Archives du mot-clé 7e circonscription de l’Essonne

Quelle intercommunalité en Essonne pour accueillir les communes de l’ex-CALPE sorties du GOSB et de la MGP ?

Faisons un peu de politique fiction en tant qu’il y a vraiment des gens pour s’imaginer que les communes de l’ex-CALPE vont pouvoir quitter le Grand-Orly Seine Bièvre. Donc quand bien même cela arrivait, les villes de l’ancienne CALPE, et leurs 133 000 habitants, devraient obligatoirement intégrer une autre agglomération déjà existante pour passer le seuil légal des 200 000 habitants, inscrit dans la loi MAPTAM. Oui, mais laquelle ?

L’idée de départ de nos élus  est de dire qu’on veut rester dans la Métropole du Grand-Paris (MGP) mais qu’on ne veut plus de cet EPT de 680 000 habitants, qu’est le GOSB. Qu’on serait mieux entre villes de droite du Nord-Essonne et du Sud-Val-de-Marne à profiter de la manne d’Orly, sans ces pauvres du Nord-Val-de-Marne qui ont en plus le défaut de voter communiste. Mais sortir de l’EPT, sauf à effectivement le casser en deux, revient en fait à sortir de la MGP !

Alors on ne va pas se mentir. Si les villes de la 7e circonscription de l’Essonne veulent quitter le GOSB, c’est parce que le député Robin RÉDA voudrait d’un territoire qu’il puisse contrôler politiquement. Qu’il a compris que les villes du Val-de-Marne ne tomberait jamais dans l’escarcelle de LR, et donc qu’il ne pourrait jamais en être le chef. Bref, il veut revenir au temps béni de la CALPE pour avoir une interco qui lui serve de support et de relais pour son mandat de député.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’on est dans la MGP parce qu’on est dans un EPT ! On ne peut pas être dans la MGP sans être dans un EPT ; et un EPT doit rassembler au moins 300 000 habitants. Or, au mieux, on arrive à 270 000 habitants en rassemblant tout le bassin d’emploi d’Orly. Donc vu que la Val-de-Marne ne veut pas venir avec nous, et que MACRON ne tient pas plus que cela à casser les EPT, c’est nous qui demandons à revenir vivre tous seuls en Essonne.

Mais une agglo de grande couronne ne peut plus faire moins de 200 000 habitants, ce qui signifie que nos communes vont devoir se greffer ensemble à une agglomération déjà existante ! Partant de là, l’ex-CALPE (en orange) est entourée de quatre agglomérations :

  • (1) Paris-Saclay (CAPS) en jaune, 298 000 habitants, de droite présidée par Michel BOURNAT
  • (2) Cœur d’Essonne agglomération (CACE), en rouge, 195 000 habitants, de gauche, présidée par Éric BRAIVE
  • (3) Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart (CAGPS), en violet, 336 000 habitants, de gauche, présidée par Francis CHOUAT
  • (4) Val-d’Yerres Val-de-Seine (CAVYVS), en vert, 174 000 habitants, de droite, présidée par François DUROVRAY


(1) La CAPS a l’avantage d’être présidée par une personnalité politique de second plan, obscur vice-président du Conseil départemental, proche de la retraite (Michel, si vous me lisez !). RÉDA pourrait vouloir y aller pour prendre la place (ce qu’il ne peut pas faire personnellement tant qu’il est député), mais quel mauvais signal envoyé par rapport à l’hôpital ! Car nous donnerions alors corps à la fiction que Saclay peut devenir notre hôpital d’agglo ! C’est aussi le territoire de notre sous-préfecture !

(2) La CACE a le désavantage d’être de gauche, et trop à gauche pour que notre arrivée puisse la faire basculer à droite (sauf surprise lors des prochaines municipales), mais dirigée par un encore moins connu (le maire de Leuville). Donc RÉDA ne quitte pas les gauchistes pour retourner se ficher avec eux… Il y aurait la logique territoriale de l’Orge, mais au final un territoire aussi étalé que le Grand-Orly Seine Bièvre, ce qui est un des prétextes justifiant qu’on veuille le quitter.

(3) La CAGPS, aussi surnommé le VALLS-land, est également de gauche à une plus forte majorité, réellement éloignée de notre territoire, et en plus déjà bien peuplée. C’est donc l’hypothèse la moins crédible.

(4) La CAVYVS était l’hypothèse originelle du schéma régional de coopération intercommunal. Elle n’est pas assez peuplée, et abrite Draveil, ville dans laquelle travaille le maire de Juvisy. Elle souffre de n’avoir qu’un pont sur le territoire pour joindre les deux parties de l’agglomération ; et de la concurrence de François DUROVRAY qui en a fait son fief, et ne permettra pas à RÉDA d’y régner. Donc l’hypothèse la plus logique aux yeux de l’État, même sans cohérence territoriale.


