillon qui disparaissent régulièrement. Dans le fond, je m’en fous, parce que c’est un des panneaux les moins visibles, en bord de ville. Mais vu que c’est la rue dans laquelle est domicilié le candidat LaREM, et que celles-ci ont commencé à être arrachées lorsqu’il a lancé sa campagne, je me demande si…

Mais bien sûr que non que cela ne peut pas être mon copain Alexis IZARD. De mauvaises langues diraient que ce n’est parce qu’il n’habite pas la ville. En réalité, il demeure bien à Savigny, mais il n’habite plus dans ce quartier. Ce qui n’empêche pas qu’il doit quand même le fréquenter. Toujours est-il qu’il ne connaît pas plus la commune, puisqu’il est obligé d’organiser des événements « Vis ma ville » tous les mois pour la découvrir… À suivre, mais cela ne le ferait pas très bien qu’on surprenne qui arrache ces affiches, surtout s’il est dans un certain camp…




Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge – Mème de campagne #1 : les affiches d’Antoine CURATOLO

Un mème est un élément ou un phénomène repris et décliné en masse.

Dans le petit milieu politique savinien, il y a un mème qui circule dès lors qu’il est question d’affichage, ce sont les affiches d’Antoine CURATOLO.

« Pauvre Antoine CURATOLO, on va lui recouvrir ses affiches. »

« Crois-tu que l’affiche du cirque soit celle d’Antoine CURATOLO ? »

« Alors, qu’est-ce que tu penses des dernières affiches d’Antoine CURATOLO ? »


Pour mémoire, Antoine CURATOLO est un ancien agent de la Commune de Savigny, récemment retraité, autrefois en charge de l’exploitation du gymnase Aristide-Briand ; et aussi un syndicaliste CFTC, proche de MARSAUDON et de LR. Et depuis début 2018, cet homme exprime des velléités de candidature aux élections de 2020, avec pour seul programme d’être maire.

À ce propos, je vous recommande sa chaîne Youtube :

https://www.youtube.com/channel/UC8TImpJjnU6sFouSyZlV0aQ


Et donc un jour où il était invité chez Bernard BLANCHAUD, en février ou mars 2019, il a lâché que tous allaient être ébloui par ses affiches, qu’il allait coller dans la semaine…

Affiches que personne n’a encore jamais vu, et qu’on attend encore !

Du coup, tout le monde se moque gentiment de lui dès qu’il est question d’affichage !


Ce n’est pas très gentil pour lui, mais ce monsieur est assez insupportable de nous prendre de haut.

Je pense qu’on bosse tous un petit peu plus que lui, au niveau politique.

Et comme j’imagine qu’il bluffe uniquement pour trouver un poste d’adjoint ; perso, je déteste ce genre de comportements et je ne céderai pas à ce chantage.

J’attends donc de voir qu’il trouve 38 copains pour monter sa liste, et alors on verra !


Bon à savoir : les affiches électorales A1 de propagande officielle doivent obligatoirement être en format portrait (vertical)

En fait, c’est super logique si on relit plusieurs fois l’article R.27 du code électoral, qui ne concerne que la propagande officielle (remboursée dans la limite de deux fois le maximum de tirages autorisés par l’État si le candidat obtient plus de 5 % des suffrages, à bien distinguer des comptes de campagne dans lesquelles elle ne doit pas figurer).

Parce que la hauteur des affiches A1 est connue, de maximum de 841 mm, alors la largueur de l’affiche A1 n’est pas à comprendre comme la mesure la plus petite du rectangle, mais comme la longueur verticale de l’affiche (de gauche à droite).

Or, l’article R.27 du code électoral nous dit qu’elle ne peut pas dépasser 594 mm, ce qui exclut effectivement le format A1 paysage, dont la largeur est de 841 mm.

C’est tellement clair, que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a eu besoin de le préciser, pour la première fois en 2019, dans le memento à destination des candidats aux élections européennes ! (J’ai vérifié, et cette information n’y figurait pas avant !)


Partant, il existe plusieurs solutions :

pour utiliser un format paysage à tout prix, imprimer en A2 (594 x 420 mm), ce qui permet d’avoir une largeur maximum de 594 mm.

pour utiliser quand même un format paysage en A1 (841 x 594 mm), prévoir deux jeux d’affiches dont une horizontale (format portrait) en A1 ou une verticale en A2, et déclarer l’autre affiche dans sa propagande officielle.

À noter que les deux affiches auront le droit de cohabiter sur le panneau électoral officiel, mais que l’État n’en remboursera qu’une quoiqu’il arrive, et dans la limite du nombre de tirages autorisés, correspondant à deux par panneaux électoraux.

