Archives pour la catégorie Religion

Pourquoi Noël n’est pas la première GPA de l’Histoire !

Notre ami corbeau s’interroge de savoir ce qu’on fête à Noël, non sans me voler la photo de la crèche de sainte-Thérèse, dont il ne possède pourtant pas les droits ! On dirait vraiment que tous les moyens sont permis, même les plus déloyaux !

Et dans un raisonnement très binaire, il ne propose que deux réponses volontairement provocatrices, parmi lesquelles : « Noël, c’est adorer le symbole d’une GPA. »

Et il conclut en citant un article de la fédération nationale des libres-penseurs, tellement libres qu’ils n’ont même pas le droit d’assister aux obsèques religieuses d’une personne de leur famille ou d’un ami. Je pensais qu’ils étaient un peu plus forts et assurés que cela…


Alors pourquoi la naissance du Christ n’est-elle pas une gestation pour autrui, ou GPA ?

Je ne vais pas faire ici de théologie, ni évoquer le symbolisme de la naissance de Jésus.

Simplement revenir sur la définition d’une GPA, qui est un acte médical visant à résoudre une infertilité, par l’insémination d’un embryon, lui-même issu de la fécondation de deux gamètes.

Dans l’Histoire sainte, il n’y a ni acte médical, ni infertilité, ni sperme, ni ovule.

Donc il ne peut pas y avoir de GPA ici. Donc c’est un mauvais exemple…


On pourrait ensuite discuter de savoir si Marie est une mère porteuse, et Joseph, un père d’intention.

Mais j’attendrais d’être relancé par notre ami à plumes, qui de manière très rationnelle, très cartésienne et très pragmatique ne voudra de toute façon pas entendre que le magistère de l’Église dit que Jésus est 100 % Dieu et 100 % Homme, parce qu’il ne peut pas y avoir 200 % dans 100 %, et surtout parce que le mystère de l’Incarnation n’est pas scientifique.


Maintenant, Corbeau, ma foi chrétienne, je ne la place pas particulièrement dans ce mystère, dont j’avoue humblement qu’il m’échappe aussi si je devais ne le saisir qu’à la lettre, en faisant volontairement abstraction de tous les symboles qui l’accompagne.

Non, ma foi, je la place, mais dans tous les petits actes du quotidien d’attention et de souci de l’Autre, à la suite de ceux posés par un certain Jésus, et un certain nombre de personnes qui le suivent depuis 2000 ans. (À ce moment, Corbeau, tu dois parler croisades, vente des indulgences et pédophilie dans l’Église !)

Et oui, au contraire des libre-penseurs, je suis trop faible pour pouvoir faire le bien tout seul, et j’ai besoin de me raccrocher à une communauté humaine (l’Église) pour pouvoir agir dans un sens vers lequel j’ai librement choisi de tendre, et j’en tire beaucoup de bonheur. (Là, il faut sous-entendre que je vais transformer Savigny en théocratie si je suis élu.)

Enfin, j’imagine bien que ces quelques lignes n’auront pas mis notre cher corbeau en position latérale de sécurité, lequel doit au contraire se frotter les ailes que je sois tombé dans le piège de lui répondre, et de passer ici pour un extrémiste religieux. Mais je ne peux pas résister aux commentaires des citations de la plus grande intellectuelle de gauche actuelle Caroline FOUREST, qui prend un malin plaisir à observer le sujet par un petit bout de la lorgnette de manière pour le faire accepter dans son intégralité en étant passé que par cet angle de vue !




Dieu possède une baguette magique, mais il fait le choix de ne pas s’en servir

Dans ma paroisse, ou plutôt devrais-je écrire dans mon secteur pastoral, il y a un prêtre qui aime bien raconter aux enfants que Dieu n’est pas un magicien, et qu’il n’a pas de baguettes magiques pour arrêter toutes les catastrophes, et tous les malheurs.

Alors bien sûr que nous ne sommes pas dans Harry Potter, et que Dieu n’a pas une baguette magique. Mais il possède un équivalent, que je ne vais pas chercher à définir ici, qui lui permet toutefois d’exercer sa toute puissance. Du moins, est-ce le Dieu auquel croient les chrétiens.

Cette toute puissance n’est pour autant pas à comprendre par une interprétation littérale de la Bible. Car bien souvent, dans le Premier testament, ce sont les Hommes qui interprètent et accordent à Dieu d’être à l’origine de ce qui leur arrive, de bien comme de mauvais.

Et ce n’est pas non plus parce que Dieu pourrait ne pas être à l’origine de tout, qu’il faut en réduire la puissance. Et réduire Dieu à l’Amour, et aux seules bonnes choses qui nous arrangent, ce qui généralement provoque la divinisation d’un Satan (un diviseur).

Non, Dieu pourrait faire, c’est notre foi, mais il ne fait pas. Parce qu’il respecte sa Création. Parce qu’il la laisse libre. Parce que c’est sa manière de nous aimer que de nous laisser nous organiser et vivre-ensemble, avec tout son lot de conséquences, bonnes et mauvaises.



Enfin, les églises catholiques de Savigny-sur-Orge vont se doter de défibrillateurs !

