Archives pour la catégorie Savigny-sur-Orge

Savigny-sur-Orge : la réunion de présentation du budget 2019 est reportée au vendredi 09 mai

Ô surprise, la réunion de présentation du budget 2019 tombe en plein pendant le pont (ou le viaduc) du 08 mai qui est un jeudi cette année !

Est-ce donc qu’il ne faudrait pas que les Saviniens s’interrogent de savoir comment on a pu passer de 8,4 millions € d’investissement en 2014 à une prévision de 17,5 millions € en 2019 ?

Parce que nous savons déjà très bien que c’est grâce à la géniale gestion de MM. MEHLHORN, PATAUT et BÉNÉTEAU que nous pouvons plus que doubler nos investissements !

Grâce à toutes les économies qu’ils nous ont permis de faire en fermant des services qui transformaient les Saviniens en gauchistes !

Et surtout pas grâce aux nouveaux impôts cumulés depuis 2016 (1,9 million € par an), et à l’excédent de fonctionnement de 5 millions € en moyenne savamment entretenu, que l’on a pu suivre et retrouver d’année en année.

Par exemple, en 2019, il y a 1 million € bloqué pour racheter le cinéma que ses propriétaires ne veulent pas vendre. Donc on le retrouvera en 2020 !

Mais peut-être alors et tout simplement est-ce BÉNÉTEAU, qui a peur qu’on s’ennuie devant ses comptes de boutiquiers, et ses énumérations de chiffres balancées dans le vide, qui ne renvoient à aucune politique puisque la municipalité de M. MEHLHORN n’en a pas ? Ce ne sont bien là que des comptables et des gestionnaires et pas des politiques, comme le leur reprochait Pierre GUYARD, car ils n’ont aucune vision ni ambition…


Alors, de vous à moi, je ne comprends pas le motif du report qui serait le décalage du vote du budget.

Et alors ? Et après ? C’est de travailler deux jours de suite qui les fatigue ?

D’autant que la présentation, comme le budget, étaient écrits à l’avance !

Que le budget ait été voté le 21 février ou le 20 mars n’empêche donc pas qu’il puisse être présenté de la même manière le 21 mars… Passons.


Je voudrais m’attarder sur une petite expérience que j’ai menée.

J’ai fait comme si je n’étais pas informé de l’annulation, et j’ai attendu à la salle des fêtes.

Je voulais sinon voir si la réunion n’avait pas été annulée pour prêter la salle à un pote.

Personne d’autre que moi n’en avait parlé, et je n’ai pas la prétention que tout le monde lise mon blog.

Je suis arrivé à 19 h 12.

À 19 h 27, je vois arriver deux personnes dont le responsable de circonscription de Debout la France, Arnaud THION, donc parti allié de la majorité municipale, qui ne sont vraisemblablement pas informés du report.

Bravo MEHLHORN dans son traitement de ses alliés politiques !

Et vers 19 h 50 (je suis resté jusqu’à 20 h 05), deux dames qui avaient lu l’info dans le bulletin municipal.

Au total, quatre personnes.

Est-ce donc que tous les autres sont arrivés très en avance pour avoir une place, puis sont tombés sur l’affiche (que l’on ne lisait plus la nuit tombée) et donc sont repartis ?

Ou est-ce que le public qui vient généralement à ce genre de réunion n’est en fait pas une base de militants ou sympathisants LR que le cabinet du maire va passer la semaine précédente à mobiliser pour meubler et occuper les espaces ?

Ou alors que tout le monde se fout du budget, parce qu’on a compris l’incapacité de l’équipe municipale actuelle ?


Je finirais par une anecdote : MEHLHORN qui quitte la mairie vers 20 h 00. Et quelques minutes plus tard, quelqu’un vient rallumer son bureau.

Il y a une rumeur qui dit que Laurence SPICHER-BERNIER faisait comme Benito MUSSOLINI et laissait son bureau allumé pour donner à penser qu’elle travaille.

Est-ce que MEHLHORN ferait de même ? Ou était-ce tout simplement le ménage ? (que je vois pourtant plutôt fait vers 7 heures du matin quand je pars travailler).




Publicités

Vos questions : Delphine DARBONNE, nouvelle DGA de Savigny-sur-Orge, a-t-elle obtenu son poste par favoritisme LR ?

