Archives pour la catégorie Morangis

Voilà Richard TRINQUIER, suppléant d’Éric MEHLHORN et de Brigitte VERMILLET, qui fait encore des siennes !

Je vous renvoie vers la presse : Richard TRINQUIER, maire de Wissous, a été placé en garde à vue pour avoir voulu, tout en étant ivre, s’opposer à l’installation de gens du voyage dans sa commune, à l’aide d’un pistolet 9mm et d’un katana (sabre). Il était accompagné de son premier adjoint connu pour ses positions extrêmes, ainsi que par deux agents de sa Police municipale. Or, il est le suppléant de MEHLHORN au Département !

Je n’ai rencontré Richard TRINQUIER qu’à une seule reprise, le soir des élections départementales de 2015. Il m’avait dit que j’avais du courage pour avoir fait campagne sans le soutien d’un parti, et qu’il aimait bien que je m’affiche chrétien parce que ça nous faisait des « valeurs communes »Pfouuu… Je pense néanmoins que TRINQUIER est un homme, à la personnalité compliquée, torturé entre des idéaux, parfois contestables, et la réalité du terrain qu’il pratique.

Sans vouloir aller trop loin dans la psychanalyse de bazar et de comptoir, TRINQUIER doit quand même souffrir d’un complexe par rapport à son père. Et j’imagine qu’il est difficile de soutenir publiquement le FN, d’appeler à lutter contre l’immigration, et de s’opposer aux gens du voyage, quand on est soi-même métis d’une mère Vietnamienne. Mais paradoxalement, c’est TRINQUIER lui-même qui a proposé que soit inhumé à Wissous un enfant Rrom de Champlan…

TRINQUIER a été exclu plusieurs fois de LR ; il n’empêche qu’il a été choisi comme suppléant aux départementales de 2015, d’une part parce qu’il est maire d’une des trois villes du canton ; d’autre part pour l’empêcher de soutenir le FN. On le dit DLF mais je doute que DUPONT-AIGNAN l’ait accepté dans ses rangs.  Il n’est en tout cas pas FN, même s’il a certainement déjà voté pour eux, notamment au moment du deuxième tout de l’élection présidentielle de 2017.

En tant que citoyen, je demande néanmoins à Brigitte VERMILLET et à Éric MEHLHORN de s’exprimer pour condamner l’attitude de Richard TRINQUIER, en tant qu’elle n’est pas républicaine. Imaginons ce que ça serait si MEHLHORN devait lui céder son fauteuil !

Mais comme en mai 2017, où LR appelait, six minutes à peine après la défaite de FILLON, à voter MACRON pour faire « front républicain », allant jusqu’à s’attacher une pince à linge sur le nez dès qu’il était question du vote FN, mais sans condamner les membres DLF de leurs majorités qui votaient Marine ; il y a fort à parier que nos conseillers départementaux ne vont pas se risquer à se mettre à dos l’électorat LR marino-compatible…



Publicités

Des enjeux du Conseil métropolitain de la MGP du 13 avril 2018

C’est une Métropole du Grand-Paris (MGP) à l’avenir financier de plus en plus incertain, qui s’apprête à voter son budget 2018, potentiellement le dernier sincèrement en équilibre à cause de la baisse des dotations. Le reste de l’ordre de cet ordre du jour principalement consacré aux finances est largement dévolu aux compétences environnementales et l’économie circulaire, ainsi qu’à l’aménagement des sites olympiques pour 2024.


I. Approbation du procès-verbal de la séance du 2 février 2018


II. Ordre du jour


ADMINISTRATION

1/ Désignation des représentants de la métropole du Grand Paris à l’association OREE (Organisation pour le respect de l’environnement dans l’entreprise)

2/ Désignation de représentants de la Métropole au sein des conseils de surveillance des établissements publics de santé

3/ Désignation du représentant de la Métropole du Grand Paris au sein du conseil d’administration de l’établissement public Campus Condorcet

4/ Création et élection de la commission consultative des services publics locaux

5/ ZAC des Docks à Saint Ouen – désignation des représentants de la métropole du Grand Paris au sein de la commission d’appel d’offres du concessionnaire Séquano aménagement

6/ ZAC des Docks à Saint Ouen – délégation de compétences du Conseil au Président


DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

7/ Pacte métropolitain pour la revitalisation des centres – villes vivants

==> Inutile de vous écrire que ma ville de Savigny n’a pas postulé !

8/ Convention d’objectifs et de financement au CIRIDD pour le développement de la plateforme collaborative de l’économie circulaire

==> Au moins une réalisation concrète et utile !

9/ Convention d’objectifs et de financement a l’INEC relative à l’animation de la plateforme collaborative de l’économie circulaire

10/ Convention d’objectifs et de financement avec l’association « Megacities Short Docs »

==> ??? Pour quoi faire ?


