Archives pour la catégorie Réflexions

Les papes et la pédophilie dans l’Église catholique : la vision des journalistes face à la réalité

Au moment où paraît un rapport dénonçant les scandales de pédophilie dans l’Église en Pennsylvanie (États-Unis d’Amérique), je voudrais dénoncer la désinformation de l’ensemble de la presse qui continue de dire que Benoît XVI n’a rien fait, alors que c’est le seul pape qui se soit attaqué au problème, et d’encenser son successeur François, dont l’attitude est plus que lâche sur la question, comme s ‘il couvrait lui-même des prêtres…

En premier lieu, il convient de rappeler que saint Jean-Paul II, malgré sa belle auréole, n’a rien fait contre la pédophilie dans l’Église. On pourra toujours lui chercher des excuses ; le pape polonais s’était enfermé dans le déni, et répondait uniquement d’un silence complice et coupable sur ces questions. C’est d’ailleurs lui qui s’était opposé au cardinal RATZINGER, futur Benoît XVI, pour centraliser le traitement des affaires de pédophilie directement à Rome.

Je passe sur les accusations de pédophilie à l’encontre du cardinal RATZINGER et de son frère. Toujours est-il que Benoît XVI est élu Pape en 2005. Même s’il faudra donc attendre 2010 pour voir les choses bouger, il est le premier à présenter des excuses, à centraliser l’étude des affaires de pédophilie au Vatican par des tiers, à créer une commission de protection des mineurs, à recevoir et à écouter des victimes et surtout à défroquer des prêtres pédophiles !

Benoit XVI a réellement appliqué une tolérance zéro en limogeant des centaines de prêtres et en leur interdisant d’exercer un ministère. Malheureusement, tout le clergé n’était pas d’accord avec lui, et beaucoup ont ralenti toutes ses réformes. Les prêtres condamnés ont fait appel et les nouveaux tribunaux ecclésiastiques ont sûrement blanchi des coupables. Mais pour le journaliste bouffeur de curé, Benoît XVI reste juste un nazi membre des Jeunesses hitlériennes.

Est élu le pape François qui organise des séances de prise de conscience de la réalité des faits, et demande des démissions en masse d’évêques, qu’il réintroduit aussi vite dans leur grande majorité. Ce ne sont plus que des discours formels et creux. La commission se disloque. Le nombre de prêtres défroqués chute, alors que le nombre d’affaires explose. Des prêtres écartés retrouvent des responsabilités. Mais comme François soutient les migrants…

Aujourd’hui, les hésitations du pape François font honte à l’Église. Les mots sonnent faux, et l’Église se ruine encore plus à acheter le silence des victimes plutôt qu’à assumer. On dénonce petitement du bout des lèvres ; on refuse de reconnaitre que l’Église couvre des pédophiles. On ne fait aucune pédagogie, ce qui amène de bonnes gens à dire qu’un prêtre pédophile, c’est juste un homme en manque d’une femme, et à nier totalement l’aspect de maladie mentale.

Forcément, si nos prêtres sont remplis de l’Esprit saint et ne font rien d’autre que la volonté d’un Dieu qui serait alors pédophile… À peine commence-t-on, dans les séminaires, à mettre en place des cours d’accompagnement psycho-affectif que nos futurs prêtres les sèchent ! Alors aujourd’hui, l’Église en prend plein la gueule, mais François, coqueluche des médias, est encore épargné. Mais tôt ou tard, c’est tout le monde qui sera éclaboussé, et ça fera encore plus mal…



Publicités

Coup de gueule contre les émissions interreligieuses ou de dialogue inter-religieux

Je ne sais pas si vous avez déjà regardé des émissions interreligieuses. Elles sont généralement plutôt bien faites (sans quoi elles passent vite à la trappe), pour peu que l’animateur soit compétent et que les intervenants soient clairs, concis et respectueux les uns des autres. Toute la difficulté, qui fait que ces émissions m’énervent, est qu’elles développent un point de vue qui est soit hyper-théorique, soit revu à la lumière de la modernité, et qui ne correspond finalement pas à la pratique des gens.

