Archives de l’auteur : Vagneux Olivier

A propos Vagneux Olivier

Je suis journaliste indépendant et très attaché à la liberté. Je suis jeune, chrétien et à droite. Mais une droite belle, rebelle, souveraine, ambitieuse et indépendante. Je combats la bien-pensance et je défends mes points de vue avec énergie et volonté.

Olivier VAGNEUX est-il antisémite ? (accusation de Mme Claudine CHARRIER)

Ça me fait quand même bien marrer tous ces gauchos athées qui n’ont aucune culture religieuse et qui savent mieux que les croyants. Ainsi donc, je me serai déclaré antisémite pour avoir osé écrire que le christianisme est une « secte juive qui a réussi »… À noter que cette accusation s’inscrit dans une série de commentaires Facebook, tenus par des personnes que j’estimais jusque-là, et qui tient à prouver que je suis d’extrême-droite.

Alors, je ne vais vous faire le pitch : je ne suis pas raciste parce que mon meilleur ami est noir. Mais quand même je suis un « drôle » d’antisémite à aller à la synagogue, à porter une kippa, à fréquenter des rabbins, à avoir étudié l’hébreu biblique que je lis un peu et à me former à la culture et à la religion juive.

Oui, je pense que ce sont des juifs qui ont tué le Christ, avec la complicité des Romains, mais c’était il y a 2000 ans, et je ne leur en tiens pas rigueur aujourd’hui, d’autant que sans cela, Jésus n’aurait pas pu ressusciter, ou que son message n’aurait peut-être pas eu autant de force.

Oui, je critique régulièrement le milliardaire George SOROS, qui se trouve être juif. Mais c’est n’est pas parce qu’il est juif ! Non, c’est juste parce qu’il est un sale type, qui a fait sa fortune en spéculant sur la faillite de la livre britannique en 1992 et qui soutient une invasion migratoire pour casser les prix du marché du travail.

Enfin, oui, je l’écris et je le réécris, je n’ai pas de contacts avec la communauté juive orthodoxe de Savigny-sur-Orge, parce que je n’arrive pas à avoir de relations interreligieuses avec eux ; et mes amis juifs (libéraux) sont plutôt à Ris-Orangis ou à Massy. Mais aussi parce que les juifs orthodoxes pratiquent surtout par tradition, et je trouve qu’il est difficile de partager sur leurs convictions (comme avec 90 % de cathos qui ne savent pas trop pourquoi ils croient).


Je voudrais maintenant en revenir sur la phrase qui me vaut ce procès médiatique en antisémitisme : le christianisme comme secte juive qui a réussi.

De manière liminaire, je ne suis pas le seul à le dire. Je l’entends y compris de rabbins parlant du christianisme, sur un ton humoristique. Même Télérama relaie cette thèse dans ces colonnes en laissant la parole à des gens qui disent comme moi (ou dont je dis comme eux).


Mais ce n’est historiquement et factuellement même pas faux, même si c’est légèrement réducteur parce que dans l’Évangile compris, des non-juifs croient déjà en Jésus. Et on peut même le comprendre par la lecture des différentes pages de Wikipédia sur le sujet.

Les juifs de l’époque du Second Temple, reconstruit après l’Exil et inauguré en 516 avant JC, agrandi par Hérode en 20 après JC et détruit en 70, sont répartis en sectes, ce qui ne signifie pas « mecs qui vivent entre eux sous la férule d’un gourou », mais courants de pensées ; et on retrouve les Pharisiens, les Esséniens, les Saducéens, les Zélotes, mais on pourrait en citer d’autres… Et de préciser que ces sectes sont divisés en communautés géographiques.

Après la résurrection de Jésus, une nouvelle « secte » qui croit que Dieu s’est incarné en Jésus et qu’il est mort et ressuscité, vient se rajouter à celles existantes. C’est une secte juive car très largement composés de juifs (qui s’identifient comme juifs et qui comptent le rester) dits messianiques, parce qu’ils croient que Jésus est le Messie annoncé. Jésus lui-même n’a pas voulu détruire le judaïsme pour créer une nouvelle religion, mais uniquement le régénérer en revenant aux fondamentaux d’un Dieu qui aime !

