Archives du mot-clé accueil

Démarchages à Savigny-sur-Orge : l’étonnant aveu d’impuissance dans la communication de la Ville

Ils veulent tout contrôler, mais ne contrôle rien.

Alors ils font de la communication, mais de la mauvaise communication.

Ils font aussi de la réglementation, mais de la mauvaise réglementation.


Sous le mandat d’Éric MEHLHORN, le taux de cambriolage (à 5,84 pour mille en 2016 – les chiffres postérieurs ne sont pas encore connus) et le taux d’agression (à 8,85 pour mille en 2016 – les chiffres postérieurs ne sont pas encore connus) ont augmenté, pour continuer de se détacher de la moyenne nationale dans le mauvais sens.

Et l’embauche de policiers municipaux ne change rien, puisque le nombre de cambriolages et d’agressions continue d’augmenter, selon les chiffres publics de data.gouv.fr

Donc pour donner le change, et aussi parce que c’est du clientélisme électoral pour rassurer les papys et les mamies et montrer qu’ils agissent, ils prennent des arrêtés, forts mal rédigés par ailleurs, qu’ils sont infichus de faire respecter, ainsi qu’ils l’avouent malgré eux piteusement sur le Facebook de la Commune. (Mais pas sur le site internet de la Ville, parce que trop de communication doit nuire à la santé !)


Intéressons-nous rapidement au raté de leur communication, en pensant quand même qu’ils sont cinq à avoir accès aux réseaux sociaux ; en réalité trois parce que ce sont les vacances, et que pas un n’a été capable de se dire qu’en plus d’être hors-sujet, ils allaient passer pour des cons, pour qui allait lire leur post en sachant à quoi ils faisaient référence. Au passage, une communication le lundi matin, pour un événement dont j’ai parlé le précédent vendredi matin…

Extrait de Qui fait quoi à Savigny – V9


Rappelons le contexte : des vrais et des faux démarcheurs qui sonnent chez les Saviniens, sous prétexte de leur proposer une meilleure isolation, et qui en fait repèrent les maisons vides.

Il y a un document d’information à l’accueil de la mairie, de la société Sodivitrage isolation, qu’ils ont du coup fait retirer, pour ne plus donner corps qu’à leur version.

Il y a des témoignages d’agents municipaux, de l’accueil et de la Police municipale.

Il y a même le témoignage d’une élue de la majorité !

Pour une fois qu’elle intervient, mais ce n’est pas en Conseil municipal…


Et donc ce que ne nous disent pas le service Com, et le cabinet du maire ; alors que c’est ce qui nous intéresse et qu’ils ont l’info !

c’est qu’il y a effectivement des gens qui démarchent légalement, qui se sont présentés et signalés en mairie.

Et donc ce que nous dit le service Com et le cabinet du maire,

c’est que l’arrêté du maire de JAUGEAS de 2017 ne fonctionne pas et donc qu’il sert à rien.

Car si JAUGEAS en avait, je parle bien évidemment de courage puisque je ne me permettrais pas de mentionner ses outils reproducteurs, il aurait non seulement rendu obligatoire l’identification en mairie, et surtout, il aurait prévu une sanction du type d’une forte amende, pour les sociétés ne respectant pas cet arrêté. Que de la gueule !

Je n’ai pas compris pourquoi l’arrêté était notifié à la RATP…


Ici, on nous confirme que tu peux allègrement enfreindre cet arrêté.

On nous indique que la Ville n’accrédite personne, ce dont on se fout.

Surtout, on ne répond pas à la question de savoir s’il y a des vrais démarcheurs dans le lot, et donc on jette la suspicion même sur les vrais.

Et surtout, on fait de la désinformation, voire de l’intox, parce que le cabinet du maire est parfaitement informé des activités de Sodivitrage isolation.

Donc déjà qu’ils sont cinq sur les réseaux sociaux, sur lesquels il ne se passe rien, je continue de me demander ce qu’ils foutent toute la journée, et je pense qu’une petite réorganisation s’impose, sauf à ce qu’ils arrivent à prouver qu’ils travaillent, ici d’une bien mauvaise façon.