Quand je n’ai rien d’autre à faire, je relis les magazines des Portes de l’Essonne, mes notes de la réunion sur l’avenir intercommunal de la CALPE du 02 mai 2015 et le compte Facebook de RÉDA et des autres élus de la 7e ; et je me fous de leur gueule, parce que ce sont eux qui nous ont fait rejoindre la MGP. Plus que de bassin d’emploi, ils ne voulaient surtout pas perdre les recettes de Paray (43 % des ressources de la CALPE en 2015). Et maintenant, où allons-nous ? Est-ce que ce sera bon pour nous ?

Tout cela ne fait que trahir un manque de logique territoriale. Ils sont allés là où ils pensaient avoir le plus d’argent, et il n’y en a pas. Il n’y en aura pas plus ailleurs. Osons pour terminer en nous risquant au pronostic que pourrait décider le Gouvernement  : la CAVYVS en premier choix pour combler le déficit de population, la CAPS en deuxième pour rejoindre l’Essonne qui bouge, et la CACE en dernier pour former ce Val-d’Orge que nous n’avons jamais connu.



Viry-Châtillon menace-t-elle l’entrée de la CALPE dans le Grand Paris ?

La CRCI (Commission régionale de coopération intercommunale) s’est réunie le 10 juillet 2015 pour se prononcer sur les regroupements intercommunaux dans le cadre du Grand Paris. Parmi les avis défavorables, celui concernant l’avenir de la CALPE, à savoir que Paray-Vieille-Poste quitte la CALPE et que Viry-Châtillon rejoigne notre agglomération.

Lorsqu’on sait que Paray-Vieille-Poste rapporte 20 % des recettes de la CALPE (environ 20 millions €), alors qu’elle n’en représente que 4,6 % de la population, on peut se dire qu’on n’a pas envie de perdre une commune aussi rentable. Mais lorsque des rumeurs tendancieuses nous laissent à penser que Viry menacerait notre entrée dans le Grand Paris, on s’interroge.

© Le Parisien – Un projet au 16 juillet 2015 qui ne statue pas encore sur l’avenir de la CALPE


–> Lire le résumé de la Région : « Aucun des 4 périmètres (dont la CALPE) n’a donc fait l’objet de modifications adoptées par la CRCI. » Donc Paray reste pour l’instant dans la CALPE et Viry n’y rentre pas. Et tout le monde est mécontent, enfin presque… Si le Conseil municipal de Viry a bien voulu quitter la CALE pour la CALPE, les Conseils municipaux de Savigny, Athis-Mons, Juvisy et Morangis lui ont dit NON. Alors que les mêmes avaient voté OUI à la CALPE !!!


Avant-propos : ma position sur le Grand Paris

Je suis hostile à ce que la CALPE intègre le Grand Paris pour la raison que ce mastodonte n’aura rien à faire de nous, villes-dortoirs du Nord Essonne. Par contre, je ne trouve pas incohérent que Viry nous rejoigne dans la CALPE, et que nous rassemblions ainsi la 7ème circonscription législative. Tout le problème vient des dettes de la communauté d’agglomération des Lacs de l’Essonne (CALE) dont fait partie Viry et que nous devons aux socialos-communistes.


Avantages et inconvénients d’un Viry calpien

À Viry, ce qui est bien, ce sont toutes les infrastructures sportives, culturelles et sociales que les Castelvirois ont financé et qui pourraient aujourd’hui servir aux Saviniens et aux Juvisiens limitrophes à des coûts privilégiés. Ce qui est bien aussi à Viry est la régie de l’eau, même si sa gestion est réformable. Mais le problème est que tout cela a un coût d’entretien important et que la CALE était endettée de 46 millions € en 2013 dont une partie irait alors à la CALPE…


La CALPE – Paray + Viry = Err 001 (somme négative)

Paray, c’est bien parce qu’ils donnent beaucoup et qu’on leur en rend peu. Pour moi, comme à Savigny, nos deux communes sont les « idiotes utiles » de la CALPE… Viry, ils donneront beaucoup parce qu’ils sont nombreux et actifs commercialement mais il faudra aussi leur rendre beaucoup pour entretenir toutes les belles infrastructures dont les Calpiens vont les déposséder en s’invitant chez eux. Comme il n’y a rien à Savigny…


La menace castelviroise (qui est une menace paraysienne)

raisons-CALPE

Extrait de la délibération savinienne rejetant l’intégration de Viry-Châtillon à la CALPE (et le départ de Paray)

