Archives pour la catégorie Paray-Vieille-Poste

Jean-Claude KENNEDY n’aime pas que l’on filme les conseils territoriaux du GOSB

L’anecdote se déroule le samedi 29 juin 2019, à l’hôtel-de-ville de Vitry-sur-Seine.

Je suis en train de préparer mon matériel pour capter la séance de ce matin-là.

Et arrive Jean-Claude KENNEDY, maire PCF de Vitry-sur-Seine, qui commence de manière très méprisante en me donnant un petit surnom, du type le cameraman.

Je fais semblant de ne pas relever, et il me demande si franchement, je trouve intéressantes les séances du conseil territorial.

Et donc très sincèrement, je lui réponds que non, parce que c’est juste une chambre d’enregistrement, qui ne permet aucun débat de fond.

Preuve étant que depuis début 2019, le Conseil territorial a déjà été ajourné deux fois faute de quorum. Parce que la majorité des conseillers, qui ne sont pas indemnisés, s’en foutent et ne viennent même plus…

Et là KENNEDY commence à me faire un speech, comme quoi si je filme les conseils, c’est que j’ai un problème avec la démocratie, et que je cherche en fait à me prouver quelque chose.

Alors, j’ai sûrement des complexes ; mais je pense qu’un communiste sincère devrait comprendre l’idée de diffuser au maximum les travaux de son assemblée pour tous les honnêtes travailleurs qui ne peuvent assister à ces débats, et attendent impatiemment de connaître l’orientation du nouveau plan intercommunal !

Ma démarche n’est rien d’autre, que tout ce que le PCF a renoncé à faire, ne misant plus que sur les voix des pauvres et des immigrés à qui ils promettent de redistribuer l’argent des classes moyennes, et de la super-classe : c’est de l’éducation politique populaire, de la transparence de la vie publique, du lien avec les élus et les centres de décisions. La base du léninisme !

Et accessoirement cela permet de garder des traces de conseils, à des fins de recours juridiques, dont aucun compte-rendu des débats n’est rendu public.

En réalité, je pense que KENNEDY n’aime pas que je filme, bien sûr parce que cela donne une sale image du GOSB avec des votes groupés, dans un hémicycle à moitié vide, de points qui ne sont même pas présentés ; mais c’est plutôt que ce ne soit pas lui la star.

C’est lui le maire de Vitry, 95 000 habitants, une des plus grosses communes franciliennes. Mais c’est son petit adjoint à l’Urbanisme qui est le chef d’une structure de 24 communes et 780 000 habitants !

Et donc peut-être cherche-t-il à ce qu’on ne valorise pas le GOSB, pour qu’on s’intéresse davantage à lui ?

Bref, voilà ma seule explication à la crise d’un élu, issu d’une mouvance qui se veut populaire et proche du peuple, mais qui ne veut pas qu’on fasse la publicité de son travail, ou plutôt de son absence de travail…



Publicités

Le député Robin RÉDA, en quête des voix du parti animaliste

Pauvre bête !

Je ne parle pas ici du chat, qui n’a quand même pas l’air très très heureux, ni très en confiance ; preuve étant tous les poils qu’il a préalablement abandonnés sur le polo du député avant que la photo ne soit réussie ; visiblement un narcissique selfie, qui nous dit aussi que Robin devrait penser à refaire sa couleur s’il veut recommencer à ressembler à un aryen… Entre-nous, c’est bizarre, parce que normalement, c’est l’été que les vrais blonds sont les plus blonds…

Mais du mec, en récupération permanente, qui avant même de quitter LR, était « en chien » de la moindre petite voix ; ici paradoxalement, à l’occasion de la journée internationale du chat. Mais alors en plus, maintenant qu’il n’a plus de parti, parce qu’il est « libre »


Ah, si les chats pouvaient voter ! Heureusement que leurs propriétaires le peuvent !

Ainsi donc Robin aime les animaux, même s’il n’est pas dit que les animaux l’aiment.

