Affaire Valérie RAGOT : je propose une médiation-provocation à Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge

L’idée m’est venue d’un coup. J’ai donc unilatéralement décidé de faire un concours d’irrévérence envers le maire de Savigny-sur-Orge, avec l’élu Alexandre LEFEBVRE. Et je pense que je suis bien parti pour gagner ce concours !

Figurez-vous que des Saviniens reprochent à Alexandre de s’opposer à MEHLHORN, et de lui dire ouvertement qu’il nous prend pour des cons.

Franchement, pour une fois qu’on a un élu qui pose ses couilles sur la table, cela nous change des Pierre GUYARD et compagnie. (Il y a aussi Bernard BLANCHAUD qui prend de l’aisance.)

Ils auraient pu partir lundi soir, pour que la modification du PLU ne soit pas adoptée, faute de quorum.

Mais comme le rappelait Alexandre, ils ont leur intérêt car MEHLHORN fait leur politique, et dans des proportions largement supérieures à ce qu’ils auraient tenté s’ils avaient eu la place.

Le bétonnage de Savigny, la gauche en rêvait, mais c’est le LR MEHLHORN qui le fait !

Bref, il y a aussi des mecs choqués que Jean-Marie CORBIN appelle MEHLHORN « Son excellence l’ambassadeur du GOSB à Savigny » ; et même qu’il ose dire au directeur régional de SFR qu’il nous prend pour des cons avec ses forfaits dont il ne connaîtrait même pas les prix. Qu’est-ce qu’il foutrait alors à cette place ?

Alors, je ne vous dis pas tout ce qu’on dit de moi, et donc je me suis fait plaisir. Mes punchlines sont en rose.

Saviniens soumis, vous voulez un lion sur votre logo de ville. Mais vous n’avez élu qu’un gros chat qui passe son temps à dormir, quand il ne bouffe pas les oiseaux qui mangeraient les moustiques dont vous vous plaignez tant.

Pensez-y aux municipales. Voulez-vous un élu combattif face aux maires des 23 autres communes de l’intercommunalité ?

Enfin, sur l’affaire RAGOT, j’irai jusqu’au bout ! Et même au-delà des municipales, parce que le dossier reste quand même énorme !


Olivier VAGNEUX

75, rue du Bicentenaire de la Révolution française

91600 Savigny-sur-Orge

06.51.82.18.70

olivier@vagneux.fr

Monsieur le maire de Savigny-sur-Orge

Hôtel-de-Ville

48, avenue Charles-de-Gaulle

91600 Savigny-sur-Orge


En copie à Madame le président du Tribunal administratif de Versailles

En copie à Madame le président de la 7e chambre du Tribunal administratif de Versailles

Objet : Proposition de médiation (articles L.213-1 et suivants du CJA) dans le dossier contentieux TA Versailles n°1705208-7 (Monsieur Olivier VAGNEUX c/Commune de Savigny-sur-Orge)

Savigny-sur-Orge, le 27 juin 2019


Monsieur le maire,

Dans l’affaire citée en référence, dont l’instruction est close depuis le 22 janvier 2018, je souhaiterais entamer avec vous une procédure de médiation, afin d’accélérer la résolution de ce litige, en application des articles L.213-1 et suivants du code de justice administrative.

Pour rappel, il s’agit de ma contestation de votre décision confirmant votre rejet de ma demande de communication de la totalité des productions de Madame Valérie RAGOT, lorsqu’elle occupait le poste de chargée de mission en charge de la conduite et de l’évaluation des politiques publiques, à la Commune de Savigny-sur-Orge.

De toute évidence, il ressort du dossier de procédure de l’enquête préliminaire vous ayant visé pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts ; et notamment de l’exploitation des documents justificatifs du travail de Madame RAGOT par l’officier enquêteur, que la faiblesse du travail accompli ne justifiait aucunement une rémunération nette mensuelle de 3400 euros.


En effet, je me permets de vous rappeler “tout” ce que Madame RAGOT aurait réalisé entre décembre 2015 et octobre 2016, que votre administration avait classé pour les besoins de l’enquête dans trois pochettes :

I. Les dossiers financiers

– Un premier sous-dossier “prospective financière” évaluant le budget 2016 avec quelques pistes de réflexion et perspectives pour réaliser des économies – des échanges de mails.

– Un deuxième sous-dossier “Plan de charge des STM” évoquant le budget des services techniques municipaux, comprenant des tableaux retravaillés au crayon et des échanges de mails.

– Un troisième sous-dossier “La Savinière” et crèche familiale, remise aux normes.

– Un quatrième sous-dossier “IFAC” Institut formation animation conseil. Révision d’un travail réalisé pour les maisons de quartier.