FINANCES

11/ Compte de gestion 2017

12/ Compte administratif 2017 et affectation du résultat

13/ Présentation du Rapport sur le Développement durable 2017

14/ Rapport sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes

15/ Budget primitif de la métropole du Grand Paris pour l’année 2018


AMÉNAGEMENT

16/ ZAC Olympique Plaine Saulnier à Saint Denis – Définition des objectifs poursuivis et des modalités de la concertation préalable à sa création


ENVIRONNEMENT

17/ « Les rencontres agricoles du Grand Paris » (ex – Sentier fermier du Grand Paris) – Convention d’objectifs et de financement avec l’association « Enlarge your Paris »

18/ Convention de subvention complémentaire 2018 à l’Atelier parisien d’urbanisme

19/ Convention pluriannuelle d’objectifs et de financement avec AIRPARIF – avenant n°2

20/ Convention d’objectifs et de financement avec Bruitparif pour l’année 2018

21/ Convention d’objectifs et de financement avec l’association GUAPO (Global Urban Air Pollution Observatory)


III. Vœu de l’exécutif relatif à l’avenir budgétaire et financier de la Métropole du Grand Paris

==> Nul doute que l’État leur trouvera finalement un peu d’argent, mais que le modèle financier n’est pas viable et qu’il faudra sinon recourir à l’emprunt…


IV. Communications



Le vœu des villes essonniennes LR / UDI pour quitter le Grand-Orly Seine Bièvre

Je l’avais annoncé la semaine dernière, mais je n’en avais pas encore le texte qui est désormais connu. Il s’agit d’un vœu (lequel est donc purement symbolique) qui devrait être proposé au cours d’un conseil municipal extraordinaire qui devrait se tenir simultanément dans les villes essonniennes ce mercredi 11 avril 2018. Lequel est peu clair, et ne propose aucune alternative concrète ; juste pour dire que c’était mieux avant…

On y liste les reproches que l’on peut effectivement adresser au GOSB, sans proposer de solutions, et en faisant semblant de croire que les restrictions budgétaires auraient épargné la CALPE. Mais quelle hypocrisie de la part de ces élus des majorités municipales dites de droite, qui nous ont seriné en 2015 de faire partie du GOSB pour pouvoir rejoindre la Métropole du Grand-Paris par Orly (ce n’est pas comme si le schéma de coopération intercommunal n’était pas connu à l’avance !)

Après un rapide rappel de l’historique législatif, les rédacteurs du vœu, qui ont quand même mis vingt-cinq mois à arriver à cette conclusion, dénoncent les déséquilibres et les disparités qui existent entre les structures. Ils soulignent notamment la différence des modes de fonctionnement entre les anciennes intercommunalités. Et de ne surtout pas dire que c’est cette même droite qui freine l’intégration intercommunale pour nous mettre tous à égalité…

On peine à croire que le député RÉDA n’ait pas compris d’emblée que les EPT n’étaient que des structures nouvelles viables à l’endettement, avec un mode d’élection devant bloquer la montée du FN… Dans le même genre, il y a la critique de l’absence d’économies du fait des mutualisations (bloquées par RÉDA). Or, la loi CHEVÈNEMENT n’a été créé que pour réduire le nombre de petites communes. Pas pour générer des économies (sinon de versement de DGF par l’État).

Le GOSB, que RÉDA a voulu rejoindre pour profiter de la manne d’Orly, est flingué en règle : il est trop grand, trop hétérogène, il n’a pas d’argent. La coopérative des villes n’y fonctionne pas ; la faute à qui ?  RÉDA qui ne l’ouvre pas en commission ou en conférence des maires, est systématiquement en désaccord pendant le Conseil, et s’abstient même pour ce sur quoi il est d’accord… Non sans avoir commencé par féliciter les services pour un travail qu’il va finalement mépriser.

Le vœu réclame la “prise en compte des spécificités inter-départementales”… Phrase dont je ne comprends ni le sens ni la réalité qu’elle veut désigner. Il demande le retour à des agglos choisies (en l’occurrence la CALPE), sauf que ce n’est plus possible à 110 000 habitants en Essonne ! Ils ont écrit CVAB au lieu de CAVB (Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre) parce qu’ils ne savent pas ce que ça veut dire… C’est juste du populisme axé sur la proximité.

On notera enfin que le vœu engage les communes de Paray-Vieille-Poste et de Morangis, alors que je ne pense pas que les maires de celles-ci, respectivement Alain VÉDÈRE et Pascal NOURY, soient d’accord avec celui-ci… On déplorera enfin le lobbying pro-Département de l’Essonne, sans aucun rapport avec l’intercommunalité, qu’on ne comprend ici que parce que certains maires (Athis et Savigny), également élus départementaux, ne veulent pas perdre leur indemnité.


Le texte du vœu (cliquez dessus pour l’agrandir)



À mi-mandat, quel bilan pour les conseillers départementaux VERMILLET et MEHLHORN ?

Je ne sais pas si vous suivez un peu ce qui se passe au Département. Personnellement, je ne trouve plus grand chose à lire dans le magazine départemental, sinon de la communication à chaque fois qu’ils font une inauguration. Bref, ils gèrent les affaires courantes et continuent d’achever les projets dont on parle depuis vingt ou trente ans. Mais ont-ils réellement des ambitions nouvelles pour notre Département ?

