Pour en finir avec l’incendie de ma haie

Pour commencer, quelques mots de remerciements à tous ceux, toujours plus nombreux, qui m’ont témoigné d’un soutien, d’un message, d’un appel, à l’occasion de ce mauvais moment.

Amusant sinon de voir Brigitte VERMILLET condamner cet incendie sur les réseaux sociaux quand les molosses de la même dame, Antonio FERREIRA et Mohamed KNISS, avaient voulu nous casser la gueule à Jean-Marie CORBIN et à moi, le vendredi 27 mars 2015, parce que nous recollions, sur leurs affiches, d’autres affiches « votez blanc ». Et comme cela avait duré jusqu’au samedi 28, ils avaient même fait campagne hors délai… Dans un cas, il y a un délit qui la dérange, et dans l’autre, pas vraiment… Parlant d’elle, on m’a d’ailleurs envoyé (anonymement) des documents relatifs à des marchés publics passés par la SEMARDEL qu’elle préside, mais je n’ai pas eu le temps de m’en occuper.


La Police a retrouvé les auteurs des faits : deux jeunes de 14 et 15 ans dont au moins l’un des deux, Morangissois, est sous suivi psychiatrique. Tout n’est pas encore clair ; ils auraient essayé d’incendier avant ou après un autre endroit mais je n’ai vu aucune marque au lieu désigné… L’un a été arrêté quelques minutes après, il aurait ensuite dénoncé l’autre ? On peut néanmoins imaginer qu’ils ne se rendaient pas tout à fait compte de ce qu’ils faisaient. La seule chose est que je me demande pourquoi ils étaient dehors à cette heure là…

Toujours est-il que la seule chose importante pour moi est que je n’étais en fait pas visé particulièrement, même si c’est chiant, car j’ai perdu mon mercredi, et que demain, je devrais faire un détour pour aller poster mon recours directement au Tribunal.


Je peux sembler parano, mais je pense que nous ne sommes pas des masses à Savigny à connaitre régulièrement des dégradations (je peux citer la fois où on avait commencé à remplir ma boîte aux lettres de déjection canine, ou celle où on avait essayé de faire rentrer un pétard dans ma boîte à lettres, même si l’ouverture s’était révélé trop petite et qu’il avait donc explosé devant).

Sinon à recevoir des menaces et des insultes. Il y a eu la fois où on m’a renvoyé des tracts en poste restante (à moi de payer le timbre), celle où on m’a envoyé un tract ou un morceau d’affiche avec ma tête lacéré de coups de couteaux plus des insultes, les appels en milieu de nuit avec un gars à l’autre bout qui rit au téléphone, ou qui répète plusieurs fois de suite « Savinien libéré, Savinien libéré… »

Tout cela veut dire que je dérange, et limite, tant mieux du moment que je reste le seul visé et qu’on ne s’en prend pas à mes proches. J’assume mes propos et mes actes. Je ne conçois pas l’engagement (politique ou autre), plaqué à attendre que les choses se passent.


Il y aurait pour quelques milliers d’euros de dégâts : la haie de thuyas, la clôture, un muret de séparation d’avec chez mon voisin, le cerisier, la pelouse, un framboisier, la balançoire, la gouttière, le dessous de toit, et comme j’ai retrouvé une tuile explosé et que le plastique qui fait l’étanchéité a légèrement fondu. Que du matériel, mais j’ai déjà perdu des heures avec l’assurance, tout cela pour un expert qui ne peut venir que le 13 décembre (dans huit semaines) à 12 h 29 précises. Heureusement que j’ai l’assurance perso, et professionnelle, même si tout ne sera vraisemblablement pas pris en charge.

En attendant, je vis les volets fermés, même si je pourrais les ouvrir quand je suis là et tirer les rideaux ; et tout le monde peut rentrer dans mon jardin. Et comme je ne peux pas mettre de mur de plus de 2 mètres de haut, soit un mur escaladable, je pense que je vais attendre que les thuyas repoussent, même s’ils restent inflammables ; enfin, je vais voir. Plus toutes les démarches si je veux créer une porte sur Morangis et y mettre une boîte à lettres…

Pour le coup, ce n’est donc que de la malchance, et il est grand temps de passer à autre chose.

Je relève juste que je pensais que le feu serait chaud, et que j’en aurais peur. Et puis pas du tout, je suis devenu trop cynique. Je suis bon pour arrêter la politique, si je n’en ai jamais fait dans ma vie… Je suis surtout frustré d’avoir dû reculer devant le feu, de cette défaite…


Je m’arrête là. Encore un grand merci à tous ceux qui se sont proposés de m’aider, notamment pour des travaux. Je ne sais pas si je vais bâcher ou rajouter des barrières. Je préfère ne toucher à rien avant la venue de l’expert. Les choses ne sont pas si graves, et bien à relativiser à côté de tant d’autres malheurs. Bonne fin de semaine à tous.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.