Archives du mot-clé affichage

Appel à punchlines contre ceux qui arrachent mes affiches à Savigny-sur-Orge

Pour autant que l’affichage a toujours été un jeu de cons, dont l’effet sur l’électeur est très souvent sur-estimé, le sort réservé à mes affiches depuis plusieurs mois commence à me poser de sérieuses questions. Je ne vais cependant pas arrêter pour autant.

Ce n’est plus le mec qui arrache l’affiche d’un coup, ou qui tague dessus un message du style « guignol » pour la décrédibiliser et me forcer à repasser (et tu te rends alors compte ici de l’âge de la personne qui fait cela car plus personne n’utilise le mot guignol de nos jours…).

Ce n’est pas plus le gamin qui fait le grand devant son collège, ou le dealer et le fumeur de cannabis, que je dérange régulièrement sur le parking du gymnase Champagne.

Ce sont des personnes qui me crèvent précisément les yeux, qui arrachent ma bouche, qui me défigurent, et qui salissent mon nom.

Derrière l’aspect symbolique, il y a véritablement une haine ciblée pour en arriver là, et ne pas aller au bout en enlevant toute l’affiche ; dont j’ignore les raisons, et notamment celle qui les retiens de s’en prendre à moi physiquement !

Alors de vous à moi, qui mon affichage peut-il énerver autant si ce n’est les potes du maire ? Parce que dénoncer les promoteurs et les contraventions, et donc informer la population, ne devraient plutôt que me faire des amis, dans la mesure où ce sont des causes plutôt consensuelles ? Et là, bizarrement, aucun des soutiens du maire pour demander des installations de caméras pour défendre la liberté d’expression !

Bref, je recherche des phrases courtes et bien senties que je pourrais afficher à côté de mes placards pour bien faire sentir aux grosses merdes qui m’arrachent tout le mépris que je pense d’eux, gros illettrés qui ne sont même pas capables de concurrencer mes écrits par d’autres écrits, grosses feignasses qui ne sont pas capables de coller par dessus mes collages, gros haineux tout justes bons à détruire de manière primaire.


À vos claviers, en commentaire, ou par courriel ! Merci d’avance.


dsc_0772[1]



Publicités

Vos questions : Pourquoi les collages, écrits et affichages d’Olivier VAGNEUX sont-ils aussi critiques ?

Vous me l’avez encore beaucoup dit lors du forum des associations : pourquoi je ne fais que critiquer le maire, et que je ne propose rien ? Est-ce que je suis conscient que cela abîme mon image, et décourage de voter pour moi ?


Alors oui, je critique l’action du maire parce qu’en démocratie, c’est le rôle d’une opposition.

J’entends cependant très bien que vous préfériez qu’au lieu de dire NON, j’adopte un discours tiède qui soit OUI SI ou OUI MAIS.

Si vous voulez un opposant qui se félicite des actions de la majorité municipale, tout en restant vigilant à ce qu’il n’y ait pas de dérives, il existe déjà, il s’appelle Pierre GUYARD (PS). Il ne sert à rien, et pire, il donne corps aux fictions politiques mehlhorniennes…

Dans une autre mesure, vous avez les oppositions en carton de GUIBERT (FN), FABRE (UDI) et dans une moindre mesure de BLANCHAUD (Nous citoyens), car il part un peu dans tous les sens et qu’il n’obtient rien. Mais il fait des efforts, qui restent appréciables, et je n’écris pas cela parce qu’il nous lit.

Le seul qui trouve grâce à mes yeux car il tient un peu la route s’appelle DEFRÉMONT (EELV) et il y a encore SÉNICOURT (PS) qui serait bon s’il apprenait à conclure ses interventions.

Bref, est-ce que vous voulez une opposition active comme la mienne, qui préfigure une politique active, ou est-ce que vous préférez le légume étiqueté qui n’aura rien fait du mandat et se remuera neuf mois avant les élections ?

Est-ce que vous ne pensez pas que le malheur de Savigny réside dans la passivité de MEHLHORN, qui n’est pas capable de défendre nos intérêts, parce qu’il passe son temps à d’inutiles réunions ou à se faire photographier sur le terrain (où il ne fait rien) ?

