Archives pour la catégorie Viry-Châtillon

Quelques mots pour Chantal ROBERT

Je voudrais aussi écrire quelques mots pour Chantal ROBERT, décédée il y a trois semaines, et dont les obsèques ont eu lieu le lundi 27 août 2018. Je ne connaissais pas très bien Chantal, même si j’avais déjà un peu travaillé avec elle. C’est pour cela, et surtout en reconnaissance de ce qu’elle a fait pour l’Église catholique à Viry-Châtillon, et pour notre secteur pastoral de Savigny-Viry, que je tiens à rédiger ces quelques lignes.

Bien que toujours présente à Viry, elle est partie suivre le père Pascal DAVEAU au moment où je commençais à prendre mes premiers engagements. Paradoxalement, c’est donc sûrement en dehors de l’Église que je voyais le plus Chantal, notamment quand elle venait voir son fils à Savigny, lequel habitait juste devant un arrêt de bus. Ce qui n’empêche pas que je la côtoyais aussi pour les grands événements du secteur, et notamment les préparations de pèlerinage.

J’appréciais son franc parler, sa manière de dire les choses que d’aucuns trouveront un peu forte, son organisation, sa rigueur et sa méthode. Ce qui était appréciable est qu’elle ne ramenait pas tout à son clocher, ce qui est quand même un gros sujet sur Viry. Par contre, elle n’hésitait pas à dire que c’était mieux avec le père Pascal, ce qui en agaçait aussi plus d’un. Elle a quand même beaucoup œuvré pour unifier les paroisses de Viry par l’équipe animatrice.

Je vais m’arrêter là, sans citer ses autres engagements dans l’Église et ailleurs, que vous pouvez d’ailleurs retrouver dans l’agenda paroissial. Je voudrais juste lui écrire un grand MERCI pour ce qu’elle a fait pour la paroisse de Viry et pour notre secteur, avec ce regret de ne pas avoir pu mieux la connaître, ni travaillé plus avec. À nous maintenant de poursuivre son œuvre en faisant vivre ce secteur pastoral qu’elle a tant contribué à projeter de l’avant !



Publicités

Les nominations pour 2018-2019 sur le secteur pastoral de Savigny-Viry

Les nominations de l’évêque étant devenues valides ce 1er septembre 2018,

Quoi de nouveau sur le secteur pastoral de Savigny-Viry pour cette année 2018-2019 ?

On rappellera à ce propos le départ du père Christian CHASSAGNE, aumônier des Réunionnais en métropole, en juin 2018 après six ans de mission, lequel domicilié sur Savigny, s’il n’était pas officiellement au service du secteur pastoral, apportait malgré tout une aide non négligeable.

Principalement, l’arrivée d’un prêtre étudiant, Boris Jacques SEGLA, originaire du diocèse d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Et de redire ici que le fait qu’il soit étudiant, si cela lui permet de dépanner les autres prêtres, n’en fait pas non plus un desservant disponible à plein temps.


Le Père Thierry DAVID, prêtre responsable du secteur, est pour sa part renouvelé de 3 ans, de manière anticipée. Il restera donc sur Savigny au moins jusqu’à août 2021.

Le diacre Yannick LE NOUEN, résidant à Viry-Châtillon, est également reconduit pour 3 ans au sein de l’équipe pastorale de secteur.

Mgr Jacques PÉ, prêtre en retraite, prélat d’honneur, domicilié sur Savigny, est aussi prolongé de 1 an.


Pour rappel, le secteur pastoral est aussi animé par :

– le Père Achille WAFFO (domicilié à Viry-Châtillon),

– le Père Christian-Thierry EBELLA (domicilié à Viry-Châtillon),

– le diacre Daniel LAMBERT, résidant à Viry-Châtillon

– le diacre Adelino GONCALVES (lequel n’est pas membre de l’équipe pastorale de secteur),

– le diacre Jean DOUSSINT, résidant à Savigny

Il est donc composé en tout de 5 prêtres, dont 1 en retraite et 1 étudiant, et de 4 diacres. Cela se situe dans la moyenne des secteurs pastoraux essonniens, même si certains sont un peu plus fournis, ce que compense la présence de 3 prêtres relativement jeunes.



Bon anniversaire Mgr Jacques PÉ !

Ce 15 août 2018, le père Jacques PÉ, 94 ans, fêtait en l’église sainte-Thérèse ses 70 ans de présence sacerdotale sur le secteur pastoral de Savigny-Viry.

