Sur l’affaire du policier renversé à Savigny-sur-Orge

Pour une fois que l’on parle de Savigny-sur-Orge dans les médias nationaux, nous aurions tous préféré que ce soit pour quelque chose de bien. En tout cas pour autre chose qu’une agression à Grand-Vaux ou le contre-exemple du maire écologiste qui commence son mandat en augmentant ses indemnités de 15 % par rapport au précédent maire…

Seulement voilà, nous ne savons quasiment rien de l’affaire, et je trouve donc assez hors-sujet les réactions des uns et des autres, qui n’ont de toute façon pas la réponse aux problèmes de la criminalité, si tant est que l’on puisse considérer qu’il y en ait une.


D’abord, on inscrit cette affaire dans un cadre plus large qui est celui des attaques récentes contre les policiers, avec une référence à ce qui s’est passé à Herblay et à Champigny, alors qu’il ne m’apparaît pas qu’on puisse ici parler de préméditation. Nous sommes dans la conséquence d’une intervention qui tourne mal et pas dans un guet apens.

Surtout, à cette heure, je suis bien incapable de savoir si le criminel s’est dit : « merde, il y a des flics, donc je vais m’en faire un », ou si c’est un mec qui, pris de panique, a voulu fuir et il y avait un policier sur son chemin, et il l’a renversé, disons d’une manière incontrôlée, tel un « dommage collatéral ».

Ensuite, cela s’est passé à Savigny mais cela aurait pu se passer n’importe où ailleurs. Et nous ne savons pas si les personnes recherchées sont des Saviniens ni même si elles ont un quelconque lien avec Savigny. Donc faire le lien avec une insécurité grandissante à Savigny, même si elle augmente, est malhonnête intellectuellement.


Et c’est là qu’on en arrive à l’absurdité des réactions politiques des uns et des autres, alors que très sincèrement, le maire n’a pas grand chose à voir avec cette affaire. Ce sont des policiers nationaux, de la BAC de nuit, en intervention.


Et donc on a déjà MEHLHORN qui se ramène, après 37 ans de droite au pouvoir, laquelle n’y est plus depuis 3 mois et qui tient un propos volontairement polémique, alors que si dégradation de la sécurité il y a à Savigny, elle est aussi de son fait.

Je veux bien dire que les mecs ne sont pas venus parce que Savigny est passée à gauche.

Alors pour faire des selfies avec les policiers en uniforme, il y avait du monde. Pour dire que c’est une connerie de fusionner les commissariats (même si elle n’aurait rien changé à l’affaire en question), par ce que cela implique en dégradation de moyens matériels et humains au prétexte de mutualisation et de rationalisation, MEHLHORN est aux abonnés absents.


Je ne parle pas de IZARD qui intervient pour intervenir. C’est bien qu’il condamne. Il y a tellement de choses à condamner. C’est bien qu’il soutienne. Il y a tellement de causes à  soutenir. C’est juste questionnant qu’il ait besoin d’être élu ou encarté pour intervenir dans le débat public, mais c’est bien la mentalité actuelle de décider qui peut et qui doit parler dans la société, comme une régression de 350 ans de conquêtes de libertés individuelles.


Et puis j’en arrive à DEFRÉMONT, piégé dans le complexe de la gauche qui veut la sûreté sans la sécurité. Qui aime les policiers en public mais leur crache dessus dans le privé. Qui les accuse d’être aux ordres mais trouvent que les ordres ne sont pas bons.

C’est hypocrite parce que tu ne peux pas toi-même enfreindre la loi, tout du moins refuser de l’appliquer, commettre des obstructions à la Justice ou l’empêcher de parvenir à la manifestation de la vérité, et puis te plaindre du résultat. C’est du niveau de tous ces gens qui crachent sur la Police à longueur de temps parce qu’on les verbalise quand ils merdent, et puis qui veulent un policier en faction qui rapplique à l’instant de leur premier problème personnel.


Ainsi donc, DEFRÉMONT constate (c’est bien, on est avancé) « un phénomène d’insécurité de plus en plus diffus ». J’ai envie d’écrire qu’il est temps, parce que les chiffres de la délinquance et de la criminalité sont publics et connus. Je ne comprends pas cette hypocrisie de feindre de découvrir la situation, juste histoire d’avoir quelque chose à dire à la presse.

Et puis DEFRÉMONT qui estime que l’insécurité : « s’explique par un problème du respect des représentants des forces de l’ordre mais aussi d’un affaiblissement de leur présence sur leur terrain. » Et là, encore, il parle pour ne rien dire.

Sur l’affaiblissement de la présence policière, il n’a rien dit contre la réforme des commissariats (quand moi, je faisais une pétition et que j’écrivais au directeur départemental de la sécurité publique et au ministre de l’intérieur – que j’ai d’ailleurs fait condamner récemment en première instance pour refuser de me communiquer ce qu’il y a dans ma fiche qui expliqueraient les atteintes à la sécurité publique que je représente).

Tout ce qu’il trouve à faire est de transformer les missions de la Police municipale ; que d’aucuns voudraient voir en supplétif de la nationale, histoire de mettre du bleu dans la ville et de faire le sale travail dans les pires moments. On est sur un aspect du problème.

Et puis le respect des forces de l’ordre, et on est à la limite que Caliméro DEFRÉMONT nous dise que mon blog lui manque de respect, à lui force de l’ordre, parce que je dénonce l’hypocrisie de sa politique, tant quand il était dans l’opposition que maintenant qu’il est dans la majorité.

Mais lui-même ne respecte pas les forces de l’ordre par exemple lorsqu’il prend ou soutient des arrêtés et mesures liberticides parce que lui-même ne fait pas confiance au travail de la Police et à ce qu’elle pourrait faire sans même ces arrêtés (sur la consommation d’alcool par exemple).

Lui-même refuse de faire appliquer la loi et l’ordre républicain, par exemple lorsqu’il ferme sa gueule sur les atteintes à la laïcité. Ou encore qu’il refuse de dire que les opérations électorales sur le bureau des Prés-saint-Martin ont été entachées d’insincérité, ce que sa liste affirmait et dont elle se serait servi au cas où LaREM aurait gagné.


Savigny se dégrade. L’insécurité y augmente. DEFRÉMONT et MEHLHORN n’ont pas de solutions. Ils sont dans le commentaire. Ils refusent d’incarner la République. Qu’ils ne s’étonnent pas que la République régresse à Savigny.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.