Sur l’article « JE LAISSE LES SAVINIENS SE DÉMERDER » : LE DÉPART FRACASSANT DU PERDANT OLIVIER VAGNEUX, écrit par Nolwenn COSSON en date du 08 juillet 2020 sur le site internet du Parisien Essonne

Je sors rapidement de mon silence pour « répondre », davantage réagir (!), au merveilleux article de la charmante Nolwenn COSSON, journaliste au Parisien Essonne, qui semble vouloir régler ses comptes avec moi. Mais ce n’est pas un retour ; pas plus une sortie de ma retraite, et je confirme ma volonté de me retirer définitivement de la vie politique locale, même si je ferai ce qu’il faut pour dégager MEHLHORN du Département en 2021 !


Non, je n’ai pas encore été suicidé ; ni même tabassé par les colistiers d’Alexis IZARD, malgré les menaces qu’ils m’ont adressées publiquement le jour du second tour au bureau de vote de Châteaubriand, devant deux de mes colistières et un assesseur de Jean-Marc DEFRÉMONT. Enfin, au départ, ils voulaient d’abord venir sur mon terrain et me faire un procès. Puis deux minutes après, ils voulaient régler cela le lendemain matin de l’élection. Puis plus de nouvelles…


Donc là je suis en conflit ; pour changer, avec le greffe du Tribunal de commerce d’Évry-Courcouronnes pour élargir l’objet et le domaine d’activité de ma micro-entreprise aux écritures juridiques et à des activités d’impression et de communication.

J’ai initié ce 08 juillet les toutes premières démarches pour créer avec quelques copains gaulois réfractaires de leurs états une entreprise de formation et de conseil en politique.

Et j’ai a priori jusqu’au 20 août pour m’inscrire à un master 1 de droit par correspondance pour essayer dans le même temps de devenir avocat dans quelques années vers 2022.


Bref, je ne manque pas d’occupations dans l’immédiat.

Puis j’ai toujours mon travail avec les moines de l’abbaye de La-Pierre-qui-Vire, puis je signe un contrat de webmestre pour un site catholique la semaine prochaine, puis j’ai au moins un nouveau contrat de soutien scolaire à la rentrée, et la garantie de la poursuite de ceux que j’avais jusque-là, et peut-être même que je vais intégrer l’école de formation qui doit bientôt ouvrir sur Savigny, et qui sait, il y a peut-être d’autres demandes de remise à niveau pour cet été en vue de la rentrée.

En fait, il y a tout ce que j’ai mis de côté à cause ou pour la politique.


Je ne reviendrai pas en 2021, même si FABRE fait annuler l’élection car je n’ai aucun espoir de victoire tant qu’il y a MEHLHORN et IZARD. Surtout avec le retour de BLANCHAUD et du RN.

Et j’espère bien que je serai définitivement passé à autre chose en 2026.

Mais je serai très heureux que le mouvement Vivons Savigny Autrement perdure et envoie durablement quelques citoyens constructifs et garde-fous au Conseil municipal.

Donc vraiment, rapprochez-vous de mes trois élus, et aidez-les. Comme je les aiderai plus utilement, tout comme les Saviniens, de l’extérieur du Conseil municipal.


Cliquez  sur l’image pour l’agrandir – https://www.leparisien.fr/essonne-91/municipales-a-morangis-la-demission-du-vaincu-gregory-meche-consterne-ses-soutiens-08-07-2020-8349543.php


OBJET : Sur l’article « JE LAISSE LES SAVINIENS SE DÉMERDER » : LE DÉPART FRACASSANT DU PERDANT OLIVIER VAGNEUX, écrit par Nolwenn COSSON en date du 08 juillet 2020 sur le site internet du Parisien Essonne

Savigny-sur-Orge, le 09 juillet 2020

Bonjour,

L’article en objet appelle les commentaires suivants de ma part :


1. Vous auriez pu avoir l’honnêteté intellectuelle de préciser que votre article est intégralement sourcé de déclarations écrites issues de deux articles de mon blog et que vous ne m’avez jamais contacté pour le rédiger, sans présumer de ma réponse.