Je remarque à ce propos que les personnes qui me demandent d’être plus positifs dans mes affichages, et de marquer des points d’accord avec le maire, sont généralement incapables de me dire en quoi elles le trouvent formidable. C’est au mieux des trucs bidons du genre que la ville est mieux gérée, mais tu ne sais pas pourquoi.


Sur la véhémence de mes affichages, c’est une politique de communication que j’assume.

Déjà oui, c’est nul de mettre ma gueule en 60 x 30 cm, mais il n’y a que comme cela que vous me reconnaissez, et venez me parler. Et il y a encore des Saviniens, qui habitent la Commune depuis 50 ans, qui ne me connaissent pas, et qui me découvriront à mon prochain tract de vœux.

Oui, j’ai honte de vous prendre pour des cons avec des slogans publicitaires du type « STOP à l’urbanisme » (ce n’est pas NON, c’est STOP) ou « Fibre optique en retard », mais vous lisez plus facilement quatre mots que vingt.

Et les affichages critiques me valent des contacts mails ou téléphoniques, que ne m’apportent pas les affichages objectifs, et c’est une réalité que vous ne pouvez pas constater.

Il y a aussi que je passe 80 minutes pour coller mes affiches, et faire les 15 kilomètres nécessaires pour rallier les 15 panneaux d’affichage. Et que j’y vais tout seul, la nuit, parce que je travaille en journée même si on ne dirait pas…

Je n’ai donc aucun intérêt à perdre mon temps à vous inventer que je serai d’accord sur quelque chose avec MEHLHORN, sinon d’en fait vous dire, qu’il est très bien, et que vous n’avez qu’à continuer avec lui.

Il y a surtout une question de cohérence : je me suis opposé aux fermetures de service et à l’augmentation des impôts. Je ne peux donc logiquement pas approuver (ce qui n’arrive pas) des mesures qui ont été rendues possibles du fait d’actions injustes que je rejette. Et je ne doute pas que MEHLHORN me le renverrait dans la gueule, comme il le fait avec GUYARD.

Quant au risque du vol d’idées, les miennes sont publiques depuis 2013. Certaines sont mêmes communes avec le programme de MEHLHORN ; sauf que comme j’essaie de vous le faire comprendre, le maire n’accomplit pas le programme sur lequel il a été élu (on en est à 27 réalisations sur 110 propositions, et on pourra aller au maximum à 31). Et là, il faut constater que les 38 % de Mehlhorniens ne sont pas très préoccupés qu’il fasse ce pour quoi ils l’ont élu…


Sur mes propositions, il y a une page sur ce blog qui rassemble plus de 300 idées, dont la plupart vous avait déjà été présentées aux élections municipales de 2014.

Il y a aussi des propositions entre les lignes de mes articles, qui ne sont pas forcément mises en exergue, mais que lisent seuls ceux qui y prêtent attention, puisqu’ils m’en parlent après.

C’est très bien de proposer, mais il faut aussi que ce soit crédible. À tout prendre, je préfère ne rien vous proposer et juste dénoncer les errements de la municipalité, comme un garde-fou de la démocratie, que de vous raconter n’importe quoi !

Enfin, nous sommes à 18 mois des élections, et vous n’avez aujourd’hui sincèrement rien à faire de ce qu’on vous propose. Sachant très bien qu’à la fin, vous choisirez en plus le populiste qui vous promettra le cinéma et la piscine, ou le dernier qui passera chez vous au porte-à-porte.


Je critique parce que je fais fonctionner mon esprit critique. Il faut arrêter votre pollution judéo-chrétienne : la critique n’est pas la condamnation, et elle n’est pas mal ou réservée à Dieu.

De toute façon, c’est trop tard, je suis connu comme quelqu’un qui critique. Je ne vais pas arrêter de critiquer. Je vais juste essayer de proposer autant que ce que je critique, sans réduire la critique ; et oui, la communication va évoluer à l’approche des élections, mais sans renoncer à la critique !

Donc mon image est déjà pourrie. Je suis clivant, mais j’en fais une force.

Maintenant, est-ce que vous voulez continuer avec des soumis ou trouver une grande gueule pour porter votre voix, notamment au milieu des 24 maires de l’intercommunalité.

Je suis le seul qui essaie vraiment de vous défendre, y compris des intérêts qui ne sont pas les miens !