II. Les dossiers Ressources humaines

– Un premier sous-dossier “Annualisation du temps de travail” comprenant deux fiches de compte-rendu de réunion auxquelles aurait assisté Mme Valérie RAGOT.

– Un deuxième sous-dossier “EPI” Equipement protection individuelle comprenant deux fiches de compte-rendu de réunion, une copie de mail, et la liste des besoins en équipements vestimentaires par service, retravaillées au crayon.

– Un troisième sous-dossier “organigramme” avec une feuille d’organigramme des services de la ville.

III. Les dossiers techniques

– Un premier sous-dossier “Groupe scolaire Ferdinand-Buisson” comprenant des échanges de mails, et le récapitulatif d’une réunion.

– Un deuxième sous-dossier “École Kennedy” comprenant un mail et une feuille état des lieux suite inondation.

– Un troisième sous-dossier “Ad’Ap” : Agenda d’accessibilité programmée, comprenant deux compte-rendus de réunions avec la présence de Valérie RAGOT, un échange de mail.

– Un quatrième sous-dossier “Marchés publics – Voiries et réseaux divers – éclairages public” comprenant le cahier des clauses techniques particulières concernant la réfection et rénovation de certaines voiries et le cahier des clauses techniques concernant certains éclairages publics.

– Un cinquième sous-dossier “ANRU” Agence nationale pour la rénovation urbaine, participation au projet renouvellement urbain du quartier de Grand-Vaux.

– Un sixième sous-dossier “PLU” Plan local d’urbanisme. Échanges de mail avec la directrice des services techniques pour discussion sur les estimations du PLU.

– Un septième sous-dossier “Inondation gestion de crise”. Mme RAGOT assurait une permanence à la direction de la cellule de crise.

Reconnaissez quand même que c’est un peu léger pour dix mois de travail ! Je ne dis pas qu’elle n’a rien fait : je trouve qu’elle a accompli un strict minimum, y compris certaines missions qui ne relevaient pas de sa fiche de poste, ce qui ne justifiait pas 3400 euros net par mois, selon moi !


Au surplus, cette enquête préliminaire a révélé que Madame RAGOT a été embauchée à peine cinq jours après la date de sa lettre de candidature, sans même avoir été reçue en entretien pour ce poste par le directeur général des services, qui a donc menti dans la lettre de recrutement de la dame, puis dans sa déposition !

Deux autres candidats qui avaient postulé avant elle, ont quant à eux été reçus en entretien, pour la forme, plus de dix jours après l’embauche de Madame RAGOT, et tous deux témoignent d’un désintérêt profond de l’administration savinienne à leur égard (ils seront d’ailleurs reçus par M. DURAND tout seul). Votre administration mettra quand même plus de deux mois à leur envoyer une lettre de refus de candidature !


Je compte très prochainement me constituer partie civile dans cette affaire, qui fait actuellement l’objet d’un réexamen par les services de Madame le procureur général près la Cour d’appel de Paris, sous la référence n°2018/3900-SGEPG. 

Je pense personnellement que ça aurait de la gueule que vous soyez mis en examen juste avant les prochaines élections municipales !

Aussi, je vous propose de soulager votre conscience, et de commettre, au moyen d’une médiation, un geste que le juge pénal pourrait apprécier, en me communiquant prestement ces documents. 

Gagner du temps (ou en perdre, c’est selon) n’arrangera rien à votre affaire… Vous ne serez pas toujours élu, et vous le savez !


Soyez en tout cas assuré que je ne vous lâcherai pas quelque soit le résultat des prochaines élections municipales ; et que si ma constitution de partie civile devait échouer, alors je vous ferai citer à comparaître.

Il s’agit là pour moi d’une étape indispensable afin d’obtenir un motif nécessaire de révision de ma condamnation en diffamation.

Et de faire la preuve que non seulement je n’ai pas menti en tant que vous étiez effectivement visé par une enquête préliminaire en exécution des instructions du procureur de la République, contenues dans son soit transmis n°E16111/102.

Mais en plus que vous seriez également bien coupable d’un détournement de fonds publics et d’une prise illégale d’intérêts par l’embauche complaisante de Madame RAGOT à un poste créé à sa mesure et exagérément rémunéré avec l’argent du contribuable savinien.

Je reste à la disposition de votre conseil pour m’entretenir avec lui de l’ensemble de ces éléments, parce que je pense que vous n’êtes même pas capable de comprendre ce courrier.

En vous remerciant de votre attention, je vous prie d’agréer, Monsieur le maire, l’expression de ma considération distinguée.

Olivier VAGNEUX



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.