Quand Savigny-sur-Orge rend hommage au défunt président CHIRAC

Ils étaient un petit plus d’une centaine de Saviniens, habitants, élus et agents, rassemblés sur le parvis de l’hôtel-de-ville pour honorer la mémoire de l’ancien président, disparu ce jeudi 26 septembre 2019.

Au passage, on relèvera que les élus de l’opposition n’avaient pas été invités, et qu’ils ne figuraient pas avec les autres élus de la majorité aux côtés du maire.

Pour autant, je ne comprends pas quelle sincérité il peut y avoir dans cet hommage. Il y a quelque chose que je ne conçois pas dans la République qui rend hommage à un pourri qui s’est servi d’elle pour s’enrichir et ne pas travailler ; ce ne sont pas tellement mes valeurs, ni d’ailleurs normalement celle de la droite… Ok, CHIRAC a réussi à être élu la troisième fois, mais pour faire quoi au final ? De la politique étrangère, parce que c’est de la communication ?

Loin de moi d’accuser les agents d’avoir été là pour glandouiller dix minutes de pause, et les vieux marsaudoniens, par moutonnerie, parce qu’ils sont trop stupides pour se rendre compte que la mollesse de CHIRAC tenait davantage de la gauche, à tout le moins du centrisme…

Tu avais même les très vieux que l’on ne peut plus voir qu’à 15 heures, avant que le soleil ne commence à décliner, venus avec les photos de CHIRAC à Savigny en 2002 dans des pochettes. Des gens qui refusent de voir le mal que CHIRAC a fait à la droite, lui qui a permis le FN à 15 %.

Toujours est-il que nous avions là une belle brochette de candaules, vivant dans le mythe d’un CHIRAC rassembleur et populaire. Un mec qui a fini à 16 % de popularité, après avoir refusé de démissionner en 2005 lorsqu’il a perdu le référendum. Sans parler de la dissolution de 1997…

Un homme qui est passé de la fermeture des frontières et de l’expulsion des clandestins, parce qu’il était dérangé par le bruit et l’odeur en 1990, au combat de la fracture sociale en 1995, qu’il renoncera à réparer quatre mois après son élection… Et qui n’a sauvé sa peau en 2002 que grâce à la division de la gauche. D’une occasion de rassembler les Français, il n’en fera rien…

La minute de silence de MEHLHORN aura duré à peine plus de trente secondes. Je ne saurais estimer si c’était trop ou pas assez. Par contre, je dirais que les gens pleuraient davantage leurs années 1990, et plus largement leur jeunesse, que l’homme CHIRAC même idéalisé…

Vous n’êtes pas d’accord avec moi, réagissez dans les commentaires.



Publicités

3 réflexions au sujet de « Quand Savigny-sur-Orge rend hommage au défunt président CHIRAC »

  1. Gh. Cadinot

    C’est un peu court que d accuser J. Chirac du bon score de l’extrême-droite. Nous devons la montée en puissance des Le Pen aux socialistes qui revendiquaient de diviser pour mieux régner… et on voit le résultat !
    A titre personnel, je lui suis reconnaissante d avoir eu le courage de s’opposer aux États-Unis sur la guerre en Irak. Et ça, ce n’était pas une campagne de communication…
    Pour le reste, politiciens et intégrité me semblent 2 termes incompatibles.
    Un ami maire d’une commune de 900 âmes m’a dit qu’il était difficile pour un maire de payer ses vacances…
    Ce n’est pas en critiquant si violemment les anciens qui se recueillent que vous allez apporter du consensus dans une commune où tout pas en vrille.
    Bien à vous

    Répondre
    1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

      Je vous invite à lire mon analyse suivante : https://wp.me/p38y7H-5Ir

      Les électeurs d’extrême-droite sont anciennement ceux de la droite, déçus par CHIRAC en tant que chef de la droite.

      Pour le reste, les indemnités des élus n’ont pas vocation à payer des vacances. Elles sont là pour compenser le manque à gagner du fait de l’activité politique.

      Bien cordialement. OV

      Répondre
  2. Jean-Marie CORBIN

    Y a même un chien savinien qui vient rendre hommage à Chirac. Sans doute à cause des motocrotte et autres « toutounet » : Je fais où on me dit de faire ! immortel slogan des services de communication de la mairie de Paris du temps de « Chichi ».
    Il n’a pas fait grand chose pour le bien du peuple hormis deux marquants : la fin du service militaire et le refus de la guerre en Irak en 2003. Pour le premier, c’est la fin d’un an de perte de salaire, de l’initiation aux beuveries bien encouragé par les cadres (faut pas le dire, ça les vexe), de la discrimination (du pistoné au simulateur qui se faisait réformer), ce soit disant creuset social était en réalité une fumisterie ! Pour la guerre en Irak, Chirac a été bien inspiré de ne pas suivre le va-t-en guerre Bush qui a justifié l’invasion de l’Irak sur la base de rapports que l’on sait désormais bidonnés à 100%. Si Chirac avait été de droite, il aurait demandé à ses premiers ministres successifs de mettre de coups cutters dans le RMI-RSA et dans la loi SRU devenus au fil des ans de vrais boulets au point de rendre les situations ingérables pour les départements qui financent le RSA et les communes obligées de bétonner à outrance pour essayer (en vain) de diminuer les pénalités pour quota insuffisant de logements sociaux. La question n’est pas de savoir s’il faut ou pas assister tout ces gens, mais surtout pourquoi il en a autant !

    Sur sa maladie : Aux symptômes, il a été emporté par la maladie d’Alzeimer aggravé par des troubles Parkinsonniens. Non, je ne suis pas médecin, l’expérience du vécu vaut parfois mieux qu’une ordonnance longue comme ça et qui est le signe que ce vous croyez être le médecin, il n’en sait probablement pas vraiment plus que vous sur vous même. (Il faut dire qu’en 10 minutes chrono il faut être sacrément être balaise pour tout deviner sur la personne, personnellement moi je ne sais pas faire)

    Quoiqu’il en soit Chirac rentrera dans l’histoire, mais ce n’est pas lui vraiment qui rentrera mais sa marionnette des Guignols de l’Info. Bruno Gaccio humoriste aux guignols l’a reconnu dans plusieurs interviews :
    citation : http://www.regards.fr/acces-payant/archives-web/bruno-gaccio-la-culpabilite,4746

    En fait, on ne l’a pas rendu sympathique. Il est
    sympathique, contrairement à Balladur. Il est
    crétin, comme nous, très Français. Impossible
    de le caricaturer autrement. Récemment, j’étais
    en vacances en Corrèze. Et j’ai découvert le musée
    Chirac, à Sarran. La première chose que l’on
    voit en rentrant, c’est un cube vert avec une pomme dedans : « Mangez des pommes ». Je me
    suis dit : qu’est-ce qu’on a fait ? En fait, quand
    on a reçu le programme du candidat Chirac, on
    a ri comme des malades. Il n’y avait rien dedans.
    C’était nul. On le traite alors aux Guignols et il
    prend un demi-point dans les sondages. Sur la
    couverture de ce livre-programme, il y avait des
    pommes. Le lendemain, on fait dire à Chirac que
    son demi-point est lié à ça : « C’est l’effet pommier.
    » D’où le slogan de campagne : « Mangez
    des pommes ! » Il reprend des points dans les
    sondages. Et les jeunes RPR s’installent sur les
    Champs-Elysées avec ce slogan, en distribuant
    des milliers de pommes. Un jeune responsable
    RPR nous a dit qu’on leur avait sauvé la vie
    parce qu’ils n’avaient rien à dire. »

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.