Dieu possède une baguette magique, mais il fait le choix de ne pas s’en servir

Dans ma paroisse, ou plutôt devrais-je écrire dans mon secteur pastoral, il y a un prêtre qui aime bien raconter aux enfants que Dieu n’est pas un magicien, et qu’il n’a pas de baguettes magiques pour arrêter toutes les catastrophes, et tous les malheurs.

Alors bien sûr que nous ne sommes pas dans Harry Potter, et que Dieu n’a pas une baguette magique. Mais il possède un équivalent, que je ne vais pas chercher à définir ici, qui lui permet toutefois d’exercer sa toute puissance. Du moins, est-ce le Dieu auquel croient les chrétiens.

Cette toute puissance n’est pour autant pas à comprendre par une interprétation littérale de la Bible. Car bien souvent, dans le Premier testament, ce sont les Hommes qui interprètent et accordent à Dieu d’être à l’origine de ce qui leur arrive, de bien comme de mauvais.

Et ce n’est pas non plus parce que Dieu pourrait ne pas être à l’origine de tout, qu’il faut en réduire la puissance. Et réduire Dieu à l’Amour, et aux seules bonnes choses qui nous arrangent, ce qui généralement provoque la divinisation d’un Satan (un diviseur).

Non, Dieu pourrait faire, c’est notre foi, mais il ne fait pas. Parce qu’il respecte sa Création. Parce qu’il la laisse libre. Parce que c’est sa manière de nous aimer que de nous laisser nous organiser et vivre-ensemble, avec tout son lot de conséquences, bonnes et mauvaises.



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.