Et puis l’Histoire va faire que le christianisme va s’étendre hors de Palestine et convertir des païens ; que pour les accepter, on va s’éloigner du judaïsme en renonçant à la circoncision ou aux interdictions alimentaires ; et que le christianisme va se doter de ses propres structures.

Et dans le même temps, les autres juifs vont être massacrés par les Romains, à l’exception notable des Pharisiens qui ne vont pas se soulever contre l’occupant. Lesquels vont eux-mêmes faire évoluer le judaïsme par exemple en décidant de mettre la Torah par écrit, et petit à petit fédérer ceux qu’ils restent des autres sectes.

Le christianisme est donc bien à la base une secte juive, en tant qu’un courant de pensée chez les juifs de l’Antiquité tardive ; lequel va ensuite devenir la principale religion du plus grand empire du monde.

Enfin, je rappellerai ces mots du pape Pie XI qui lui a dénoncé le nazisme : « Nous sommes tous spirituellement des sémites«  et ceux du pape Jean-Paul II : « La religion juive n’est pas « extrinsèque », mais, d’une certaine manière, « intrinsèque » à notre religion. » Donc détester les juifs reviendrait à me détester moi-même. Ce ne serait pas très cohérent…


Donc personnellement, je ne me considère pas comme antisémite. Ce qui n’empêche pas que peut-être je le suis quand même ?

Par contre, je suis effectivement antisioniste, c’est à dire contre la politique actuelle du gouvernement d’extrême-droite d’Israël, qui ne pèse que 23,40 % de la représentation politique du pays (aux élections législatives de 2015).

Les juifs, qui ont choisi de retourner vivre sur la terre de leurs ancêtres, desquelles ils ont quand même, sur ordre de Dieu, chassé les Cananéens placés là par Dieu, ont maintenant un État et vivent en sécurité.

Je trouverais bien qu’ils arrêtent d’exciter la haine des musulmans, qui ont de fait la haine de l’Occident partout où ils sont ; tout cela parce que les politiques israéliens veulent un état reprenant les frontières du Royaume de David, lequel n’a duré que quarante ans. La Bible n’est pas un cadastre !

Pour autant, cela ne justifie pas que les Israéliens se fassent régulièrement bombarder depuis la bande de Gaza. Mais peut-être qu’ils le seraient moins, et que le Hezbollah ne serait pas autant soutenu si les Israéliens arrêtaient d’emmerder le monde, de coloniser les territoires palestiniens et laissez les Palestiniens avoir un état.





Publicités

Les papes et la pédophilie dans l’Église catholique : la vision des journalistes face à la réalité

Au moment où paraît un rapport dénonçant les scandales de pédophilie dans l’Église en Pennsylvanie (États-Unis d’Amérique), je voudrais dénoncer la désinformation de l’ensemble de la presse qui continue de dire que Benoît XVI n’a rien fait, alors que c’est le seul pape qui se soit attaqué au problème, et d’encenser son successeur François, dont l’attitude est plus que lâche sur la question, comme s ‘il couvrait lui-même des prêtres…

En premier lieu, il convient de rappeler que saint Jean-Paul II, malgré sa belle auréole, n’a rien fait contre la pédophilie dans l’Église. On pourra toujours lui chercher des excuses ; le pape polonais s’était enfermé dans le déni, et répondait uniquement d’un silence complice et coupable sur ces questions. C’est d’ailleurs lui qui s’était opposé au cardinal RATZINGER, futur Benoît XVI, pour centraliser le traitement des affaires de pédophilie directement à Rome.

