Archives pour la catégorie Viry-Châtillon

L’EPT GOSB bientôt condamné à communiquer et publier son grand livre budgétaire 2018

À l’heure où paraît cet article débute l’audience au Tribunal administratif de Melun à l’issue de laquelle doit être jugée ma demande de communication et de publication du grand livre budgétaire 2018 du Territoire.

Et je suis plutôt très serein pour présenter mes observations orales !

Pour rappel, l’EPT a déjà été condamné, sur ma requête, par un jugement du 08 décembre 2020 à communiquer et à publier leurs grands livres budgétaires 2016 et 2017.

Dans mon mémoire, j’ai aussi fait le petit bâtard et j’ai feint de m’étonner que pour des gens qui prétendent avoir des valeurs républicaines et des vertus communistes (☭☭☭☭), ils n’étaient pas très transparents. Ils devraient pourtant spontanément le faire !


Là où je suis content est que je m’améliore en droit administratif, puisque la rapporteure publique conclut favorablement à trois de mes quatre conclusions, rejetant en fait comme à chaque fois ma demande de frais de Justice, en tant que j’agis sans avocat.

Elle rejette également l’intégralité des conclusions du président de l’EPT.

En fait, si j’étais malhonnête, j’utiliserai un avocat comme boîte aux lettres, même s’il n’a rien fait, juste pour percevoir le remboursement des frais de Justice (qu’il n’y a en réalité pas à prouver). Aujourd’hui, c’est trop tard, mais je me rattrape en faisant l’écrivain public.


Comme à chaque fois, l’EPT se défend avec les mêmes arguments inopérants, et comme toujours, j’utilise les mêmes contre-attaques.

  • L’EPT dit que les comptes administratifs sont déjà publics donc qu’ils n’ont pas besoin de publier les grands livres qui retracent chaque dépense et chaque recette.

==> Je leur réponds de commencer par publier une comptabilité analytique pour qu’on y voit plus clair dans le détail. En l’absence, je suis fondé à demander les grands livres.

  • L’EPT ensuite dit qu’il ne peut pas communiquer et publier parce qu’il y aurait des données bancaires et des RIB.

==> Je leur réponds qu’ils ne doivent pas savoir ce que c’est qu’un grand livre budgétaire : juste des lignes avec une date, un numéro de mandat, un client ou un payeur et un objet. Je leur propose surtout de prouver leur dire par une communication non-contradictoire, et évidemment, comme c’est faux, ils ne s’y essaient jamais…

  • L’EPT dit encore que les documents ne sont pas numérisés.

==> Je leur réponds que c’est pourtant le format sous lequel ils communiquent ces documents au 1er janvier à l’ordonnateur public… C’est une obligation règlementaire.

  • L’EPT dit que les livres sont trop lourds pour pouvoir être publiés.

==> Donc j’ai fait un petit calcul selon lequel un livre doit peser 20 Mo. Je me suis connecté sur la page des délibérations et j’ai vu qu’ils en publiaient qui atteignaient 25 ou 30 Mo. Donc ils ont la place s’ils veulent !

  • Enfin, l’EPT dit que je fais trop de demandes et de recours.

==> Manque de chance pour eux, c’était mon avant-dernier recours (le dernier étant celui contre le PLU de Savigny qui a été renvoyé à Versailles) et l’objet de ma dernière demande de communication auprès de leur administration.

Je conclus d’ailleurs de manière très amère sur le fait que je n’ai pas demandé la communication des grands livres 2019 et 2020 parce que c’était juste une expérimentation citoyenne. À la fois une réussite parce que j’aurais obtenu ces documents par l’entremise du Tribunal. Mais un échec parce que l’administration ne le fera jamais spontanément, comme elle devrait pourtant le faire en démocratie…





Frédéric DELAMAERE quitte Savigny-sur-Orge. Et ce n’est même pas pour aller à Morsang-sur-Orge !

Encore un qui devait attendre l’issue du recours de David FABRE !!!

Décidément, plus grand monde ne semble y croire…

Mais où peut-il donc bien partir ?

La réponse se trouve dans cette photo (cliquez dessus pour zoomer).

Eh oui, notre copain, Frédéric DELAMAERE, qui en tant que membre du cabinet du maire de Savigny, n’avait rien d’autre à foutre sur ses heures de travail que de faire la campagne législative de RÉDA et de VILAIN, est remercié de son soutien par un beau petit recasage en règle chez les copains à Viry-Châtillon.

N’y a-t-il que moi que cela écœure ?

(Mais alors, il va être séparé de Caroline COUTINHO ? Est-ce possible ?)

Un poste qu’il avait obtenu en 2007, après une embauche en 1997, qui n’a sans doute aucun rapport avec le fait que Maman (Danielle DELAMAERE) était colistière et candidate sur la liste municipale MARSAUDON en 2001 (en 36e position).

Au passage, qui rappelle qu’il a fidèlement soutenue SPICHER en son temps, tout comme STEIGER, et un certain nombre qui servent indifféremment et avec zèle toutes les majorités ?

Et un poste précaire, de la durée de vie de la mandature, dont il s’est dégagé quand il a compris que je bloquerais la réélection de MEHLHORN en juillet 2018 pour devenir directeur du pôle Culture et Vie locale où il a brillé par le fait qu’il n’a rien foutu.


En effet, qu’y a-t-il eu comme évènement culturel nouveau sur Savigny ces deux dernières années, qui ne soit par ailleurs pas de l’initiative d’un élu, ou la résultante d’une lointaine promesse de 2014 qu’on active qu’en 2019 pour se montrer indispensable.

MEHLHORN a joué à cela et il a perdu.

Je souhaite donc bon courage aux Castelvirois qui récupère à la tête de leur service culturel et événementiel une personne qui ne brille pas par sa pro-activité. On va bien voir si VILAIN, tout copain qu’il soit, va accepter qu’il continue de ne rien foutre.

Tu as des mecs qui ont une idée nouvelle par semaine. DELAMAERE, lui, n’a même pas tenté de remettre au goût du jour des événements qui fonctionnaient jusque-là.

Et j’ai bon espoir qu’il soit prochainement condamné pour son entrave à l’exercice de ma liberté d’expression quand il a refusé de me laisser intervenir en réunion publique.



 

Olivier VAGNEUX obtient la publication des grands livres budgétaires de l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre (en première instance)

Ainsi chaque citoyen va-t-il enfin pouvoir connaître l’objet de chaque dépense et de chaque recette de l’intercommunalité !

Soit environ 150 000 lignes budgétaires chaque année.


La transparence, il y a ceux qui en parlent.

Et lorsqu’on les écoute, les DEFRÉMONT, MEHLHORN et IZARD, qui sont tous bien plus transparents que moi.

Et puis il y a ceux qui la pratiquent, voire qui forcent les administrations à la pratiquer.

Dès lors, je vous invite quand même à aller jeter un œil sur ces grands livres lorsqu’ils seront publiés. Vous pourriez avoir des surprises !




 

Bruit d’explosion le 30/09/2020 à 12 h 00 : juste un avion de chasse qui a franchi le mur du son