Archives pour la catégorie International

Diverses réflexions locales et nationales sur les élections européennes de 2019

Des réflexions que je me suis faites sur les élections européennes 2019… Certaines ont déjà finies en articles, et d’autres pourraient les rejoindre !

  • Qu’est-ce que ça fout aux gens d’avoir à départager 34 listes ? En Allemagne, ils en ont 41 ! Au contraire, c’est cela la démocratie.
  • Les panneaux électoraux coupés en deux verticalement, alors que tout tiendrait horizontalement…
  • Les affiches du RN sont moins arrachées cette année. Par contre, et quand elles le sont, les affiches de DLF dégustent aussi.
  • Ça y est. Nicolas DUPONT-AIGNAN est définitivement grillé, lui qui voulait prendre sa retraite à Bruxelles…
  • Finie aussi la carrière politique de Benoît HAMON et de Florian PHILIPPOT…
  • Les poubelles qui sont ramassés une heure avant l’ouverture des bureaux de vote…
  • La souffleuse qui est passée le matin même devant les bureaux de vote…
  • Au bureau de vote, on me reproche de ne pas avoir signé ma carte, et on me demande de le faire. Bah non, ça n’est pas dans le code électoral. Au pire, c’est écrit sur Service public.
  • Au bureau de vote, le mythe du nombre de bulletins à prendre. Ce n’est pas non plus dans le code électoral, et le Conseil d’État a jugé que c’était sans incidence.
  • Les vieux qui ont besoin de prendre les 34 bulletins présents pour en mettre 33 à la poubelle…
  • Les gens qui viennent faire leur « devoir civique » en se garant comme des porcs dans le couloir des bus…
  • Comme chaque année, embouteillage à midi – 13 heures ; il n’y avait personne jusqu’à 10 heures, et il n’y aura plus personne à 14 heures…
  • Les hypocrites qui ont voté LaREM pour l’Europe, alors que LaREM ne sera pas en mesure de faire un groupe majoritaire…
  • Bon ben les instituts de sondage de la France Insoumise sont encore plus foireux que les sondages classiques…
  • Les médias qui continuent de nous expliquer que les Français ont mal voté. Avec tout le tintouin, il faudrait qu’il comprenne qu’il y a quand même des électeurs du RN qui votent par choix…
  • C’est presque la fin des gilets jaunes, sauf que comme ils n’ont pas les moyens de partir en vacances, ils seront encore là cet été.
  • Si l’affaire Vincent LAMBERT est un complot contre LR, que faut-il dire des lois anti-avortement en Alabama qui ont fait passer BELLAMY pour un réac ?
  • L’attentat de Lyon est-il aussi un complot ?
  • Et pendant ce temps, à Barcelone, Manuel VALLS obtient 13 % et finit quatrième…
  • Et toujours le mythe des abstentionnistes qui auraient bouleversés les élections.
  • Non, LR n’est pas morte…
  • Il va vraiment falloir relativiser la percée des écologistes…
  • MACRON va pouvoir dire merci aux Gilets jaunes. Il n’aurait pas pu se présenter en garant de l’ordre sans eux…
  • Comme par hasard, les licenciements chez General Electric annoncé 48 heures après les européennes…


Publicités

Trente ans après ; des leçons de Tian-An-Men

Dans la nuit du 03 au 04 juin 1989, le gouvernement de la République populaire de Chine mettait un terme à un mois et vingt jours d’occupation de la Place Tian-An-Men, à Pékin, en face de la Cité interdite, sur laquelle s’étaient rassemblés étudiants, ouvriers et intellectuels pour demander l’égalité sociale et plus de libertés d’expression et de presse. Trente ans après, toutes ces revendications semblent avoir sincèrement disparues…

La première remarque que je voudrais faire est que jamais Tian-An-Men n’aurait dû pouvoir se produire, après quarante ans de communisme. Or, ce mouvement a rassemblé une génération, qui si elle n’avait pas connu les grands mouvements de répression qui permirent à Mao de finir d’installer son pouvoir, et n’a pas non plus vécu l’échec cuisant de la grande Révolution culturelle, n’a toujours subi qu’une éducation et qu’une instruction communiste et dictatoriale.

