Archives de l’auteur : Vagneux Olivier

A propos Vagneux Olivier

Je suis journaliste indépendant et très attaché à la liberté. Je suis jeune, chrétien et à droite. Mais une droite belle, rebelle, souveraine, ambitieuse et indépendante. Je combats la bien-pensance et je défends mes points de vue avec énergie et volonté.

Bilan nul pour la conseillère municipale FN Jany-Alice MATHY remplacée par Alexandre LEFEBVRE

En réalité, le bilan n’est pas si nul car Jany-Alice MATHY sera rentré dans le vocabulaire des lecteurs de ce blog en tant que nom commun ou qu’adjectif désignant une personne qui fournit une photo (très) datée. Seuls les initiés peuvent comprendre cette expression : Ne fais pas ta Jany-Alice MATHY !

En dehors de cela, que peut-on retenir du mandat de Jany-Alice MATHY (FN) qui a démissionné du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge le 28 septembre 2017 ? Strictement rien ! Alors je m’adresse aux électeurs du FN de Savigny : est-ce bien à ces gens-là que vous vouliez confier les clés de l’hôtel de ville ? Non pas à cause de leurs idées (ils n’ouvrent même pas la bouche pour les exprimer), mais à cause de leur désintérêt pour la politique !

C’est un triste aveu d’échec pour le FN qui n’avait donc personne de valable et de compétent à présenter à Savigny à part Audrey GUIBERT, permanente politique, donc salariée du parti ! Après la démission de Tony ROLLAND, deuxième de liste, c’est au tour de la troisième de liste « Savigny bleu marine » de fausser compagnie à Audrey GUIBERT. Mais on m’a dit que son remplaçant Alexandre LEFEBVRE était un peu plus politisé donc coriace ! À voir sur la durée !

Sauf que jusqu’à présent, celui-ci, installé lors de la séance du 19 octobre 2017, est classé sans appartenance déclarée donc hors du groupe Savigny bleu marine, qui de facto n’est plus un groupe ! N’assumerait-il dons pas tout ? Ne serait-il pas FN ? Ou pire serait-il philippotiste ? Notons également que le webmestre ne sachant pas trop que faire de la photo de Mme MATHY a créé une rubrique spéciale pour elle (« Quelques photos »), plutôt que de retirer le fichier…

Jany-Alice MATHY n’est pas beaucoup intervenue en séance. Il faut bien reconnaître qu’elle n’a pas souvent été là. Ne travaillant pas ses dossiers, il n’est d’ailleurs pas rare qu’elle ait votée différemment d’Audrey GUIBERT, ce qui la fout mal. Sa sortie la plus remarquée fut celle au cours de laquelle elle me demanda de reculer ma caméra car elle ne voulait pas être filmée. J’avais d’ailleurs eu droit à un commentaire de son mari, me reprochant de m’en prendre à sa femme.

Je me rappelle sinon du 17 juin 2015 ; de ce jour où elle m’avait dit que je n’étais pas très catholique. Et moi de penser très fort, mais de ne pas lui répondre par impolitesse, que je l’emmerde et que le jour où je la verrais fréquenter une église, alors elle pourrait me donner des leçons de catholicité !

C’est maintenant terminé, elle n’aura pas marqué l’histoire de Savigny, pour ne pas dire qu’elle n’aura servi à rien. C’est tout le problème du Front national qui ne sait pas, et qui ne veut pas former ses militants. MATHY a été placée en troisième position parce qu’elle était jeune et jolie (sur la photo du tract). Mais le reste n’a pas suivi. J’espère enfin, pour ma modeste part, avoir contribué au moyen de ce blog à lui donner toute la place qu’elle ne voulait pas prendre



Publicités

Sur les Incroyables aventures de Nabilla et Thomas en Australie (#LIANTA)

NRJ12 vient d’achever la diffusion des « Incroyables aventures de Nabilla et Thomas en Australie ». Avec 217 000 spectateurs en moyenne, soit 1,8 % de part d’audience, la chaîne continue de se placer en tête des télévisions chez les jeunes (15-24 ans) sur la tranche « after-school » (17 h 20 – 19 h). Avant d’essayer de comprendre ce programme, souvenons-nous enfin que 10 millions de Français regardent chaque semaine une télé-réalité !