Personnellement, je ne pourrais pas faire cela, parce que ce sont les animaux qui ne m’aiment pas : les chats, les chiens, les chevaux… qui doivent (res)sentir quel odieux connard je suis en réalité…


Quel dommage cependant que notre ami RÉDA n’aime pas autant les humains !

J’écris juste cela, par rapport à sa politique. Par exemple, quand on accepte, pour des raisons économiques, la fusion administrative de l’hôpital de sa commune, avec celui d’une autre ville, c’est que la santé des gens ne nous est pas vraiment importante…

Si seulement, il pouvait y avoir une journée mondiale de l’humain, pendant laquelle Robin pourrait se photographier avec un bébé dans les mains… C’est tellement mignon, un bébé. Mais cela ne nous dirait pas plus que RÉDA aime le bébé, ni que le bébé l’aime… Parce que cela reste de la COMMUNICATION !


En attendant, pour compenser, RÉDA, nouvel écolo-bobo, aime déjà la nature.

Comme avant lui son ancienne marraine politique, NKM, qui enceinte jusqu’aux dents, se baladait en forêt pour faire un brin de lecture, munie d’une grosse harpe et de deux gros bouquins. L’histoire ne nous dit pas comment elle se déplaçait avec tout son barda…

© Sébastien MICKE/PARISMATCH/SCOOP

En effet, Robin aime les marronniers malades du parc des Grottes, qu’il veut protéger du grand méchant T7.

Et il aime aussi le goudron sauvage, des places du parking place du maréchal-Leclerc, beaucoup plus « libre », depuis qu’il est devenu payant aux horaires du marché, et pour les policiers.

Il les aime tellement qu’il en triple le nombre qu’il veut sauvegarder par rapport au nombre existant, mais qui ira compter les arbres et les places de parking ?


Alors comme j’ai hâte de savoir ce que RÉDA nous prépare pour la prochaine journée mondiale !

Étant donné qu’il y en a quasiment tous les jours, et qu’il y en a qui sont réellement connes, comme la journée mondiale de l’orgasme le 21 décembre…

Cela nous promet de grands futurs moments de communication… Faites chauffer le pop corn !


Retrouvez ici le calendrier des journées mondiales :

https://www.lecalendrier.fr/journees-mondiales


Cette détresse dans les yeux du chat…



Mes réactions à la lettre n°2 du député Robin RÉDA (juin 2019)

Du haut de mes 1,14 % obtenu aux législatives de 2017, je voudrais ici gentiment me moquer de la lettre de notre cher député Robin RÉDA.

Je trouve que c’est très léger pour un membre du deuxième groupe parlementaire, même s’il est dans l’opposition.

Et c’est noyé dans la niaiserie, et les lieux communs. À croire que c’est lui qui a besoin de s’auto-persuader qu’il est sur le terrain. C’est clair qu’il y fait surtout de la figuration, parce que les résultats concrets se font quand même attendre…


PAGE 1

  • Deux lettres en deux ans : ça critiquait Éva SAS, mais c’est encore moins transparent… C’est ça le « régulièrement vous rendre compte de mon action » ?
  • En deux ans, il n’a pas changé, c’est toujours la même photo…
  • Que veut dire « Votre député au quotidien ». Y aurait-il des députés à la semaine ?
  • Ah « plus que jamais, proche de vous », ça veut dire qu’il était éloigné de nous avant !
  • Des stats pas ouf pour un député membre du deuxième groupe parlementaire…
  • C’est amusant ce clientélisme électoral : il a semé des mots clés un peu partout pour que chacun y trouve son compte : hôpital de Juvisy, droit des femmes, impôts, logement, santé, transports, Grand débat (la suite en page 2)
  • C’est sympa d’être reçu par RÉDA; Tu deviens un numéro…
  • Les 250 contributions au Grand débat, ce sont les siennes, où celles qu’il a pompé aux habitants de la circonscription ?
  • Merci RÉDA de faire dans le très concret ! Et pour que ma vie quotidienne soit prise en compte. Par contre, la tienne ? Il nous prend vraiment pour des gueux.
  • Il est tellement absent du terrain, qu’il a besoin de nous écrire plusieurs fois qu’il est proche et présent, mots qui reviennent plusieurs fois. Aucune confiance en lui.
  • « Député de l’Essonne ». C’est moche de faire Sciences-Po et de ne rien comprendre à la souveraineté nationale…
  • La justification de son départ de LR ; bien sûr que si les gens l’ont élu pour LR contre LaREM !
  • La mention « Imprimé localement » n’est pas suffisante pour respecter le code de l’environnement.
  • Cet édito est tout sauf concret.

