Expérience : la mesure de l’exposition aux champs électromagnétiques à son domicile

C’était une idée qui me taraudait depuis un moment, avant même les débats sur Linky…

Plus exactement depuis que j’avais reçu chez moi la visite d’une Savinienne électro-hypersensible, qui avait passé son temps à me dire qu’elle se sentait hyper-mal dans ma maison…

Et donc, je voulais vérifier le détail de l’exposition que je subissais tous les jours, bien que ne ressentant personnellement rien.

J’étais d’autant plus intéressé que j’habite au centre de gravité d’un triangle de trois antennes relais, que je ne vous fais pas l’injure de tracer…

Capture d’écran @Cartoradio – cliquez dessus pour agrandir


Et puis, j’ai découvert grâce à FranceTVinfo que cette mesure pouvait se faire gratuitement, en remplissant un formulaire CERFA, à faire ensuite signer par une collectivité territoriale ou une association habilitée.

J’ai donc rempli le formulaire, et je l’ai soumis au maire de ma Commune, qui a mis trois semaines à me répondre.

J’ai ensuite envoyé le formulaire à l’ANFR, et j’ai obtenu une réponse début janvier (cinq semaines après), pour un rendez-vous début février (trois semaines après).

Ma démarche m’aura donc pris trois mois en tout, mais je pense qu’elle n’aurait pu en prendre que deux.


C’est donc ce lundi 04 février 2019 que j’ai reçu la visite d’un technicien, Meissa SARR, du laboratoire indépendant EXEM, missionné par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) pour mesures le détail de l’exposition aux champs électromagnétiques dans mon pavillon.

Pour indication, il n’existe, à ce jour, qu’une seule autre mesure publique à Savigny-sur-Orge, qui est celle du bâtiment de la mairie, à 0,41 V/m de moyenne (volt par mètre).

Et le danger pour l’Homme commence lorsque le niveau global d’exposition est à plus de 6 V/m.


Le technicien a commencé à mesurer le niveau global d’exposition dans le jardin et dans les principales pièces de mon pavillon à l’aide d’un champmètre large bande.

Il m’avait alors juste demandé de placer mon téléphone portable en mode avion, mais m’avait indiqué que je pouvais laisser allumés mes autres appareils connectés.


Le champmètre mesure un certain nombre de valeurs pendant quelques dizaines de secondes, lesquelles ne sont jamais fixes mais dépendent des champs captés.

Puis l’appareil indique la valeur minimale, la valeur maximale et une moyenne (AVG – average).


À ce stade, c’est mon jardin qui donne sur Morangis, qui est le plus exposé, à 0,28 V/m de moyenne (chiffres à confirmer dans le rapport final).

Et ma chambre au 1er étage, qui donne sur la rue du Bicentenaire, donc vers le stade au COSOM, qui est la moins exposée à 0,06 V/m en moyenne (chiffres à confirmer dans le rapport final).

En moyenne, l’exposition dans mon pavillon serait environ à 0,23 V/m, soit beaucoup moins qu’à la mairie (chiffres à confirmer dans le rapport final).


Le protocole de mesure veut alors que le détail soit analysé dans la pièce qui est la plus exposée, sauf demande expresse du particulier ; en l’occurrence mon salon – salle à manger.

Le technicien installe alors un analyseur de spectre, par fréquences, qui va relever :

1) les fréquences du Wi-Fi, des radars et des téléphones

2) les ondes radio

3) les champs émis par les appareils électroménagers

Le tout, à chaque fois, sur trois hauteurs : à 1,70 m, à 1,50 m et à 1,10 m.


Le technicien passe alors en revue les différentes fréquences.

Je constate ainsi l’existence de fréquences réservées à la SNCF ou à l’aéroport d’Orly.

Je découvre aussi, grâce aux relevés, que, de manière marginale, les ondes sont plus concentrées à 1,10 m qu’à 1,70 m, soit près du sol, soit au niveau de la tête de nos enfants debout, ou de la nôtre lorsque nous sommes assis… (Ce que je vous écris est peut-être très niais car très logique, je ne suis pas un grand physicien.)


L’intervention aura duré à peine plus d’une heure.

Je dois maintenant obtenir d’ici un mois un rapport détaillé qui précisera les mesures effectuées, et complètera tout cela.

Je ne manquerai pas de le rendre public, en plus des informations qui figureront désormais sur le site Cartoradio.

Et puis, si un jour, Enedis me force à prendre un Linky, on pourra alors comparer les données ! (Je rajoute que j’ai reçu la visite d’un technicien Enedis la semaine dernière qui n’était pas informé des obligations en matière de protection des données qui incombent à Enedis depuis le RGPD)


Un grand remerciement à Meissa SARR de s’être prêté au jeu des photos.

N’hésitez-pas à les agrandir en cliquant dessus.

Un nouvel article sera publié à la réception du rapport, afin de le lire ensemble.



Publicités

5 réflexions au sujet de « Expérience : la mesure de l’exposition aux champs électromagnétiques à son domicile »

  1. Jean-Marie CORBIN

    Ça fait plaisir à voir qu’il reste des professionnels sérieux qui font bien leur travail avec rigueur et neutralité.

    La campagne était loin d’être abusive puisqu’effectivement le site de Cartoradio ne révélait que très peu de mesures autour de ton habitation. Tu en as fait davantage que certaines associations de protection de l’environnement qui s’affichent publiquement comme des « influenceurs » auprès du maire et qui concrètement n’ont aucune campagne de mesure radioélectrique de l’ANFR à revendiquer (et en plus, ils disposent également d’un champmètre depuis septembre 2013)

    Répondre
        1. Vagneux Olivier Auteur de l’article

          Je n’ai pas de WiFi personnellement. Je ne me sers que de mes 70 Go de 4G à 15 € par mois.
          Lors des premières mesures globales, il m’a été demandé de mettre le portable en mode avion seulement. Mais mes autres objets connectés étaient bien actifs.
          Pour la mesure détaillée, en revanche, mon portable n’était plus en mode avion. Donc tous les objets connectés étaient en fonction, et justement tous allumés en même temps, ce qui n’arrive pas d’habitude.

          Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.