2. Vous auriez pu contextualiser en rappelant que j’avais annoncé ma démission en cas de défaite dans mon journal de vœux de janvier 2019 et dans une lettre datée du 18 juin 2020 adressée à tous les électeurs saviniens habitant en pavillons. C’était encore sur mon blog.

De mon côté, j’ai toujours été transparent avec les électeurs, et il n’y a bien que vous pour ne pas le savoir et essayer avec délectation, pour ne pas écrire avec sadisme, de me faire passer pour un petit garçon mauvais perdant.


3. Je n’ai pas écrit que je mettais fin à mon blog mais à son format dit du Savinien libéré qui a été actif de mai 2014 à juin 2020. Autrement écrit, je compte bien conserver visibles toutes les saloperies que j’ai pu écrire sur vous, particulièrement celles dans lesquelles je démonte les conneries que vous avez publiées parce que vous n’avez fait que plagier les communiqués de presse de la mairie. N’est-il pas déplaisant quand la vérité est réinformée par quelqu’un qui se prétend journaliste ?


4. Je suis ravi de découvrir que vous saviez en fait que je n’ai “eu de cesse de m’opposer” à l’ancien maire. Je ne peux que déplorer que vous n’ayez cependant jamais relayé une seule de mes actions contre la Commune : 32 recours au Tribunal administratif, quelques condamnations du maire et du préfet, 13 plaintes, la publication des grands livres budgétaires, mes deux pétitions contre la vente de la Savinière et le bétonnage… Mon engagement politique a facilement été un mi-temps. En 2014, j’avais 110 000 euros de patrimoine. En 2020, je n’en ai plus que 70 000 parce que j’ai investi pour ma ville. Votre article manque de nuance.


5. L’honnêteté intellectuelle aurait voulu que vous usiez de cette règle typographique qui consiste à remplacer ou à espacer des passages supprimés ou disjoints par trois points de suspension entre crochets. Le sens de mes propos en eût alors été plus précis.


Et puis en m’appelant, j’aurais pu vous faire du verbatim encore plus injurieux, plus putassier, plus vendeur : vous dire que les Saviniens sont tous des cons et que ceux de droite sont en plus des candaules (des hommes qui prostituent leurs femmes pour jouir de les voir se faire baiser par d’autres). 

Et j’aurais pu évoquer avec vous toutes ces pleureuses qui se succèdent tous les jours, depuis neuf jours, à mon téléphone pour me dire, que tout en ayant voté MEHLHORN parce qu’ils ne pensaient pas que j’arriverais à 17 %, ils regrettent ma démission parce qu’il n’y aura plus de garde-fou au Conseil municipal. C’est dire combien ces tocards croient en leur champion.

Et puis le nouveau maire stalinien va forcément augmenter les impôts et bétonner parce que le sortant ne leur a absolument pas mis 20 % en plus en 2016 et 2017, pas plus qu’il n’a autorisé 1700 nouveaux logements entre 2016 et 2020. 

Bref, ils sont irrécupérables, et j’arrête parce que je sais déjà que ces mêmes préféreront en 2026 à ma candidature le copain d’école que RÉDA leur parachutera à la place de MEHLHORN… Or, d’ici-là, IZARD aura dégagé, soit parce que parti à la Région en mars, soit parce que défait à la législative de 2022. De toute façon, mon pronostic est que DEFRÉMONT part pour 12 ans comme a fait NOURY à Morangis.


L’ensemble de ces commentaires confirme que Nolwenn COSSON n’a pas beaucoup de déontologie. 

Que vous n’appréciez pas que je vous traîne au Tribunal correctionnel est un fait. 

Que vous vous vengiez en utilisant votre média subventionné pour me défoncer la gueule et salir ma réputation est nul et minable. 

Finalement, qu’on supprime les éditions départementales du Parisien, m’en laisserait presque indifférent du fait de votre mesquinerie.