Je passe sur les accusations de pédophilie à l’encontre du cardinal RATZINGER et de son frère. Toujours est-il que Benoît XVI est élu Pape en 2005. Même s’il faudra donc attendre 2010 pour voir les choses bouger, il est le premier à présenter des excuses, à centraliser l’étude des affaires de pédophilie au Vatican par des tiers, à créer une commission de protection des mineurs, à recevoir et à écouter des victimes et surtout à défroquer des prêtres pédophiles !

Benoit XVI a réellement appliqué une tolérance zéro en limogeant des centaines de prêtres et en leur interdisant d’exercer un ministère. Malheureusement, tout le clergé n’était pas d’accord avec lui, et beaucoup ont ralenti toutes ses réformes. Les prêtres condamnés ont fait appel et les nouveaux tribunaux ecclésiastiques ont sûrement blanchi des coupables. Mais pour le journaliste bouffeur de curé, Benoît XVI reste juste un nazi membre des Jeunesses hitlériennes.

Est élu le pape François qui organise des séances de prise de conscience de la réalité des faits, et demande des démissions en masse d’évêques, qu’il réintroduit aussi vite dans leur grande majorité. Ce ne sont plus que des discours formels et creux. La commission se disloque. Le nombre de prêtres défroqués chute, alors que le nombre d’affaires explose. Des prêtres écartés retrouvent des responsabilités. Mais comme François soutient les migrants…

Aujourd’hui, les hésitations du pape François font honte à l’Église. Les mots sonnent faux, et l’Église se ruine encore plus à acheter le silence des victimes plutôt qu’à assumer. On dénonce petitement du bout des lèvres ; on refuse de reconnaitre que l’Église couvre des pédophiles. On ne fait aucune pédagogie, ce qui amène de bonnes gens à dire qu’un prêtre pédophile, c’est juste un homme en manque d’une femme, et à nier totalement l’aspect de maladie mentale.

Forcément, si nos prêtres sont remplis de l’Esprit saint et ne font rien d’autre que la volonté d’un Dieu qui serait alors pédophile… À peine commence-t-on, dans les séminaires, à mettre en place des cours d’accompagnement psycho-affectif que nos futurs prêtres les sèchent ! Alors aujourd’hui, l’Église en prend plein la gueule, mais François, coqueluche des médias, est encore épargné. Mais tôt ou tard, c’est tout le monde qui sera éclaboussé, et ça fera encore plus mal…



À Savigny-sur-Orge, ce n’est pas le maire qui délivre les autorisations de permis de construire ; ce sont les promoteurs immobiliers qui se les octroient !

Je n’avais pas lu à fond le dernier bulletin municipal (été 2018). Mais MEHLHORN vous prend réellement pour des cons ! Certes, il y a une annonce clientéliste à la suite des recours qu’il s’est pris dans la gueule en voulant notamment imposer un immeuble de 12,49 mètres de haut dans la rue des Giroflées. Mais il y a surtout une insulte terrible à notre intelligence, dont j’ai fait une nouvelle campagne d’affichage. Qu’en pensez-vous ?

Extrait d’un affichage réalisé le 20 août 2018


Non, quelques soient les transferts de compétence, et les raisons de droit qui sont invoquées par les voisins dans leur recours, le maire pouvait effectivement s’opposer à la construction d’un tel immeuble, ce que faisait notamment MARSAUDON, pour tous ceux qui le regrettent ! Il lui suffisait de refuser de signer le permis de construire, sinon de le rejeter pour des motifs tenant à la mauvaise insertion du projet dans le quartier.

Mais MEHLHORN, qui avoue enfin ce faisant que son premier PLU a été bâclé et irréfléchi (merci le cabinet CODRA), est un fragile, un soumis, une victime.

Il prostitue notre ville aux promoteurs immobiliers, puis s’étonne qu’elle soit violée, tout en accusant les promoteurs de l’avoir mise sur le trottoir et d’avoir eu des rapports sexuels avec !