Nous assistons donc à des dialogues d’élites religieuses, qui tout intéressant qu’ils sont, ne sont absolument pas symptomatiques de ce que peuvent vivre dans leur ville Pierre et Mohamed. D’une part, parce que comme 90 % des croyants, ils n’ont qu’une culture religieuse très partielle qui les empêche de dialoguer ensemble. D’autre part, parce qu’ils n’ont pas vraiment envie de se parler, ce qui reste une démarche intellectuelle résultant d’une volonté de vivre ensemble.

Je n’écris pas là qu’il n’est pas intéressant de connaître les fondamentaux d’une religion, mais encore faudrait-il qu’ils soient vraiment utiles aux personnes dans leur vie de foi, par rapport aux situations qu’ils peuvent rencontrer au quotidien. Sans occulter le fait que d’une manière ou d’une autre, les religions ne sont pas compatibles avec la vie civile, dont l’organisation fait forcément obstacle à la divinité sinon à l’expression du pouvoir spirituel sur le temporel.

C’est pourquoi je ne trouve plus réellement d’intérêt à ce genre d’émissions, si ce n’est pour mieux connaître la théorie de ma religion, ou celle théorique de l’autre, à partir d’éléments qui ne sont pas constitutifs de ma foi, sinon de celle de la majorité des autres croyants que je vais pouvoir côtoyer. Ainsi, le dialogue inter-religieux trouve ici une de ses principales limites en tant qu’il n’intéresse qu’une minorité, relativement à des sujets très souvent hors-sols voire fumeux.

Est-il donc possible de faire un dialogue inter-religieux plus simple, plus accessible ou plus concret ? Certainement, mais rien ne garantit qu’il intéressera plus les masses, déjà trop peu tournées vers leurs propres coreligionnaires, cherchant souvent dans la religion un absolu personnel (ME sauver de MA propre mort), alors que celle-ci est étymologiquement là pour créer du lien entre les humains. Il n’empêche que les émissions existantes tendent vers l’élitisme…



Sur la 18e journée mondiale des réfugiés à Savigny-sur-Orge

Je l’ai boycotté cette année parce qu’il y avait conseil municipal en même temps ; mais surtout parce que je n’ai pas aimé que ces gauchistes recouvrent mes affiches sur les panneaux d’expression libre de Savigny, alors qu’il y avait encore de la place, parce qu’ils me considèrent comme étant d’extrême-droite. Car s’ils réclament la tolérance générale pour les migrants, ils ne la pratiquent pas avec ceux qui pensent autrement qu’eux…

La question des réfugiés, ou plutôt des migrants (je vais me faire honnir à rappeler que tous les migrants ne sont pas des réfugiés, mais tous les réfugiés sont des migrants ; et que non, nous ne sommes pas tous des réfugiés en puissance) est d’une actualité brûlante, dans le sillage des dernières élections nationales et des prochaines élections européennes. Et oui, je pense que c’est sur cette question que l’Union européenne va réellement se scinder en deux blocs.

Au fait, personne n’a vu le gauchiste de service qui doit nous dire que nous sommes tous des migrants parce que l’humanité a commencé en Afrique. Lequel nous dira aussi que la colonisation de l’Afrique n’est par contre pas un retour au pays natal. Et pas un mot sur la schizophrénie des migrants à venir se faire esclavagiser en Europe par les esclavagistes qu’ils ont eu tant de mal à chasser ;  j’en finis par me demander pourquoi… On n’a que la langue en commun…

Ce que je trouve dingue est que ce sont les mêmes personnes qui reconnaissent que 80 % des habitants du quartier de Grand-Vaux veulent déménager ailleurs dans Savigny, et que ce serait bien si on faisait du logement social dans chaque quartier ; et donc les mêmes qui te disent que non, 80 % des Africains ne veulent pas se ramener en Europe à cause de la pauvreté, mais pour plein d’autres très bonnes raisons qui font qu’ils ne développeront jamais leur pays.