Contre la sanction infligée à Catherine GUILMEAU à Savigny-sur-Orge

Depuis ce matin du mardi 27 mars 2018, j’ai reçu plusieurs appels et SMS d’agents qui s’indignent de la sanction infligée à Catherine GUILMEAU, chargée de l’accueil à l’hôtel-de-Ville de Savigny. Je voudrais à mon tour y réagir, à partir des différents éléments recueillis à cette heure, en tant que je la trouve disproportionnée, et donc scandaleuse.

Je commencerai par dénoncer les rumeurs et autres déformations qui m’ont été rapportées, et qui sont tout autant dégueulasses (montrant le manque de solidarité que je dénonce entre les agents saviniens). Non, Catherine GUILMEAU n’a pas été licenciée pour faute grave, et notamment pas parce qu’elle s’habillerait mal ou qu’elle laisserait trop sonner le téléphone…


Les faits : samedi matin dernier (24 mars 2018), une personne a fait une tentative de suicide dans les toilettes de l’hôtel-de-Ville. Lorsque celle-ci a été découverte, l’agente chargée de l’accueil a immédiatement appelé les pompiers, ce qui personnellement et surtout lorsqu’on n’a peur de faire des bêtises, me semble être la meilleure chose qui pouvait être faite.

Mais voilà que le maire, et le Directeur général des services, pensant passer pour des gros nuls s’ils ne réagissaient pas, ont reproché à Mme GUILMEAU de ne pas avoir fait ce qu’il convenait, et de ne pas s’être servi d’un défibrillateur ; lequel n’est utile que si le cœur de la personne s’est arrêtée, ce qu’il faut d’abord avoir constaté, et passe après l’arrêt d’éventuels saignements.

La dame a finalement été sanctionnée et immédiatement changée de service !


En premier lieu, je veux dénoncer le fait que le personnel communal de Savigny n’a pas reçu de formation spécifique au défibrillateur, ni sur les autres matériels de secours, ni même sur la gestion de crise. Et que même si le défibrillateur de la mairie est un modèle qui donne des instructions orales, je peux comprendre l’appréhension de devoir se servir d’un tel appareil.

En deuxième lieu, je veux redire qu’il est normal d’avoir peur dans de telles situations ; et que l’agent a réagi, et manifestement bien réagi. Peut-être qu’il aurait fallu mettre la personne en position latérale de sécurité ? Peut-être qu’il aurait fallu lui surélever la tête ? Mais personne ne sait comment il aurait réagi en pareille situation. Il y avait aussi d’autres agents présents !

En troisième lieu, je veux m’interroger sur les raisons de ce suicide que je ne connais pas. Mais il y a le symbole de cet acte commis dans notre maison commune. Et puis il y a aussi que l’administration peut tuer ! (Et je ne la mets pas en cause ici parce que je ne sais rien de plus)  Et si moi ça m’amuse de lui rentrer dans la gueule, et d’aller au Tribunal, je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde, surtout selon la réponse reçue, et l’état dans lequel on est.

En quatrième lieu, je veux reprocher leur attitude culpabilisante au maire, et à son directeur général des services. Pour MEHLHORN, il serait bon qu’il apprenne à gérer autrement ses crises d’autorité, qu’en se vengeant ainsi sur le personnel. Pour DURAND, peut-être que justement parce qu’il quitte son poste, et qu’il sait pourquoi, il aurait pu agir différemment.


Si donc j’ai moi-même des reproches à l’encontre de Catherine GUILMEAU, relativement à son service d’accueil, il m’apparaît que rien ne justifie présentement cette sanction, laquelle est certainement contestable. Et j’espère que les syndicats de personnels communaux seront là pour la faire annuler si elle est bien injustifiée, ainsi que je le pense. Et sûrement faudrait-il déjà déculpabiliser Mme GUILMEAU qui a correctement agi, même si elle aurait peut-être pu mieux faire ?