Non seulement, c’est un menteur, mais en plus c’est un lâche qui rejette la faute sur les autres. Tant qu’à faire, il m’étonne qu’il n’ait pas encore accusé Nadège ACHTERGAËLE…

Qui a écrit le Plan local d’urbanisme ? C’est sa municipalité qui refuse encore d’en communiquer tous les documents et qui n’a pas tenu compte des prescriptions du commissaire enquêteur.

Que dit le règlement du PLU pour la zone UG ? 13 mètres 00 maximum au faîtage, et 10 mètres MINIMUM au faîtage ! C’est à dire que vous ne pouviez légalement pas faire moins !

Extrait du règlement du PLU de Savigny

Ah mais oui, mais il ne voulait que des immeubles de 10 mètres ! Ben, il l’écrivait dans le PLU au lieu de le dire aux promoteurs, une fois qu’ils se ramenaient avec leur projet clé en main. C’est du droit, c’est pour cela qu’on fait un règlement !

Et notez bien le comportement totalitaire de MEHLHORN sur ce sujet : si un Savinien comme moi vais faire une autre remarque sur un autre sujet de son projet de révision du PLU, il me dira que c’est que je ne veux pas que la hauteur des immeubles en zone UG soit ramenée à 10 mètres !

Comme si mon accord avec ce point (et j’aurais été plus sévère que lui), qui devrait quand même permettre qu’il y ait un étage au niveau des combles, m’obligeait à accepter toutes les autres merdes qu’il va nous imposer avec, comme 70 % de logements sociaux dans toutes les OAP…


Donc la bonne nouvelle, c’est que désormais, les immeubles construits en zone UG (toutes les rues derrières les grandes artères de Savigny dont le côté dont les jardins donnent sur l’artère ont vocation à accueillir des immeubles, tout en gardant des pavillons en face) ne pourront pas dépasser 10 mètres de haut. Enfin, quand le PLU sera révisé, ce qui reste la possibilité d’accorder encore quelques permis de construire supérieurs à 10 mètres dans les deux prochaines années.


Et donc nous avons notre génial édile qui nous explique doctement que ce n’est absolument pas le PLU qui autorisait des constructions à 13 mètres au faîtage en zone UG, mais qu’en fait, c’était la Ville qui disait aux promoteurs qu’elle ne voulait pas que cela dépasse 10 mètres, et puis que les promoteurs proposaient 12,49 mètres, et que c’est pas vraiment le maire qui signait l’arrêté autorisant le permis de construire. On va regarder l’exemple Giroflées.


Alors, à qui appartient la signature en troisième page du document qui AUTORISE et qui aurait pu REFUSER le permis ? Au maire. Lequel en deuxième page n’émet aucune réserve, ou aucune prescription sur la hauteur de l’immeuble ! Ils sont vraiment forts les promoteurs pour le contraindre ainsi à signer, et à transmettre au représentant de l’État. Ce n’est pas un flingue qu’ils devaient avoir, c’est un bazooka pointé sur tous les gens que MEHLHORN aime !


En conclusion, on relèvera que MEHLHORN a entendu son électorat de la rue des Perdrix, de la rue Joyeuse, de la rue Chamberlin, de la rue du Mail et de la rue Vigier, et qu’il fait semblant de faire quelque chose. Quelque chose d’inefficace parce qu’à 10 mètres de haut, vous verrez toujours ce qui se passe dans le jardin du pavillon d’à côté, quand ce n’est pas carrément dans la salle de bains de la voisine d’en face, qui ne pourra plus ouvrir ses fenêtres quand elle y est.


En page 9 du magazine municipal de Savigny-sur-Orge, été 2018



La « fausse-droite » de Savigny-sur-Orge

Je voudrais dénoncer ici la pseudo-droite politique de Savigny-sur-Orge, élus et citoyens confondus, qui croient être à droite de l’échiquier politique, mais ont la mollesse du centre et les idées de l’extrême-droite. Je développe, même si la notion de « droite » est éminemment subjective, et que les différentes perceptions n’arrangent rien à l’affaire.


