Pour en finir avec ce qui m’est arrivé à Grand-Vaux

Je voudrais commencer cet article en remerciant la quarantaine de personnes qui ont pris de mes nouvelles après mon agression de ce samedi 15 septembre.

Je suis d’autant plus sensible aux messages d’amitié et d’encouragements, voire aux excuses, qui m’ont été adressés par les habitants de Grand-Vaux, et je veux leur redire que cela ne change rien à l’amitié que je peux avoir pour eux. Ils ne sont pas responsables.

Je suis bien conscient que j’ai eu beaucoup de chance. Après, sans valoriser mes agresseurs, je pense qu’ils savaient aussi très bien ce qu’ils faisaient. Mais c’est vrai que la semaine dernière, un mec a pris 36 jours d’ITT parce qu’il refusait de céder une place de parking…

La preuve d’ailleurs que ça va mieux est que je suis retourné finir mes photos mardi matin, comme pour dire que je ne céderai pas à la peur et à l’intimidation.

De plus, mes deux seuls bleus sur le visage ont très vite disparus, et ma bosse sur le crâne finit de fondre. C’est à la limite qu’on pouvait presque se demander si je n’affabulais pas, tant je n’en gardais rien. Mais j’ai le corps solide, surtout avec tous les coups que je prends !


Comme tout politique qui se respecte, je vous ai menti puisque je me suis finalement résolu à porter plainte dans la soirée de dimanche (ma déposition a été prise de suite et sans problème). Avec le résultat qu’on connaît, c’est à dire que je suis passé de victime dans cette affaire à accusé dans une autre…

J’ai porté plainte de manière symbolique. D’abord par cohérence parce que je porte déjà plainte contre MEHLHORN, donc qu’il n’y a pas des délits plus excusables que d’autres.

Ensuite, et surtout par anti-racisme, parce que je pense que mes agresseurs sont issus de l’immigration, et que leur appliquer une excuse sociologique, peut-être générée par la peur ou une forme du syndrome de Stockholm, revenait à les considérer comme des sous-Hommes.

Dans tous les cas, et parce que je passe quand même une demi-journée à une journée et demi en prison, et que je me rends bien compte de ses failles ; dans l’hypothèse où on aurait retrouvé mes agresseurs, je me serai constitué partie civile en demandant seulement un euro symbolique de dommages-et-intérêts.


J’ai donc été convoqué jeudi matin au commissariat pour identifier mes agresseurs par rapport à une planche de neuf personnes. Je suis à peu près certain que huit d’entre eux ne faisaient pas partie du groupe. Inversement, j’en ai de suite reconnu un, en deux secondes, mais à 90 % seulement, parce qu’il portait un foulard, et que je ne peux rien assurer.

Et comme je suis pour le droit et la Justice, qui eux ne sont pas pour moi, eh bien, mon doute profite à l’accusé et je n’irai pas plus loin.

L’enquêteur m’a dit que la vidéoprotection n’avait rien donnée, ce qui justifie bien selon moi de son inutilité à outrance. De toute façon, la caméra ne serait pas venu me défendre sur ses petits pieds.

Ce qui me dérange un peu plus dans la manière dont a été conduite l’enquête, et qu’ils n’ont repéré aucun véhicule blanc, alors que je leur avais dit que je pense que mes agresseurs étaient dedans, et que cette même voiture me semble toujours être au même endroit. Dans tous les cas, j’ai relevé la plaque.

Malgré cela, l’affaire devrait vite être classée sans suite…


Je voudrais revenir sur l’agression en tant que tel, avec deux photos d’illustration. J’étais sous le porche du 05. Ils m’ont fait reculer, puis ils m’ont retourné et soulevé sur la barrière. Et en équilibre, non seulement, je prenais moins les coups mais c’est eux qui étaient gênés pour m’en donner, ne pouvant frapper qu’un seul gars à la fois.

