Archives pour la catégorie Religion

Le racolage électoraliste religieux d’Éric MEHLHORN auprès de l’Église catholique savinienne a été fort mal perçu !

Pour le coup, j’ai vraiment été médisant !

Je pensais sincèrement que les catholiques saviniens se feraient pipi dessus rien que de voir leur maire, ce dimanche 20 janvier 2019, à la sortie de la messe.

À ce propos, les méchantes langues diront que c’est parce qu’il y avait un coup à boire…

Non, mais c’est vrai, parce qu’il était venu une fois à l’église pour les 50 ans de Notre Dame d’espérance en juin 2014, puis il avait inauguré le vitrail restauré de l’église saint-Martin (et non pas inauguré la restauration du vitrail comme il avait écrit dans sa communication…) en octobre 2018 ; mais entre les deux, il n’avait plus vraiment mis les pieds dans une église à l’exception de l’obligé : les cérémonies républicaines, le chantier de saint-Martin et diverses obsèques…

Et puis là, sans aucun rapport avec la campagne électorale à venir, peut-être aux termes d’une conversion lente et sincère, il répond à l’invitation de l’association sainte-Thérèse saint-Martin (ASTSM), et il vient à la rencontre des catholiques pour écouter ce qu’ils ont à lui dire !

Comme il était allé à la rencontre des évangéliques de la cité des vainqueurs par la foi, comme il est allé célébrer Roch Hachana avec les juifs. Et comme il a accordé une autorisation précaire à l’association cultuelle des musulmans de Savigny pour une construction sur deux ans, qui doit tripler la capacité de la salle de prière, et dont le délai se finit ô hasard, juste après les prochaines élections…

Ah, je me rappelle de l’ancienne maire, Laurence SPICHER. Aux juifs, elle racontait avoir un ancêtre juif, ce qui ne fonctionne pas exactement comme cela. Aux chrétiens, elle disait réfléchir à se convertir. Et aux musulmans, elle leur parlait de son mari…

Et après tu t’étonnes que les religions foutent la merde, ou soient sources de problèmes, alors qu’elles sont instrumentalisées dès qu’elles le peuvent par les politiques ; et surtout qu’elles se laissent faire, au nom d’un message qu’elles auraient à porter à la société ; ce qui me fait doucement sourire, quand tu vois comment les pratiquants se comportent…


Bref, toutes les remontées que j’ai, de ceux qui restent mes amis, sont négatives.

Les Saviniens catholiques se disent plutôt gênés de cette présence.

Certains me demandent si c’est une stratégie en réponse à mon journal de vœux…

Il y a une vraie interrogation quant à la « politique » de l’ASTSM, avec une impression de vente d’âme au diable, en échange du co-financement de tel projet…

Je suis rassuré, parce que je craignais vraiment que les paroissiens oublient tout et se laissent séduire par la seule présence charismatique de MEHLHORN.

Heureusement donc que tel ne fut pas le cas ; et en même temps, c’est à peine cramé que sa présence n’est pas tout à fait due au hasard…



Publicités

Pourquoi je boycotte les repas 2019 et 2020 de bonne année de l’ASTSM

Cette année, et pour la première fois depuis 11 ans que je cotise, et que j’adhère à l’association sainte-Thérèse saint-Martin (ASTSM) de Savigny, je vais boycotter le repas de nouvelle année auquel ma présence semble être devenue indésirable.

Je garde surtout en tête la manière dont j’ai été traité à l’assemblée générale 2018 lorsque j’ai voulu aborder le sujet de ce repas

Et en plus, quand j’ai appris que MEHLHORN (le maire) était invité à l’apéritif, qu’il venait, et que personne n’a allumé ses feux de détresse, en se disant que s’il était là cette année 2019, pour la première fois du mandat, c’est pour faire sa campagne…


Au début, c’était un repas paroissial de bonne année très sympathique, organisé par l’ASTSM. Mais il n’y avait qu’une centaine de personnes qui venaient.

Et puis pour faire nombre, on s’est mis à inviter des personnes « amies » de l’association, et le repas paroissial est devenu une espèce de banquet ouvert, à la table duquel vous pouvez ne plus vous retrouver avec vos amis, mais avec des personnes non pratiquantes, et complètement inconnues, avec qui vous n’avez rien à vous dire pendant le repas.

