Olivier VAGNEUX porte plainte contre le docteur Didier FOSSÉ pour injures publiques

Olivier VAGNEUX

75, rue du Bicentenaire de la Révolution française

91600 Savigny-sur-Orge

06.51.82.18.70

olivier@vagneux.fr


Madame le procureur de la République

Tribunal de grande instance d’Évry

9, rue des Mazières

91012 Évry-Courcouronnes cedex


LRAR n°1A 166 543 0618 4 FR

Objet : Dépôt de plainte contre Monsieur Didier FOSSÉ pour injures publiques

Savigny-sur-Orge, le 16 décembre 2019


Madame le procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance d’Évry,

Je soussigné, Olivier VAGNEUX, né le 28 octobre 1991 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), de nationalité française, demeurant sis 75, rue du Bicentenaire de la Révolution française, 91600 Savigny-sur-Orge, domicilié à ladite adresse, journaliste et micro-entrepreneur de profession, vous informe des faits suivants.


Le jeudi 12 décembre 2019, j’ai été injurié au cours de la réunion publique de lancement de campagne aux élections municipales de Madame Lamia REDA qui se tenait salle Xavier-Pidoux-de-la-Maduère, sise 64, Grande-Rue, à Juvisy à 20 heures 00 (Production n°1).

À la 26e minute de la réunion, et lors de son intervention, Monsieur Didier FOSSÉ, président du comité de soutien de Madame REDA, a évoqué sans le nommer un “connard de journaliste”, qui aurait présenté la candidate comme étant “la femme de”. Cette insulte, qui a fait beaucoup rire, a été applaudie par les personnes présentes.

Il ressort d’un article du Parisien du samedi 14 décembre 2019 que je suis le journaliste visé (Productions n°2 et 3). Je souhaite donc poursuivre l’auteur de ces propos pour des faits d’injures publiques qui sont prévus et réprimés aux articles 29 et 33 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.


Mais avant cela, je me permettrais de détailler plus amplement les faits :

Le 03 juin 2019, j’écrivais dans un premier billet de blog, relativement aux élections municipales de mars 2020 à Juvisy-sur-Orge : “PERRIMOND ne se représentera pas, et on parle de la femme de RÉDA comme d’une possible tête de liste…” (Production n°4)

https://oliviervagneux.wordpress.com/2019/06/03/christine-rodier-robin-reda-et-eric-mehlhorn-ont-ils-interet-a-quitter-lr/ 

Le 1er décembre 2019, j’apprenais la candidature de Madame Lamia REDA à la mairie de Juvisy-sur-Orge dans le cadre des prochaines élections municipales. Je me feignais alors d’un commentaire sur mon compte Facebook à 16 heures 09 : “Dingue. Je ne pensais pas que RÉDA oserait présenter sa femme comme tête de liste aux municipales !” (Production n°5)

https://www.facebook.com/olivier.vagneux/posts/991480314561263 

Le 02 décembre à 08 heures 12, je publiais un article de blog intitulé “Scandale, Robin REDA présente sa femme en tête de liste à la mairie de Juvisy”. (Production n°6) Dans cet article, j’évoque à deux reprises “la femme de REDA”.

https://oliviervagneux.wordpress.com/2019/12/02/scandale-robin-reda-presente-sa-femme-en-tete-de-liste-a-la-mairie-de-juvisy/ 

Le même jour, à 19 heures 20, le Parisien Essonne publiait un article collaboratif intitulé “La femme de Robin Reda se lance dans la campagne des municipales à Juvisy”, rédigé par deux journalistes Nolwenn COSSON et Laurent DEGRADI. (Production n°7)

http://www.leparisien.fr/essonne-91/juvisy-sur-orge-la-femme-de-robin-reda-se-lance-dans-la-campagne-02-12-2019-8208225.php 

Dans cet article, Madame REDA est présentée comme une ancienne professeur de philosophie.