Question reçue dans un courrier anonyme en date du 15 mars 2019 d’une personne se disant être agent communal.

Un autre élu d’opposition m’a indiqué avoir aussi reçu à peu près la même question de la part d’un agent communal, énoncée cette fois sous la forme d’une affirmation.

De la même manière qu’il nous demande aussi à tous les deux si Marc IZQUIERDO, directeur du centre technique André-Camelot, ne serait pas un cousin de Véronique MEHLHORN, épouse du maire ; et d’autres choses qu’il ou elle ne semble demander qu’à moi.

« Après Valérie RAGOT, est-ce que vous pouvez enquêter pour vérifier si Delphine DARBONNE, la nouvelle DGA, n’a pas obtenu son poste grâce à RÉDA, parce que je sais qu’elle vient de Juvisy ? »


Le 21 mars 2019,

Bonjour,

Vous m’interrogez pour savoir si la nouvelle directrice adjointe en charge des services à la population, Madame DARBONNE, aurait été recrutée sur le conseil de Robin RÉDA.

Une question similaire à la vôtre a été posée à un autre élu d’opposition, à qui on demande de vérifier si elle ne serait pas la fille d’un ancien élu de Juvisy.


Il ressort du profil LinkedIn de Mme DARBONNE qu’elle a travaillé à Évry (PS) de 2007 à 2010 en tant que coordinatrice Projet éducatif, puis à Juvisy (PS puis LR) de janvier 2011 à récemment en tant que cheffe du service Petite enfance.

Un article du Parisien fait mention d’une Delphine DARBONNE, responsable du service Enfance et Éducation de Palaiseau (LR) en mai 2018, et nous savons enfin que la jeune femme est arrivée à Savigny en décembre 2018.

Il m’a aussi été indiqué qu’elle serait de la famille des entrepôts de boisson DARBONNE à Viry-Châtillon, à la limite de Juvisy, mais qu’aucun membre de celle-ci n’aurait été élu à Juvisy.


Si donc je ne puis rien vous affirmer, il apparaît néanmoins assez clairement que Mme DARBONNE dispose d’un profil LR-compatible.

Pour autant, il ne me semble pas, au vu des témoignages reçus, qu’elle ait été embauchée par affinités politiques. Mais en toute honnêteté, je ne dispose pas assez d’éléments pour attester du contraire.

Contactée personnellement et interrogée franchement, la DGA n’a pas daigné accéder à nos sollicitations à l’heure où j’écris cette réponse.

Je ne clôture pas le « dossier », mais je ne vous cache pas que je doute que je réussirai à en apprendre plus.


Bien cordialement.

Olivier VAGNEUX



Savigny-sur-Orge : la réunion de présentation du budget communal 2019 est reportée

C’est une information que nous tenons de deux sources concordantes en mairie de Savigny, dont l’une est le secrétariat général de la Commune (et l’autre une de mes taupes dont je ne vais pas dévoiler l’identité) : la réunion publique de présentation du budget primitif 2019, annoncée dans le bulletin municipal de janvier 2019, est reportée à une date ultérieure encore non déterminée. Je vous informerai du report quand il sera connu.

Je précise quand même pour la forme, mais surtout pour pouvoir taper sur l’équipe MEHLHORN, avoir essayé d’obtenir une confirmation écrite de cette information par M. Sébastien BÉNÉTEAU, adjoint aux finances, Mme Caroline COUTINHO, responsable de la communication et M. Julien MIALLET, directeur de cabinet du maire de Savigny.

Mais BÉNÉTEAU devait encore faire la gueule du fait de mon reproche que s’il veut que l’opposition puisse lui faire des contre-propositions budgétaires chiffrées, alors qu’il commence par pratiquer une comptabilité analytique et par publier l’intégralité des différents documents budgétaires. Il est surtout très vexé que j’ai publié le tableau contenant son erreur, rendue publique par l’opposant Jacques SÉNICOURT.