Je me suis surpris de mon sang-froid, limite de ma dignité. Je pensais que je serai tétanisé, que je n’arriverai plus à parler, limite en pleurs, sinon à me pisser dessus de terreur. Ben, rien de tout cela, mais je pense que côtoyer régulièrement des personnes condamnées pour des crimes et des délits à Fleury finit par te forger une carapace.

J’en ai presque honte, d’autant que je me suis aussi foutu intrinsèquement cet été de cette youtubeuse qui a dit penser pendant sa propre agression, que les gens qui la dépouillaient, issus de l’immigration, renforçaient les stéréotypes envers les « minorités ». Mais j’ai pensé exactement comme elle, parce que je dois quand même être au fond de moi de manière plus ou moins consciente, un putain de suprémaciste blanc, qui pense que ma « race » n’a pas besoin de se mettre à quatre sur un type pour le défoncer. En attendant, ça reste les blancs qui prennent les coups.

Il y a aussi que tu es impuissant pendant l’agression, parce que le mec te tient les mains. Et que quand c’est fini, tu as l’adrénaline et la testostérone qui ont bien diffusé dans ton sang et dans ton corps, et c’est toi qui a envie de te battre. Et soudain le principe de réalité t’explose à la gueule parce tu es toujours tout seul, et qu’ils sont toujours quatre. Puis c’est pas avec mes 54 kg, et mon absence de muscles que j’allais leur faire quoi que ce soit.

N’empêche que j’en tire une fierté, sûrement mal placée, d’avoir bien encaisser les coups. La force des stéréotypes : c’est en te battant que tu deviens un homme ou que tu montres ta virilité. Sauf que je n’ai fait qu’encaisser les coups, tel un punching-ball. Ce réflexe aussi de contracter les abdos, l’instinct de survie, qui fait que leurs crochets ne m’ont laissé aucune marque sur le corps !


Encore un mot par rapport à mes agresseurs. Oui, c’étaient deux noirs et a priori deux arabes ; mais je ne vais pas essentialiser et me mettre à détester tous les personnes noires ou arabes. Mais je ne vais pas non plus le nier.

Je remercie aussi les gens pour m’avoir quand même épargné le discours d’extrême-droite.

On m’a dit qu’ils ne venaient peut-être pas du quartier, mais qu’ils s’identifiaient à lui lorsqu’ils m’ont dit que je ne pouvais rien pour eux en tant que politique ; j’en doute… Je ne sais pas.

Après, tout le monde dit vivement la rénovation pour qu’il dégage. Je ne suis pas d’accord, pas comme cela.

Premier truc, samedi après mon agression, j’ai aussi failli me prendre un truc sur la gueule jeté par le fenêtre du haut d’un immeuble, mais c’était depuis le groupement immobilier de l’Yvette. Donc c’est pas virer trois barres et deux tours qui va tout régler.

Ensuite, si moi je fais de la politique, et je suis l’anti-MEHLHORN là dessus, ce n’est pas pour éluder les problèmes en essayant d’en faire le moins possible non sans ramasser la plus grosse somme et le plus de gloire, c’est pour les résoudre en se frottant au réel. Peut-être même échouer, mais essayer.

Virer les habitants de Grand-Vaux à problèmes, c’est juste les envoyer faire le même bazar ailleurs. Ce n’est pas une solution, et je continue de dire qu’il faut combiner plusieurs réponses, et toutes de manière forte.


Donc ça va, et je ne devrais pas en garder de traces même si je n’en sais rien. Je ne suis pas allé voir de médecins parce que je n’avais pas des heures à perdre.

Et non, je ne suis pas devenu raciste ou frontiste, enfin pas plus fachô que je n’étais déjà. Et je continuerai avec la même force de venir travailler ou agir dans le quartier.

Ça fait treize ans que je le fréquente seul, sans jamais avoir eu de problèmes. Ben, ce n’est pas une fois qui va me changer. Et c’est pour cela que je remercie tous ceux qui m’ont proposé de venir avec moi la prochaine fois, mais ce serait le pire signal qu’on puisse envoyer !



Publicités

Une réflexion au sujet de « Pour en finir avec ce qui m’est arrivé à Grand-Vaux »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.