PAGE 2

  • On continue avec les mots clés : Orly, sécurité, justice, environnement, protection animale, pont, collège, emploi, rénovation urbaine, services publics, harcèlement sexiste, dépôts sauvages !
  • Qu’est-ce qu’il est fort ! Il gagne tout, tout seul !
  • Mais kikicé qui a autorisé la fusion des comités de surveillance des hôpitaux de Juvisy et de Longjumeau ?
  • Super d’avoir obtenu le plafonnement des créneaux et le respect du couvre-feu. Mais lorsqu’il n’est régulièrement pas respecté, que fait-on ? Ah ah !
  • Sécurité : je manœuvre pour que le commissariat de circonscription soit à Juvisy, et j’emmerde les autres villes de la circo.
  • La fermeté sur la sécurité. Et pour les élus qui fraudent et qui détournent ? Monsieur RÉDA est toujours visé par une enquête préliminaire pour une fraude électorale pendant sa campagne législative… (N° parquet Évry de la plainte : 17/164/214)
  • Traduisons-le : j’ai voté la ZFE parce qu’elle ne dépasse pas le périmètre de l’A86.
  • Je suis CONTRE le pont sur la Seine parce que les pro sont moins nombreux, et qu’ils font moins chier.
  • Collège : RÉDA est devenu conseiller départemental !
  • Orly : il a été aux rencontres d’Orly. Mais c’est fabuleux ! N’était-ce pas d’ailleurs au moment où il était censé voter la loi PACTE à l’Assemblée ?
  • La rénovation de Grand-Vaux, c’est lui. Élu en juin 2017, c’est lui qui nous a obtenu le projet en décembre 2014…
  • Viry : il est engagé pour les services publics ! C’est bien.
  • Utile mon député, pour faire visiter l’Assemblée nationale !



Le Conseil territorial du GOSB du 25 juin 2019 reporté faute de quorum…

Troisième fois en trois ans qu’un conseil territorial du Grand-Orly Seine Bièvre est annulé, faute d’avoir atteint le quorum, c’est à dire d’avoir rassemblé physiquement 47 des 92 élus… Ici, il manquait un élu ! Dans certaines commissions, ils sont deux. On dirait vraiment que le fait qu’ils ne soient pas rémunérés joue sur leur assiduité…

Mes plans sont donc plus ou moins contrariés car j’espérais que le quorum tiendrait jusqu’à l’adoption du compte administratif 2018 ; puis que des élus qui ne tiennent pas en place comme Patricia TORDJMAN ou Pierre BELL LLOCH s’en iraient ; qu’il n’y aurait plus le quorum pour les points concernant Savigny, et donc que Michel LEPRÊTRE, président du GOSB, ne reconvoquerait pas le conseil avant l’été, nous offrant trois mois de répit…

Malheureusement pour moi, le Conseil est donc reporté à ce samedi 29 juin 2019 à 08 h 00 du matin, toujours à l’hôtel-de-Ville de Vitry, et là, il n’y aura plus besoin de quorum…


Relativement aux délibérations concernant Savigny,

Pour les projets de ZAC, c’est dommage mais inéluctable.

Non pas qu’il ne sera pas possible de les annuler après l’élection de 2020, mais on va gaspiller beaucoup d’argent dans des études inutiles.

