Sauvé de la signalisation par la deuxième plainte de Bernard BLANCHAUD

Ce lundi 10 février 2020, j’étais convoqué au commissariat de Police de Savigny pour transcrire en procès verbal ma plainte en injures publiques contre le docteur Didier FOSSÉ. Je signale à ce propos qu’une enquête préliminaire pour diffamation a aussi été ouverte à l’encontre du Parisien Essonne. Et comme à chaque fois, on m’a proposé de m’auditionner pour une autre affaire, en l’occurrence celle de Bernard BLANCHAUD.

Au moins, la première plainte de Bernard m’aura-t-elle permis de découvrir que Madame le procureur d’Évry a consenti à effacer mes données personnelles du fichier TAJ (Traitement d’antécédents judiciaires). Mais pour combien de temps ? Car sitôt mon audition terminée, l’officier de police judiciaire m’indique qu’elle hésite à me faire signaliser de nouveau, en application, que je trouve un peu systématique, de l’article 55-1 du code de procédure pénale.

Et ce qui va me sauver est que Bernard ait écrit sur Facebook qu’il a déposé une deuxième plainte à mon encontre. De fait, l’officier enquêteur a fait le choix d’attendre que lui soit transmis (ou pas) cette deuxième plainte (pour diffamation et harcèlement) pour savoir s’il me faisait signaliser de nouveau. Je suis donc très reconnaissant à Bernard de ne rien connaître, ni de ne rien comprendre à la procédure pénale, ce qui me fait gagner un temps précieux.


Pour le reste, le service judiciaire du commissariat sera transféré à Juvisy en septembre. Les officiers ne digèrent toujours pas que le parking à Juvisy leur sera payant, pour le principe. Nous avons aussi beaucoup discuté en off de la politique de sécurité, du malaise dans leur profession, de la rénovation de Grand-Vaux. Une conversation que je ne peux pas avoir avec le commissaire FRANCHET qui reçoit pourtant tous les autres candidats qui le sollicitent…

Et peut-être que les difficultés qu’ont certains responsables de la Police avec moi sont liés au fait de mes contentieux avec la préfecture de Police et le ministère de l’Intérieur parce que je veux avoir accès aux données me concernant contenus dans les fichiers des services du renseignement territorial (enquêtes administratives relatives à la sécurité publique et prévention aux atteintes à la sécurité publique), et qu’après avoir posé une question prioritaire de constitutionnalité dont j’attends la transmission au Conseil d’État, j’ai introduit une question préjudicielle, dont j’attends aussi la transmission à la Cour de Justice de l’Union européenne…



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.