Archives pour la catégorie Pétitions

Ma pétition pour que Savigny-sur-Orge conserve son commissariat de plein exercice !

Je vous invite à signer ma pétition pour conserver une police de proximité à Savigny. OV



Pour que le commissariat de Savigny ne devienne pas une annexe de Juvisy !

Adressée à Monsieur le ministre de l’Intérieur, Monsieur le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Monsieur le préfet de l’Essonne et Monsieur le directeur départemental de la sécurité publique de l’Essonne.


Habitants de Savigny-sur-Orge, nous voulons exprimer ici notre inquiétude du projet de réforme de l’organisation des commissariats de police nationale en Essonne, qui doit commencer à entrer en vigueur en octobre 2019, avant sa pleine application au 2e trimestre 2020.

Concrètement, tous les effectifs de police secours, ainsi que tous les enquêteurs seront désormais regroupés dans un unique commissariat d’agglomération, situé à Juvisy. Ils mettront donc davantage de temps à intervenir, d’autant qu’ils auront maintenant la Grande Borne et Grigny 2 dans leur périmètre d’action. Il faudra sinon nous déplacer à Juvisy pour toutes les enquêtes.

Les policiers vont aller s’entasser dans des locaux plus vétustes, pour lesquels ils devront payer leur stationnement. Certains d’entre eux pourraient même devoir déménager pour leur sécurité, et ne pas habiter dans la zone dans laquelle ils travaillent.

Le commissariat actuel de Savigny deviendra alors un simple poste de police, certes toujours ouverts 24h/24, mais limité à des missions dites “de proximité” comme les dépôts de plainte et l’établissement des procurations électorales.


Cette réforme, prévue à moyens et effectifs constants, est largement décriée par les syndicats de policiers.

Comme eux, nous craignons une police plus éloignée des citoyens, avec des agents qui connaissent moins bien le terrain et la population. 

Nous redoutons que cette réforme ne crée plus de problèmes qu’elle n’en résolve. 

Nous déplorons cette politique de casse du service public, poursuivie par le président MACRON.


Car plutôt que des radars, des caméras et des drones, nous voulons des policiers proches des gens, qui ne soient pas tenus par la politique du chiffre, qui fassent davantage de prévention que de répression, qui puissent nous protéger lorsque nous en avons besoin, qui ne soient pas des machines à PV et des automates de la verbalisation auto-rentière.

Nous pensons que les problèmes que nos forces de l’ordre peuvent rencontrer ne viennent pas de leur organisation, mais de leurs manques d’effectifs et de moyens, qui se traduisent par ces pratiques policières impopulaires.

Nous exprimons donc nos réserves sur les possibilités pour cette réforme d’atteindre réellement ses objectifs, tenant à la modernisation du service public, à l’amélioration des capacités de patrouille et d’intervention, au développement de la police de sécurité du quotidien et au renforcement du travail d’équipe sur des thématiques similaires ou sur des phénomènes transversaux.


Alors que les statistiques locales de la délinquance continuent de se dégrader, nous redoutons que cette réforme s’accomplisse toujours plus au détriment de la sûreté de nos concitoyens.

Une telle réforme a déjà été mise en place dans les Yvelines, le Rhône et le Nord. Elle n’a obtenu aucun résultat notable, si ce n’est qu’elle a finalement abouti à la fermeture de plusieurs commissariats et postes de police !

En signant cette pétition, nous demandons aux pouvoirs publics de renoncer à cette réforme, et de prendre le temps d’organiser une large concertation avec les citoyens.


Plus d’informations sur la réforme sur vagneux.fr/reforme-2019-commissariats-essonne

Plus d’informations sur les statistiques de la délinquance sur la CSP de Savigny sur vagneux.fr/stats-delinquance-csp-savigny

Olivier VAGNEUX, candidat tête de liste Vivons Savigny autrement à Savigny-sur-Orge


http://chng.it/hYyDQkjz



 

Une pétition contre l’extradition de Julian ASSANGE vers les États-Unis

Qui n’a pas entendu parler de Wikileaks, cette organisation non-gouvernementale créée par l’Australien Julian ASSANGE, qui relaie des lanceurs d’alerte en publiant des documents confidentiels ? En France, outre qu’ils ont révélé que plusieurs présidents et hauts-responsables français avaient été espionnés par la NSA, ils ont aussi publié un certain nombre de courriels de la campagne présidentielle d’Emmanuel MACRON.

Seulement voilà, aussi bien le très démocrate Barack OBAMA que le républicain Donald TRUMP, qui n’aurait sûrement pas gagné sans l’affaire des e-mails d’Hillary CLINTON, n’ont pas supporté que Wikileaks ridiculise la CIA et le FBI. Et ils veulent la tête d’ASSANGE. Et ils ont profité de l’élection d’un nouveau président en Équateur (l’ambassade qui protégeait ASSANGE au Royaume-Uni) pour lui faire perdre son asile politique et le faire arrêter par les Britanniques.

Officiellement, ASSANGE n’a pas respecté son contrôle judiciaire parce qu’il s’est permis des tweets qui ont été considérés comme de l’ingérence dans les affaires d’autres états. Officieusement, c’est un porte-parole du Ministère de l’Intérieur britannique qui a commis une boulette en révélant que ASSANGE avait été arrêté suite à une demande d’extradition provenant des États-Unis, même si la demande officielle serait postérieure à l’arrestation.

