Les papes et la pédophilie dans l’Église catholique : la vision des journalistes face à la réalité

Au moment où paraît un rapport dénonçant les scandales de pédophilie dans l’Église en Pennsylvanie (États-Unis d’Amérique), je voudrais dénoncer la désinformation de l’ensemble de la presse qui continue de dire que Benoît XVI n’a rien fait, alors que c’est le seul pape qui se soit attaqué au problème, et d’encenser son successeur François, dont l’attitude est plus que lâche sur la question, comme s ‘il couvrait lui-même des prêtres…

En premier lieu, il convient de rappeler que saint Jean-Paul II, malgré sa belle auréole, n’a rien fait contre la pédophilie dans l’Église. On pourra toujours lui chercher des excuses ; le pape polonais s’était enfermé dans le déni, et répondait uniquement d’un silence complice et coupable sur ces questions. C’est d’ailleurs lui qui s’était opposé au cardinal RATZINGER, futur Benoît XVI, pour centraliser le traitement des affaires de pédophilie directement à Rome.

Je passe sur les accusations de pédophilie à l’encontre du cardinal RATZINGER et de son frère. Toujours est-il que Benoît XVI est élu Pape en 2005. Même s’il faudra donc attendre 2010 pour voir les choses bouger, il est le premier à présenter des excuses, à centraliser l’étude des affaires de pédophilie au Vatican par des tiers, à créer une commission de protection des mineurs, à recevoir et à écouter des victimes et surtout à défroquer des prêtres pédophiles !

Benoit XVI a réellement appliqué une tolérance zéro en limogeant des centaines de prêtres et en leur interdisant d’exercer un ministère. Malheureusement, tout le clergé n’était pas d’accord avec lui, et beaucoup ont ralenti toutes ses réformes. Les prêtres condamnés ont fait appel et les nouveaux tribunaux ecclésiastiques ont sûrement blanchi des coupables. Mais pour le journaliste bouffeur de curé, Benoît XVI reste juste un nazi membre des Jeunesses hitlériennes.

Est élu le pape François qui organise des séances de prise de conscience de la réalité des faits, et demande des démissions en masse d’évêques, qu’il réintroduit aussi vite dans leur grande majorité. Ce ne sont plus que des discours formels et creux. La commission se disloque. Le nombre de prêtres défroqués chute, alors que le nombre d’affaires explose. Des prêtres écartés retrouvent des responsabilités. Mais comme François soutient les migrants…

Aujourd’hui, les hésitations du pape François font honte à l’Église. Les mots sonnent faux, et l’Église se ruine encore plus à acheter le silence des victimes plutôt qu’à assumer. On dénonce petitement du bout des lèvres ; on refuse de reconnaitre que l’Église couvre des pédophiles. On ne fait aucune pédagogie, ce qui amène de bonnes gens à dire qu’un prêtre pédophile, c’est juste un homme en manque d’une femme, et à nier totalement l’aspect de maladie mentale.

Forcément, si nos prêtres sont remplis de l’Esprit saint et ne font rien d’autre que la volonté d’un Dieu qui serait alors pédophile… À peine commence-t-on, dans les séminaires, à mettre en place des cours d’accompagnement psycho-affectif que nos futurs prêtres les sèchent ! Alors aujourd’hui, l’Église en prend plein la gueule, mais François, coqueluche des médias, est encore épargné. Mais tôt ou tard, c’est tout le monde qui sera éclaboussé, et ça fera encore plus mal…



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.