Bref, je suis un peu énervé parce que nous en arrivons quand même au stade où si nous ne voulons pas de migrants, c’est que nous sommes des nazis ! Où on s’interdit de regarder le jeu des associations qui ne sauvent presque personne, mais vont directement, et pour assurer la sécurité du voyage, chercher les migrants en Libye sur des bateaux dont on connait les noms puisqu’ils font plusieurs voyages par mois : l’Aquarius, le Lifeline ou le Seefuchs…

Pas question d’ouvrir le débat de savoir pourquoi ils ne vont pas dans les pays du Golfe, surtout quand ces réfugiés sont musulmans ; ou pourquoi pas non plus dans le reste de l’Asie ? Nous en sommes à un stade où il ne faut plus que valoriser la migration (Mamadou GASSAMA) et taire les aspects négatifs de l’immigration (comme ces viols qui existent). Où il faut se reprocher de ne pas être assez accueillant, tout en niant qu’il y a aussi une crise des migrants.

Et surtout ne pas pousser le parallèle historique trop loin. Mais que dirons-nous à nos enfants si nous refusons d’accueillir ces migrants ? Il faudrait peut-être leur rappeler que nous n’avons pas été très accueillant avec les juifs qui fuyaient l’Allemagne nazie dans les années 1930 (avant le déclenchement de la guerre). Bref, j’admire les personnes qui aident des migrants, même si je le fais aussi à ma manière dans certains engagements, mais je ne veux pas faire plus !

Je suis d’accord pour qu’on utilise mon argent, et l’argent public, pour accueillir humainement et un minimum ceux qui sont là. Pas pour en faire plus ! Je pense qu’il ne faut pas encourager l’immigration, et qu’il faudrait même criminaliser l’action de toutes ces associations et ONG, derrière lesquelles on trouve SOROS et tous les autres ultra-libéraux qui n’aiment les migrants que parce qu’ils cassent le coût du travail, ce que les gauchos refusent d’admettre.

Moi aussi, je ne suis pas d’accord avec TRUMP lorsqu’il sépare les parents des enfants, et qu’il met ceux-ci dans des cages. Pas plus avec SALVINI quand il laisse les gens dans les bateaux, que personne ne veut renvoyer en Libye, au nom d’un droit international qu’on applique tel qu’il nous arrange. Mais tous ces politiques populistes ont été élus par des gens qui vivent réellement avec les migrants, et pas seulement avec un ou deux chez eux pour gagner leur paradis !

Aujourd’hui, la Syrie a perdu plus de 1/5e de sa population. L’Afrique continue de se vider (aussi vite qu’elle se re-remplit, empêché par les mêmes gauchistes de contrôler sa natalité, parce que cela lui permettrait de contrôler son économie, et donc de ne plus dépendre des autres pays). Mais les dictateurs qui entretiennent la pauvreté et les guerres sont toujours en place ; et les politiques internationaux ne leur disent rien à cause du commerce et des valises qui achètent leur silence.

Alors oui, il faut admettre qu’une partie des Européens n’en peut plus et n’en veut plus, et que l’Europe s’enfonce dans le populisme. Et que la fin de ces politiques ne viendra pas d’une solution d’intégration (là aussi, tout le monde ferme sa gueule, c’est normal que les migrants viennent faire éboueur parce que les Européens ne veulent pas le faire ; c’est dire la considération qu’on leur porte). Mais bien d’une solution d’endiguement et de contrôle à la base…



Discours officiel du 18 juin 2018 : la plume de la secrétaire d’État a répondu à notre observation

Le message officiel ne précise en fait aucunement le ou les média(s) par lequel l’appel du 18 juin a été lu (des affiches ou des retranscriptions dans la presse), mais la plume du secrétaire d’État nous montre au moins qu’il connait son sujet. Gageons que son texte original a possiblement été réduit pour raccourcir le discours, sinon que la chose lui semblait tellement évidente qu’il n’a pas jugé bon de l’écrire. Merci de cette réponse !