Archives pour la catégorie Réflexions

Quelle différence entre le populisme et la démagogie ?

Ces deux expressions de « populisme » et de « démagogie » sont très souvent mal employés afin de dénoncer une rhétorique politique négative.



Tentatives de définition

La démagogie, c’est dire aux gens ce qu’ils veulent entendre.

C’est un discours simpliste et irrationnel qui vise à s’attirer la sympathie d’un maximum de personnes avec des idées du moment (je ne veux pas employer le mot de populaire) qui rencontrent le plus de succès.

Le populisme, c’est opposer un peuple à des élites.

C’est (aussi) un discours, basé sur la dénonciation des pouvoirs en place, qui put ensuite prétendre apporter les solutions de l’opinion publique et du bon sens populaire à des problèmes provoqués par les élites afin de garantir leurs privilèges et leur domination.


Ressemblances et divergences

Populisme et démagogie sont donc deux discours, ou rhétoriques politiques, à la fois simplistes (des choses qui apparaissent logiques sans y réfléchir), et irrationnelles (la chose dénoncée n’est pas forcément la cause du problème des gens).

Ces deux notions sont considérées comme négatives, en tant qu’outre que leurs solutions ne sont pas forcément viables, elles divisent ou oublient intentionnellement une partie de la population.

Le populisme peut être démagogique, dès lors qu’il sort de la seule dénonciation des élites, pour commencer à proposer.

La démagogie n’est populiste que lorsqu’elle s’adresse à un peuple, qu’elle oppose à des élites, qui seraient responsables de sa situation.

La notion de peuple, ou d’opinion publique, a beaucoup évolué à travers le temps. Ainsi, le peuple ne représente pas la population dans son ensemble, mais a d’abord beaucoup défini les ouvriers, avant d’englober aujourd’hui tous les laissés pour compte de la mondialisation, y compris parfois, et de plus en plus, les fameuses « classes moyennes », quand même victimes des élites, en tant qu’on leur confisque une partie de leur argent (taxes et impôts).



Publicités

Sur les tests ADN pour connaître ses origines

Quel paradoxe que dans notre monde globalisé, dans lequel on fait tout ce qu’il faut pour qu’il n’y ait plus de frontières, voire plus de nations (« le nationalisme, c’est la guerre » disait MITTERRAND) ; dans lequel on encourage le métissage et on cherche à créer des citoyens du monde (mais chut l’écologie !), et dans lequel on nie l’Histoire, en nous expliquant que nous sommes tous des enfants d’immigrés d’Africains partis du « berceau de la vie » pour on ne sait quelle raison, on nous tanne autant avec les tests ADN pour connaître ses origines ! 

En fait, je crois très bien connaître les raisons de ces tests. Bien sûr, il y a la partie financière avec des gens suffisamment cons, pardon crédules, pour aller vendre, plus que leurs données personnelles, leur patrimoine génétique ; leur ADN, et avec lui, celui de toutes leurs familles, à des multinationales obscures, qui sous prétexte d’observer les malformations génétiques, sont en train d’observer les anomalies les plus fréquentes, pour voir dans quels médicaments il est intéressant d’investir.

Mais il y a aussi tout un tas de mondialistes que cela intéresse bien de pouvoir diffuser dans la population, à partir de spécificités génétiques dont je me demande bien comment ils peuvent d’ailleurs prouver qu’elle est endémique (propre à la région), que les gens ne sont pas que Français, ou du pays dans lequel ils vivent. Et ainsi, tout le monde a la preuve qu’il est citoyen du monde, ce qui est parfaitement illogique puisque nous sommes tous 100 % Africains, issus du berceau de l’humanité en Afrique de l’Est, vers l’Ethiopie.

Maintenant, pourquoi les gens sont si friands d’aller vendre leur ADN aux Américains pour environ 120 euros ? Ben, parce que malgré tout ce que leur raconte sur la richesse du multiculturalisme, ils restent attachés à leurs origines. Vilaine pulsion identitaire dégénérée, qui ne leur apporte rien, puisqu’ils ne croient plus en la vérité de la terre, et de l’ancrage territorial, mais quand même, ils veulent répondre à cette question existentielle à la base de nombre des religions : d’où venons-nous ?

Bref, outre que nous observons ici une constante de la nature humaine, que peut-être le transhumanisme parviendra à résoudre, je pense qu’on peut autant que possible essayer de déstabiliser les sociétés, faire toutes les PMA pour les couples de même sexe, et GPA sans père, et encourager autant que possible les différentes immigrations, même avec les meilleures politiques d’assimilation du monde, on n’empêchera pas l’humain de chercher ses origines. Mais pour en faire quoi ?



