Archives du mot-clé abus de pouvoir

Savigny-sur-Orge : des vrais et des faux démarcheurs pour un sondage / un questionnaire / une enquête sur le bruit et les nuisances sonores

OUI, la société commerciale « Sodivitrage isolation » dispose bien d’une autorisation municipale de démarchage pour effectuer, au cœur de l’été, une enquête d’une vingtaine de minutes, sur l’impact et le ressenti des nuisances sonores par les Saviniens, et leur proposer leurs solutions d’isolation. Elle s’annonce, préalablement à sa venue, et ses démarcheurs disposent de cartes professionnelles, qu’ils présentent spontanément.

MAIS OUI AUSSI, et comme l’année dernière avec ces gens mal-intentionnés qui, en période de chantiers, s’habillaient en ouvriers, et sonnaient chez les riverains pour vérifier à plusieurs que les travaux n’avaient pas endommagé leurs canalisations, d’autres gens mal-intentionnés tentent cette arnaque à la fausse qualité, et se font passer pour des démarcheurs d’une société d’enquête pour repérer les maisons vides !

Sauf que ces derniers sont des brêles qui un coup se disent envoyées par la Commune, et qui un autre coup se disent envoyées par l’intercommunalité. Ils sont visiblement très étourdis parce qu’ils oublient à chaque fois leur carte professionnelle. Et puis, ils prennent leurs notes directement dans la rue, en ne sonnant qu’à certains pavillons. Et enfin, si tu leur demandes le questionnaire, comme par hasard, ils n’en ont plus, mais ils promettent de te l’envoyer.


Pour rappel, les enfants. Que fait-on en cas de doutes sur la qualité d’un démarcheur ?


Premièrement, on demande la carte professionnelle.

Mais entre-nous, je ne sais pas à quoi ressemble une carte professionnelle, donc tant que le mec me montre un bout de plastique avec écrit dessus « carte professionnelle »

S’il n’y a pas d’erreurs d’orthographe, que les logos ne sont pas pixelisés, que la carte est bien plastifiée et qu’elle est découpée droite, alors je ne peux me fier qu’à mon instinct pour les envoyer se faire foutre, comme j’ai fait dans la semaine avec une nana de Verisure, toute étonnée que je préfère investir dans la sécurité des personnes plutôt que dans celle des biens…


Secondement, on appelle la Police municipale (PM) de Savigny au 01.60.48.89.19 pour faire un signalement (comme quand on voit le technicien du sous-traitant d’Enedis nous installer le Linky alors qu’on n’en veut pas !)

Avec le souci que si le chef de la PM est bien informé, l’agent chargé de l’accueil ne l’est pas. Et donc qu’il va vous dire que c’est un faux-démarcheur, d’autant qu’aucun arrêté d’autorisation de démarchage n’a été pris. Quand je repense à l’adjoint JAUGEAS qui avait pris un arrêté pour contrôler ce démarchage, et qui ne contrôle rien du tout ! Que de la communication !

Même souci si vous appelez le cabinet du maire de Savigny, qui n’est pas informé, alors que l’accueil de la mairie dispose d’une note d’information du passage de cette société. Ouais, mais c’est pas au même étage de la mairie, donc ils ont des excuses ! Les gens qui vivent à l’étage du château ne vont quand même pas se mêler à la foule des gueux !


Or, tant l’accueil de la PM que le cabinet du maire vont vous dire avec mépris et condescendance que les policiers municipaux et assimilés n’ont pas que cela à foutre de patrouiller dans Savigny ! Gros foutage de gueule, mais à quoi servent les mecs alors ?

Je me suis donc permis de remettre la nana du cabinet du maire à sa place, parce que nous savons très bien que nos 12 agents de Police municipale, qui seront 14 à la fin du mandat, sans compter le chien, sont aussi nombreux pour pouvoir verbaliser à outrance quadriller Savigny ; et surtout qu’ils sont justement « en chien » depuis la veille (31 juillet) pour gauler tous les mecs qui ont fait trop tôt le changement de côté du stationnement, ou qui ne l’auront pas fait à temps.


Si donc la dame veut prendre les Saviniens pour des cons, ce n’est que la continuité des cinq ans de mandat de MEHLHORN.

Mais pas moi ! Qui ne sachant pas dès le départ qu’une société avait effectivement été mandaté, me suis d’abord tourné vers l’organe délibérant compétent depuis le 1er janvier 2018.

Et qui donc a contacté Emmanuel MARINO, responsable du service « Bruit et Nuisances sonores » à la Métropole du Grand-Paris, lequel joint par téléphone, nous indique qu’aucune société n’a été missionnée par la Métropole, seule compétente en la matière, dans le cadre de ses politiques de prévention à l’exposition au bruit.