Après, étant bébé, je n’ai jamais mangé pour faire plaisir à ma maman. Je ne fais pas les choses pour faire plaisir aux gens. Je souffre de toute façon de troubles insurmontables : jeune, blanc, chrétien pratiquant, de droite mais pas libéral, opposé à une immigration massive (donc nazi), hétérosexuel, cisgenre, grande gueule…

Donc votez pour qui vous voulez. Je propose mes idées avec ma personnalité. Je ne cache rien, et je m’efforce d’être le plus sincère possible. C’est vous qui choisissez, mais effectivement, je vous dis que si je suis élu, je resterai une grande gueule, et il faudra pas compter sur moi pour le clientélisme ou le copinage de cour. Mais si moi, je peux me le permettre, c’est parce que je me suis fait tout seul et qu’encore aujourd’hui, je reste très seul. La vraie indépendance !



Quand le Conseil départemental de l’Essonne réalise des affiches illégales

Je n’aime pas les gens qui ne sont pas cohérents. Que la droite tape sur la gauche à cause de sa mauvaise gestion, je suis tout à fait d’accord parce que c’est justifié (par exemple, l’abonnement de GUEDJ au PSG, c’était pas à l’Essonne de le payer). Par contre, je ne suis pas d’accord que cette droite imite la gauche et se mette à gaspiller l’argent public, pour faire des affiches qui ne portent même pas les mentions légales obligatoires.

Tout d’abord, je m’interroge sur la logique communicative d’utiliser la couleur rose dans ses affiches quand on est la droite. D’habitude, on utilise plutôt le bleu mais ils doivent déjà être en train de rallier les voix socialistes pour le deuxième tour de la présidentielle ; souhaitons donc qu’il ne leur arrive pas la même chose qu’à JOSPIN en 2002. Mais plus grave, leur service Communication n’est surtout pas au fait de la Loi, qu’il ne respecte ici pas. À quoi le paye-t-on ?

Ainsi les affiches du Conseil départemental ne portent ni la mention du nom et de l’adresse de l’imprimeur conformément à l’article 3 de la loi du 29 juillet 1881 (à défaut « imprimé par nos soins« ) ni une mention incitant à la collecte ou à la valorisation des déchets (article L.541-10-1 du Code de l’environnement. L’absence de ces deux mentions légales rend passible leur émetteur de deux amendes, respectivement de 3750 € et 750 €.

Donc je ne sais pas si Brigitte VERMILLET* va relever ces manques au Code de l’environnement puisque c’est sur son canton, mais grâce à Nadège ACHTERGAËLE, nous avons ainsi identifié qui est le vilain pollueur essonnien : le Conseil départemental de l’Essonne. Je m’en vais donc de ce pas demander à nos bons amis combien leurs illégales affiches ont coûté. Et s’ils continuent à coller, ce sera à eux de prendre en charge les frais de nettoyage de leurs affiches.

*Pour rappel, Brigitte VERMILLET est 12e vice-présidente du Conseil départemental de l’Essonne, en charge du développement durable et de l’environnement, élue sur le canton de Savigny.



Emprunts toxiques de Savigny-sur-Orge : quelle cohérence dans les choix ?

Aurions-nous tort de râler contre la décision du maire de racheter un prêt à risques de 6,3 millions d’euros ? Sur le principe, c’est une bonne chose que nous aurions pu commencer à faire dès 2009 si Mme SPICHER s’en était alors préoccupé. Étonnamment, M. MEHLHORN à l’époque n’était pas intervenu pour suggérer cette hypothèse. Sauf que ce rachat oublie un autre emprunt plus toxique qui court plus vite et plus fort !

Quelques mois avant sa mort, Jean MARSAUDON qui avait besoin de débloquer des sommes pour des investissements saviniens, est tombé dans le piège des emprunts toxiques auprès de la banque DEXIA. Sauf que quand le scandale DEXIA (refinancé aux frais des con-tribuables français) a été découvert, Savigny n’en a pas pris la mesure. Alors oui, Éric MEHLHORN se réveille enfin fin 2015 mais il ne s’attaque qu’à une partie du problème (car il peut faire plus).