L’échec de Tian-An-Men pour le pouvoir est d’avoir vu se fédérer des gens que le régime avait cherché à séparer, et pour lequel il avait essayé d’étouffer dans l’œuf toute revendication libertaire. Et nous devons donc en retenir, et en déduire, qu’en 2019 aussi, des gens pourront spontanément se rassembler pour réclamer des libertés, quand bien même ils ne les connaitraient pas, et n’en ressentiraient pas le besoin en tant qu’ils peuvent continuer de vivre sans…

Me vient ici une réflexion médiatiquement-politiquement-incorrect sur l’aspiration des Occidentaux à des réformes sociétales de la majorité pour des minorités.


Venons-en maintenant à nous interroger sur les raisons pour lesquelles les Chinois acceptent de ne pas avoir nos libertés d’Occidentaux, et notamment pourquoi ils ne disent rien face aux 450 millions de caméras qui les surveillent (chiffre provisoire).

D’une part, ceux-ci, dans leur très grande majorité, semblent avoir l’impression d’être libres. Non pas qu’ils n’aient pas internet, ils ont juste un internet sur lequel on ne trouve pas d’articles qui livre une vérité autre que celle du régime.

La liberté, de manière générale, ne constitue pas un manque ou un besoin, tant que l’on n’est pas confronté à une privation !

D’autre part, il y a l’argent, la consommation, la croissance : 14 % en 2007, et même si elle ralentit puisqu’elle est désormais en dessous de 7 %, elle reste super bonne !

Et comme se développe une classe moyenne, et que les intérêts des très riches sont entretenus par le régime, alors il ne reste qu’une minorité très pauvre, dont la pollution va se charger, et quelques millions de Ouïghours et de Tibétains pour se plaindre.


Il ne faut pas oublier que la très grande majorité des révolutions commencent sous l’impulsion de la bourgeoise.

Et la force de Pékin est de faire le jeu de cette bourgeoisie, depuis que Oncle DENG (Xiao-Ping) a profité de 1989 pour proposer encore plus de libéralisme contre encore moins de libertés.

Si donc l’objectif affiché de Pékin est d’être la première puissance mondiale, largement devant les États-Unis d’Amérique en 2049, pour le centenaire de la Révolution, le régime aura besoin du soutien de la jeune classe moyenne qu’il crée depuis dix ans, par une meilleure répartition des richesses, et qu’il contrôle parce que celle-ci est d’accord et qu’elle y trouve pour l’instant son intérêt.

Je doute cependant que Pékin puisse éternellement conserver sa croissance, et à ce moment-là, il n’est pas dit que la classe moyenne, agisse pour de nouvelles réformes.

Qui pourraient tout aussi bien n’être que des réformes économiques et libérales, et pas des réformes politiques comme celles demandées en 1989…



Mes pronostics pour les élections européennes 2019

À huit jours des européennes, et au vu des différents sondages et des dynamiques de campagne, voilà mes pronostics pour les élections européennes du 26 mai 2019.

Je pense que le RN sera en tête du fait d’un vote anti-MACRON.

Que MACRON sera deuxième, et autour de 20 %, du fait que sa campagne ne prend pas, et que sa tête de liste est mauvaise.

Que Les Républicains vont plutôt bien s’en sortir avec un score au dessus de 14 %, du fait du choix de BELLAMY qui correspond aux attentes de la majorité de ce qu’il reste à droite, dite droite TROCADÉRO.

Que les écologistes vont plutôt bien s’en sortir avec un score au dessus de 10 %.

Que MÉLENCHON paie ses polémiques, et ses coups de colère, et donc qu’il ne sera pas en tête des gauches.

Que Place publique n’atteindra pas 5 %, du fait des voix que va lui prendre Génération-s.

Que Nicolas DUPONT-AIGNAN ne fera pas non plus 5 %, du fait de son alliance avec Marine LE PEN à la présidentielle.

Que les autres ne seront même pas remboursés de leurs frais de campagne.