Aussi, parce que je crains qu’il ne soit extradé vers les États-Unis, et que son seul défaut (en lien avec cet extradition) soit d’avoir relayé et publié des informations véridiques mais compromettantes. Et en soutien à tous les lanceurs d’alerte, pour que les journalistes puissent continuer de travailler avec ces matériaux bruts. J’ai signé cette pétition, et je vous invite à faire de même pour protéger ASSANGE, et tous ceux que sa transparence et son open data inspireraient.

https://www.change.org/p/n-extradez-pas-julian-assange-vers-les-etats-unis



Une contre-pétition pour le maintien d’Alain FINKIELKRAUT à l’Académie française

Il y a quelques jours, je lisais une intéressante tribune de l’essayiste Pascal BRUCKNER, analysant une partie des raisons de la défaite d’Hillary CLINTON à la présidentielle états-unienne un an après, et dénonçant ce qu’il appelle la « gauche des campus ». Je voudrais vous partager ici une contre-pétition en réponse à une première pétition émanant de cette « gauche des campus », malade dès qu’on sort de sa pensée unique à elle.

https://www.mesopinions.com/petition/politique/qu-alain-finkielkraut-soit-maintenu-academie/37109

En premier lieu, je me dois de vous prévenir que cette pétition émane d’un militant du SIEL (Souveraineté, identité et libertés), parti politique d’extrême-droite, ce dont je me contrefous présentement, adhérant au thème de la pétition, et non pas au parti qui en est à l’origine.

Tout commence donc avec un gauchiste en position latérale de sécurité, qui parce qu’il considère que les position publiques de l’académicien Alain FINKIELKRAUT sur les « Français de souche » vont « à l’encontre du vivre-ensemble et de la cohésion sociale », ne demande pas moins que son exclusion de l’Académie française ! Oui Madame, ou Oui Monsieur, au pays de VOLTAIRE, on tente bien de détruire la carrière de ceux qui penseraient mal, selon la gauche.

Et après, on s’étonne qu’une part croissante de Français s’intéressent aux médias alternatifs voire aux thèses complotistes ! Mais à force de tout aseptiser, et de ne plus laisser rien passer, quand bien même cela est fait dans le cadre de la réflexion philosophique ou sociologique, sinon de l’humour, on se retrouve avec une société malade qui annonce sa perte. Moi, je veux pouvoir penser différemment et je défends la liberté de parole d’Alain FINKILEKRAUT !

FINKIELKRAUT n’est pas DIEUDONNÉ ! Faites moi donc le plaisir de me faire exploser cette pétition, qui grandit pour l’instant plus vite que son opposée, laquelle a cependant mieux démarrée. Je trouve normal qu’on puisse trouver à l’Académie française des opinions différentes, et quand bien même, l’Académie serait conservatrice voire réactionnaire, c’est aussi son rôle, en tant que garde-fou moral de notre société, de nous dire des choses qu’on ne veut pas entendre.

Juste un dernier mot sur le vivre-ensemble et la cohésion sociale, j’ai suffisamment d’engagements pour constater que les gens ne veulent naturellement pas vivre ensemble ; et que ce n’est pas parce que certains analysent les différences ou présentent des tendances irréconciliables que la cohésion sociale est affaiblie. Elle l’est déjà par nature ; et ce n’est pas parce qu’on dit qu’il y avait 99 % de blancs à l’hommage à Johnny qu’on émet un jugement ; c’est un fait !

https://www.mesopinions.com/petition/politique/qu-alain-finkielkraut-soit-maintenu-academie/37109



Reconnaître des droits aux enfants nés par fausse couche après 22 semaines

La Loi française est ainsi faite de paradoxes qu’on pourrait et qu’il faudrait modifier en 2017. Mais je crains que les partisans acharnées et irraisonnés de l’avortement tardif n’y voient à mal, et exercent une certaine pression pour que rien ne change.

Réjouissons nous malgré nous de la diminution du nombre d’avortements en France. Il reste à une grossesse sur six mais traduit néanmoins une certaine responsabilisation des personnes qui sont enfin davantage capables de réguler les naissances ou d’utiliser la contraception.

J’ai été ému par une pétition, et je voudrais vous inviter à la signer :

https://www.change.org/p/donnons-des-droits-aux-enfants-%c3%a0-na%c3%aetre-%c3%a0-partir-de-22-semaines-justicepourjulie

L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) admet qu’un fœtus devient viable à partir de 22 semaines, où dès lors qu’il atteint 500 grammes.

D’où un petit problème lorsque les Britanniques pratiquent l’avortement jusqu’à 24 semaines (plus de 1200 par an), ce qui dans certains cas revient à extraire le fœtus vivant, et à le laisser mourir jusqu’à 10 heures après sa « naissance ». C’est un autre débat, mais je trouverais bien que le droit international bloque le droit d’avorter à 22 semaines.

Grâce à Rachida DATI, alors ministre de la Justice, tous les enfants nés sans vie peuvent bénéficier d’un prénom, d’une inscription sur le livret de famille et d’un traitement funéraire décent.

La Cour de cassation reconnaissant la qualité d’enfant né sans vie à partir du moment où est atteint ce seuil de viabilité de l’OMS.

Mais d’après le droit français, il leur attendre que le fœtus ait 6 mois pour pouvoir obtenir un acte de naissance établissant sa filiation, lui donnant un nom et lui reconnaissant une personnalité juridique.

En effet, la fausse couche tardive (entre 3 et 6 mois) prive l’enfant de cet acte de naissance, quand bien même il aurait atteint le seuil de viabilité admis par l’OMS.

C’est ce avec quoi je ne suis pas d’accord, et je signe cette pétition pour demander à nos parlementaires de changer cela, doc d’autoriser la délivrance d’un acte de naissance à tous les enfants nés sans vie à partir du moment où le fœtus a atteint 500 grammes ou 22 semaines de grossesse  :

https://www.change.org/p/donnons-des-droits-aux-enfants-%c3%a0-na%c3%aetre-%c3%a0-partir-de-22-semaines-justicepourjulie