Vous n’avez jamais cherché à comprendre pourquoi je ne voulais plus vous répondre. Mais relisez tout ce que vous avez écrit sur moi depuis 2013. Il n’y a qu’un article en mars 2014 où vous m’avez considéré à égalité avec les autres. Le reste du temps, vous m’avez toujours dévalorisé, en insistant sur mes échecs. C’est vraiment que moins vous écrivez sur moi et que mieux je me porte. Aussi rassurez-vous car vous n’aurez normalement plus jamais à écrire sur moi.


Oserais-je signer confraternellement ? Non, alors ce sera cordialement.

Olivier VAGNEUX

P.-S. : Votre photo, dont je ne me rappelle pas pour celle-ci vous avoir accordé les droits, doit dater des départementales de 2015. Vous auriez aussi pu m’en demander une plus récente, à défaut en reprendre une des législatives de 2017.



 

12 réflexions au sujet de « Sur l’article « JE LAISSE LES SAVINIENS SE DÉMERDER » : LE DÉPART FRACASSANT DU PERDANT OLIVIER VAGNEUX, écrit par Nolwenn COSSON en date du 08 juillet 2020 sur le site internet du Parisien Essonne »

  1. Robert le pieux

    La querelle avec Nolwenn, pourquoi pas… mais sur le fond, il ne faudrait pas croire que tous les électeurs lisent votre blog. Donc démissionner après avoir sollicité les suffrages reste une trahison de la majorité des votants pour votre liste.

    De plus, autre déception pour les Saviniens, ils n’ont pas eu le plaisir de voir au CM du 5 juillet votre fidèle lieutenant Jean-Marie CORBIN. S’agit-il d’une légère indisposition ou va-t-il démissionner lui-aussi, comme il a démissionné en 2013 d’ELAN Savigny?

    Je sais, d’expérience, que conseiller municipal d’opposition n’est pas chose facile, mais c’est un mandat comme un autre, formateur et utile pour la commune.

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Ta gueule le troll. Commence par signer de ton vrai nom. Vivement septembre que je mette en place une charte des commentaires qui ne valide plus que les messages des vrais gens qui ont une vraie adresse mail.

      Répondre
      1. Jean-Marie CORBIN

        Un troll aux couilles plates qui visiblement est bien informé du procès stalinien qui s’est tenu au sein du CA d’ELAN-SE en ce début décembre 2013. Je viendrai aux conseils municipaux quand je le jugerai utile. Je n’ai aucun de compte à rendre à un troll et encore moins à un troll defremondien ! Voilà qu’ELAN-SE association pourtant peu connue des saviniens (autrement il y aurait plus de 500 adhérents) et agonisant d’un inexorable déclin, se trouve citée par un de nos opposants politique. J’ai toujours pensé que cette association avait un caractère politique bien que statutairement cela ne soit pas possible.

        Répondre
        1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

          Tu noteras que le CA d’Élan n’a rien dit sur la participation de membres de leur bureau à la liste GUYARD de 2014 où à la liste DEFRÉMONT de 2020. Et après, ils se disent apolitiques…

          DEFRÉMONT et ses copains feront moins les malins quand l’information judiciaire remontera jusqu’à eux. Leur plan était presque parfait, jusqu’à ce que ce con de corbeau publie des photos personnelles (de sa famille) sur un serveur ouvert, auquel il m’a été facile d’accéder.

          Répondre
    2. Jean-Marie CORBIN

      Je cite : « conseiller municipal d’opposition (…) mandat (…) utile pour la commune ». Ah j’ai beau chercher en douze années de mandat en quoi JM DEFREMONT ait pu influer en quoi que ce soit sur les décisions du conseil municipal que ce soit du temps de SPICHER ou du temps de MEHLHORN. Hélas, je ne trouve pas !