Taux de participation : 39 %


La France Insoumise : 9 %

Une France royale au cœur de l’Europe : <0,5 %

La ligne claire : <0,5 %

Parti pirate : <0,5 %

Renaissance (LaREM – MoDem) : 20 %

Démocratie représentative : <0,5 %

Les Patriotes : 2,5 %

Parti des citoyens européens : <0,5 %

Urgence écologie : 0,5 %

Reconquête : <0,5 %

UDI : 2 %

Place publique – PS : 4,5 %

Parti fédéraliste européen : <0,5 %

Mouvement pour l’initiative citoyenne : <0,5 %

Debout la France : 4 %

Allons enfants : <0,5 %

Décroissance 2019 : <0,5 %

Lutte ouvrière : 1 %

Parti communiste : 2 %

UPR : 1 %

Generation-s : 2,5 %

À voix égales : 0 %

Rassemblement national : 22,5 %

Neutre et actif : 0 %

Parti révolutionnaire communiste : <0,5 %

Espéranto : <0,5 %

Évolution citoyenne : <0,5 %

Alliance jaune : <0,5 %

Les républicains – Les centristes : 14,5 %

Europe écologie : 10,5 %

Parti animaliste : 1 %

Les oubliés de l’Europe : <0,5 %

Union démocratique pour la liberté, l’égalité et la fraternité : <0,5 %

Union des démocrates musulmans français : <0,5 %



 

Élections européennes 2019 : et si on parlait du scandale de la circonscription unique ?

Le citoyen lambda, qui ne suit pas la politique de très près, s’est réveillé un beau matin au cours duquel on lui a dit que les élections européennes s’organiseraient désormais avec une circonscription électorale unique. Et il s’est rendormi aussitôt, sans se poser de questions… Sans s’interroger sur cette réforme. Sans vouloir voir que l’on essayait à nouveau de court-circuiter le RN, au moyen d’un nouveau jeu qui favoriserait LaREM.

Il est assez fou de voir comment le Rassemblement national (RN) est au cœur de la plupart des réformes organisationnelles du territoire. Le mode de scrutin proportionnel (intégral) aux législatives a été abandonné en 1988 à cause du FN. Le redécoupage des régions en 2015 a été formulé à cause du FN (qui sans cela aurait gagné la région Languedoc-Roussillon). Et maintenant, les circonscriptions électorales européennes sont fusionnées, là aussi, à cause du RN…

En cause, MACRON, qui manque d’un parti structuré et organisé en régions, qui pour autant qu’il ferait de très bons scores dans des régions comme l’Île-de-France ou les Territoires d’Outre-Mer, se ramasserait dans le Nord, l’Est et le Sud-Est. Et ne serait pas garanti de l’emporter en nombre d’euro-députés, ou alors de justesse, tant au total que dans de nombreuses autres régions de France. Ainsi, il fallait donc tout faire pour ne pas pouvoir démocratiquement je compter les régions dans lesquelles LaREM n’arriverait pas en tête…

Le débat a donc commencé à l’automne 2017. Un seul parti s’est alors opposé : LR, qui en plus de voir combien cette géographie le desservirait dans la période, a surtout bien compris ce que MACRON préparait. La procédure accélérée s’est engagée : la loi n°2018-509, relative à l’élection des représentants au Parlement européen, a été votée le 25 juin 2018, dans une indifférence quasi-générale. Et les justifications d’une telle loi ont très peu été évoquées dans le débat.

Il faut donc en retenir que le scrutin par euro-circonscription ne respectait plus la nouvelle découpe régionale de 2015, que ces circonscriptions étaient peu lisibles, du fait que les députés européens ne sont pas proches géographiquement de leurs électeurs, et enfin, parce que la majorité des autres pays ne procèdent pas ainsi, alors nous serions des attardés de continuer à faire de même. Et donc il fallait changer, et repasser à une grande circonscription nationale.

Et tant pis que l’Outre-Mer ne soit donc quasiment plus représentée. Et tant pis que l’Île-de-France truste les meilleurs places sur les listes desdits grands partis. Et tant pis que la campagne soit alors nationale, et soit le troisième tour de la présidentielle. Et tant pis que MACRON ne fasse plus son boulot de président, mais qu’il soit en campagne. Et tant pis que MACRON soit le Libérateur de 1944 et que Marine LE PEN soit le clone d’Adolf HITLER…

Remarquons au passage que toutes les listes régionalistes sont ainsi étouffées, et qu’il n’y en a ainsi pas une qui se présente. Et tout cela, mis bout-à-bout, fait que la participation devrait encore diminuer ; et que le vote utile aujourd’hui de tous ceux qui veulent faire chuter MACRON, qui s’abîme à rentrer dans la campagne, va se reporter sur le RN. Et donc on va faire monter les extrêmes. Jusqu’au prochain charcutage électoral qui repoussera la prochaine percée devenue nécessaire du fait de l’actuel redécoupage…