Liste (non exhaustive) des reproches faits à une personne souhaitant débattre de l’immigration en France

  • Nous sommes tous des enfants d’immigrés.
  • Il n’y a pas de crise migratoire des années 2010.
  • Il y a toujours eu des migrations, et de l’immigration.
  • Il y a plus d’immigration dans le Sud (Nord/Sud).
  • Il y a plus d’immigration entre pays voisins, qu’entre continents.
  • Les immigrés sont les médecins et les ingénieurs (et les sportifs) de demain (reprendre la liste de tous les Français célèbres d’origine étrangère de Marie CURIE à Zinedine ZIDANE).
  • La France est bien content d’avoir des immigrés pour faire tous ses sales boulots.
  • Les immigrés rapportent à l’économie.
  • Il y a plus d’émigration ( de Français qui quittent le pays) que d’immigration.
  • Tous les pays se valent (relativisme culturel), et les migrants ne fuient pas la pauvreté (les « pays de merde » de Donald TRUMP), mais ils viennent pour réduire les inégalités en envoyant de l’argent, qui constituent de larges parts de l’économie.
  • L’immigration est un sacrifie et un renoncement.
  • L’immigration, c’est risquer sa vie.
  • L’immigration n’est pas un choix mais une obligation.
  • L’immigration est une conséquence du réchauffement climatique.
  • Il n’y a pas besoin d’intégration pour pouvoir vivre-ensemble.
  • Faire prévaloir se culture d’origine n’est pas un refus d’intégration.
  • Ce sont les immigrés qui ont reconstruit la France après la seconde guerre mondiale.
  • Ce sont les troupes coloniales qui ont gagné la seconde guerre mondiale (et la première guerre aussi !).
  • C’est la France qui est responsable de son immigration car elle a colonisé et appauvri les pays.
  • Les migrants ne font que passer par la France pour aller au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis.

Le vote MACRON des Français issus de l’immigration, une recherche de l’intégration par l’économie ?

Pendant longtemps, la gauche française a crû que l’électorat issu de l’immigration lui était définitivement acquis, grâce à tout ce qu’elle faisait pour lui. Voire même que cet électorat, qu’elle considérait comme toujours plus nombreux, ne croyant plus vraiment au système de l’intégration, allait lui permettre de définitivement conserver le pouvoir. Ce sont pourtant ces électeurs qui ont été les premiers à la quitter pour MACRON.

Alors évidemment, on commencera par nous dire qu’ils ont quitté le PS à la présidentielle 2017 pour aller avec MÉLENCHON. Puis lorsqu’on demandera où ils sont passés aux européennes 2019, on nous dira qu’ils sont devenus écologistes. Et puis, alors même que les politologues ont analysé qu’ils se sont portés sur MACRON dès le premier tour de 2017, on trouvera bien un gauchiste pour nous sortir l’explication d’un vote utile, contre la vilaine Marine LE PEN qui voulait les réémigrer, d’où cette prétendue explosion de joie au soir du second tour…


La triste réalité m’apparaît plutôt être celle que les Français issus de l’immigration ont compris l’hypocrisie de la gauche, qui veut bien les aider à vivre mieux, mais qui ne veut pas sincèrement qu’ils sortent de leurs conditions d’immigrés. Sans quoi il n’y a plus le même mérite, et la même bonne conscience, à les aider. Et il n’y a qu’à regarder les exemples de méritocratie issus de la gauche, et de voir que la très grande majorité des postes, d’ailleurs chez En marche aussi, parce qu’il vient de la gauche, sont toujours occupés par des petits blancs.

Alors quand un candidat, en l’occurrence MACRON, a débarqué en ne leur promettant plus seulement l’égalité de droits, qui ne se vérifie pas dans la réalité des contrôles de police, de la justice et de la prison, mais plutôt l’égalité économique, alors ils ont eu envie d’y croire !

Le rêve américain importé en France. Tu peux commencer en étant pauvre et rien, et te retrouver millionnaire. Sans même besoin d’un million, tu peux gagner le respect et ta place dans la société par ta situation économique, qui peut même être meilleure que celle de blancs.

D’autant que MACRON venant de la gauche, beaucoup ont dû se dire qu’il y aurait égalité de droits, et égalité économique, alors que MACRON au prétexte de favoriser une égalité par l’argent, supprime justement des droits à tous, notamment en matière de travail.

Et ce mythe va fonctionner un voire deux mandats, en mettant en avant quelques exemples médiatiques, comme le faisait le PS avant elle, avec Malek BOUTIH ou Harlem DÉSIR (pourtant Antillais). Mais cela ne tiendra pas éternellement, quand non seulement ces Français vont se rendre compte qu’ils n’ont droit qu’aux miettes, mais qu’on continuera, à tous niveaux, de les renvoyer leurs origines, quelque soit leur réussite économique ou financière.

Ainsi le coup de génie politique de MACRON a notamment été de promettre aux Français issus de l’immigration qu’ils allaient pouvoir devenir réellement égaux, afin de s’assurer de leurs votes. Alors que non seulement, il ne fait rien qui aille réellement dans ce sens, mais qu’en plus, l’intégration économique n’a pas attendu MACRON pour permettre des réussites diverses. Je vois donc venir ce jour, où lassé des trahisons successives, cet électorat va finir au RN…