En réalité, la CALPE n’est pas hostile à l’entrée de Viry (parce que cela coûterait cher – là dessus, il n’y a aucune réaction « venez comme vous êtes », que la Ville est trop au Sud, trop éloignée du Grand Paris). Mais les communes craignent qu’on leur refuse le Grand Paris à cause du départ de Paray. La CALPE ne peut en effet intégrer le Grand Paris que si deux de ses communes (Athis-Mons et Paray-Vieille-Poste) jouxtent une infrastructure aéroportuaire. Or, la modification de territoire des deux villes est liée et enchainée…

Alors comme il n’y a aucune autre garantie pour l’instant, tolérer le départ de Paray, en imaginant qu’un amendement dérogatif nous intégrant au Grand-Paris ne soit pas voté, pourrait nous laisser à la porte, d’autant que l’agglo est loin des 200 000 habitants nécessaires (avec 127 064 – Viry inclus). Donc cela priverait la CALPE et son nouvel établissement public territorial des mannes financières de l’aéroport. Et ça, ce serait vraiment trop injuste…


Pour terminer, un petit échange de courriels avec Laurent SAUERBACH, président de la CALE

Moi, le 17 juillet 2015 à 10 h 17 :

Bonjour,

Je souhaiterais connaître les réactions officielles de la CALE et ses élus, s’il y a eu, suite à la réunion de la CRCI du 10 juillet 2015 qui traduit un avis défavorable au rattachement de la commune de Viry-Châtillon à la CALPE.

En vous remerciant. Bien cordialement.

Olivier Vagneux


Laurent SAUERBACH, président de la CALE le 17 juillet à 10 h 34 :

Comme d’habitude, vous continuez de véhiculer des informations erronées ou mensongères. Pour travestir ainsi la réalité, vous n’étiez manifestement pas à la CRCI du 10 juillet ou vous dormiez pendant la séance. C’est pathétique !

Vous n’êtes pas journaliste, vous ne représentez personne et notre Communauté d’Agglomération n’a donc aucune réponse à apporter à un falsificateur tel que vous.

Bonne journée.

LS


Moi, parce que j’aime bien avoir le dernier mot, le 17 juillet 2015 à 11 h 19 :

Re bonjour,

Manifestement le président de la CALE aurait du mal à assumer que je m’interroge publiquement sur son engagement à la tête de la CALE et son autre engagement au cabinet du Conseil départemental. Il devrait pourtant savoir que je le sais trop intègre pour pouvoir soupçonner tout népotisme ou tout conflit d’intérêt qui justifierait la deuxième fonction, et qui de plus à ce jour n’est pas prouvé entre les deux institutions.

Quant au fait que j’écrive que Laurent SAUERBACH prenne un poste professionnel au Département pour s’assurer, après la dislocation de la CALE, il relève de ma liberté d’expression que je l’écrive, et de la liberté de la presse que je le publie sur mon blog. D’autant plus que pour une fois qu’un élu conserve une activité professionnelle…

Où est l’information erronée, où est l’information mensongère ? Les villes composant la CALPE ne veulent pas de Viry-Châtillon (et perdre les 20 millions € de recettes de Paray).

La Presse le dit, notamment le Républicain (http://www.le-republicain.fr/actualites-departementales/5432-le-debat-sur-les-agglomerations-reste-fige-en-essonne)

Même le site de la Région dit comme moi (http://www.ile-de-france.gouv.fr/Presse-et-communication2/Communiques/Grand-Paris-CRCI-du-10-juillet-2015-13-perimetres-d-intercommunalites-stabilises-en-grande-couronne)

3) Les 4 périmètres ayant fait l’objet d’une majorité d’avis défavorables de la part des communes concernées ont été à nouveau examinés par la CRCI

Il s’agit des périmètres suivants :

 L’élargissement du périmètre de la CALPE (réduite de Paray-Vieille-Poste) à la commune de Viry-Châtillon (91) : 4 des 5 communes concernées ont exprimé un avis défavorable, représentent 75% de la population. La CALPE a quant à elle émis un avis favorable ;

Alors la question que je me pose est la suivante : Pourquoi les villes de la CALPE s’opposent-elles à cette modification territoriale ? (Plusieurs réponses possibles)

1) Parce que le Grand Paris est réellement menacé par l’entrée de Viry-Châtillon (ce dont je ne comprends pas en quoi).

2) Parce que la CALE est très endettée et dispose d’infrastructures qui seront lourdes à entretenir.

3) Parce que la CALPE ne veut pas perdre les 20 millions € de recettes de Paray-Vieille-Poste.

4) Pour une autre raison qui dépasse le « falsificateur » que je suis.

Voilà, le journalisme, c’est poser des questions et retranscrire les réponses qui sont données. Vous avez gagné un article sur mon blog.

En vous remerciant de votre collaboration.

Olivier Vagneux