En effet, c’est le 15 août 1948 que le père PÉ, récemment ordonné prêtre le 29 juin 1948, au service (de l’évêque) du diocèse de Versailles qui recouvrait alors l’ancienne Seine-et-Oise (Essonne, Yvelines et Val-d’Oise), avait présidé sa première messe.

Paradoxalement, si tout le monde aujourd’hui est plein d’attentions pour notre père PÉ, c’était loin d’être le cas en 1948. Les premiers temps, de ce qu’on m’en ont raconté des Saviniennes de longue date comme Simone POQUET ou Monique FRESSON, le père PÉ habitait encore à Paris, et il venait à vélo en descendant la N7 pour présider les offices à Savigny, et les paroissiens de l’époque ne lui offrait même pas un verre d’eau, parce qu’on maintenait une distance qui se voulait respectueuse

Alors aujourd’hui, il me fait bizarre d’entendre le Père PÉ remercier les paroissiens, et au delà tous ceux qui se sont trouvés sur son chemin de vie de prêtrise à Savigny-Viry (17 ans), mais aussi à Massy (9 ans), à Grigny (11 ans), aux Ulis, à Villeneuve-saint-Georges, à Argenteuil… Alors que c’est à nous de le remercier de continuer à agir pour nous, malgré ses 94 ans, et surtout pour tout ce qu’il a fait au long de ces 70 ans, là où nous l’avons croisé et vu rayonner

Il est un prêtre que j’affectionne tout particulièrement pour la conviction qu’il a toujours développé dans tous ses engagements, des solidarités à l’accueil des migrants ; participant toute sa vie à une œuvre dont il connaissait l’immensité, et gardant malgré elle la force d’agir sans céder au découragement qui aurait frappé tant d’autres.

Si donc je m’abstiendrai bien de souhaiter au Père PÉ d’autres années de ministère, par peur d’évoquer une durée à un âge où Monseigneur PÉ, prélat d’honneur, mérite amplement de profiter d’une retraite, je ne peux que lui souhaiter une douce et agréable suite de vie, le plus longtemps possible, dans la joie de la foi.



Un recours contre l’adhésion partielle du Grand-Orly Seine Bièvre au SEDIF

Depuis le 1er janvier 2018, la compétence « Eau potable » a été transférée des communes aux intercommunalités. Or, les intercommunalités de Plaine-Commune et du Grand-Orly Seine Bièvre se sont prononcés favorablement à une ré-adhésion de leurs communes membres au SEDIF (Syndicat des eaux d’Île-de-France), lequel délègue la gestion de l’eau à Véolia, entreprise critiquable par ailleurs ; sans prendre l’avis des conseils municipaux !

Un recours collectif est donc en finalisation à l’initiative de plusieurs collectifs dont l’association Démocratie et Justice pour l’Eau, afin de contester l’arrêté inter-préfectoral portant adhésion au Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) des établissements publics territoriaux Plaine-Commune et Grand-Orly Seine Bièvre au titre de la compétence eau potable. En Essonne, cela concerne seulement les communes d’Athis-Mons et de Juvisy-sur-Orge.

Pour rappel, la commune de Savigny-sur-Orge est en contrat de délégation de service public avec l’entreprise Suez (ex-Lyonnaise des Eaux) jusqu’au 31 décembre 2024.

Il est donc proposé aux élus et aux citoyens des villes concernées de se porter requérant dans l’affaire, très rapidement, puisqu’il n’y a que jusqu’au lundi 06 août 2018 à minuit !

https://monactioncollective.fr/product/demande-dannulation-de-larrete-prefectoral-du-8-juin-2018-portant-sur-ladhesion-au-sedif-des-communes-depinay-sur-seine-saint-ouen-et-la-courneuve

Empêcher l’adhésion au SEDIF, sur lequel il y aurait beaucoup à redire, et notamment sur les élus qui « mouillent » dedans, c’est essayer de permettre la création d’une régie publique de l’eau, qui si elle est bien gérée, permettra une diminution sensible du prix de l’eau (surtout s’il n’y a plus les dividendes à payer aux actionnaires). Mais c’est aussi sortir du système opaque, mauvais gestionnaire et peu démocratique de Véolia.

Chiffres et iconographie : Artélia-Earth pour 94citoyens.com – © Tous droits réservés


Un recours collectif est donc en phase d’être déposé, arguant notamment de l’absence de consultation des conseils municipaux, quoique prévue dans le code général des collectivités territoriales ; ainsi que d’une rupture d’égalité des usagers devant le service public.

Une avocate spécialisée a été mandatée par les collectifs, et une somme de 15 euros  est demandée à tous ceux qui souhaiteraient s’associer à ce projet ; prélude nécessaire à la création d’une grande régie de l’eau sur notre territoire !