Si on peut apprécier que plus de routes départementales soient effectivement refaites ou réaménagées (RD25, RD77, RD 167), on ne peut que déplorer ce lobbying constant du Département pour intégrer l’inutile Métropole du Grand-Paris, et puis les encouragements pour les JO 2024 et feu l’expo universelle 2025 à Paris. Surtout que lorsqu’on regarde bien, ces événements n’ont pas prévus de spécialement se dérouler sur le territoire essonnien, mais plus au Nord.

Quelques mots sur nos conseillers départementaux, également vice-présidents. On les voit sur les photos, et dans des réunions d’informations. Mais sincèrement, je pense qu’on pourrait mettre n’importe qui à la place que cela ne changerait rien. Sont-ils moteurs ? Peut-être un peu VERMILLET sur les questions environnementales ? Mais sur le reste, ils se contentent de participer à la bonne marche de la boutique, ni négativement, mais pas non plus trop positivement.


Le code couleur du bilan de leur programme

  • En rouge, ce qui est bloqué, n’est pas respecté ou a fait l’objet d’un renoncement
  • En magenta, ce qui progresse
  • En vert, ce qui a été mis en place
  • En orange, ce qui n’est pas le fait du Département
  • En gras, ce qui n’est pas du fait des conseillers actuels
  • En souligné, ce qui évolue par rapport à l’année dernière

SOCIAL

Instaurer plus de justice dans l’attribution des aides départementales

Accompagner les bénéficiaires du RSA

Maitriser les dépenses des MDS et des CCAS

Mettre fin à la création de maisons de retraite à 60 € par jour

Renforcer la simplification des dossiers relatifs au handicap

Accompagner les plus fragiles avec équité

Créer une cellule anti-fraude au RSA

Évaluer les partenariats avec les acteurs sociaux

Simplifier les procédures administratives

Soutenir les projets locaux

(Étonnamment, le programme critiquait la gestion de la gauche dans sa gestion de l’enfance et de la jeunesse, notamment sur la question des crèches mais ne proposait rien de concret pour ces thèmes).


FINANCES/ÉCONOMIE

Réduire les dépenses de fonctionnement de 50 millions d’euros

Évaluer les politiques départementales

Réaliser des économies sensibles sur les dépenses de fonctionnement

Maîtriser l’endettement

Engager un plan de désendettement

Systématiser l’évaluation des politiques publiques

Réduire les dépenses en luttant contre les gaspillages

Stopper immédiatement les dépenses qui ne profitent pas à l’Essonne et aux Essonniens

Établir la création/préservation d’emplois comme critère d’évaluation des actions

Revaloriser la politique d’aide aux territoires

Finaliser la requalification de la zone d’activités Savigny/Morangis


CADRE DE VIE

Accélérer le développement de la fibre optique

Accélérer du déploiement de la fibre optique spécialement sur Wissous

Finaliser le mur anti-bruit de l’A6

Réaliser les travaux d’extension du foyer Joie de Créer

Prévenir la délinquance


TRANSPORTS/DÉPLACEMENTS

Renforcer les interconnexions du canton

Accélérer la liaison entre RN7 et D118 pour qu’elle soir accomplie avant 2020

Étudier la création d’un arrêt de la ligne 18 à Wissous

Étendre la ligne 492 entre le tram-train et le T7

Étudier la faisabilité d’une gare métro des lignes 14 et 18 à Morangis

Refuser l’augmentation des coûts des transports scolaires

Donner la priorité à la modernisation des transports


COLLÈGES

Créer un dépose-minute au collège Michel-Vignaud

Assurer la sécurité dans les collèges

Développer la vidéoprotection aux abords des collèges

Mettre en œuvre une prévention spécialisée à Savigny

Étudier la création d’un collège à Wissous


DIVERS

Rendre compte de l’action en réunion publique trois fois par an dans chaque commune (merci de n’avoir invité que les militants LR à la seule réunion publique du 1er juillet 2016)

Ne pas voter de délibérations allant contre l’intérêt des habitants du territoire

Refuser les groupes de pression

Respecter des procédures sans exceptions

Tenir les engagements pris devant les Essonniens


Effectivement, les finances départementales vont mieux, mais c’est davantage grâce à nos impôts qu’à de réelles économies de fonctionnement. Pour le reste, on assiste globalement à des restrictions budgétaires donc à moins de réalisations qu’avant. Enfin, sur le plan local, on pourra difficilement faire mieux que continuer de refaire les routes, parce que le territoire est globalement développé. Il n’y a guère plus donc que sur Wissous que le Département peut agir.

(Et on en profite pour saluer Richard TRINQUIER qui s’est encore fait exclure de LR pour avoir appelé à voter Marine LE PEN au deuxième tour de l’élection présidentielle. Voilà qui n’a pas dû manquer de choquer la bienpensance de VERMILLET et de MEHLHORN !)