Ah, je me souviens de ce tollé général quand j’avais demandé l’installation de défibrillateurs cardiaques dans les églises et les salles paroissiales de Savigny.

Cela n’était pas obligatoire donc ce n’était pas à faire, cela coûtait cher sans compter la vérification annuelle, on n’en avait jamais eu besoin donc on n’en aurait jamais besoin. Nous n’étions qu’en mars 2018.

Extrait de la page 12 – VI. Questions

Et puis voilà que comme souvent dans l’Église, ça a réagi en-haut.


Et donc 18 mois plus tard, et en ayant oublié tous les arguments qui m’avaient été opposés à l’époque, voilà que nos églises dans un premier temps, sur décision du diocèse même si ce sont les paroisses qui payent, vont enfin disposer de défibrillateurs !

Je ne peux que m’en réjouir, non sans déplorer de la qualité des réactions et des arguments, parfois absurdes, qui m’avaient été opposés « à l’époque », et finalement m’attrister d’avoir dû subir encore une fois le fait d’avoir « eu raison » trop tôt, ou trop seul, par des gens qui à n’en pas douter, s’auto-féliciteront de cet achat l’année prochaine…




De ma gêne d’une proposition « Exodus ninety days » à Savigny-sur-Orge

Moi, c’est bien simple, je n’en suis pas capable !

90 jours de privations, dans la soumission à un groupe, pour trouver « la » liberté d’aimer Jésus, en s’appuyant sur une méditation du livre de l’Exode et la prière du Rosaire…

Mais quelle image de l’Église est-ce qu’on est en train de donner ?


Que cela existe ; si malheureusement certains ont besoin de cela pour trouver Dieu..

Mais de grâce, pas de publicité de la sorte ! Avec annonce à la fin de la messe, et tract vite fait traduit de l’anglais…

Je pense qu’on ne peut que perdre des chrétiens avec ce genre de propositions…


Heureusement donc que ce n’est qu’une proposition à destination des hommes qui ont du mal à trouver Dieu. Donc pas mon cas qui l’ait déjà trouvé !

Mais une proposition que le prêtre de Savigny laisse diffuser dans la paroisse…

Donc déjà cela ne s’adresse qu’aux hommes, parce que les femmes ne sont pas capables, ou qu’elles ne sont rien dans le Peuple de Dieu.

Mais comme ce n’est pas machiste, on te met la prière de Marie dans le rosaire. La parité est ainsi rétablie !

Et puis l’Exode, le Premier testament ; parce qu’on connaît trop bien l’Évangile…

Peu de douches, c’est bien pour la planète.

Pas de sucres, c’est un poison réellement pire que le glyphosate.

Dieu merci, le sexe est autorisé : « exercice régulier et intense ».

Mais quel Dieu trouves-tu à la fin ?

On est sur une dérive sectaire et absolument pas chrétienne !

Ce n’est pas avec des mouvements de piété qu’on va dynamiser l’Église. Au contraire, nous l’enfermons sur elle-même, et la faisons régresser…


Mon coup de gueule exprimé au prêtre :

Bonjour,

Je voudrais vous poser une question de cohérence.

Pourquoi est-ce que dans notre paroisse, peut-on faire la proposition d’Exodus 90, et a contrario, ne peut-on pas faire la proposition de la manifestation contre l’extension de la PMA du 06 octobre ?

Je crois que Dieu, par Jésus, s’est justement rendu accessible à tous, et que c’est fondamentalement anti-chrétien, de sous-entendre un besoin de purification ou de libération, pour mieux pouvoir le rencontrer. 

Je crois que Jésus a fait sauter tous les obstacles entre Dieu et les Hommes, y compris ceux que nous nous rajouterions. Quel est donc ce Dieu qui se laisserait plus aimer par certains qui auraient fait des efforts que par d’autres qui n’auraient rien fait ?

J’entends la démarche du groupe Those catholic men, qui dit qu’il ne faut pas être esclave de Netflix, de l’alcool, de la pornographie, des réseaux sociaux et des jeux vidéos. Mais je pense qu’il faut aussi “connaître”, toutes choses étant égales par ailleurs, ce qui se passe dans ce monde pour pouvoir l’évangéliser.

Et je suis très mal à l’aise, parce que je ne comprends pas pourquoi dans le même temps :

  • vous flinguez les moyens d’évangélisation que nous possédons, comme Grain d’Orge, que désormais plus personne ne lit, ou la brocante paroissiale qui est en train de mourir dans l’indifférence générale, 

  • ET vous encouragez des invitations à nous couper du monde comme Exodus 90, au motif de nous rapprocher de Jésus, que moi, je crois être dans notre monde et pas dans nos privations,

  • ET enfin vous empêchez que les chrétiens s’expriment là où notre Christ nous exhorte à avoir le souci de l’autre, et notamment du plus faible.

Tout cela va dans un même sens qui me dérange beaucoup, et je ne me retrouve pas dans ces orientations pastorales. Mais ce n’est peut-être juste qu’un conflit de personnes avec Thierry ?

Je voudrais notamment que l’on puisse débattre de la PMA, sinon de la bioéthique, à l’échelle de notre paroisse ou de notre secteur. 

Bien fraternellement.

Olivier Vagneux