Fiche historique : les guerres civiles au Libéria et au Sierra-Leone, Samuel DOE, Charles TAYLOR, Prince JOHNSON et les diamants du sang

Le Libéria est un petit pays d’Afrique de l’Ouest, faiblement peuplé (4,3 millions d’habitants en 2017).

Il a été fondé en 1822 par une société états-unienne de colonisation qui voulait diminuer le nombre de personnes noires aux États-Unis en réémigrant les esclaves libérés en Afrique.

Pour cela, ils ont acheté des terres à l’embouchure du fleuve saint-Paul, sur l’emplacement de l’actuel Libéria.

En 1847, la colonie américaine a proclamé son indépendance des États-Unis. Dès lors, le pouvoir sera détenu par les Américano-Libériens, au moyen d’un suffrage censitaire, ce qui en écartera les autochtones qui vont en garder une profonde rancune.

À partir de 1971, la politique du nouveau président William TOLBERT va aggraver les inégalités et creuser le clivage entre Américano-Libériens et Libériens autochtones.

Le 12 avril 1980, l’ancien sergent Samuel DOE, autochtone, organise un coup d’état militaire et prend le pouvoir. Il organise une dictature et créé un fort ressentiment en favorisant son ethnie des Krahn.

En 1989, des opposants dont le lieutenant autochtone Prince JOHNSON se réunissent, sous l’autorité de Charles TAYLOR, Américano-Libérien, ancien conseiller de DOE, et ils forment le Front patriotique national du Libéria (FPNL).

Ils déclenchent une guerre civile en décembre 1989.

Mais à l’été 1990, Prince JOHNSON fait sécession et il créé le Front patriotique national indépendant du Libéria.

Le 06 septembre, il s’empare de la capitale Monrovia, capture DOE et le fait assassiner. Les partisans de DOE partent alors se réfugier au Sierra-Leone.

Pendant sept ans, TAYLOR et JOHNSON vont continuer de s’affronter dans une guerre civile, qui va s’étendre sur le Sierra-Leone voisin.

Dans le même temps, la communauté des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tente plusieurs fois d’imposer la paix, sans succès.

Début 1991, TAYLOR se met à soutenir les rebelles sierra-léonais du Front uni révolutionnaire qui contrôlent 90 % des zones diamantifères du pays. Ce groupe enrôle notamment des enfants-soldats, et il enlève des femmes en Guinée. TAYLOR leur fournit des armes et de l’entrainement en échange de diamants, les fameux diamants du sang.

À partir de mai 1991, les anciens soutiens de DOE, réfugiés au Sierra Leone, forment le Mouvement uni de libération du Libéria pour la démocratie. Ils envahissent les territoires contrôlés par le FPNL de TAYLOR.

Les combats vont durer pendant plusieurs années, entrecoupés de trêves, sans qu’aucun des camps ne prenne réellement l’avantage.

Après quatorze accords rompus, la guerre s’achève en septembre 1996, à l’issue des accords d’Abuja II. Les mouvements se transforment en partis politiques. C’est la fin de la première guerre civile libérienne.

TAYLOR est élu président de la République en 1997 avec 75,3 % des voix. JOHNSON doit alors s’exiler.

Mais en 1999, un nouveau groupe rebelle, les Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie, soutenu par la Guinée, apparaît dans le nord du Libéria.

Début 2003, un deuxième groupe rebelle se forme dans le sud, le Mouvement pour la démocratie au Libéria.

Mi 2003, Monrovia est assiégée par le LURD, et le président TAYLOR doit démissionner.C’est la fin de la seconde guerre civile libérienne.

Il fuit au Nigéria où il est arrêté en 2006. Il est condamné en 2012 par la Cour pénale internationale à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Il est le premier ancien chef d’État condamné depuis la seconde guerre mondiale.

En 2005, Ellen JOHNSON SIRLEAF (sans lien de parenté avec Prince) est élue présidente, puis réélue en 2011. En 2017, c’est son ancien challenger le footballeur George WEAH qui devient président. La stabilité et la démocratie semblent être revenus dans le pays, malgré des atteintes aux droits de l’Homme.

Prince JOHNSON a pu revenir au Libéria en 2004, sans jamais avoir été jugé, car couvert par Ellen JOHNSON SIRLEAF qui avait elle-même soutenue TAYLOR. Il est devenu sénateur, ce qui lui confère une immunité, et pasteur. Il reste très populaire.

La guerre civile au Sierra-Leone, commencée en 1991, s’est achevée en janvier 2002, à la suite d’un cessez-le-feu de novembre 2000, après que l’ONU ait mis un embargo sur les diamants sierra-léonais en juillet 2000, puis en 2001 sur les ventes d’armes au Libéria. Les combattants sont désarmés et démobilisés.

Les guerres civiles libériennes auront fait entre 150 000 et 250 000 morts environ.

La guerre civile sierra-leonaise aura fait plus de 120 000 morts, et provoqué le déplacement de 2,5 millions de personnes (le tiers de la population).



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.