Idée reçue. Ce n’est pas Constantin mais Théodose qui a fait du christianisme la religion d’état de l’empire Romain

Je lis beaucoup, et même sur Wikipédia, que c’est l’empereur romain Constantin Ier qui a fait du christianisme la religion d’état de l’empire Romain en promulguant l’édit de Milan en 313. C’EST FAUX !

Le christianisme ne deviendra religion d’état dans l’empire Romain qu’avec la promulgation de l’édit de Thessalonique, en 380, par l’empereur Théodose.


Autre idée reçue, ce n’est pas plus l’empire Romain qui est le premier état chrétien, mais bien l’Arménie, qui dès 301, va se décréter royaume chrétien.


Pour bien comprendre la nécessité de l’édit de tolérance de Constantin en 313, je pense qu’il convient de revenir sur ce qu’est la constitution antonine de 212, aussi appelée l’édit de Caracalla.

En accordant la citoyenneté romaine à tous les habitants de l’empire ; ce qui au passage rendait obligatoire le paiement de l’impôt sur la succession, cette réforme n’a pas seulement tué l’intérêt qu’il existait pour l’armée romaine, en tant qu’elle permettait l’acquisition automatique de la nationalité après 20 ou 26 ans de service.

Non, elle a fait du christianisme un délit, en tant que les chrétiens sont désormais comme tous les citoyens romains, obligés de sacrifier à l’empereur, ce qu’ils se refusent normalement de faire en tant qu’ils sont monothéistes.

À partir de là, les chrétiens vont devenir tout au long du IIIe siècle les boucs émissaires réguliers, accusés du déclin de l’empire en proie aux divisions politiques et aux premières grandes invasions.


C’est donc en 313, à la fois pour prendre acte du fait que les chrétiens sont toujours plus nombreux, mais aussi pour garantir la paix civile par la fin des persécutions dans l’empire que Constantin va prendre son célèbre édit de tolérance, à Milan, qui se résume par la maxime : « chacun peut adorer à sa manière la divinité qui se trouve dans le ciel. »

Ainsi, les chrétiens se trouvent libérés de l’obligation de vénérer l’empereur tel un Dieu. Pour autant, toutes les religions sont encore autorisées.


C’est ensuite seulement en 380 que Théodose va imposer le christianisme comme religion officielle de l’État romain, et exiger de tous les citoyens romains qu’ils se convertissent.

Pour autant, les derniers empereurs, Théodose compris, se montreront tolérants vis-à-vis de ceux qui veulent conserver leurs autres religions.


Entre les deux périodes, il y aura le règne de Julien l’Apostat entre 361 et 363, qui va rétablir le polythéisme et limiter les droits des chrétiens, pendant une vingtaine de mois.


Enfin, il convient de soulever le problème du césaro-papisme. À savoir que les empereurs, Constantin comme Théodose, vont s’imposer comme des autorités religieuses dans le christianisme, et notamment convoquer des conciles (assemblées d’évêques) pour trancher des questions théologiques dans le sens politique qui les arrangent le mieux.



Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.