Pour la gauche, la droite est le contraire de la gauche. C’est le connard égoïste et réac qui veut garder son argent pour lui, et qui ne veut dans la politique que ce qui peut lui profiter.

Ce faisant, la gauche définit plutôt bien l’extrême-droite, et garde cette tendance de tout mélanger, pour discréditer la vraie droite qui devient alors partisane du retour d’HITLER.


La droite, au contraire, se représente comme étant soucieuse du bien commun, ce qui va de la bonne gestion financière au maintien de la tranquillité publique, en passant par la conservation de l’ordre social établi.

Et si cette définition n’est historiquement et politiquement pas fausse, car la gauche s’est construite face à la droite, et que la droite est celle qui préfère la liberté à l’égalité ; force est de constater que la droite n’est plus la droite, ou n’est pas la droite.

Et je vais ramener cela à ce qui se passe dans ma ville, en essayant de faire fi de l’hypocrisie partisane des gens : quand c’était SPICHER qui augmentait les impôts, c’était mal et injustifié, mais quand c’est MEHLHORN, ça devient le bon sens.


Je m’attacherai à trois sujets : les finances publiques, la sûreté et l’urbanisme.


Donc le mec de droite se rêve comme étant le bon père de famille qui dépense précautionneusement un argent mérité car issu d’un travail juste.

À Savigny, tu peux augmenter les impôts de 10, 20 ou 40 %, l’électeur de droite paiera parce qu’il a les moyens et se feindra juste d’une remarque désabusée devant ses potes des autres villes, parce qu’on fait quand même trop de social.

Tu peux d’ailleurs lui fermer tous les services publics, il ira payer plus cher dans le privé, mais parce que c’est le privé, c’est forcément mieux. C’est à se demander pourquoi ce retraité a été assez con pour laisser ses enfants à la crèche familiale. Il aurait aussi pu assumer sa logique, et les empêcher de partir à la Savinière.

Tu peux payer tes marchés publics 20 % de plus que la moyenne, il n’y aura aucune réaction parce que les gens n’ont pas la valeur des choses, mais surtout qu’ils pensent que plus tu dépenses et que mieux c’est.

Le Carrefour contact a fermé. De quoi les gens se plaignent ? Ils ont Franprix 500 mètres plus loin, voire le marché Davout ! Et tant pis si c’est pas les mêmes prix. Pour la différence !

Ils n’imaginent pas, venant d’un maire LR, qu’il puisse y avoir arnaque, et que les impôts couvriraient autre chose que les besoins réels.

Et donc ils préfèrent voter pour une crapule LR que pour le vilain socialo-communiste qui forcément prendra toutes leurs économies pour les offrir à STALINE.


Le mec de droite veut vivre en sécurité. Le mec d’extrême-droite aussi, mais lui est prêt à sacrifier ses libertés pour cela, ce qui me donne à penser qu’il y a quand même beaucoup d’extrême-droite à Savigny, qui eux-mêmes ne veulent pas voter FN/RN parce qu’ils pensent qu’on vote cela quand on pense qu’il y a trop de Noirs et d’Arabes en France, ce qui ne les empêche pas de le penser et de le dire en privé, sauf qu’ils n’auront jamais les couilles de faire quoi que ce soit contre l’immigration (ce qui ne veut pas dire non plus organiser une ratonnade).

Mais il y a l’insécurité réelle (et on aime pas trop aller voir les chiffres, qui de toute façon sont tous truqués, c’est bien connu), et l’insécurité ressentie.

Et l’électeur de droite, qui n’assume pas d’être en fait d’extrême-droite, il veut juste voir du bleu de la Police municipale, et savoir qu’il y a du bleu partout dans la ville, et à toutes les heures. Mais faut juste pas le choper quand il roule trop vite, parce qu’on va l’entendre gueuler.

Et puis quand même, le mec de droite ne veut pas non plus payer trop d’impôts, donc pour financer la sécurité (et le vrai mec de droite dirait la sûreté), on va piquer aux autres postes (mais pas aux fleurs, ça c’est impopulaire), et favoriser l’insécurité malgré lui.