On rappellera ici que l’article L.90 du code électoral permet d’afficher sans limitation tant que l’affichage a pour but de présenter ou de défendre la candidature, ou le programme, ou de remercier ou d’annoncer le désistement du candidat.

Personnellement, j’ai toujours plusieurs séries d’affiches. Et je fais toujours imprimer (TVA de 20 %) mon affiche de propagande officielle en très grande quantité, avec deux factures : une limité au nombre de tirages pour la propagande officielle, et une autre avec le reste, qui passe dans mes frais de campagne.

Exemple. Il y a 20 panneaux dans ma ville. Je fais imprimer 1000 affiches.

La propagande va m’en rembourser 20 x 2 soit 40, ce qui fera ma première facture.

Les comptes de campagne vont gérer les autres, c’est à dire 1000 – 40 = 960.

Laquelle sera, comme vous l’avez désormais compris, soit une A1 verticale (format portrait), soit une A2 horizontale (format paysage).



Sur les affiches des 11 candidats à la présidentielle 2017

J’avais envie de donner mon avis sur les affiches des candidats à l’élection présidentielle de 2017. C’est chose faite avec cet article, qui s’intéresse à la communication visuelle des prétendants à l’Élysée. J’ai un coup de cœur pour celle de Philippe POUTOU, et inversement je trouve que celles de MACRON et de MÉLENCHON sont vraiment ratées. Dans l’ensemble, elles sont plutôt sobres et finalement très classique, sans prises de risques.


1. Nicolas DUPONT-AIGNAN

Une affiche classique sur fond bleu et vert. La retouche photo pèche au niveau des cheveux et il est dommage que le produit soit coupé sur le haut. Le choix de l’écriture blanche sur la chemise blanche ne me semble pas le plus judicieux. Les rides marquent à la fois l’empathie et l’expérience du candidat mais c’est la face droite du visage qui transparaît alors qu’elle est dans l’ombre. Cela manque d’un slogan. On a connu le candidat mieux inspiré…


2. Marine LE PEN

Les couleurs sont sobres et éloignées du bleu marine. Le slogan est fort. Le nom du parti comme le nom de la candidate n’apparaissent pas. La photo est efficace ; Marine se présente en bonne copine, avec une photo de profil Facebook.


3. Emmanuel MACRON

Une affiche décevante du fait que le candidat ne regarde pas le public. Il semble perdu au milieu d’une foule de trois personnes qui ne sont pas rassemblées derrière lui. Le slogan est creux… Le candidat semble avoir un petit visage…


4. Benoît HAMON

Une affiche classique qui indique l’identité politique du candidat : rouge pour la gauche et vert pour l’écologie. Une belle photo tournée vers l’avenir. Seul défaut, le fond un peu trop clair qui fait notamment ressortir les oreilles décollées du candidat.


5. Nathalie ARTHAUD

L’affiche type de Lutte Ouvrière qui s’adresse à un public déjà conquis qui va prendre le temps de la lire. La photo n’est pas optimale…


6. Philippe POUTOU

L’affiche la plus efficace selon moi. Un slogan efficace, une photo naturelle au milieu d’une manifestation donc dans le vrai. Mais ça ne fait clairement pas présidentiable…


7. Jacques CHEMINADE

Une affiche efficace même si le candidat n’est pas bien mis en avant, notamment du fait qu’il soit coupé sur la partie haute de son visage, comme pour cacher une calvitie, et ne regarde pas le public. On comprend de suite le programme du candidat et on passe à autre chose, en continuant de se demander ce qu’est l’occupation financière…


8. Jean LASSALLE

Une belle photo qui met en avant un nez exceptionnel. Le nom est en grand pour permettre à l’électeur de s’en rappeler. Le slogan est énigmatique mais percutant. On sent le candidat inspiré par la fonction et qui croit à son destin…


9. Jean-Luc MÉLENCHON

Un ciel clairsemé… Les couleurs ne permettent pas d’identifier le candidat… La tête est un petit peu petite par rapport à l’affiche… Le candidat n’est pas au mieux physiquement, mal rasé par exemple, pour incarner la fonction…


10. François ASSELINEAU

Le fond est classique et donne une image rurale. Elle rappelle une photo officielle avec ce qui serait l’Élysée flouté en arrière-plan. Le slogan interroge mais ne dit rien du programme. Le candidat possède une stature présidentielle.


11. François FILLON

Une affiche un peu surexposée qui fait ressortir l’âge d’un candidat volontairement vieilli et marqué par l’expérience ; peut-être aussi par les affaires. L’homme est tourné vers la gauche donc vers le passé, ce que représente le conservatisme de la droite. La partie gauche de son visage est volontairement mise en avant pour accentuer l’aspect sincère du candidat.


Cela ne reste que des avis personnels, et je vous invite à partager les vôtres dans les commentaires.