Sur mon rapport aux miracles – octobre 2018

Cet article n’a d’intérêt que parce que je commence une formation religieuse, sur les miracles de l’évangile, qui doit durer jusqu’en juin 2019. Lors de la première session, il a été demandé aux participants d’essayer de définir leur expérience des miracles, de manière à pouvoir en observer l’évolution, à tout le moins de pouvoir comparer les mots mis au début de la formation, avec ceux qui seront, à l’issue de la dernière réunion.


Si je crois aux miracles ? Pas vraiment, en tant que je mets ma foi directement en Dieu, et pas dans une manifestation divine tendant à me prouver l’existence ou l’amour de Dieu.

Si je pense que les miracles existent ? Oui, mais pour les autres, et par rapport à ce que les autres en disent ou reconnaissent d’une situation. Je ne dirais pas de moi-même que telle situation est un miracle, parce que je suis trop cartésien.

Ce que j’appelle miracle ? Ce que la science ou la raison ne peuvent pas expliquer aujourd’hui.

Si j’ai été témoin d’un miracle ? Non, ou alors tout, sinon beaucoup de choses, sont miracles. Mais par exemple, je ne dirais pas que de m’en être bien tiré à Grand-Vaux est un miracle.

À suivre…



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.