Le 05 décembre à 08 heures 25, je publiais un nouvel article de blog intitulé : “Des questions sur le parcours professionnel de Lamia BENSARSA-RÉDA : Où, quand et comment a-t-elle pu être prof de philo ?” (Production n°8)

https://oliviervagneux.wordpress.com/2019/12/05/des-questions-sur-le-parcours-professionnel-de-lamia-bensarsa-reda-ou-quand-et-comment-a-t-elle-pu-etre-prof-de-philo/ 

Madame REDA me répondait sur Facebook le même jour à 14 heures 49, ce que je publiais comme un droit de réponse sur mon blog à 18 heures 05 avec pour titre : “Droit de réponse de Lamia BENSARSA REDA à notre article mettant en cause son parcours universitaire et professionnel” (Production n°9)

https://oliviervagneux.wordpress.com/2019/12/05/droit-de-reponse-de-lamia-bensarsa-reda-a-notre-article-mettant-en-cause-son-parcours-universitaire-et-professionnel/ 

Le 08 décembre, je croisais Madame REDA au marché de Noël de Savigny-sur-Orge. J’échangeais avec elle de longues minutes relativement à mes questions sur l’exercice de sa profession, et j’en tirais encore un article de blog, publié le mardi 10 décembre à 06 heures 00 intitulé : “Anecdote : selon Robin REDA, c’est Éric MEHLHORN qui a empêché la fusion de Savigny avec Juvisy” (Production n°10)

https://oliviervagneux.wordpress.com/2019/12/10/anecdote-selon-robin-reda-cest-eric-mehlhorn-qui-a-empeche-la-fusion-de-savigny-avec-juvisy/ 

Le 12 décembre à 20 heures 00, salle Xavier Pidoux-de-la-Maduère sise 64, Grande-rue à Juvisy, Madame REDA organisait une réunion de lancement de sa campagne aux élections municipales. La retransmission de cette réunion est disponible sur Facebook. (Production n°11).

https://www.facebook.com/lamia.bensarsa/videos/10157072886088893/ 

Un compte-rendu de cette réunion, rapportant les propos litigieux, est également produit dans le Parisien Essonne du samedi 14 décembre (Production n°2), et disponible en ligne (Production n°3)

À la 26e minute, Monsieur Didier FOSSÉ, président du comité de soutien de Madame REDA a dit : “Ce n’est pas une ambition personnelle. Elle n’est pas “la femme de” comme l’a dit une espèce de connard de journaliste (sic).

Or, dans l’article du Parisien Essonne du 14 décembre 2019 intitulé “À Juvisy, un soutien de Lamia REDA insulte un journaliste”, j’apprends que j’étais la cible de cette insulte, au su de plusieurs personnes présentes (“dans les rangs de la liste”).

En conséquence, je souhaite donc porter plainte contre Monsieur Didier FOSSÉ qui m’a injurié publiquement au cours de cette réunion publique, en me qualifiant de “connard de journaliste”.


En effet, en droit, l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse dispose que : “Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure.

Ce délit est réprimé à l’article 33 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse qui dispose que : “L’injure commise de la même manière envers les particuliers, lorsqu’elle n’aura pas été précédée de provocations, sera punie d’une amende de 12 000 euros.


En l’espèce,


En premier lieu, je suis journaliste de profession, même si je ne suis pas journaliste professionnel au sens de l’article L.7111-3 du code du Travail.

Plus précisément, je suis diplômé d’une école de journalisme (titulaire d’un titre de journaliste de niveau II certifié par l’État, obtenu en novembre 2015 à l’Institut supérieur des médias de Paris – Production n°12), et je pratique le métier de journaliste auprès d’organes de presse non reconnus par la profession, pour des traitements qui ne constituent pas le principal de mes ressources.

Il en ressort que je suis fondé, par l’exercice de ma profession, à me sentir visé par cette injure.


En deuxième lieu, et à plusieurs reprises, j’ai écrit seul sur la candidature de Madame REDA, en employant l’expression de “la femme de…” (Productions n°4 et 6).

Tandis que l’article du Parisien Essonne du 02 décembre 2019, qui emploie également cette expression, est un article collaboratif de deux journalistes (Production n°7).

Il ressort surtout de l’aveu même du public présent à la réunion, tel que rapporté par le Parisien Essonne (Productions n°2 et 3) que je suis la personne implicitement visée par l’injure.

Dans tous les cas, que la deuxième autre et seule personne qui pouvait se sentir visée, à savoir le journaliste du Parisien Laurent DEGRADI, ne l’est pas.


En troisième et dernier lieu, mes articles sur le parcours professionnel de Madame REDA (Productions n°8, 9 et 10) ont suscité de nombreux commentaires négatifs sur Facebook de la part des soutiens de la candidate (Productions n°13, 14, 15 et 16).

Un contexte d’hostilité envers ma personne existe donc bien dans l’entourage de la candidate, ce qui s’est effectivement traduit par cette sortie, qui vise à la fois ma personne, mais également et surtout la liberté de la presse, et l’exercice d’un journalisme indépendant consistant à poser des questions qui peuvent déranger.