Mais lui n’y croit pas quand on lui dit cela car il n’a qu’une vision de court terme. Il s’en fout d’ailleurs de savoir que les statistiques disent l’inefficacité de ce système, ou que son argent serait mieux utilisé ailleurs, ce qu’il nie ! D’ailleurs, il pense effectivement être plus en sécurité parce qu’on achète des caméras que parce qu’on va utiliser cet argent pour faire du social, qui pour lui, se résume à organiser un atelier macramé à la maison de quartier.

Non, mais c’est vrai, si lui a trouvé du travail dans les années 1970, et qu’il connait des amis dont les enfants ont du travail, c’est que tout le monde peut trouver du travail. Et puis ils n’ont qu’à faire tous les métiers que les blancs ne veulent pas faire. Et puis lui, n’a jamais rien cassé ou dégradé, alors l’excuse sociologique, il n’y croit pas du tout… Non mais c’est vrai, tous des assistés à Grand-Vaux, ils ont un bus qui passe dans le quartier ! Lui aussi a vécu en HLM, mais dans les années 1960.

Mais là où le mec manque de cohérence, c’est que tant que la ville ne sera pas quadrillé de képis, il ne sera pas en sécurité. Pourquoi ne protéger le maire que lors des cérémonies publiques ? Mettons un flic au pied du lit de MEHLHORN. Et je repense à cette conversation avec un agent de la Police municipale qui voulait garder sa voiture sous les yeux, au cas où quelqu’un abimerait sa voiture quand il ne serait pas là…


Enfin, le mec de la droite savinienne préfère vivre dans un pavillon, là où il n’étend pas ses voisins, même s’il ne se déplaît pas dans un immeuble neuf avec 3 portes VIGIK pour rentrer ; à proximité de commerces, mais pas trop près parce que c’est chiant les livraisons et tous les mecs qui viennent y faire leurs courses.

Si le maire cédait à toutes ses demandes, on roulerait dans sa rue en sens unique à 30 et il y aurait un ralentisseur avant et un après ; il y aurait une place handicapée devant chez lui, et une ligne jaune le reste de la rue.

Qu’on construise un immeuble dans le reste de la ville, c’est un super calcul parce qu’il va y avoir 25 taxes d’habitation au lieu de 2, et puisque ça va dynamiser le quartier dans lequel il ne va déjà plus faire ses courses.

Mais pas question de construire une nouvelle école, ou d’ouvrir une crèche, ou tout autre équipement collectif.

Et pareil, pas question qu’il voit cet immeuble de chez lui ; c’est forcément chez l’autre !

Et j’oublie, pour résoudre la question du logement social, tu décides que tout Grand-Vaux est logement social !!! (En réalité, on gagnerait 1 % sur le quota ; et de toute façon, cela ne fonctionne pas ainsi…)


Voilà donc les remarques que j’entends des électeurs de SPICHER et de MEHLHORN, qui sont tous des hypocrites, parce que si leur argent les intéressait vraiment, ils ne resteraient pas sans réagir face aux gaspillages de la mairie. Si leur sûreté leur importait vraiment, il soucierait davantage des conséquences des coupes budgétaires. Si l’urbanisme les préoccupait, ils diraient tout de suite STOP au Plan local d’urbanisme qui va finir d’achever la Ville…

Maintenant, j’ai 5 ans de politique dans les pattes, et j’ai bien observé comment sont les gens qui n’ont aucune conviction et qui n’iront pas se battre pour défendre leurs idées ou leurs biens. Ce sont des soumis qui pratiquent la servitude volontaire sans qu’on leur impose…

Pour toutes les questions de sûreté, ma réponse personnelle est protéiforme. Juste que je vois les délinquants et les criminels que j’ai à la prison de Fleury en face de moi toutes les semaines, et il y a un moment où je comprends aussi, sans les excuser, pourquoi ils passent à l’acte…