Aux dernières nouvelles du 1er août à 16 heures 30, le cabinet du maire, informé du fait que je me renseignais, s’enquérait de savoir si une deuxième société n’avait pas aussi été missionnée pour effectuer de tels sondages.

Et pour m’emmerder, sûrement aussi parce qu’ils ont été vexés du mépris que je ne peux pas m’empêcher d’exprimer à l’encontre de ratés qui n’ont rien trouvé d’autres qu’à aller se planquer, payés par l’argent public, parce qu’ils sont trop nuls pour trouver un travail dans le privé, ils ont confisqué le document de l’accueil, et ils me font dire que je dois en demander la communication si j’en veux une copie. Na na na !

Ce faisant, ils commettent un abus de pouvoir parce qu’il n’y a que le maire, ou l’administration qui a le pouvoir de restreindre la communicabilité des documents administratifs. Mais pas ces gens au statut bâtard, que je n’ai pas élu. Or, à cette heure là, MEHLHORN était en vacances pour cinq semaines, parce que le pauvre chéri a trop travaillé, et BÉNÉTEAU se trouvait à la résidence Chateaubriand. À ce stade, je n’en ai plus rien à foutre de leur chantage. De toute façon, dans six mois, ils dégagent…


Enfin, si je veux appuyer là où ça fait mal, je m’étonne que ces questionnaires soient réalisés alors qu’il n’y a pas encore les premiers survols aériens intensifs de la commune, qui ne commencent que le 02 septembre.

Car comment connaître l’épaisseur de vitrage nécessaire à se prémunir du bruit, à une période où la moitié des Saviniens sont barrés, et donc font moins de bruit, et durant laquelle nous ne sommes pas encore dérangés par les avions ? Au niveau des perceptions, ce n’est pas très très honnête… Comme si on allait d’abord te conseiller de prendre du double-vitrage, puis que lorsque tu te rendrais compte que c’est insuffisant, alors on te ferait repayer pour du triple…

En réalité, le questionnaire n’engage sûrement à rien. C’est juste que dès que les survols vont commencer, les Saviniens auront alors déjà le contact et l’adresse pour faire quelque chose contre le bruit, et je ne serai pas étonné que le carnet de commandes de l’entreprise se remplisse tout seul dès la rentrée !



Le Tribunal administratif annule une délibération d’urbanisme du Grand-Orly Seine Bièvre pour Savigny-sur-Orge

Victoire : l’Établissement public territorial du Grand-Orly Seine-Bièvre va donc peut-être désormais devoir me prendre au sérieux, et cesser de me mépriser. Dans tous les cas, voilà qui va les inciter à la prudence avec Éric MEHLHORN, le seul des 24 maires incapable de respecter une procédure, non sans commettre un abus de pouvoir. Le Tribunal administratif de Melun a finalement requalifié mon intérêt à agir pour me donner raison.

La fameuse délibération du 26 janvier 2016 portant transfert de la compétence PLU à l’EPT est annulée pour la Ville de Savigny uniquement, en première instance. Finalement, cela ne va rien changer d’autant que le PLU a déjà été adopté, mais la Loi aura été respectée, et c’est une satisfaction pour le républicain que je suis. Il faut dire que la Ville de Savigny et l’EPT auraient pu dépêcher un bon avocat pour traiter cette affaire, mais le cabinet SEBAN est tellement débordé…

Leur grosse erreur de défense a été de prétendre que l’acte que j’attaquais n’était pas décisoire. Était-ce voulu ? Ils ont tenté de m’avoir sur mon intérêt à agir, en insistant sur le fait que je n’en avais pas, mais ont heureusement été déboutés par le Tribunal. Ils voulaient me demander 1500 € pour les indemniser d’un recours malveillant qui était pourtant fondé en droit, et ils sont passés ( à dessein ?) à côté de l’essentiel : ce fameux courrier d’accord du maire de Savigny.

Alors non, ce n’est pas parce que le maire de Savigny (coucou, je n’ai pas eu de non-lieu) a reçu une délégation pour gérer certaines affaires de la commune, qu’il peut tout se permettre. Ce dont il a pris conscience après coup en essayant de régulariser son erreur, de manière rétroactive… De son côté, le président LEPRÊTRE ne s’était pas méfié. Gageons donc que les services de l’interco feront un peu plus attention, et surtout pour tout ce qui viendra de Savigny.

Oui, finalement, c’est bien Michel LEPRÊTRE qui avait raison de me dire ce vendredi 11 mars 2016 de déposer un recours devant le Tribunal administratif. La dernière fois qu’il a été aimable avec moi, parce qu’il a ensuite fait la gueule quand il a su que je l’avais fait… Bon, c’est pas tout cela. Voyons à un autre recours parce que l’EPT refuse d’organiser et de communiquer ses actes administratifs. Et intéressons-nous au conflit d’intérêt concernant le cabinet SEBAN…




Des documents sur la location de la Savinière de Savigny-sur-Orge

Nouvelle victoire pour les Saviniens qui pratiquent des testing citoyens et demandent des documents publics à Savigny-sur-Orge. Merci aux services municipaux de la Ville pour la diligence dont ils ont fait preuve, même si une fois n’est pas coutume tout n’est pas parfait (il manque l’appel d’offres et remise d’un projet pour un contrat signé).