Et quand ceux-ci sont vos opposants politiques notoires, et qu’ils sont venus pour faire campagne, et que comme bonne pioche, vous avez fait le service de l’apéritif, et que quand vous n’arrivez il n’y a plus que de la place à table avec eux, et qu’ils vont passer le temps du repas à vous insulter et à vous expliquer pourquoi vous avez tort de faire de la politique…

Mais l’association ne veut pas voir qu’il y a en fait un problème à ce que les paroissiens de Savigny ne viennent pas à ce repas, et surtout que 3/4 des cotisants soient juste des gens intéressés par la mise à disposition des salles paroissiales ; pour la seule raison qu’il y a un nombre toujours plus important de participants à ce repas…

Plutôt elle refuse de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les paroissiens ne veulent pas financer leur Église locale…


Il y a aussi le sujet de l’argent, quand j’ai osé aborder parce que certaines paroissiennes avaient été choquées que certains ne payent pas ou très peu le repas (c’est un système de don libre).

En gros, on m’a accusé de m’intéresser à l’argent, alors que c’est ce qui fait vivre cette association, et que tout ce qu’elle fait, à l’exception de ce repas et des relations publiques, est une question financière.

Ils se moquent qu’on paye au repas, parce que l’important c’est qu’on soit au repas, mais les cotisations, c’est autre chose…

Surtout qu’il faut voir le battage fait pendant le repas pour que les gens cotisent à l’association, ce qui est généralement un échec…


Il y a encore cette hypocrisie quand aux « amis » invités.

Certains peuvent inviter qui ils veulent, y compris des politiques.

À moi, je me fais reprocher d’être en campagne par ma seule présence…

Et puis, il y a les amis politiques, notamment les élus qui vont à la table des responsables de l’association et des religieux (du moins l’ancienne maire SPICHER quand elle venait), et qui n’en bougent pas. Ceux-là ne peuvent parler qu’avec certaines personnes !

Et le bureau de l’association musulmane de Savigny, qui est aussi souvent invité (comme les autres confessions mais ce sont les seuls à vouloir venir), et qui là aussi, reste à la table des chefs.

Avec cette chose formidable qu’ils ont leur repas, parce qu’ils ont besoin de venir pour manger de la viande halal, et ne semblent pas pouvoir se satisfaire de tous les autres mets qui échappent au rituel.

J’avais d’autant plus de mal quand c’était le bureau qui accueillait des imams salafistes et frères musulmans dans leur salle de prière, et que l’un des responsables étant un voisin que je savais battre sa femme.

Je finis qu’il serait temps, en plus, qu’on arrête de faire semblant qu’il y a deux associations musulmanes de Savigny.

Et je note que seul mon ami Jean-Marie CORBIN avait eu la conviction de partir quand il avait vu cela, mais qu’il n’avait été suivi par personne, moi le premier, ce qu’aujourd’hui, je regrette.


Enfin, il y a cette chose formidable qu’en cuisine, et au service, on trouve principalement les bénévoles de la brocante qui ne sont pas pratiquants, et qui vont servir les pratiquants. Mais cela, je crois que tout le monde s’en fout, peu importe le symbole envoyé…


Donc lassé de cette hypocrisie, et pour ne pas qu’on me reproche d’être en campagne, je ne viendrai pas ni en 2019 ni en 2020. Mais je continuerai quand même à leur filer mon fric, parce que c’est utile à l’entretien des églises.



Peiné d’apprendre le décès du père Guy LABOUREL

Je suis attristé d’apprendre le décès du père Guy LABOUREL.

C’était un homme plein de sagesse et de culture, et un vrai partisan de l’œcuménisme qui avait de fait compris la réforme de Vatican II.

Je repense à toutes ces célébrations et formations dans lesquelles j’avais pu le côtoyer, notamment à toutes ces Nuits de la Bible à l’abbaye de Limon à Vauhallan, et à nos différents échanges, à table ou ailleurs.

J’appréciais particulièrement ses analyses des psaumes, et les liens qu’ils arrivaient à faire.

C’était aussi le prêtre exorciste du diocèse. Et notre dernière conversation avait dû porter sur ce sujet, afin d’assouvir ma curiosité malsaine, malgré toute la retenue et la discrétion dans laquelle il exerçait ce ministère très particulier.

