Affaire Valérie RAGOT : le rapporteur public soutient la communication des documents produits par la chargée de mission

Faisons un lien avec l’actualité : Jacques CHIRAC a été condamné pour abus de confiance, détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts pour l’embauche de chargés de missions fictifs à la mairie de Paris, qui travaillaient en fait pour son parti.

(Et il est loin d’être le premier président de la république condamné, contrairement à ce qu’on peut lire presque partout : de Louis-Napoléon BONAPARTE à Valéry GISCARD D’ESTAING, en passant la condamnation à mort de Charles DE GAULLE. Plusieurs ont été condamnés.)


Dans mon cas, je ne fais que soutenir que Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge a commis un détournement de fonds publics et une prise illégale d’intérêts en embauchant comme chargée de mission Valérie RAGOT, 1ère adjointe LR au maire de Brunoy.

Et j’ambitionne de le prouver en démontrant que le travail produit par Valérie RAGOT en neuf mois de temps ne méritait pas 3400 € net par mois.

Pour cela, j’ai donc besoin des documents produits par Valérie RAGOT.


Sauf que quand c’est moi qui les demande, on me répond que ma demande est imprécise, qu’elle a travaillé sur des documents secrets, ou qu’elle a trop travaillé pour qu’on puisse me communiquer les documents en vérifiant qu’ils ne contiennent pas d’informations susceptibles d’atteindre à la vie privée des agents…

Pourtant, c’est bizarre, parce que c’est la Commune qui est allé les fournir d’elle-même à la Police, quand il y a eu l’enquête préliminaire (aujourd’hui en cours de réexamen par les services de la procureure générale près la Cour d’appel de Paris).

Et moi, petite chose, je soutiens que la seule liste des documents transmis à la Police prouve qu’elle n’a pas mérité 3400 euros par mois pendant 9 mois.

Il y a certes des dossiers, mais on ne sait pas si c’est bien elle qui les a réalisés. Et les seuls documents d’elle sont des échanges de mails et des brouillons. Un peu léger pour 3400 euros par mois ?


Je rappellerai d’ailleurs que ma plainte a été classée, comme par hasard, six jours avant ma condamnation en diffamation, et que dans ce délai, l’avocat du maire a eu accès au dossier (quant pour moi, il aurait fallu deux mois…) sans réellement se prononcer sur le fond de l’affaire.

Oui, RAGOT a fait des choses, mais qui ne méritaient pas 3400 euros !

Or, le commandant enquêteur ne retient que le nouveau travail de RAGOT en tant que directrice générale adjointe des services.


Bref, je suis allé au Tribunal administratif, où le rapporteur public (un magistrat indépendant) conclut à ce que la Commune doive me communiquer les documents sous trois mois.

J’espère donc que le Tribunal suivra ces conclusions !

L’audience est jeudi 03 octobre, et le jugement sera lu le jeudi 17 octobre.


Si j’obtiens satisfaction, alors je pourrais me constituer partie civile contre MEHLHORN et RAGOT.

Et si j’obtiens une condamnation des deux personnes, alors je pourrais demander la révision de mon procès en diffamation.

Et mon honneur sera lavé, et je demanderai même une petite indemnisation…



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.