      Répondre
      1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

        Laisse tomber, tu n’arriveras pas à convaincre Monsieur qui est persuadé que nos électeurs sont tous des débiles profonds qui ne lisent aucun de nos documents. Lui-même ne lit pas ma réponse à COSSON, comme il n’a pas lu ni mon journal de vœux 2019 ni mon courrier personnel aux électeurs. Et pour cause, Monsieur n’est pas inscrit sur la liste électorale, ou alors pas sous ce nom. Mais nous savons ce que nous valons. Nous avons essayé. Et Monsieur n’a rien fait si ce n’est de venir commenter a posteriori que toutes les autres listes étaient tellement mieux. Eh bien qu’il se réjouisse que nous n’ayons pas été élus, puisque nous étions trop isolés, trop procédurier, que notre n°2 était trop inconnue pour lui, et qu’il nous foute la paix. Vraiment un connard qui doit jouir de venir mettre du sel sur la plaie encore ouverte.

        Répondre
        1. Jean-Marie CORBIN

          J’en ai rien à faire de convaincre cet anonyme connard (c’est bien je peux l’insulter autant que je veux puisqu’il n’existe pas en tant que personne physique). Par contre ce troll, se paye le culot de dire ce que doivent penser ceux qui ont voté pour nous. L’essence même de Vivons Savigny Autrement est de penser par soi-même, ni nous ni celles et ceux qui ont voté pour nous n’ont besoin de l’avis de ce genre de crétins !

          Répondre
  2. Floriane

    Une journaliste digne de ce nom ne serait pas restée assise derrière son ordinateur mais vous aurait interviewer – Personnellement, je lui aurais dit de revoir sa copie. Le journalisme aujourd’hui a perdu son panache, dommage.

    Répondre
  3. Jean-Marie CORBIN

    Pour en rajouter une couche. La tournée nocturne en porte à porte se chiffrant à 80 personnes selon le démarcheur qui voulait placer cette presse périmée. Ajoutons royalement 20 exemplaires vendus à la librairie rue des Ecoles, cela nous fait un lectorat papier de 100 personnes sur 37 000 habitants. Autant dire qu’à coté de l’audience des mainstreams comme BFM ou LCI-TF1, c’est peau de zob ! Et ça se croit être une influenceuse. Mouar arf arf arf !!!!! Je suis à parier que Russia Today (ex radio Moscou) a plus d’audience que le Parisien à Savigny-sur-Orge.

    Répondre
  4. Chantal LÉVI née Moysé

    Bonjour Olivier,
    Je suis ravie pour toi que tu ais plusieurs projets.
    J’espère que ceux-ci te rendront plus heureux et épanouis. Merci pour toutes les informations que tu nous a dites et écrites.
    Amicalement.

    Répondre
  5. Jean-Marie CORBIN

    Un article puant d’arrogance d’une « journaliste » qui n’a rien foutu depuis au moins un an quand on lit sur internet le fil d’actualité du Parisien édition locale.

    J’attends avec impatience que le maire DEFREMONT signe un arrêté interdisant la distribution en porte à porte en véhicule à propulsion thermique des journaux. Cette distribution quotidienne nocturne est bruyante et polluante au diesel qui pue. Rappelons que la presse écrite est hypersubventionnée par nos impôts au point d’en émouvoir la commission européenne.

    Maintenant, je ne pense plus que ces feuilles de choux ait un lectorat significatif hormis quelques irréductibles idiots abonnés vu qu’il n’y a plus qu’un point de presse dans la ville.

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Comme disait JACQUEMARD à propos de MEHLHORN : « on n’a jamais vu un percheron gagner le prix de l’Arc de Triomphe. »

      Jean-Marc est un mou qui restera mou.

      J’ai hâte de faire buguer son logiciel au moment où pour me donner tort, parce que je ne partage pas les « valeurs de gauche », il va dire à la Justice administrative que MEHLHORN avait raison de faire ce qu’il prétend avoir combattu pendant six ans.

      Cela va être particulièrement savoureux au moment de l’appel des délibérations du 17 juin 2015, conseil municipal à huis clos qui a vu voter la fermeture de la crèche familiale et de la Savinière, la fin de Sports vacances et le licenciement de 62 agents ! J’ai hâte.

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.