On commencera par rappeler que ce dynasty show, (à l’origine devant copier les KARDASHIAN, sans en avoir les moyens) est produit par La Grosse équipe (donc Jérémy MICHALAK qui paradoxalement, venait critiquer la télévision dans C à vous sur France 5). C’est un peu comme quand les rédactions de Médiapart ou de Quotidien viennent t’expliquer qu’il y a trop d’hommes blancs dans les médias, alors qu’elles n’ont pas dû beaucoup se regarder avant…

Cette fois donc, on parachute huit jeunes gens en Australie pour un road trip de 4000 km le long de la côte Est. On leur donne 3000 dollars pour 20 jours, et on leur dit de travailler pour remplir leur cagnotte. De là, on doit les regarder survivre en dehors des boîtes de nuit et des hôtels de luxe. Sauf que c’est tellement mal fait qu’ils ne se retrouvent jamais vraiment en difficulté, et que mystérieusement, ils se retrouvent toujours secourus d’une manière ou d’une autre.

Mais le scénario n’est ici qu’un prétexte à permettre les embrouilles car le succès de l’émission tient essentiellement aux personnages. On ne peut s’empêcher de détester Nabilla (cette fille a mon âge) en tant qu’elle est capricieuse (donc on la trouve moins bien que nous), et dans le même temps, on ne peut qu’être fasciné par sa capacité à mettre tout le monde à ses pieds (ce que tout le monde aimerait bien aussi ; on regarde donc pour se dire pourquoi pas nous ?)

Nabilla passe son temps à se disputer avec son copain et à lui dire qu’il ne l’aime plus (oui mais elle ?). Elle lui fait un chantage au mariage terrible, qui constitue à chaque fois le happy end de l’émission (je rappelle qu’ils sont censés s’être fiancés à Marrakech lors de la dernière saison).

Elle ne veut jamais travailler, se fait régulièrement engueuler ou mettre à l’écart (et ça plaît parce que c’est la riche qu’on remet à sa place). Elle minaude pour obtenir ce qu’elle veut. Elle fait semblant de ne pas être ridicule comme quand elle se balade avec sa bouée gonflable.

Sa conception du féminisme est à tomber par terre. Elle confond cette notion avec un mélange de galanterie et de soumission des hommes envers les femmes. Pour elle, le féminisme, c’est qu’un homme doit faire à la place d’une femme tout ce qui lui est désagréable…

En face, il y a Thomas, son malheureux copain, qui passe ses journées à se plaindre de cette femme-enfant – ce qui n’est pas sans rappeler Arthur MILLER dans sa description de Marilyn MONROE. On devine qu’il ne l’aime plus mais qu’il reste avec cette femme tant pour l’argent que pour la notoriété. C’est le personnage qui fait pitié, la victime, qui suscite de l’empathie et on regarde pour savoir quel sale coup il va endurer aujourd’hui de la part de sa belle.

Il faut encore parler de Tarek, le petit-frère de Nabilla, qui apparaît toujours aussi détestable, prêt à faire un sale coup. Qui est tout le temps à se plaindre de sa sœur mais qui n’ira jamais lui dire en face ; en tout cas pas le premier. Il permet de relativiser le personnage de Nabilla en tant qu’il va toujours raconter l’histoire personnelle de la famille et justifier le comportement de Nabilla par le fait qu’elle ait été abandonné par son père (Et alors ? Ça légitime quoi que ce soit ? )

Enfin, la révélation télévisuelle, qu’on renverra à mon avis, est Marina AVAJON, qui a en fait 21 ans et non pas 18 ans comme indiqué par la production, et qui est surtout Miss Togo France 2017. À ce titre, elle a sûrement été recrutée pour viser un audimat d’origine africaine, donc pour être un personnage en qui ce public pourrait s’identifier. Elle parlait couramment anglais, elle bossait, elle était sociable avec les garçons, bref elle redonnait espoir dans le genre féminin.

