Je vote blanc, mais je suis contre la reconnaissance du vote blanc

Je n’ai aucun problème avec le secret du vote. J’assume les miens qui sont tous publics sur cette page. Et depuis quelques années, depuis que ma conscience politique s’est plus développée, ou depuis que je vote en fonction des bilans et des comportements, ou encore depuis que j’ai cessé un vote idéologique type je suis de droite donc je vote LR, je me retrouve à très souvent voter blanc. Mais je n’en demande pas la reconnaissance.

Dans une démocratie idéale, les politiques chercheraient à convaincre 100 % des Français, votants ou pas votants. Il faut déjà observer que les politiques ont renoncé à comprendre l’abstentionnisme, d’où les gilets jaunes. Mais il y a surtout que les politiques ne cherchent désormais plus qu’à obtenir 50 % des voix plus une, du seul corps électoral qui vote. Et à la rigueur, cela les arrange bien que ce corps électoral se réduise d’années en années, car c’est ainsi plus facile de cibler et de mobiliser les quelques qui votent encore.

Le populisme veut qu’une majorité de votes blancs dont on est encore loin (c’est quand même mais seulement passé de 2 à 8 % des votants au second tour de la présidentielle de 2017) ferait qu’on annule l’élection qui coûte 130 millions d’euros et qu’on recommence avec des hommes neufs. Dans quel intérêt ? Les partis qui ont de l’argent représenteraient un autre candidat, et les indépendants ou les petits partis seraient éliminés du nouveau scrutin. Et nous aurions a priori un même second tour…

Je ne cache pas que je n’ai aucune solution face à ce problème. On ne peut pas forcer les élus à être des gens biens et à travailler pour tout le monde. Il y a toujours la solution de mon ami Jean-Marie CORBIN, que je soutiens parce que je n’ai pas trouvé de meilleure idée pour l’instant, de réduire l’indemnité proportionnellement à la participation à l’élection. Mais on nous ressortirait que nos élus sont trop mal payés, alors que ce sont les administrations qui bossent…

J’ai donc la faiblesse de penser qu’il faut continuer comme l’on fait. Le vote blanc doit être un exutoire pour dire que l’on n’est pas satisfait de l’offre politique, et qu’on demande mieux, en espérant que ce soit pris au sérieux dans le feu de l’action politique. De toute façon, un politique qui ne continuera de travailler que pour sa gueule, finira tôt ou tard par se retrouver avec un collectif ou des gilets jaunes contre lui. C’est bien un faux-problème, car si le vote blanc est majoritaire, alors ce sera de toute façon la guerre civile par ailleurs.

Et il n’y a clairement aucune solution dans l’Histoire d’une personne qui aurait réussi à rassembler tout son peuple et à en obtenir la pleine adhésion, sans aucune contestation. L’Homme providentiel est un mythe, à l’image du héros de la série ukrainienne, dont l’acteur qui l’incarne est en passe de devenir président. Je doute qu’il puisse émerger du vote blanc, qui objectivement, n’est fait que pour contester le système mais ne permet aucune proposition.

Il y a encore la lâcheté des gens qui fait qu’ils ne soutiennent jamais vraiment leurs candidats. SARKOZY choisi par 31 % des inscrits qui se retrouve à 20 % de popularité. HOLLANDE, par 28 % qui se retrouve à 4 %. Et MACRON est tout juste à 23 %. C’est inconcevable de ne pas assumer à ce point, et rien ne nous dit que le vote blanc serait plus assumé. Si ça doit mener à l’élection d’un extrême, est-ce que les Français assumeront ? Je ne le pense sincèrement pas.

En conclusion, je ne réclame pas de populiste reconnaissance du vote blanc qui n’apporterait rien, sinon une vraie crise politique le jour où le vote blanc deviendra réellement majoritaire. Mais je demande que les politiques s’intéressent aux Français, y compris à ceux qui ne votent pas pour eux, et donc qu’ils proposent des mesures qui aillent dans l’intérêt de tous, et pas que dans celui de la minorité de gens dont ils espèrent recevoir les suffrages à un instant t.



Publicités

Une réflexion au sujet de « Je vote blanc, mais je suis contre la reconnaissance du vote blanc »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Il y a toujours la solution de mon ami Jean-Marie CORBIN, que je soutiens parce que je n’ai pas trouvé de meilleure idée pour l’instant, de réduire l’indemnité proportionnellement à la participation à l’élection.=> et d’ajouter si l’élu n’est pas content de la modicité de l’indemnité, il n’a qu’à démissionner et remettre en question son mandat. Après, c’est quitte ou double …

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.