Il n’y a aucun besoin d’engraisser un aménageur. Le prétexte de la déclaration d’utilité publique (DUP) est bidon. Si MEHLHORN voulait vraiment virer les kébabs, il enverrait le service communal d’hygiène et de santé qu’il n’a pas. Sauf qu’il ne le veut pas vraiment.

De là à supputer qu’il maintient de l’insécurité pour développer de la Police municipale, et faire croire aux gens qu’ils sont en sécurité, alors que c’est juste pour les racketter au niveau du stationnement, il n’y a qu’un pas… Non plus vraisemblablement, la DUP permettra de raser plus facilement la Grande-Rue au service des promoteurs !


Pour le projet de modification du PLU, cela reste intéressant.

Déjà, je sais que mes courriels ont bien été reçus parce que plusieurs élus, et membres de l’administration m’en ont parlé !

Globalement, ils doutent que mon dossier soit assez solide, et ont plutôt envie de me laisser voir avec le Tribunal administratif.

Pour ma part, et je l’écris ici à destination de l’avocat du maire, aucun problème pour soulever en référé-suspension un vice de procédure dans l’adoption de la délibération territoriale, en tant que la charte de gouvernance du GOSB, qui a valeur de délibération, tout comme le règlement intérieur du GOSB, qui a aussi valeur de délibération, disposent de la nécessité d’une approbation préalable du PLU par le Conseil municipal.

Et là de soulever l’exception d’illégalité de la délibération savinienne entachée d’une erreur de fait, relativement à MEHLHORN qui a menti à ses élus, en les prenant bien pour des cons (qu’ils n’avaient qu’à lire le projet de délibération parce qu’il n’était inscrit qu’il ne s’agissait que d’un donner acte… Ben non, apparemment, c’est toi qui ne sais pas lire…)


Bref, MEHLHORN a été en panique toute la soirée.

Il est sorti plusieurs fois pour téléphoner (à l’avocat conseil de la Commune ? Je me fais un film), et il a discuté à pas moins de quatre reprises avec le président du GOSB.

Il me montrait à ses collègues, qui du coup me regardaient avec insistance pour observer cette bête curieuse qui cause tant de soucis à MEHLHORN ; ce qui ressemblait peu ou prou aux scènes qui me sont racontés où en privé MEHLHORN me diffame en se plaignant qu’il y a un jeune con qui le fait chier… C’est moi !


Je sais qu’à la fin, la délibération de modification du PLU passera, et c’est dans mon intérêt car cela pourra me permettre de taper sur Super-Bétonneur.

Mais je veux juste que ce soit fait dans les règles, que MEHLHORN propose à son Conseil d’adopter la modification du PLU ; et pas qu’il raconte qu’il s’agit juste de donner acte.

Limite, si le Conseil municipal de Savigny pouvait revoter, que MEHLHORN demande qui est pour (il ne le fera pas ; il va demander qui est contre, et qui s’abstient, pour m’éviter les photos, et surtout éviter à ses élus dociles et soumis d’assumer leur politique !)

MEHLHORN trouve que je suis méchant ? C’est lui qui m’a pourri pour 40 ans en me faisant condamner en diffamation pour avoir écrit qu’il était visé par une enquête préliminaire (déclenchée par une plainte n°Parquet Évry 16/111/102).

Toujours est-il qu’aujourd’hui, il est encore visé par trois enquêtes préliminaires déclenchées par mes plaintes n°Parquet Évry 18/067/179 (l’enregistrement dans lequel il dit qu’il m’enregistre), 18/107/59 (l’étonnant montage financier de l’espace inter-générationnel du Vert-Galant) et 18/107/63 (l’embauche de la conseillère municipale Catherine CHEVALIER au Département)

Et je ne lui souhaite pas d’être élu, parce que je n’aurais pas les « pudeurs de gazelle » d’un DUROVRAY qui dépose des plaintes contre X, et que ce sont des plaintes pénales nominatives que je déposerai contre lui, pour les négligences établies et celles que je pourrais découvrir.

Avec SPICHER, ils étaient du même parti donc ils ont négocié. Avec moi, il n’a même pas intérêt à essayer !