Les quatre autres derniers personnages n’avaient pas grand intérêt. Les deux hommes, amis de Thomas, étaient invisibles et interchangeables. Les deux autres copines étaient juste des suiveuses de Nabilla, lui conférant une dimension de cheffe de bande, et relativisant le caractère de la belle (elle n’est pas si chiante parce que ses copines le sont aussi). Marie a été choisie pour sa ressemblance vocale avec Nabilla (c’est vachement drôle) ; Jessica, pour sa capacité au clash.

Si cette aventure australienne marque un affaiblissement de la franchise, loin d’être encore épuisée, il n’empêche qu’elle continue de faire de l’audience. Mais dans tous les cas, Nabilla ne peut plus se présenter seule, d’une part parce qu’elle a poignardé son mec assez récemment, donc qu’on sait qu’elle est instable ; d’autre part, parce qu’elle ne présente un intérêt que dans sa relation aux autres, mais que le personnage lui-même reste superficiel. Tant que cela vend…



Aujourd’hui, je dénonce la courte vue de Circule et d’Élan-Savigny-environnement

Que des gens se constituent en association de défense, j’apprécie leur altruisme si c’est bien cela qui les motive. Mais quand leur absence de vision fait qu’ils sont manipulés, voire instrumentalisés par les politiques, je ne suis plus d’accord ; d’autant plus quand ces gens se sont autoproclamés comme agissant en mon nom. Règlement de comptes avec les associations Circule et Élan-Savigny-environnement sur la défense du RER C !


Ce jeudi 19 octobre, j’ai reçu ce tract à la gare de Savigny-sur-Orge. Sur le fond, il n’y a rien à redire. Les usagers du RER C doivent effectivement bouger leurs fesses s’ils veulent conserver un minimum de 8 trains par heures de pointe. Mais sur la forme, que ce soit les associations collaborationnistes d’IDF Mobilités (ex-STIF) Circule et Élan-Savigny-environnement, qui dénoncent qu’on déshabille le RER C pour habiller le T12, je ne peux pas m’empêcher de réagir !


Tant Élan que Circule sont des idéologues des transports en commun qui raisonnent de la manière suivante : le bonheur des usagers se mesure au kilométrage des réseaux. Ils soutiennent donc tous les projets foireux qui passent : le T7, le T12, la rénovation du Grand Pôle intermodal de Juvisy (en tant que celui-ci se fait au détriment des autres gares) ; et puis ils s’étonnent qu’on déshabille l’existant, ici le RER C, pour habiller la nouveauté, ici le TTME ou T12 !

Le prix d’équilibre du passe Navigo est à 93 € par mois. Et tous les ans, on nous vend 2,5 € d’augmentation pour nous dire qu’on construit de nouveaux réseaux (parce qu’on a tout investi dans le TGV dans les années 1980 alors il faut bien rééquilibrer). Pourquoi on entend pas ces associations de défense ? À cause du fait qu’ayant soutenu tous ces projets qui seront des échecs commerciaux, comme l’est le T7, elles ne peuvent pas en refuser le financement…


Concernant Circule, une rapide revue de presse de leurs publications montre qu’ils ont beaucoup crié dans le désert pour finalement ne pas obtenir beaucoup de victoires…

http://portail.circule.org/informations-pratiques/archives-du-journal/

Mais on relira surtout avec délectation leurs propos d’il y a douze ans sur le détournement des missions Z6 (Juvisy-Massy-Versailles) vers Brétigny qui devaient densifier la desserte des gares de la Vallée de l’Orge… Aujourd’hui, on prévoit surtout d’augmenter prochainement le nombre de directs entre Juvisy et Brétigny. Enfin, on appréciera leur aveu d’échec dans le dernier numéro de mai 2017 : eh oui, la SNCF vous a toujours pris pour des cons, et elle va continuer !

Merci à Circule de corriger son titre ! Leur journal est pour les usagers de la lige C, mais en aucun cas, le journal DES usagers de la ligne C.

Il y a donc un moment, où prenant conscience de leur inutilité profonde – d’autant plus scandaleuse que les élus, la SNCF ou IDF Mobilités, se servent d’eux pour dire : Mais regardez, on est à l’écoute des usagers et on dialogue même avec eux !!! – il conviendrait que ces associations arrêtent, à défaut de revoir fondamentalement leurs modes d’actions. En voulant nous aider, mais aussi côtoyer les puissants (ah, l’orgueil…), ils nous pénalisent plus qu’autre chose !