Ce que je veux dénoncer

Pour faire un coup de communication, le maire vous dit qu’il restructure un prêt à risques de 6,3 millions €. Or, nous avons un autre prêt qui n’est que de 5,9 millions € mais qui est autrement plus toxique que le premier. Je pense donc qu’il aurait convenu de commencer par restructurer en priorité et en urgence ce deuxième prêt avant de s’attaquer au premier. De fait, je me demande quelle est la vision financière à long terme de l’équipe MEHLHORN ?


Comprendre les risques des emprunts en score Gissler

Plus la structure d’un prêt est composée d’une lettre s’éloignant du début de l’alphabet et plus le numéro est grand, et plus on est mal. Dans l’idéal, il faudrait que tous nos prêts soient basés sur du A1. Or, à Savigny-sur-Orge, nous avons du E3 et du E4. Ma critique envers la majorité municipale est qu’elle commence par rembourser du E3 alors que notre urgence est de nous débarrasser du E4 qui nous coûte beaucoup plus cher tous les ans !

Gissler


16,5 millions € de prêts toxiques (c’est la faute de MARSAUDON mais le maire oublie de dire qu’alors Conseiller municipal, il n’a pas émis la moindre réserve sur ces emprunts)

  • 5 908 633,71 € signé le 1er septembre 2008 sur un taux initial complexe (taux variable qui n’est pas seulement défini comme la simple addition d’un taux fixe usuel de référence et d’une marge exprimée en pourcentage), indexé sur un taux fixe initial de 4,47 %, de score E4 sur la Charte Gissler.
  • 6 347 821,86 € signé le 1er septembre 2008 sur un taux initial complexe (taux variable qui n’est pas seulement défini comme la simple addition d’un taux fixe usuel de référence et d’une marge exprimée en pourcentage), indexé sur un taux fixe initial de 3,69 %, de score E3 sur la Charte Gissler.
  • 4 309 996,61 € signé le 15 mars 2007 sur un taux initial complexe (taux variable qui n’est pas seulement défini comme la simple addition d’un taux fixe usuel de référence et d’une marge exprimée en pourcentage), indexé sur un taux fixe initial de 4 %, de score E1 sur la Charte Gissler.

Ce qu’il faut comprendre

Donc pendant que M. MEHLHORN vous enfume en vous racontant qu’il rembourse un prêt de 6,3 millions € qui faisaient des dégâts de 380 000 € tous les ans, il ne touche pas au prêt certes de 5,9 millions € (c’est moins vendeur) mais qui lui nous coûte 442 000 € tous les ans. Et ce dernier n’étant pas stabilisé, Jacques PATAUT, ancien maire-adjoint aux Finances, ayant menti en Conseil municipal, ce sera plus que 442 000 € en 2016…


Avec ma grande gueule, qu’aurais-je fait mieux que MEHLHORN ?

Ma solution s’appelle Jean-Luc ROSAT qui aurait été mon maire-adjoint aux Finances si j’avais été élu maire en 2014 et qui connaît un petit peu le monde de la Finance pour y avoir travaillé. Et parce que Jean-Luc est conscient que les emprunts toxiques sont une saloperie dont il faut se débarrasser au plut tôt, dès avril 2014, il aurait pensé une solution pour dégager nos trois emprunts et avec l’énergie et la volonté politique, nous l’aurions fait.


Nouvel emprunt (fixe) pour nouvelles dettes

Donc c’est cool, au lieu de rembourser 380 000 € de capital et d’intérêts d’emprunts évolutifs, nous allons désormais rembourser 400 000 € car le maire de Savigny a emprunté 6 011 002,12 € (1,5 M € pour investir et 4,5 M € pour casser l’emprunt toxique et racheter la somme due avec 280 000 € de pénalités) le 11 décembre 2015 sur 14 ans et 8 mois à la place de la somme usuelle que nous remboursions alors mais qui aurait tôt ou tard été plus importante.

TEF-1TEF-0TEF-1,5TEF-2TEF-3


Je terminerai en rappelant que les emprunts toxiques coûtaient jusqu’en 2015 chaque année à notre ville environ 1,2 million € entre le remboursement de capital et les intérêts des emprunts. Pour une somme totale d’environ 4 millions € que nous brûlons chaque année entre le remboursement de nos désormais 51,2 millions € nominalement empruntés et les intérêts et autres charges. Je ne trouve pas cela très de droite