COUTINHO, fille de la deuxième adjointe Anne-Marie GÉRARD, et ancienne secrétaire du maire, nous offre un merveilleux exemple des dérives du népotisme quand les compétences ne suivent pas. Je rappelle encore ici qu’on a quand même dû dégrader les qualités requises pour le poste de responsable de la communication municipale, afin que Madame puisse y accéder. En tout état de cause, le résultat n’est pas glorieux…

Enfin, MIALLET devait terminer de digérer son dernier repas, offert par le contribuable pour un motif que je n’ai pas encore réussi à déduire, à l’Auberge du Loup. Puis en même temps, quand tu perçois 4000 euros par mois, tu dois te dire que ce n’est plus à toi de pondre des communiqués ; à tout le mieux, tu balances quelques tweets de 280 caractères parce que c’est concentré et que c’est pas trop fatiguant…

Voilà pour bien commencer la journée !





Grand-Orly Seine Bièvre : vers un budget en déséquilibre de 4, voire 6 millions € de fonctionnement !

Encore une hausse des taux de CFE en perspective pour le GOSB ! Mais celle-ci ne visera à trouver qu’un dixième de la somme (350 000 €) nécessaire à équilibrer la section de fonctionnement. C’est donc un budget comportant une épargne brute négative de 3 millions d’euros que le GOSB s’apprête à voter, lors de sa séance du mardi 09 avril 2019, réduisant ainsi sérieusement ses capacités d’emprunts !

À charge de défense pour le GOSB, on invoquera d’une part la communication tardive par Bercy des chiffres nécessaires à établir le budget, qui lui sont parvenus seulement le mardi 13 mars 2019.

Et surtout d’autre part du modèle économique et financier foireux de la loi NOTRe, qui feignait d’imaginer que les intercommunalités allaient réaliser des économies, et donc qu’on pourrait progressivement leur diminuer leurs dotations.


En dépenses pour 2019,

Pascal NOURY, vice-président du GOSB en charge des Finances prévoit une diminution de 2 % des charges de gestion, mais une augmentation de 1 % des dépenses de personnels. Il dénonce également une dépense exceptionnelle de 1,1 million € pour l’enlèvement des ordures ménagères dans les communes de l’ancienne CALPE et Viry-Châtillon, sans pur autant que l’on touche à la TEOM (taxe d’enlèvement des ordures ménagères).


En recettes pour 2019,

Il mise sur une augmentation du produit des services de 1 %.

Il indique encore que les montants prévus aux FPIC (le fonds national de péréquation des ressources intercommunales) sont gelés par l’État pour cette année, donc qu’ils seront préservés au niveau de l’année dernière.

Il prévoit la vente des locaux des anciens sièges des EPCI pour assécher la dette (c’est dire à quoi le GOSB en est réduit).

Il se réjouit que l’augmentation des bases des taxes foncières et des taxes d’habitations gonfle le montant total du FCCT (Fonds de compensation des charges territoriales) de 2,2 %, soit un bonus de 1,1 million €.

Il déplore cependant que la DSIT (dotation de soutien à l’investissement territorial – en augmentation cette année du fait de l’augmentation des recettes de CVAE) ne soit plus versée, en échange que la Métropole du Grand-Paris ait conservé le versement de la dotation métropolitaine d’un montant de 13,6 millions €.

Il faut en effet rappeler ici, comme l’a fait Daniel BREUILLER, que la Métropole est dans une situation économique très compliquée en tant que sa dotation globale de fonctionnement, pour ne pas déséquilibrer les finances de l’État, a été réduit à 19 € par habitant, alors qu’aux termes de la loi Maptam, celle-ci aurait eu droit à 60 € par habitant, d’où des financements supplémentaires dont elle aurait pu se servir, tant pour exercer ses compétences, que pour soutenir les territoires.


Mais alors d’où vient ce déséquilibre soudain ?

Des prévisions de CFE dont les revenus qui étaient de 134 millions € en 2017, ne seraient plus que de 130 millions € en 2018 (en réalité 128 millions € plus 2 millions € d’exonérations, directement reversés).

Alors, en attendant de savoir si cette diminution de recettes est liée à des fraudes massives ou si elle est le fait de la crise économique, et d’entreprises qui ferment ou partent du territoire ; toujours est-il que le GOSB ne peut pas équilibrer son budget 2019, et que sous peine de réduire les investissements qui sont déjà très bas, elle devra emprunter au moins 3 millions pour compenser le déficit de fonctionnement.

Une situation critique que rencontrent tous les territoires, et pour laquelle tous conviennent de dire que le problème est la loi NOTRe, sans plus de solutions…