Savigny-sur-Orge : la déléguée à la protection des données (data protection officer) déjà sur le départ !

Dans la série des agents dont je me demande bien comment on arrive à les occuper 35 heures par semaine pour éviter qu’ils ne deviennent dingues (même si je me doute bien qu’ils doivent facebooker à mort sur leur temps de travail pour garder la raison), je demande le délégué à la protection des données personnelles, ou DPO pour Data protection officer !

Poste rendu obligatoire par le Règlement général pour la protection des données (RGPD), en remplacement des correspondants Informatique et libertés, sa première titulaire savinienne est déjà sur le départ, voire déjà partie. En témoigne ce courriel interne, qui m’a peut-être été communiqué, par un peut-être comité officieux, de peut-être soutien des agents municipaux, à ma petite personne et à ma candidature de 2020 ?

Alors, je reviendrai dans un autre article sur mon expérience citoyenne de suivi de mes données personnelles détenues par l’administration communale, qui s’était assez mal passée.

J’avais écrit pour demander à la Commune quelles étaient les données qu’elle possédait sur moi. Et malgré tous les efforts exprimés de la DPO qui aurait envoyé des mails dans les différents services, force est de constater qu’on ne lui avait pas répondu…

Ce qui l’avait amené à me répondre officiellement que la Ville possédait très peu de données sur moi, alors que les avocats de la Commune en avaient le triple…

Et comme en plus, elle ne signait pas nommément ces courriers, et que MEHLHORN n’a jamais voulu me dévoiler son identité (pourquoi donc ?), ce qui contrevient au droit de connaître le nom et la qualité de l’agent qui instruit sa demande (article L.111-2 du code des relations entre le public et l’administration), cela vaut actuellement un recours administratif à la Ville…

Elle était néanmoins venue se présenter à moi un jour où je me trouvais en mairie, ce que j’avais apprécié, me confirmant qu’on parlait de moi et de mon œuvre en réunion de direction.

D’elle, je ne saurais donc que son prénom : Selma, et aussi qu’elle était journaliste de formation, confrontée aux mêmes difficultés que moi, à trouver un emploi dans ce secteur.

Fait étonnant, elle assistait également aux séances du conseil municipal, dans le public, parmi lequel elle passait généralement son temps à discuter avec Dominique CATÉRINI, président d’Élan Savigny environnement, ce que j’ai toujours trouvé étonnant…

Elle sera restée huit mois en poste à Savigny…

Lui ayant demandé les raisons de son départ, elle n’a pas répondu à mon message à l’heure où j’écris ces lignes. Peut-être parce qu’elle n’est déjà plus en poste ? Toujours est-il que cela m’interroge toujours de voir des gens rester si peu de temps en place. Surtout quand après, on va lire leur détestation de Savigny sur Facebook…

Je ne m’arrête pas sur le contenu du message de départ. Mais je le trouve assez pessimiste, comme si elle avouait avoir échouée, et qu’elle souhaitait que son successeur ferait mieux qu’elle.

Malheureusement, la vérité est que les agents communaux sont comme le reste des Français. Ils se foutent de leurs données personnelles, en arguant qu’on sait déjà tout sur eux. Et le jour où ils pourront même vendre leurs données personnelles, je ne doute pas qu’ils le feront !




Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.