Je terminerai cet article par une réflexion de mon ami Jean-Marie CORBIN, qu’il me semble intéressant de vous partager : La SNCF est la seule entreprise au monde à se féliciter de réduire sa production. Moins il y a de trains, et plus ils sont contents ! Je la complèterai en disant qu’aujourd’hui, la SNCF est plus intéressée par son activité immobilière, que par son activité ferroviaire ! À quand la banque SNCF ? L’assurance SNCF ? L’opérateur SNCF ? La Poste SNCF ?



Jacques PATAUT annonce sa démission et quitte Savigny

L’ancien maire-adjoint aux Finances de Savigny-sur-Orge, Jacques PATAUT, a annoncé sa démission et son départ de Savigny, à l’issue du Conseil municipal du 19 octobre 2017. Il a rapidement pris la parole pour remercier ceux avec qui il avait travaillé pendant ces trois années et demi, avant qu’à son tour, le maire de Savigny le remercie de son engagement. Cette intervention s’est terminée par une salve d’applaudissements. Vive l’hypocrisie !

Je n’ai pas grand chose de nouveau à ajouter sur l’homme, depuis cet article récent, écrit le jour de son déménagement, que j’avais repéré grâce à une décision municipale bloquant la rue.

Mais je ne vous cache pas ma profonde colère pour le gâchis que représente son mandat, et aussi parce que PATAUT ne sera plus jamais redevable à quiconque de ses actes de gestion. Le mec a continué d’enterrer Savigny, puis il en a marre (il s’est surtout fait virer et ne supportait plus son inutilité), et il part couler une retraite heureuse, « les pieds dans l’eau ».

Alors certes, il restera responsable à jamais de ses votes, et des idées qu’il a portées, mais personne ne lui dira plus jamais rien ; et il est probable que la prochaine et ultime fois qu’on entendra parler de lui, sera lors de la minute de silence qu’on organisera si on apprend un jour son décès, quand plus personne ne se rappellera de lui…

PATAUT était un fonctionnaire assez mauvais, à en croire les raisons pour lesquelles DASSAULT l’avait viré de Corbeil. Il a crû que parce que Directeur général des services de profession, il pourrait être un bon maire adjoint aux Finances. Il s’était trompé mais surtout n’avait pas compris, du fait de sa mentalité de fonctionnaire, que l’adjoint devait dialoguer avec la population.

PATAUT est un homme lâche qui m’aura menacé deux fois de plaintes en diffamation, mais ne sera jamais passé à l’acte (il peut encore le faire maintenant). Il a toujours refusé de me recevoir, et la seule fois où il est venu vers moi est pour me dire que sa compagne avait été placardisée.

Il aura été la marionnette ou « l’idiot utile » de MEHLHORN, mais aussi et surtout la victime expiatoire du collectif « Sauvons l’enfance de Savigny ». Il a commencé en critiquant la situation qu’il trouvait (dans l’attente des audits), puis il a pris des décisions radicales sans forcément trop de lien avec les audits ni de concertation avec la population ; enfin il s’est fait viré suite à la contestation provoquée (comme s’il en était le seul responsable et ça n’a gêné personne…).

La seule personne l’ayant jamais sincèrement défendue devant moi était Julienne GEOFFROY, ancienne maire-adjointe d’Athis-Mons aux Finances, laquelle appréciait de travailler avec lui à l’agglomération (manifestement la seule).

Jacques PATAUT sera remplacé au Conseil municipal par Raymond GUILLARD, suivant de la liste « Le bon sens pour Savigny ».

Pour ma part, je n’oublie rien de ses actes et de ses responsabilités, et je lui en veux beaucoup.

Je souhaite simplement bon courage à sa compagne (dont j’avais obtenu « la tête » aux Affaires générales) pour qu’elle continue de travailler, malgré la mauvaise réputation que je lui ai faite à la suite du népotisme de son mari, qu’elle n’avait pas refusée pour autant…

© Ville de Savigny-sur-Orge – Photo de Jacques PATAUT en avril 2014 au sommet de sa vie politique municipale.