En l’occurrence, parce que je m’intéresse de très près à la réalité du parcours universitaire et professionnel de la candidate, et que j’en ai relevé quelques incohérences.


Par ces motifs, et tous autres, je porte plainte contre Monsieur Didier FOSSÉ, né le 1er décembre 1952 à … , domicilié … , exerçant la profession de médecin généraliste à la maison de santé pluridisciplinaire de Juvisy sise 9, place du Maréchal-Leclerc, pour des faits d’injures publiques tels que prévus et réprimés aux articles 29 et 33 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.


Je vous demande de bien vouloir diligenter une enquête préliminaire, et je me tiens à la disposition des services que vous requerrez afin de compléter ma plainte.

En vous remerciant de votre attention, je vous prie d’agréer, Madame le procureur, l’expression de ma plus haute considération.

Olivier VAGNEUX


BORDEREAU DE COMMUNICATION DES PRODUCTIONS

Production n°1 : Invitation à la réunion publique de lancement de campagne de Madame REDA (1 page)

Production n°2 : Version papier de l’article du Parisien Essonne du 14 décembre 2019 intitulé « À Juvisy, un soutien de Lamia Reda insulte un journaliste” (1 page)

Production n°3 : Version numérique de l’article du Parisien Essonne du 14 décembre 2019 intitulé “Municipales en Essonne : journaliste insulté à Juvisy et rendez-vous le 12/12 à 12h12 à Corbeil-Essonnes” (1 page)

Production n°4 : Article de blog du 03 juin 2019 “Christine RODIER, Robin RÉDA et Éric MEHLHORN ont-ils intérêt à quitter LR ?” (1 page)

Production n°5 : Capture d’écran d’un post Facebook du 1er décembre 2019 à 16 h 49 (1 page)

Production n°6 : Article de blog du 02 décembre 2019 intitulé “Scandale, Robin REDA présente sa femme en tête de liste à la mairie de Juvisy” (1 page)

Production n°7 : Article du Parisien du 02 décembre 2019 intitulé : “La femme de Robin Reda se lance dans la campagne des municipales à Juvisy” (1 page)

Production n°8 : Article de blog du 05 décembre 2019 intitulé : “Des questions sur le parcours professionnel de Lamia BENSARSA-RÉDA : Où, quand et comment a-t-elle pu être prof de philo ?” (1 page)

Production n°9 : Article de blog du 05 décembre 2019 intitulé : “Droit de réponse de Lamia BENSARSA REDA à notre article mettant en cause son parcours universitaire et professionnel” (1 page)

Production n°10 : Article de blog du 10 décembre 2019 intitulé : “Anecdote : selon Robin REDA, c’est Éric MEHLHORN qui a empêché la fusion de Savigny avec Juvisy” (1 page)

Production n°11 : Lien vidéo vers la retransmission de la réunion publique du 12 décembre 2019 : https://www.facebook.com/lamia.bensarsa/videos/10157072886088893/ 

Production n°12 : Diplôme de journalisme du plaignant (1 page)

Production n°13 : Capture d’écran des commentaires sur Facebook sous une publication du 1er décembre 2019 à 16 h 49 (1 page)

Production n°14 : Capture d’écran des commentaires sur Facebook sous une publication du 02 décembre 2019 à 08 h 15 (1 page)

Production n°15 : Capture d’écran des commentaires sur Facebook sous une publication du 05 décembre 2019 à 08 h 29 (1 page)

Production n°16 : Capture d’écran des commentaires sur Facebook sous une publication du 05 décembre 2019 à 18 h 10 (1 page)


Fait à Savigny-sur-Orge, le 16 décembre 2019.

Olivier VAGNEUX,

plaignant et victime à l’affaire




 

 

 

2 réflexions au sujet de « Olivier VAGNEUX porte plainte contre le docteur Didier FOSSÉ pour injures publiques »

  1. Ping : « Connard de journaliste  : la procureure d’Évry diligente une enquête préliminaire contre le docteur Didier FOSSÉ, président du comité de soutien de Lamia BENSARSA REDA | «Le Savinien libéré

  2. Jean-Marie CORBIN

    Je me demande ce qu’ils en pensent de la candidature de Lamaia BENSARA-REDA en face sur l’autre rive de la Seine du coté de Montgeron. On a une belle vue sur Juvisy-sur-Orge depuis Montgeron. Je t’enverrais une photo, un de ces jours …

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.