Savigny possède depuis 1932 un centre de vacances en Vendée de 144 places sur un terrain de 3 hectares à 1 km de la mer : la Savinière. En 2009-2010, Savigny a dépensé 1,4 million € pour refaire les cuisines qui aujourd’hui permettraient de nourrir toutes les structures municipales de La-Tranche-sur-Mer, ville qui abrite le terrain.

Hypothèse de travail : le Maire de La-Tranche-sur-Mer (élu Les Républicains) trouve intéressant de reprendre le centre pour bénéficier de l’infrastructure des cuisines. Il proposerait donc au maire de Savigny de reprendre le centre à cette fin. Tout son intérêt sera d’avoir le lieu au prix le plus bas, de toute façon, seule la cuisine l’intéresserait…

Note instructive : la différence entre délibération et décision

Une décision est un document signé par le maire seul (on ne compte pas la personne qui lui montre où signer sur le parapheur, sinon l’éminence des Républicains qui lui tient le stylo pour dire quoi signer). Une délibération est un texte voté par le Conseil municipal en séance publique (sauf lorsque MEHLHORN décide de faire un huis-clos par peur du Peuple Français).

Voter le budget 2015 en totale méconnaissance de cause, en préférant la consigne de l’UMP à la conscience personnelle d’un Savinien sensible et censé est une délibération. Choisir de louer 30 000 m² à 1,66 € le m² l’année soit 0,14 € le m² tous les mois (personnellement, c’est 13 € le m² habitable dans mon quartier des Gâtines) est une décision.

La décision de location est-elle un abus de droit ? Je le pense.

La décision du maire est, dit-il justifiée, par la délibération 32/032. Pour moi, je considère que M. MEHLHORN commet un abus de pouvoir car la Savinière est un bien immobilier, qui certes va être réaffectée, mais nécessite une délibération du Conseil municipal qui n’a pas délégué cette compétence à MEHLHORN.

Je serai curieux de savoir ce qu’en pensent les préfets de l’Essonne et de Vendée et je compte bientôt leur demander. De toute façon, où a été la mise en concurrence ? Où est l’appel d’offres ?  Qu’est-ce qui dit que je ne suis pas intéressé pour louer la Savinière à 60 000 € par an ? Cette location ne semble pas respecter le Code des marchés publics.

déc-0547 001

32-032

Éric MEHLHORN a menti : il a voulu vendre le bien estimé à 777 000 € HT par les Domaines

Tout changement de propriétaire d’un bien immobilier public doit faire l’objet d’une étude de la Direction nationale d’interventions domaniales (DNID). le 07 mai 2015, M. MEHLHORN l’a saisi pour une « vente de gré à gré et sans conditions particulières« . La DNID qui dit qu’elle ne pourra vérifier l’état parasitaire qu’en septembre l’estime à 777 000 € HT. Mais on la loue en août !

Dom-Sav-1 001 Dom(Sav-2 001 Dom-Sav-3 001

Le maire de La-Tranche-sur-Mer n’est pas très regardant : 50 000 € est-il un prix de complaisance ? (Sur le projet parce qu’on allait pas donner copie de l’original…)

Quand je loue un bien, même pour les vacances, je demande auparavant à un état des lieux pour savoir si ce que je veux louer est intéressant (y’a-t-il la fibre optique ? Oui, on n’est pas à Savigny). Je ne me dis pas que je ferai l’état des lieux à la prise de jouissance… Je m’assure aussi de pouvoir régler tout litige à l’amiable, autrement qu’au Tribunal administratif…

Contrat-loc-Sav-1 001

contrat-location-Sav-2 001  Contrat-location-Sav-3 001

J’attends encore d’autres documents publics, notamment l’appel d’offres ayant prévalu au marché public. Mais j’invite les Saviniens à se montrer particulièrement attentif à la « spoliation consentie » que leur inflige leur municipalité.

Une structure dont les cuisines neuves ont coûté 1,4 million € au contribuable sont louées pour 50 000 € l’année, c’est 28 mois pour rentabiliser… C’est tant d’enfants saviniens qui ne profitent plus de la structure.

À Savigny, on ne brade pas que la jeunesse, la culture, le sport, les associations, l’éducation, le vivre-ensemble, le dialogue, la démocratie, le respect… Non, on brade aussi le patrimoine qu’on est incapable de gérer, à l’image de la Ville.