Il avait justement été choisi pour cette mission parce qu’il était un homme carré, avec les pieds sur terre, et qu’il faisait donc une grande place à la psychologie et au dialogue, plutôt qu’au mystère et au fantastique.

Ses obsèques ont lieu ce jeudi 10 janvier 2019 à 14 h 30 en la cathédrale d’Évry à Évry-Courcouronnes.



Les Arabes (non croyants) sont les premières victimes de l’islamisme

On entend régulièrement dire, dans ces tragiques actualités, que « les musulmans sont les premières victimes de l’islamisme ». Or, je pense que cette sentence est triplement fausse, car c’est non seulement méconnaître l’islam que d’en occulter tout ce qui nous dérange, mais en plus minimiser les souffrances sociales de tous ceux qui se sont complètement détachés de la religion, et qui n’aspirent qu’au seul fait qu’on leur foute la paix !

Il est intellectuellement stupide de vouloir hiérarchiser les victimes du terrorisme islamiste quand les seules vraies victimes sont les personnes qui ont été tuées au cours des attentats. Je vais néanmoins reprendre cette logique sociologique pour pouvoir poursuivre mon propos, non sans relever une mécanique perverse de la victimisation, qui pour défendre une communauté présumée innocente à preuve du contraire, lui invente une culpabilité pour la nier après.

Derrière le fait de vouloir distinguer les musulmans des islamistes, il y a bien sûr la volonté de ne pas stigmatiser. En soi, je n’ai pas l’impression que cette mesure soit si efficace car les xénophobes continuent de penser que tout Arabe est un terroriste qui s’ignore, et que les gens ouverts et tolérants sont trop intelligents pour adresser un grief collectif du fait de la faute de quelques uns, à la condition naturelle que la masse ne soutienne pas l’acte de l’individu.

Or, un des problèmes avec l’islamisme tient notamment au fait qu’environ 1/3 des musulmans se refuseraient de condamner totalement certains actes terroristes, selon diverses études notamment celle de l’institut Montaigne qui avait fait polémique. Non pas tant relativement à la question des assassinats qui sont très majoritairement condamnés, qu’à cette idée que celui qui blasphème le Prophète cherche la merde, et ne doit pas s’étonner d’un retour de bâton…

Mais le politiquement-médiatiquement correct, qui cherche essentiellement à préserver la paix sociale, devient dangereux à partir du moment où il se fait mensonger. Oui, l’islam est une religion de paix, mais c’est aussi une religion de guerre. Une religion d’amour, mais aussi une religion de haine. Une religion de tolérance, mais aussi une religion très intolérante. Et on ne peut pas retenir que ce qui nous intéresse du Coran, de la Sunna, et surtout des hadiths.

Ce que j’écris vaut pour toutes les religions, et je renvoie à un précédent article dans lequel j’expliquais que toute religion est fondamentalement incompatible avec la République, ce qui ne m’empêche pas, moi catholique, de sacrifier à une part de l’intégrité de ma foi pour vivre avec les autres. Et les musulmans, s’ils sont victimes comme les autres, sont aussi « complices », malgré eux, d’une idéologie, quand bien même ils n’y croient pas ou qu’elle n’est plus enseignée.

Il n’y a pas de solution religieuse à ce problème. Quand bien même ces textes seraient enlevés des corpus officiels, et j’insiste sur le fait qu’ils ne le sont pas même s’il est par essence impossible de toucher au Coran, ne doutons pas que certains iraient les rechercher. Une question serait plutôt de savoir pourquoi certains s’emparent-ils de Dieu pour commettre des saloperies, alors que Dieu, s’il est vraiment Dieu, n’a pas besoin des Hommes pour cela ?

J’affirme donc que ce sont les Arabes (et les Kabyles et toutes les autres minorités) qui souffrent le plus de l’islamisme, car quand bien même ils auraient totalement renoncé à cette religion, ils seront immanquablement ramenés à elle. D’autant plus, dans un contexte où certains intégristes présentent l’islam comme une religion à laquelle on ne peut objectivement pas « échapper », peu importe que l’on y croît ou pas, dès lors qu’on est descendant de musulman…