À contre-courant : sur les licenciements des journalistes de la « Ligue du LOL »

Je ne pense pas, pour tous ceux qui connaissent mes idées politiques, qu’on puisse m’accuser de complaisance envers les journalistes de la gauche bienpensante.

Et de rappeler que ce sont ces mêmes mecs qui ont justifié l’antisémitisme de Mehdi MEKLAT, que le grand public ne pouvait pas comprendre à cause du privilège blanc, mais surtout parce que la France est profondément raciste !


Non, je ne trouve pas drôle de se moquer des femmes, de les harceler avec des propos sexistes et misogynes, et de leur faire subir des canulars téléphoniques, dans le seul but de les décourager et de leur piquer les places qu’elles méritent.

Et je trouve encore plus minable que la seule réaction de ces personnes, qui allaient jusqu’à récemment de se vanter publiquement de leurs exploits, soit maintenant de dire qu’ils s’excusent, parce qu’ils étaient jeunes, et donc qu’ils ne se rendaient pas compte.


Mais on ne répond pas à une injustice par une autre injustice. Et donc s’il faut effectivement sanctionner ces personnes, je ne suis pas certain que ce soit à ces médias de le faire ; même si la Justice semble ici empêchée d’intervenir, et surtout pour les motifs qu’ils invoquent.

D’autant plus que sauf nouvelle opération de communication, encore plus ridicule que ces règlements de compte en public où l’on veut laver plus blanc que blanc, les postes libérés ne devraient pas aller aux femmes victimes de ces mêmes hommes…


Alors les médias qui licencient arguent que la crédibilité journalistique des intéressés est gravement atteinte…

Je suis désolé mais je pense qu’être un gros connard ne fait pas forcément être un mauvais journaliste, et je ne suis pas certain que cette attitude se ressentait réellement dans leurs productions.

Le scandale se trouve dans l’obtention imméritée de leurs places, et il convient juste de les en dégager, et de rétablir des conditions d’égalité dans le travail. Pas de les empêcher de faire du journalisme.

De plus, ces médias invoquent que la seule présence de ces journalistes aurait un impact négatif sur l’image du journal.

Pour des faits souvent commis avant que ces journalistes n’intègrent les rédactions en question. Lesquelles rédactions se sentent juste honteuses d’avoir embauché ces types.

Or, il y a bien longtemps que la presse bienpensante s’est décrédibilisée, avec l’affaire MEKLAT et autres. Qu’elle a d’ailleurs été désertée par les vrais intellectuels (ceux qui développent des concepts), et que ses lecteurs, tout en continuant d’oser se dire de gauche, sont passés de manière décomplexé d’un vote socialiste à un vote macroniste ; les mêmes qui reprochent son bonapartisme à la droite mais qui cautionne le bonapartisme de MACRON !


En conclusion, j’espère vraiment que les rédactions vont transformer l’expérience, et faire plus attention à qui elles engagent, même si sans témoignages, il était difficile de savoir que ces journalistes sont des salopards. Je me réjouis pour les victimes d’une libération de la parole mais j’ai l’impression qu’il s’agit surtout d’effacer une ardoise magique par l’exemple. Or, les comportements doivent changer dès les écoles de journalisme qui doivent aussi faire leur ménage, sans quoi il n’y aura là qu’une hypocrisie tout autant dégueulasse que les agissements de la ligue du LOL, jusqu’à la prochaine purge.



Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.